BD et gladiateurs dans la série Arelate

Exposition au Musée de Saint Romain en Gal. Salle d’exposition temporaire jusqu’au 24 septembre. Prolongement jusqu’au 7 janvier 2018.

Cette exposition a pour objectif affiché de mettre en parallèle l’univers décrit dans la bande dessinée Arelate de Laurent Sieurac et Alain Genot, et la réalité archéologique et historique sur le thème bien précis des gladiateurs. L’objectif est assurément de confronter et d’utiliser ces deux sujets extrêmement populaires que sont « BD et Gladiateurs » en témoigne le titre, pour attirer le chaland. Et c’est réussi !

D’abord l’affiche, elle est superbe et sans équivoque. Trois gladiateurs qui sont en premier plan et en légère contre-plongée. Ils saluent le public dans la BD mais semblent aussi saluer le public qui vient voir l’exposition. Sobre et efficace, elle introduit parfaitement le sujet.

Une fois entré, les premiers pas dans l’exposition sont eux aussi très bien pensés et en parfaite corrélation avec le sujet. Dans une atmosphère volontairement sombre afin de préserver les planches, c’est bien la BD Arelate qui vous accueille. Les murs noirs font ressortir les planches originales. Nous sommes bien dans une exposition dédiée à une BD. Des cartels clairs et explicites accompagnent les planches.

La deuxième « salle » est elle censée représenter un « ludus », une école de gladiateurs. Une vidéo de la reconstitution en 3D de la découverte du « ludus » de Carnuntum en Autriche accompagne les planches. Au milieu de la pièce trône un tronc d’arbre. Si la BD est toujours bien explicitée par les cartels, la mise en scène manque cruellement d’imagination et le tronc, censé représenter un pieu d’entraînement planté dans le « ludus », fait plus penser à une œuvre contemporaine qui se serait « perdue » dans l’exposition.

La troisième salle est dédiée à la description des panoplies de gladiateurs, les  armaturae. Les grands « totems » qui illustrent chaque panoplie sont très bien réalisés et tous illustrés par un dessin tiré de la BD. Encore une fois, l’univers de la BD Arelate est très bien restitué, fidèle à ce que les auteurs ont voulu transmettre. On peut juste regretter qu’aucune copie de pièce archéologique ne soit présentée. Un espace de lecture est prévu pour que le public puisse découvrir les volumes de la série Arelate mis à leur disposition.

Les trois espaces suivants sont plus petits et imbriqués les uns dans les autres. D’abord, un espace consacré au déroulement d’une journée de jeu dans les amphithéâtres romains détaille l’univers des  ludi romani. Là, sans que l’on comprenne bien pourquoi, est diffusée une courte vidéo de gladiateurs à l’entraînement. Cette vidéo ne semble pas bien placée dans cet espace de l’exposition : elle aurait été bien plus justifiée dans l’espace dédié aux écoles de gladiateurs. Ensuite vient un espace dédié à l’image des gladiateurs dans l’imaginaire collectif. Cet espace est la véritable déception de l’exposition : là où l’on pourrait faire des comparatifs pertinents et des explications pédagogiques grâce à la BD Arelate, nous ne trouvons qu’une vitrine avec des objets sans intérêt, par exemple un flacon vide du parfum Invictus, une « jupette » de peplum en simili cuir et franges, et surtout un grand écran, le plus grand de l‘exposition avec en boucle des pubs TV : Orangina, Pepsi qui ont un vague rapport avec la gladiature et son traitement dans la BD, et une autre Invictus qui, elle, n’a rien à voir avec la BD ou la gladiature : si je peux comprendre l’idée sous-jacente de cette mise en parallèle de la gladiature et de sa représentation dans l’imaginaire collectif dans cet espace, la réalisation semble plus tenir d’un stagiaire de 3ème que d’un musée d’ampleur nationale. Le dernier espace est celui symbolisant l’espace de travail de l’artiste.

L’idée de consacrer une exposition à la BD Arelate, et par-là même au thème des gladiateurs, à l’image de ce qui avait été fait pour l’exposition Golvin au Musée Départemental d’Arles est très intéressante. L’exposition de Saint-Romain en Gal tente de nous projeter dans l’univers de création de la BD et de ses auteurs. Une vidéo explique le processus de création et les attentes des deux auteurs en amont et en aval de la naissance d’Arelate. Cet espace très intéressant aurait cependant mérité plus d’espace et plus de moyens.

En conclusion, cette exposition est à voir surtout pour la présentation efficace de la BD Arelate, qui comme le confessent les auteurs, est devenue un médium pédagogique au fil de la création. L’exposition « BD et Gladiateurs dans la série Arelate » devrait en cette rentrée 2017, être un bon support pour les enseignants notamment, pour faire découvrir l’univers romain et les fameux jeux de gladiateurs à leurs élèves. On peut regretter un ou deux choix qui ne semblent pas judicieux en marge de la BD, spécialement le rendez-vous manqué de la comparaison entre la vision populaire et la réalité archéologique.

La BD Arelate a sûrement de beaux jours devant elle grâce à la qualité narrative de ses auteurs et le contenu instructif de ces pages, et cette exposition va sans nul doute lui permettre de prendre une nouvelle dimension dans la famille des bandes dessinées historiques.

Brice Lopez

Citer cet article comme : Brice Lopez, BD et gladiateurs dans la série Arelate, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 30/10/2017, http://reainfo.hypotheses.org/10447.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *