Valorisation : compte rendu de l’exposition « Mythes fondateurs. D’Hercule à Dark Vador »

À l’initiative de Jean-Luc Martinez, son Président-directeur, le Louvre a ouvert à l’automne 2015 un nouvel espace dédié à l’éducation artistique et culturelle du jeune public. L’entrée de cette Petite Galerie installée dans l’aile Richelieu se repère au ciel étoilé projeté sur la voûte de l’escalier qui y conduit et dont les marches portent les verbes : observer, lire, écouter, s’émerveiller et transmettre. Le nom « Petite Galerie » a ses « i » inversés en points d’exclamation (!) que l’on retrouve sur les panneaux destinés aux enfants dans l’exposition. Chaque année, un thème généraliste sera présenté sur une durée de neuf mois dans ce lieu intime (250m2 sur les 70 000m2 du Louvre). La première exposition permet d’explorer les mythes fondateurs et les grandes figures héroïques, d’Hercule à Dark Vador, grâce à la réunion de 70 œuvres, allant de la préhistoire à la création contemporaine. Deux Commissaires, spécialistes du XIXe siècle français : Dominique de Font-Réaulx, Conservateur général au musée du Louvre et directrice du musée national Eugène-Delacroix, et Frédérique Leseur, Sous-directrice du Développement des publics et de l’Education artistique sont à l’origine de sa conception et de sa scénographie. Par différentes voies (catalogue de l’exposition, interviews données à des journaux), elles ont justifié leur perspective en tant que chefs de projet. Elles ont voulu émerveiller les enfants, capter leur attention et rapprocher l’école du musée.

Quatre thèmes sont déclinés en deux volets : les origines du monde (les mondes créés, l’aube du monde), les cycles de la nature (le jour et la nuit, les visions enchantées du monde), les figures du mythe (héros, monstres), et les spectacles du mythe (Dédale et Icare, les métamorphoses).

L’effort pour mettre les œuvres à la portée des enfants mérite d’être salué. Les cartels sont soignés et clairs ; les vitrines sont placées suffisamment bas pour être vues des petits. Il y a aussi une recherche d’ambiance par le jeu des lumières qui baignent de bleu la salle consacrée au Jour et la Nuit. Des dispositifs appelés « salières », équipés de volets en bois mobiles, incitent les enfants à toucher des échantillons de matériaux, à sentir des odeurs, à décrire les œuvres. Les plus jeunes trouvent à l’accueil un carnet d’exposition dont la couverture est illustrée par la reproduction partielle d’un crocodile en bois de Nouvelle-Guinée (culture Iatmul), exposé dans la première salle. Page après page, les enfants sont invités à observer certaines œuvres, à les hiérarchiser en fonction de leur taille, à trouver le nom de l’ennemi d’Hercule, à jouer au jeu des sept erreurs, et à compléter les motifs effacés d’un vase corinthien. L’idée est de les occuper pour qu’ils s’approprient l’espace sur un mode ludique sans pour autant leur imposer un fil directeur dans le suivi de l’exposition. Il n’y a pas d’écran dans les premiers espaces, mais une application peut être téléchargée gratuitement sur Smartphone. Aucun siège n’est disposé dans les salles. Comme les reflets troublent la vue, il faut s’approcher des vitrines. Dans la dernière partie de l’exposition, on peut s’asseoir et visionner une vidéo sur la préparation d’un épisode de la « Guerre des Étoiles ». On assiste à la création du casque de Dark Vador et à l’entraînement des acteurs pour la mise au point d’une scène de combat au laser.

L’organisation de l’espace est troublante à plus d’un titre. Des œuvres, mises sous verre, sont associées sans référent chronologique ni support géographique. Ainsi la vitrine qui se trouve immédiatement à gauche en entrant juxtapose-t-elle un vase grec sur la Gigantomachie, le dieu Ptah, une hache de type Ye-Yao de Nouvelle Guinée, une tablette cunéiforme, une hache rituelle du Bénin … sans carte. La partie droite associe une Aphrodite du second siècle de notre ère à une maquette de l’hémicycle de la bibliothèque du Palais-Bourbon (Eugène Delacroix, 1843) qui a pour sujet Orphée venant policer les Grecs. Une des questions de la salière installée dans cette salle propose aux enfants d’imaginer la position des bras de Vénus qui n’en a plus ! À parcourir l’exposition, on constate que la partie droite des salles, moins surchargée en œuvres que la gauche, a vocation à attirer l’attention. Or, sur sa droite le visiteur trouve les puissances maléfiques à savoir successivement Circé et les monstres qu’affrontent les héros. C’est contrevenir totalement à la logique de l’Antiquité qui considérait la droite comme positive et la gauche comme sinistre. À peine les premières salles traversées avec leurs œuvres trop nombreuses et leurs messages brouillés faute de repères dans l’espace et le temps, les jeunes se précipitent en fin d’exposition pour voir le casque de Dark Vador, élevé au niveau d’une œuvre d’art ! Puis, ils assistent médusés à la projection d’une vidéo en l’honneur de ce héros. Les « salières » un rien archaïques ne peuvent pas lutter avec le pouvoir du cinéma.

Le choix des œuvres semble aléatoire. Il s’agit plus de montrer la profusion des formes que de donner du sens. On ne sait pas pourquoi Circé, femme fatale, a été préférée aux mythes de Pandore et des Amazones, qui n’ont jamais cessé de hanter l’imaginaire occidental. De toute façon, les héros se conjuguent au masculin dans cette entreprise pédagogique. Encore faut-il relever qu’ils ne sont pas valorisés. Héraclès n’est pas associé à Héra qui a pourtant joué un rôle fondamental dans son nom et son destin. Pour les Commissaires, il est un héros de « la rédemption » (catalogue, p. 136) sauvé grâce à ses Travaux contrairement à Dark Vador qui n’a pas connu la « catharsis » de ses pulsions mortifères (sic !). Le héros majeur de l’antiquité qui a nettoyé le Péloponnèse de ses monstres, et a mis ses pas dans ceux du Melqart phénicien pour arpenter la Méditerranée jusqu’aux colonnes qui portent son nom, est rabaissé, ridiculisé, réduit à n’être qu’un méchant puni pour avoir tué sa femme et ses enfants. L’affiche de l’exposition est d’ailleurs à elle seule tout un programme. Hercule est dominé par la figure sinistre de Dark Vador et précédé par une figurine japonaise en bois sculpté, censé représenter un blaireau. La tête penchée, le héros semble douter de sa postérité… Quant au mythe de Dédale et Icare, l’exposition insiste moins sur le génie du père que sur la chute du fils. Dans ce dispositif scénique, l’œuvre énigmatique d’Yves Klein : « Ici-gît l’espace » une éponge peinte sur panneau de bois (1960), est présentée comme une variation moderne sur le mythe d’Icare.

Les Commissaires ont cherché à donner aux enfants l’ouverture la plus grande sur la création artistique et sur le monde en partant de ce qu’ils connaissent pour aborder les récits Dogon et d’Océanie, et pour leur raconter les Tanuki du Japon que l’on retrouve dans les mangas (entretien avec Stéphanie Pioda, Artistik Rezo, 13 octobre 2015). En supposant que leur public a lu Hésiode ou Ovide, elles révèlent à quelle catégorie privilégiée elles pensent s’adresser. En revanche, tous les enfants connaissent les albums illustrés de l’Iliade et de l’Odyssée ainsi que le monde de Walt Disney. Or, la bande dessinée est curieusement absente de l’exposition. Le but recherché est d’émerveiller, l’enfance étant le temps supposé des points d’exclamation (Pet!te Galer!e) et des éblouissements. Le catalogue, destiné aux adultes, confirme cette perspective. Il s’ouvre par un texte de Michael Edwards, extrait son livre De l’émerveillement (2008), et se termine par un passage d’Alice au pays des merveilles (1865). Renouer avec l’émerveillement de l’enfance, c’est plus qu’un projet, c’est une mystique. Alors l’approche sensible de l’art est privilégiée pour favoriser les émotions. Mais quoi de plus éphémère, de plus incertain et de plus personnel que les émotions ! Les formes voluptueuses de l’Aphrodite dite Vénus du type de l’Esquilin ne provoqueront pas les mêmes sensations, on peut l’espérer, que le dieu Ptah ou un magnifique masque Dogon… Jouer sur les émotions et les sensations pour faire de la Petite Galerie une entrée dans l’univers muséal, sans faire appel à la question du pourquoi, c’est bâtir sur du sable.

L’exposition a également pour finalité de faire comprendre aux enfants que les héros de leurs jeux vidéo, des mangas et du cinéma sont les héritiers de ceux du passé. En fait, rien dans le déroulé des salles ne les prépare à interroger ce patrimoine culturel et à prendre une distance critique. Au début de leur carnet, les enfants lisent que « les dieux et les héros, les animaux et les monstres sont issus des récits fondateurs de différentes civilisations », mais de ces civilisations ils n’entendront pas parler. Vases, statues, mosaïques, tableaux, croquis, miroirs, plats, masques, sont juxtaposés. La forme compte moins que l’image délivrée. Le créateur et la société dont il est issu ne sont pas plus mis en valeur que la tradition iconographique et littéraire. Bien sûr, les cartels donnent des précisions mais que vont comprendre les enfants à des statues de Mithra isolées de tout contexte rituel ? Que vont-ils retenir de Dédale et d’Icare si on ne leur explique pas la légende du Minotaure ? Comment vont-ils lire la photo de Serge Lifar dans le ballet « La chute d’Icare » si ce n’est que le mauvais fils finit toujours par tomber pour avoir désobéi à son père ? En quoi leur est-il utile de savoir qu’un tableau était un morceau de réception à l’Académie royale de peinture et de sculpture alors que rien ne leur est dit de la place des artistes dans le royaume de France au XVIIe siècle (Joseph-Marie Vien, 1754) ? On pourrait multiplier les questions auxquelles la Petite Galerie n’apporte pas de réponses. Le degré d’efficacité d’une œuvre, sa portée rituelle ou son instrumentalisation par le pouvoir en place ne sont jamais interrogés. De fait, aucun mythe fondateur, aucun héros n’émergent de ce magma faute de perspective historique.

Il s’agit d’ouvrir un livre d’images mythiques en postulant que l’Homme n’est qu’un avec ses peurs, ses angoisses et ses réponses stéréotypées. Alors, le langage au sens de logos est l’ennemi. Il faut noyer la raison qui préside aux valeurs esthétiques de chaque société dans une mise en scène mystico-muséale. Le spectateur doit se laisser dominer par un kaléidoscope d’images multiples. Le Catalogue destiné aux adultes ne donne pas plus matière à réflexion : il se présente sous forme d’un montage de définitions, de citations et d’œuvres commentées avec une grande érudition mais que rien ne permet de relier à celles qui précèdent ou à celles qui suivent.

Pour revenir aux enfants, leur carnet d’exposition se termine par un impératif : « Poursuis ton exploration », pour les encourager à aller voir les collections du Louvre, à visiter le musée du quai Branly, la Cinémathèque française, le Centre Pompidou et le musée de Saint-Germain-en-Laye ! Pitié pour eux… La Petite Galerie traduit d’ailleurs les travers d’un parisianisme sans doute inconscient en invitant les jeunes à visiter les autres musées … parisiens. Quid des petits provinciaux ? Quant à vouloir faire de la Petite Galerie « une école du regard » et « la colonne vertébrale de l’éducation artistique du musée » pour reprendre les propos de Jean-Luc Martinez, c’est faire preuve d’hybris. D’ailleurs, il convient de rappeler que l’initiative du Louvre n’est pas la première du genre à Paris. Il y a trente ans déjà, le Centre Pompidou a créé une Galerie des enfants pour leur faire découvrir et partager l’univers d’un plasticien et d’un seul. À vouloir s’ouvrir sur toutes les formes de création artistique, la Petite Galerie accouche d’un monstre semblable à l’hydre de Lerne qui pousse ses tentacules dans toutes les directions et sauf à avoir la ruse d’Héraclès inspiré par Athéna, le visiteur finit étourdi, voire étouffé par ces œuvres qui viennent de partout et appartiennent à des univers si différents. Le message simpliste et manichéen de Dark Vador y gagne en efficacité…

On peut s’interroger sur la nécessité d’une telle initiative de la part du Louvre. Dans le premier musée de France, on rencontre souvent des classes entières qui, sous la conduite intelligente et passionnée de leurs enseignants, viennent se cultiver. Ces visites sortent les élèves de leur quotidien et d’une consommation culturelle qui n’a besoin ni de l’école ni du musée pour faire recette. Parmi eux, comme par le passé, certains seront bouleversés par leur rencontre avec une civilisation. Alors, ils apprendront le grec, le latin, le hiéroglyphe, l’arabe. À l’issue de cette découverte, ils n’auront pas seulement « envie » d’aller au musée comme le souhaitent les concepteurs de la Petite Galerie, ils donneront un sens à leur vie et le goût de la connaissance ne les quittera plus.

Loin d’émerveiller, l’exposition crée une sensation de malaise. Au point d’exclamation on peut préférer le point d’interrogation pour ouvrir la porte qui conduit à la richesse muséale. En quittant la Petite Galerie, le visiteur débouche avec soulagement sous les verrières de la cour Marly, en pleine lumière.

Geneviève Hoffmann

Professeure d’histoire grecque, Université d’Amiens

 

Citer cet article comme : Geneviève Hoffmann, Valorisation : compte rendu de l’exposition « Mythes fondateurs. D’Hercule à Dark Vador », in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 21/03/2016, http://reainfo.hypotheses.org/1309.

Crédits image : affiche « Mythes fondateurs. D’Hercule à Dark Vador » © RMN Grand-Palais (musée du Louvre) / H. Lewandowski. Dark Vador. © &TM. Lucasfilms Ltd. Used under utilisation.

Une réflexion au sujet de « Valorisation : compte rendu de l’exposition « Mythes fondateurs. D’Hercule à Dark Vador » »

  1. Hello, bravo pour votre article très captivant! Je suis de Rennes et je suis passionné par ce sujet. Grâce à votre blog que je viens découvrir au hasard d’un surf, je vais en connaître davantage. Amicalement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *