Valorisation : compte rendu de l’exposition « Pompéi, une ville romaine »

L’exposition encore en cours au Musée des Beaux-Arts de Montréal est une réalisation conjointe du Musée royal de l’Ontario à Toronto (sous la direction de Paul Denis, commissaire principal, aidé de la conservatrice et chercheuse Kate Cooper) et du musée de Montréal (Laura Vigo, archéologue italienne et co-commissaire), avec l’aide et la collaboration de la Soprintendenza de Campanie et de celle de Pompéi.

Ce sont quelques 220 œuvres qui ont été exposées à Toronto puis à Montréal, selon une organisation essentiellement thématique, après une salle consacrée aux portraits de l’élite pompéienne (sculptures en marbre essentiellement) et aux monnaies impériales destinées à fournir au visiteur le cadre historique et chronologique des œuvres exposées.

De Pompéi est surtout montrée la ville de 79 et sa vie quotidienne, dont l’exploration est organisée par salles thématiques : la rue et ses animations (essentiellement marché et boutiques ; temples et vie religieuse), les loisirs (sport, alimentation, sexualité, culture), la maison et son jardin, ainsi que la fin de la cité au moment de l’éruption. L’histoire de cette ville morte après plus de six cents ans d’existence est donc moins rappelée sur le temps long que sur le temps plus court de la Pompéi impériale. Malgré la présence d’une fresque du Ier style, la Pompéi osque est peu évoquée ; mais les panneaux d’explication rappellent tout de même l’ancienneté des cultes civiques (celui d’Apollon notamment) ou celle des échanges, puisque la cité est née d’un site portuaire à l’embouchure du Sarno.

Après un panorama de la production et des échanges à Pompéi (métiers urbains – représentés par le relief très connu de l’atelier du forgeron ; production agricole et commerce portuaire), la vie religieuse est d’abord représentée par les statuettes en bronze des laraires avec des représentations de lares familiers, de Mercure ou d’Hercule. Ce sont ensuite quelques exemples de cultes étrangers acclimatés en Italie qui sont exposés : les fameuses mains du dieu Sabazios et surtout le culte d’Isis, bien représenté par deux fresques de l’ekklesiasterion de l’Iseum pompéien, la belle statue d’Isis en marbre provenant du même temple et une autre peinture d’Herculanum.

L’espace de la maison est ensuite évoqué à travers l’exposition de l’ameublement et des pièces du banquet : de superbes plats et coupes d’argenterie provenant de la maison du Ménandre, d’Inachus et Io ou encore de maisons d’Herculanum ; de belles verreries, qui rappellent que la Campanie (et particulièrement Herculanum, avec l’atelier d’Ampliatus en activité en 79 [1]) était à l’époque devenue un haut lieu de la facture du verre pressé ou soufflé. Aux tables des plus riches, le verre avait en 79 remplacé la sigillée qui continuait toutefois d’être présente aux banquets pompéiens (de belles pièces en sont exposées) : des caisses de sigillée gauloise venaient encore d’arriver à Pompéi en 79. Pour la cuisine, des échantillons des principaux moules à gâteau, poêles, récipient pour cuire les œufs, montrent le raffinement de la cuisine des riches Pompéiens. Une jarre à engraisser les loirs complète de façon amusante cet inventaire et vient là illustrer les témoignages littéraires (le Satiricon de Pétrone ou la compilation tardive de recettes romaines attribuée à Apicius) qui nous disent eux aussi combien le loir farci était un mets apprécié à l’époque. De magnifiques mosaïques provenant d’Herculanum évoquent enfin les poissons de choix que les Pompéiens consommaient en grande quantité [2].

Les loisirs sont essentiellement évoqués par la représentation des jeux et spectacles : l’engouement pour les jeux de gladiateurs, dans cette ville dont l’amphithéâtre est de nos jours le plus ancien préservé, est représenté par certaines des magnifiques pièces de l’armement des gladiateurs retrouvés dans le quartier des théâtres. Une salle spéciale est ensuite réservée à la sexualité, par l’exposition d’une sélection d’objets et de scènes érotiques (fresques des chambres des thermes du Sarno), longtemps conservés au Cabinet secret du Musée archéologique de Naples.

La conservatrice du musée de Montréal, Nathalie Bondil, a souhaité mettre l’accent, plus qu’à Toronto, sur la restitution de l’ambiance ancienne par une scénographie étudiée. C’est une des belles réussites de l’exposition que de chercher à replonger le spectateur dans l’atmosphère de la domus pompéienne. Dans le triclinium, on est bercé par une musique grecque restituée à partir de certaines annotations musicales retrouvées sur des papyrus d’Oxyrhynchos et reconstituées par François Filiatrault et l’ensemble De Organographia. Au jardin, on se promène au milieu de bruits d’eau des fontaines et des oiseaux et est ainsi très bien restitué ce « paysage de villa » que les Pompéiens cherchaient eux-mêmes à retrouver en pleine ville par les fresques murales ornant les murs de leurs jardins, pour en prolonger la profondeur et le peupler d’animaux et de végétation, portant fleurs et fruits en toute saison [3]. Dans cette salle du jardin, on peut admirer deux belles statues de muses retrouvées dans les fouilles des années 1910 dans le jardin de la maison de Loreius Tiburtinus dite aussi d’Octavius Quartio (II, 2, 2), mais aussi des hermès ou une des magnifiques statues de bronze de la Villa des Papiri d’Herculanum. Mais la restitution scénographique la plus spectaculaire est sans doute celle de la fin de la ville : d’abord est restituée dans la salle contenant le fameux moulage du chien mort au moment de l’éruption, la pluie de cendres tombant sur Pompéi au moment ultime ; sont ensuite restituées, à partir de la reconstitution numérique d’une rue et d’une maison de la ville par l’entreprise montréalaise Graphics eMotion, les différentes phases du cataclysme, des tremblements de terre aux pluies de cendre et aux avalanches pyroclastiques ; est projeté pour finir un film en 16 mm de l’artiste français Laurent Grasso qui à l’aide d’un drone parcourt les rues fouillées de Pompéi et restitue l’ambiance d’un volcan en activité.

L’exposition Pompeii, bel aperçu des merveilles du musée de Naples pour qui ne les aurait pas vues, est servie par des commentaires tout à fait précis et justes. Le choix thématique détourne certes quelques rares œuvres de leur destination première (ainsi la flûte devrait plus se retrouver dans la salle consacrée à la religion qu’aux loisirs), mais l’ensemble est de très haute qualité. L’alliance du savoir et de l’art et l’apport des reconstitutions numériques font de cette exposition un endroit original pour la découverte ou redécouverte de la cité romaine.

Pour la programmation des conférences et films sur l’exposition voir : https://www.mbam.qc.ca/expositions/a-laffiche/pompeii/#top.

Christel Freu

Professeure, Université de Laval

Page Academia de Christel Freu.

[1] Cf. L. A. Scatozza Höricht, I vetri romani di Ercolano, Roma 1986.

[2] La part du strontium dans les squelettes d’Herculanum montre cette grande consommation des produits de la mer, crustacés et poissons (cf. L. Capasso, I Fuggiaschi di Ercolano. Paleobiologica delle vittime dell’eruzione vesuviana del 79 d. C., Roma 2001).

[3] Cf. P. Zanker, Pompeii : Public and Private Life, Cambridge 1998 (trad. angl. de D. Schneider de Pompeji: Stadtbild und Wohngeschmack, Mayence 1995) et W. Jashemski, The Gardens of Pompei, Herculanum and the Villas by the Vesuvius, I-II, Washington 1979.

Citer cet article comme : Christel Freu, Valorisation : compte rendu de l’exposition « Pompéi, une ville romaine », in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 15/06/2016, https://reainfo.hypotheses.org/2246.

Crédits image : © G. Sébastien Roy pour le MBAMTL.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *