Valorisation : compte rendu de l’exposition « Parfums antiques, de l’archéologue au chimiste »

L’exposition temporaire sur les parfums antiques débute par une première salle au rez-de-chaussée dans laquelle est présenté un film didactique sur la recherche sur les parfums durant l’Antiquité gréco-romaine.

Intitulé « Le parfum retrouvé », ce film de Luc Ronat (CNRS Images, 28 minutes, 2012) est excellent et même indispensable afin de comprendre la genèse de cette exposition.

Le film présente la rencontre entre un archéologue (Jean-Pierre Brun, Collège de France) et un chimiste (Xavier Fernandez, Institut de Chimie de Nice – CNRS UMR 7272) et leur désir de lancer un projet commun afin de mieux comprendre la production des parfums dans l’Antiquité.

Dans une première partie, Jean-Pierre Brun explique l’omniprésence des parfums dans les sociétés antiques, notamment dans les sphères religieuses et funéraires mais également dans la vie quotidienne, dans les thermes par exemple. L’utilisation de Pompéi et de ses fresques aussi bien dans le film que dans l’illustration de l’exposition souligne également le concept du parfum comme produit de luxe dans l’Antiquité.

La seconde partie est centrée sur l’apport de l’expertise locale de la région de Grasse, mondialement connue pour ses parfumeurs. On y assiste au choix des matières premières et sur le déroulement des processus de création d’un parfum.

La force de l’exposition est d’avoir permis le dialogue entre deux domaines qui se rencontrent peu fréquemment, celui de la chimie et de l’archéologie. Elle est le fruit du croisement des connaissances des chimistes et de celles apportées par les fouilles de sites de production de parfums ces vingt dernières années (Paestum, Délos, Pompéi), par les sources antiques relatives aux parfums et aux réflexions sur leur étymologie.

Bien que le Musée International de la Parfumerie dispose déjà de trois salles dédiées aux parfums durant l’Antiquité dans ses espaces d’exposition permanente, l’exposition temporaire qui se situe au second sous-sol est plus orientée vers la production même des parfums et quelques-unes des essences les plus importantes de l’Antiquité gréco-romaine.

Une dizaine de vitrines sont installées au cœur d’une aire ouverte entourée de panneaux portant des informations synthétiques, permettant ainsi une circulation fluide. Les objets présentés sont principalement ciblés sur les vases à parfums : balsamaires, lécythes, mais également quelques-uns liés à la production tels que mortiers et balances. On trouve au centre une section didactique avec des échantillons à sentir (le Rhodinon, parfum à la rose ; l’Irinon, parfum à l’iris ; et le kyphi, parfum à brûler) au-dessus desquels se trouve un écran illustrant le procédé d’obtention de l’essence. On trouve également d’autres éléments comme une maquette de la parfumerie de Délos (Grèce).

Les panneaux offrent quant à eux des synthèses sur les matières premières nécessaires à l’élaboration des parfums, sur la macération et l’expression, sur leurs usages rituels et profanes, ainsi que les attestations archéologiques de parfumerie, à savoir Délos (Grèce), Paestum et Pompéi (Italie). Enfin un dernier panneau indique les différentes disciplines impliquées dans l’étude des parfums antiques.

Cette petite exposition atteint les objectifs qu’elle s’était fixée, à savoir présenter au public la compréhension de la production des essences et des parfums antiques, exposer l’archéologie des parfums, et illustrer le dialogue entre archéologie et chimie.

L’exposition vise plutôt un public adulte, même si l’initiation au sens de l’odorat et quelques activités ludiques pourront attiser l’intérêt des plus jeunes.

En revanche, le visiteur qui souhaiterait satisfaire plus amplement sa curiosité aura tout intérêt à se plonger dans le catalogue de l’exposition, richement illustré, et qui présente de manière plus exhaustive les contextes archéologiques et historiques tout en accordant une place importante aux procédés chimiques de la reconstitution.

J-P. Brun et X. Fernandez, Parfums antiques : de l’archéologue au chimiste. – Milan : Silvana Editoriale, 2015. – 264 pages. – 500 illustrations. – 32 euros. – ISBN : 9788836631629.

Katia Schörle et Emmanuel Botte

Katia Schörle, chercheure associée, Université Nice Sophia Antipolis – ‎Musée d’Art Classique de Mougins

Emmanuel Botte, chargé de recherches au C.N.R.S., Centre Camille Jullian

Informations pratiques

Musée International de la Parfumerie

Exposition du 11 décembre 2015 au 31 mars 2016

http://www.museesdegrasse.com/evenement/parfums-antiques-de-larcheologue-au-chimiste

Tarifs

  • Entrée plein tarif avec accès exposition temporaire : 4 € (demi-tarif 2 €).
  • Gratuité (sur présentation d’un justificatif) : moins de 18 ans, chômeurs, handicapés, groupes scolaires accompagnés.

Commissariat général

Olivier Quiquempois, Directeur des musées de Grasse, Conservateur du patrimoine

Commissariat scientifique

Grégory Couderc, Attaché de conservation, Musée international de la Parfumerie

Comité scientifique

  • Jean-Pierre Brun, Professeur au Collège de France, Directeur de recherche au CNRS Xavier Fernandez, Professeur des Universités, Chercheur à l’Institut de Chimie de Nice, Directeur du Master 2 Chimie Professionnel FOQUAL (Formulation, Analyse, Qualité), antenne grassoise de l’Université de Nice-Sophia Antipolis.
  • Nathalie Derra, Chargée des expositions et du mécénat, Musée international de la parfumerie
  • Marion Malissen, Chargée des expositions et de projets muséographiques, Musée international de la parfumerie
  • Chloé Fargier, Documentaliste, Musée international de la parfumerie, Grasse

Citer cet article comme : Emmanuel Botte et Katia Schorle, Valorisation : compte rendu de l’exposition « Parfums antiques, de l’archéologue au chimiste », in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 21/03/2016, http://reainfo.hypotheses.org/1379.

Crédits image : affiche de l’exposition, site internet des organisateurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *