Revenir sur les Gaulois

L’Histoire, Dossier « Les Gaulois : une civilisation majeure », N°439-septembre 2017. – Paris : Sophia Publications, 2017. – (ISSN : 0182.2411).

Après avoir invité les lecteurs à « découvrir » les Gaulois en décembre 2003, la revue L’Histoire propose de les « retrouver » dans son numéro de septembre 2017[1]. Revenir sur les Gaulois est l’occasion de rendre compte des apports récents de l’archéologie et de signaler certains renouvellements historiographiques intervenus depuis plus d’une décennie. Bien qu’il s’en défende (p. 33), le numéro de 2017 propose également des réflexions sur la place du « mythe gaulois » dans la vie politique de la France, depuis le XVIIIsiècle jusqu’à un XXIsiècle marqué par le retour du roman national[2].

1. Des textes à l’archéologie : des barbares raffinés

L’entretien avec Laurent Olivier (p. 34-45) est l’occasion d’évoquer d’emblée les méthodes utilisées par les historiens afin d’éclairer le singulier cas des Gaulois. Singulier, ce thème l’est d’abord parce qu’on ne dispose d’aucune source littéraire produite par les habitants de la Gaule : les textes, réservés à une élite, circulaient peu et étaient souvent écrits sur des supports périssables comme le bois. Le seul moyen de combler ce vide documentaire est de se tourner vers les auteurs grecs ou latins qui évoquent les Gaulois après les avoir observés : les deux textes les plus importants sont, en ce domaine, les fragments de Posidonios d’Apamée (qui voyagea en Gaule au début du Ier siècle avant J.-C.) et la Guerre des Gaules de César (58-52 avant J.-C.). Parce qu’il est « difficile de se reposer sur des sources objectives et surtout fiables sur la culture gauloise » (p. 34), les historiens se montrent très critiques face à ces témoignages qui font des Gaulois les habitants d’une terre sauvage et libre (Posidonios) ou d’une nation barbare unifiée qui devait être vaincue (César). Cette critique de la documentation littéraire s’accompagne d’une sensibilité accrue aux informations que Posidonios ou César livrent « par inadvertance » aux lecteurs, notamment en ce qui concernent les mœurs, la justice ou la religion, soit des pratiques sociales que l’archéologie peut venir éclairer.

Le numéro de 2017 illustre la grande attention actuellement portée aux leçons de l’archéologie, attention déjà présente dans le numéro de 2003 comme le montrent l’encadré sur les fouilles de Bibracte (Guignon, p. 52-53) ou l’article de Michel Reddé (p. 40-51), qui toutefois faisait encore une large place au récit de César. L’archéologie de la Gaule a débuté sous Napoléon III (infra), mais c’est à la fin du XXe siècle que furent découverts de nombreuses tombes, habitats fortifiés ou dépôts de sanctuaires. Ces découvertes permettent de faire remonter l’émergence de la « civilisation gauloise » aux VIe-Ve siècle avant J.-C. et de voir que son expansion fut freinée par l’arrivée de Rome aux IIe-Ier s. avant J.-C. Comme le montre le cratère de Vix, immense vase d’une capacité de 1100 litres produit par des artisans corinthiens et adapté aux goûts des élites gauloises, le commerce entre la Gaule et les mondes grecs et étrusques existait dès le VIe siècle avant J.-C. : le lecteur consultera avec profit la carte de la Gaule comme espace connecté (2017, p. 37). L’archéologie révèle également le passage entre deux mondes, intervenu vers le milieu du IIIe siècle avant J.-C. La Gaule connut d’abord une période « ancienne », celle d’une société rurale, guerrière et divisée entre guerriers à cheval (que César nomme « chevaliers »), savants (dont les druides) et dépendants. Cette société non-monétarisée était fondée sur le système du don/contre-don, sur une économie du cadeau qui assurait l’emprise de notables manipulant les dettes symboliques à leur profit. La période « récente » fut, quant à elle, marquée par une intensification de la production agricole et de l’industrie métallurgique, par l’apparition d’habitats fortifiés et de domaines ruraux, enfin par une généralisation de la monnaie qui modifia en profondeur les rapports socio-économiques et facilita l’emprise économique de Rome sur l’espace gaulois. Si l’archéologie ne peut pas toujours déterminer les causes de ces évolutions, elle en révèle les réalités matérielles et permet également d’apprécier la maîtrise technique des Gaulois, notamment dans le domaine des arts : le dossier de 2017 attire l’attention sur l’artisanat ou l’orfèvrerie (p. 35) et propose des encadrés sur des objets révélateurs de la finesse de l’art gaulois, tels le chaudron de Gunderstrup (p. 41) ou le « dôme aux dragons » (p. 44).

De manière encore plus nette que le numéro de 2003, le dossier de 2017 rappelle la nécessité d’une critique serrée des textes littéraires et illustre la place centrale prise par l’archéologie depuis la fin du XXe siècle. Apparaît une Gaule raffinée, différente du pays barbare que décrivent Posidonios ou César. Pourtant, si les chercheurs semblent s’accorder sur les méthodes à privilégier, la complexité de la documentation aboutit à des visions parfois contradictoires de la Gaule.

2. César, les druides et l’unité de la Gaule

La (re)lecture critique des textes et l’attention accrue aux réalités de terrain s’accompagnent de l’émergence de nouveaux thèmes d’étude, comme en témoigne l’article de Jean-Louis Brunaux sur les druides (2017, p. 48-52). Ce travail peut être lu comme une réponse à celui de Christian Goudineau (2003, p. 34-40) et relance le débat sur l’unité de l’espace gaulois. Michel Rambaud a publié en 1953 une étude fondamentale sur la « déformation historique » chez César, fournissant une assise intellectuelle à la critique du témoignage césarien : le proconsul présentait la Gaule comme un ensemble unifié dans le but d’accentuer la grandeur de sa victoire et de renvoyer l’image d’un espace prêt à être intégré par Rome[3]. Christian Goudineau est, pour une bonne part, l’héritier de cette tendance historiographique et va jusqu’à écrire que « c’est César qui a inventé la Gaule », au sens où il lui conféra une artificielle unité politique, culturelle et militaire qu’il limita à la zone située entre le Rhin, les Alpes et les Pyrénées. L’archéologie révèle de fortes disparités entre les diverses zones de ce que les Romains nomment « tota Gallia » : le sud de la Gaule a été colonisé par Rome depuis la fondation de Narbonne (121-118 avant J.-C.) et connaît une importante activité commerciale avec l’Italie ; les Éduens installés dans l’actuelle Bourgogne (Bibracte) sont considérés dès avant l’époque de César comme des « frères de sang » des Romains ; quant au nord de la Gaule, il demeure relativement éloigné de l’influence économique et politique de Rome. L’apport croisé de la critique du témoignage de César et de l’archéologie a ainsi conduit à remettre en cause la thèse de l’unité gauloise au profit d’une lecture qui insiste sur le morcellement et la rivalité entre peuples de Gaule.

C’est sur ce point que l’article de Jean-Louis Brunaux vient alimenter le débat. Critiquant le récit de César dans lequel les druides sont prêtres, juges ou éducateurs de la jeunesse, l’auteur revient au texte de Posidonios, qui voyait les druides comme des sages exerçant une charge publique. Jean-Louis Brunaux rappelle que si les États gaulois avaient des régimes différents, l’on peut cependant identifier un cheminent commun vers une forme de « démocratie » : les citoyens élisaient des représentants dans deux assemblées, qui désignaient à leur tour deux magistrats pour une période déterminée. L’auteur attire également l’attention sur une « superstructure au-dessus des cités », selon lui perceptible de trois manières. Premièrement, on élisait chaque année un peuple-patron dont les choix concernant les autres peuples gaulois étaient formulés par voie diplomatique. Ensuite, le conseil des Gaules, réuni une fois par an, disposait d’un fort pouvoir décisionnel : c’est lui qui, en 60 avant J.-C., envoya le druide éduen Diviciac solliciter le renfort de César contre les Germains (ce fut l’un des prétextes de l’intervention du proconsul en Gaule), avant de confier à Vercingétorix la lutte contre Rome en 52 avant J.-C. Enfin, l’armée de ce conseil est présentée comme une organisation « nationale » dévouée à l’intérêt de la zone gauloise : les troupes gauloises dont parle Tite-Live « ne purent être que des entreprises confédérales leur assurant des moyens financiers importants et non celles de petits États » (p. 51). Jean-Louis Brunaux termine en évoquant le rôle fédérateur des druides réunis chaque année dans la forêt des Carnutes (Beauce), soit au « centre de toute la Gaule » selon les mots de César : les druides auraient pu, depuis les Carnutes, fixer certaines limites politiques de la « Gaule », comme tendrait à le montrer le changement de statut des peuples qui, en franchissant le Rhin vers l’ouest, « devenaient » Gaulois.

Jean-Louis Brunaux, en intégrant la critique du témoignage de César et en exploitant les informations données « en passant » par le proconsul, considère la Gaule du point de vue des acteurs gaulois et non pas au prisme des Romains : la mise en lumière de certaines formes d’unité témoigne d’un déplacement du regard qui illustre une réaction face à la thèse du morcellement. Si la démonstration est souvent séduisante, l’auteur va parfois un peu loin, notamment lorsqu’il identifie un système « démocratique » articulé autour d’assemblées proches de celles de Rome, qui ne fut sans doute pas elle-même une « démocratie »[4]. Ainsi, il faut plaider l’équilibre entre l’image d’une Gaule morcelée et la vision d’un espace démocratique unifié sous la férule des druides, d’autant que notre connaissance de la Gaule est compliquée par la postérité politique du « mythe gaulois ».

3. Les Gaulois et le roman de la France

Les deux numéros de L’Histoire évoquent les récupérations politiques du thème gaulois du XVIIIe siècle jusqu’à nos jours et rappellent au lecteur que « toute image des origines gauloises est fondamentalement une production idéologique » (Olivier 2017, p. 38). Les savants français commencèrent à s’intéresser aux Gaulois vers 1720, afin de combattre une noblesse de France qui se présentait comme l’héritière des Mérovingiens, Carolingiens et Capétiens : louer de vaillants et indépendants Gaulois permettait d’affirmer l’idéal de vie d’un peuple antérieur à la monarchie. Un changement de taille intervint sous Napoléon III, instigateur de chantiers de fouilles (Alésia, Bibracte) et fondateur du Musée des Antiquités Nationales (MAN) inauguré en 1867, qui fait pour ses 150 ans d’existence l’objet de l’entretien accordé par Hilaire Multon (2017, p. 46-47). Dans la seconde moitié du XIXsiècle, des historiens comme Michelet, Henri Martin ou Lavisse consolidèrent la thèse de « nos ancêtres les Gaulois » alors que Napoléon III avait instillé, par ses écrits (dont l’Histoire de Jules César de 1865) et ses projets archéologiques, l’idée selon laquelle la soumission à César fut bénéfique sur le long terme : la France devait sa grandeur à un mélange d’autochtonie gauloise et de culture romaine. Après que la défaite française de 1870 eut fait du Gaulois un modèle de patriote opposé à l’Empire romain (assimilé à la Prusse) se développa, notamment autour de Camille Jullian, le concept de civilisation « gallo-romaine ». L’attention à cette forme d’hybridation politico-culturelle se retrouve en 1940, lorsque le maréchal Pétain récupéra l’image d’un Vercingétorix qui, dévoué à son pays, reconnaissait toutefois la nécessité d’intégration à l’Empire de Rome, cette fois-ci assimilé au Reich hitlérien.

C’est finalement l’image du résistant râleur qui fit florès dans l’après-guerre (Agulhon 2003, p. 54-55), la première parution d’Astérix en 1959 venant entériner l’image d’un peuple gaulois rétif à toute forme d’impérialisme, qu’il soit romain ou américain. L’entretien final du numéro de 2017 (Falaize, p. 53-55) permet enfin d’éclairer la situation moins connue du thème gaulois dans l’école des colonies françaises au XXe siècle. Benoit Falaize distingue l’enseignement destiné aux métropolitains et aux enfants de l’élite indigène, conforme à ce qui était enseigné à la métropole, des cours donnés dans des écoles « de brousse » bien plus nombreuses : on y insistait davantage sur l’histoire locale que sur le modèle gaulois, surtout révélateur des luttes idéologiques de métropole. Depuis les années 1980, les Gaulois sont présents dans les programmes scolaires, mais sont considérés comme les habitants d’une « France d’avant la France », ce qui constitue une utile « manière de rompre avec une lecture linéaire et nostalgique de la construction du pays » (Falaize, p. 55). Cependant, bien que des ouvrages récents permettent de limiter la portée idéologique de l’usage du thème gaulois, les professeurs restent trop peu formés à l’enseignement d’une civilisation qui demeure dans l’ombre des civilisations « classiques » d’Égypte, de Grèce ou de Rome et qui, lorsqu’elle est enseignée, fait la part belle à l’époque de domination romaine (Goudineau 2003, p. 39). Ainsi, le constat de 2003 demeure exact en 2017 : le chemin vers l’« étrange familiarité » gauloise (Olivier 2017, p. 45) n’a pas encore été parcouru dans son entier.

Les contributions réunies dans le numéro de L’Histoire paru en septembre 2017 témoignent de la vitalité d’un champ d’étude dont l’expansion se poursuit au sein de l’Université française, mais révèle aussi certains décalages avec l’image du Gaulois qui persiste dans l’imaginaire collectif : parce que le chemin parcouru par les spécialistes se heurte encore à l’emprise de l’image d’Astérix sur le grand public, revenir sur les Gaulois dans une revue à grande diffusion était un projet bienvenu, voire nécessaire afin d’encourager les chemins à se croiser.

Pascal Montlahuc, membre de l’École française de Rome, section Antiquité

[1] « La découverte des Gaulois », L’Histoire, 282, décembre 2003, p. 33-55 et « Les Gaulois : une civilisation retrouvée », L’Histoire, 439, septembre 2017, p. 33-55. Afin de mettre en évidence des lignes de force, cette brève lecture critique, centrée sur le numéro de 2017, intègre des comparaisons avec le numéro de 2003.

[2] Pour une approche synthétique, Offenstadt (N.), L’histoire bling-bling. Le retour du roman national, Paris 2009 ; le numéro 44 des Collections de L’Histoire intitulé « 1500 ans d’histoire de France » (septembre 2009) et Blanc (W.), Chéry (A.) et Naudin (Chr.), Les historiens de garde. De Lorànt Deutsch à Patrick Buisson : la résurgence du roman national, Paris 2016. Pour une tentative récente et collective de dépassement du roman national, voir Boucheron (P.) (dir.), Histoire mondiale de la France, Paris 2017.

[3] Rambaud (M.), L’Art de la déformation historique dans les Commentaires de César, Paris 1953.

[4] Fr. Hurlet, « Démocratie à Rome ? Quelle démocratie ? En relisant Millar (et Hölkeskamp) » dans St. Benoist (éd.), Rome, a City and its Empire in Perspective. The Impact of the Roman World through Fergus Millar’s Research – Rome, une cité impériale en jeu. L’impact du monde romain selon Fergus Millar, Boston-Leyde 2012, p. 19-43.

À lire dans la R.E.A. :

Vendries (Chr.), La trompe, le gaulois et le sanglier , R.E.A. 101-3/4, 1999, p. 367-391.

Citer cet article comme : Pascal Montlahuc, Revenir sur les Gaulois, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 18/09/2017, http://reainfo.hypotheses.org/10202.
Crédits image : logo de la revue L’Histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *