3 min pour comprendre les 50 faits les plus marquants

Nicholls (M.), 3 minutes pour comprendre les 50 faits les plus marquants de la Rome antique. – Paris : Le Courrier du Livre, 2014.- 160 p. : index. – ISBN : 978.2.7029.1114.3.


C’est un truisme de dire que Rome a laissé des traces perceptibles encore de nos jours dans toutes les régions qui ont fait partie de l’Imperium Romanum. Des monuments le prouvent, qu’il s’agisse de restes anciens authentiques ou de constructions plus récentes influencées par le modèle romain ; en témoignent également certaines manières de penser et d’agir, principalement chez les peuples dont la langue est issue du latin (ce qui a façonné leur façon de raisonner). Les étrangers désireux de faire des affaires avec les Occidentaux l’ont bien senti ; je pense par exemple à ces nombreux Chinois qui cherchent à tout prix à comprendre notre « mode de fonctionnement » pour mieux asseoir une coopération commerciale. L’histoire, la civilisation, la littérature de la Ville Éternelle intéressent également les descendants mêmes des membres de l’Empire romain, curieux de connaître l’origine de certains de leurs monuments, de certaines de leurs institutions, de certaines de leurs expressions. Mais voilà : les années de scolarité sont loin ! Chacun a suivi sa voie et s’est spécialisé dans son domaine, et les connaissances sur Rome ont été un peu oubliées. Que faire ? Avoir recours à des ouvrages savants ? Il faudrait en lire beaucoup car chacun traite d’un sujet précis. En outre, ce sont en général de « gros pavés », assez indigestes pour qui n’en maîtrise pas le « jargon ». Et puis, on n’a pas le temps : ces gens, pourtant désireux de s’instruire, ont autre chose à faire dans la vie que de se consacrer à l’Antiquité : ils ont leurs occupations qui leur prennent l’essentiel de leurs journées.

Le livre, 3 minutes pour comprendre les 50 faits les plus marquants de la Rome antique, est conçu pour toutes ces personnes ! Il s’agit d’un ouvrage de vulgarisation, d’une vulgarisation de haut niveau cependant, due à six enseignants d’universités britanniques (Matthew Nicholls qui est en même temps « rédacteur », Luke Houghton, Ailsa Hunt, Peter Kruschwitz, Dunstan Lowe, Annalisa Marzano, contributeurs) et à la conservatrice du musée d’archéologie classique de Cambridge, Susanne Turner, elle aussi « contributrice ». Après une introduction qui donne sur deux pages une carte de l’empire romain à son apogée et les grandes dates de l’histoire de la cité aux sept collines depuis 753 avant J.-C. jusqu’à 476 après J.-C., il se divise en sept chapitres. Ceux-ci suivent tous le même plan : pour commencer un glossaire de deux pages explique les termes techniques en relation avec le sujet du chapitre ; puis, les points essentiels concernant ce sujet sont traités chacun sur deux pages dont l’une offre des illustrations permettant de visualiser ce qu’explique l’autre ; quant à cette autre, elle se compose de trois colonnes : dans l’une se lit une “histoire en trente secondes” « qui traite du sujet dans sa globalité », dans la deuxième un “condensé en 3 secondes” « qui met l’accent sur un point précis » et un paragraphe “fouilles en 3 minutes” « qui approfondit un point spécifique ou pousse la réflexion » (p. 10). La troisième colonne renvoie aux passages roulant sur des questions apparentées, propose des “biographies en 3 secondes” d’hommes liés au point abordé et se termine par une phrase de jugement. Au milieu de chaque chapitre « un personnage ayant joué un rôle majeur » est mis en lumière par deux pages, la première fournissant iconographie et chronologie, la seconde contenant un texte de présentation. (Chaque paire de feuillets est indépendante et peut se consulter isolément, d’autant plus que le livre est pourvu d’un index très bien fait).

Voici le sommaire : ch. 1 « Territoire et État », – La fondation de Rome, – Le site de Rome, – Le gouvernement républicain, – Profil : Jules César, – Le gouvernement impérial, – Empire et expansion, – La légion romaine, – Le légionnaire romain ; ch. 2 « Peuple et société » : – La citoyenneté, – L’esclavage, – Classe et statut sociaux, – Profil : Auguste, – Les hommes et les femmes, – La sexualité, – La vie dans les provinces romaines, – Le droit romain ; ch. 3 « Vie quotidienne des Romains », – L’agriculture, – Le commerce et l’industrie, – Le système monétaire et les devises, – L’alimentation et les boissons, – Profil : Pline le Jeune, – Le calendrier romain, – Les divertissements et le sport, – La médecine ; ch. 4 « Langue et littérature » : – Le latin, – L’éducation et l’alphabétisation, – L’art dramatique, – La rhétorique, – Profil : Virgile, – La prose, – La poésie lyrique latine, – Les inscriptions et les graffitis ; ch. 5 « Pensée et croyances » : – Le Panthéon de Rome, – Des dieux venus d’ailleurs, – Le christianisme, – Profil : Constantin 1er , – Le culte impérial, – L’astrologie et la divination, – La philosophie, – La mort et la vie après la mort ; ch. 6 « Architecture, monuments et art » : – Les ordres architecturaux des colonnes, – Le Colisée et le Grand Cirque, – Les temples, – Le forum, – Profil : Livie, – Les arcs de triomphe, – La mosaïque, – Les statues et les portraits, – Les tombeaux ; ch. 7 « Bâtiments et technologie » : – Les fortifications, – L’artillerie et les engins de siège romains, – Profil : Vitruve, – Les habitations, – Les thermes et les hypocaustes, – Les routes, – Les aqueducs et les égouts, – Le béton et les voûtes. Comme on peut le constater ces cinquante points (si on ne compte pas les « profils ») couvrent à peu près tous les domaines dans cette sorte de memorandum.

Chaque développement apporte vraiment l’essentiel de ce qu’il faut savoir sur le problème qu’il considère. La traduction française due à D. Piolet-Françoise utilise une langue simple, compréhensible par tout un chacun (malgré quelques fautes d’impression en français et en latin). Quelques usages surprennent, comme par exemple, p. 35, la phrase « Caius et Cicéron étaient des “hommes nouveaux” », alors qu’en France on dirait plutôt « C. Marius » (car je suppose que c’est de lui qu’il s’agit), ou mieux « Marius » tout court. Parfois, un spécialiste aurait envie de discuter : ainsi, à la page 80, la formulation « les plus grands comédiens de Rome, Plaute et Térence » étonne, car si Plaute était un auteur – acteur, Térence n’est jamais monté sur scène. De même, on est un peu déconcerté par l’affirmation, dans les lignes qui suivent, que tous deux « se vantent d’être les représentants des classes sociales les plus basses et [que] leurs pièces remettent en question la suprématie des citoyens romains les plus fortunés » ; il est vrai que les pères riches et âgés n’y ont pas toujours le beau rôle (chez Molière non plus, si on va par là !) ; toutefois tout le monde sait que leurs comédies se déroulent en Grèce avec des personnages grecs et qu’elles sont inspirées d’originaux grecs (c’est de là qu’elles tirent leur nom de palliatae) — il faudrait donc admettre que sous un voile hellénique Plaute et Térence peignent Rome, ce que n’explicitent pas ces universitaires — ; de plus, on se souvient des vers dans lesquels Térence se glorifie d’être apprécié par les plus grands personnages de la Cité ((Adelphes, 18-21 : « ceux à qui il plaît, ce sont ceux-là mêmes qui plaisent à vous tous et au peuple, dont vous avez éprouvé les services rendus par chacun d’eux à son heure, soit dans la guerre, soit dans les loisirs, soit dans les affaires », selon la traduction de J. Marouzeau[1]). De même on sera surpris par l’indication (p. 125) que « la dynastie julio-claudienne s’éteindra avec le décès de l’empereur Tibère ». En fait elle va jusqu’à Néron inclus (ce qui est correctement énoncé page 9). À la page 85 l’information que Mécène « permit à Virgile de faire partie du cénacle (cercle de poètes latins) de Catulle » laisse perplexe sachant que Catulle est mort au plus tard vers 54 avant J.-C. et que Virgile a rencontré Mécène lorsqu’il composait ses Bucoliques entre 43 et 39 avant J.-C. Mais tout cela n’est qu’arguties de professionnels et ce n’est pas là le public ciblé par ce livre.

En vérité, la formule adoptée pour cet ouvrage a ses qualités et ses défauts : elle contraint à un tel laconisme que les contributeurs n’ont pas la possibilité d’exposer les détails et les nuances de leur pensée, de sorte que leur énoncé peut parfois donner l’impression de frôler l’erreur. Toutefois, vu leur but, le bilan est globalement positif !

Si on calcule bien, 3 minutes multipliées par 50 faits font 2 h ½ ; ajoutons-y, en gros, 1 h pour les 7 profils, les 7 glossaires et la bibliographie (toujours en 2 pages) offrant à ceux dont cet ouvrage aurait éveillé l’envie d’en savoir plus sur l’un ou l’autre des points évoqués une liste de livres, d’articles et de sites internet, tous dus à des spécialistes et de bonne valeur scientifique. On arrive à un total de 3 h ½. 3 h ½ pour acquérir une idée sur 13 siècles d’histoire et leurs conséquences jusqu’à nous, n’est-ce pas un « bon plan » ?

Lucienne Deschamps

Professeure émérite en Langue et littératures latines, Université Bordeaux Montaigne

[1] Térence, Comédies. Tome III : Hécyre, Adelphes, texte établi et traduit par J. Marouzeau, Paris, Les Belles Lettres, (collection des Universités de France), 1949, p. 106.

À lire dans la R.E.A. :

Allély (A.), « Les enfants malformés et considérés comme prodigia à Rome et en Italie sous la République », R.E.A. 105-1/2, 2003, p. 127-156.

Citer cet article comme : Lucienne Deschamps, 3 min pour comprendre les 50 faits les plus marquants, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 12/10/2017, http://reainfo.hypotheses.org/10035.
Crédits image : première de couverture. © Le Courrier du Livre.

Une réflexion sur « 3 min pour comprendre les 50 faits les plus marquants »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *