Valorisation : à propos de la vidéo « Confessions d’histoire. La Guerre des Gaules ». Entretien avec Michel Reddé

Ancien élève de l’École Normale Supérieure et agrégé de lettres classiques, Michel Reddé est directeur d’études en Sciences historiques et philologiques à l’École pratique des hautes études.

L’objectif de Confessions d’histoire est de « casser » les idées reçues sur un thème historique en faisant parler les personnages de l’Histoire. Le premier épisode concerne un événement marquant de la République romaine, la guerre des Gaules, avec deux personnages illustres, Jules César et Vercingétorix.

Reainfo : Le récit de Jules César et de Vercingétorix reprend les éléments clés de l’histoire de la guerre des Gaules (à savoir les protagonistes, le déclenchement et l’enchaînement de la guerre, la victoire à Alésia de Vercingétorix et la défaite finale des Gaulois face aux Romains). Ces éléments suffisent-ils à comprendre cet événement important de l’histoire de la Rome républicaine ?

Michel Reddé : Pour le grand public, sans aucun doute, car ils reprennent les principaux éléments du récit césarien. Pour l’historien, l’affaire est sans doute un peu plus complexe : il ne faut oublier ni le fait que Rome avait depuis longtemps un pied en Gaule, au moins depuis la conquête du Midi, ni qu’elle disposait d’un réseau important de clientèles politiques et commerciales, notamment dans l’Est de la Gaule. Enfin, on ne saurait sous-estimer ni la force d’expansion impérialiste de Rome, ni l’ambition de César face à ses rivaux, sa soif de gloire et de richesse. D’une certaine manière, la Gaule était une proie destinée à succomber un jour ou l’autre.

Reainfo : Le titre de la série n’est pas sans rappeler une célèbre émission de TF1. L’angle choisi est de raconter un événement historique par les protagonistes de l’histoire. La représentation de Jules César et de Vercingétorix est-elle fidèle à l’image véhiculée par les sources anciennes (sources écrites, numismatiques et archéologiques).

Michel Reddé : Elle est en effet aussi fidèle que possible, malgré sa présentation burlesque. S’agissant de Vercingétorix, nous ne savons presque rien de lui, hormis la description (peut-être biaisée) qu’en donne son vainqueur, à quoi il faut ajouter de rares détails glanés ça et là chez des auteurs postérieurs aux faits, ou son portrait (peut-être idéalisé) sur les émissions monétaires arvernes. Reconstituer sa personnalité reste donc une gageure historique et un exercice tout droit sorti du XIXe siècle, une époque où le chef arverne est devenu un « héros national » à côté de Du Guesclin et de Jeanne d’Arc. Pour César, c’est une tout autre affaire, compte tenu de son poids historique et historiographique à Rome même, qui a produit de nombreux récits discordants, tous issus de partisans ou au contraire d’adversaires acharnés de son action, ce qui ne facilite évidemment pas l’objectivité. L’asymétrie des sources, bien soulignée par le film, est donc flagrante mais les détails évoqués dans ce film s’appuient toujours sur le corpus d’informations dont nous disposons.

Reainfo : Le thème de la guerre des Gaules est évoqué après plus de 2 min 40 (sur 10 minutes de film). Ne serait-il pas un simple prétexte pour donner des renseignements d’ordre général sur les peuples gaulois et romain ?

Michel Reddé : Si c’est un prétexte, il est assez habile. La conquête proprement dite ne constitue en effet qu’un des moments de la pénétration romaine en Gaule chevelue et celle-ci n’était pas achevée quand César quitta le pays pour se lancer à l’assaut de Rome. S’il y a assurément un « avant » et un « après » l’épisode césarien, la mutation de la nouvelle conquête et son intégration dans l’Empire s’inscrivent dans un processus long et lent, commencé bien avant 58 avant J.-C. et qui ne fut sans doute pas achevé avant un bon siècle, voire davantage. Donner des renseignements d’ordre général sur les peuples gaulois et romains constitue donc la toile de fond indispensable à la compréhension de cette affaire, qui ne se limite pas à une conquête militaire.

Reainfo : Cette vidéo participe-t-elle à combattre les stéréotypes sur les Gaulois (ou plutôt devrait-on dire alors les Celtes selon Confessions d’histoire) ?

Michel Reddé : Oui, certainement. Les auteurs du film ont raison d’insister notamment sur le haut niveau de civilisation de la Gaule de ce temps, même si les auteurs latins (Cicéron notamment) ne se privent pas d’en décrire la « barbarie », mais il s’agit là d’un lieu commun propre à la narration historique de ce temps, à fortiori au discours politique ou à la polémique judiciaire. S’agissant du nom de « Celtes » ou de « Gaulois », il convient de noter que le premier correspond à un usage grec, parfois latinisé, le second à un usage romain. Il s’agit de noms qui désignent des ensembles ethniques plus vastes que ceux qui occupent la « Gaule » proprement dite : c’est vrai en particulier de l’Italie padane. Il ne faut pas non plus oublier que le monde « Celte » s’étend à toute une partie des pays que traverse le Danube, de l’Allemagne du sud à la Hongrie, mais aussi à la Grande-Bretagne et à l’Irlande, à une partie de l’Espagne.

Reainfo : Et à propos des Romains ?

Michel Reddé : La présentation du monde romain est paradoxalement plus réduite et sommaire dans ce film, donc plus traditionnelle et stéréotypée : la force brutale des légions, l’huile et le vin…

Reainfo : L’auteur de la série Ugo Bimar n’est pas historien. En ce qui concerne les contenus proposés, erreurs ou contre-sens se sont-ils glissés dans le récit ? (Un vrai-faux s’impose…)

Michel Reddé : Le fait que l’auteur de la série ne soit pas historien ne me dérange guère : à chacun son métier et il y a peu d’historiens professionnels capables de s’adresser aisément et simplement au grand public. Bien entendu, quand on simplifie pour la nécessité du récit, on prend le risque de forcer le trait, de gommer les nuances, de s’exposer par conséquent à la critique. Il m’est arrivé autrefois, avec des étudiants de première ou deuxième année, de projeter une image issue des aventures d’Astérix en leur demandant de « chercher l’erreur ». Il y en a, bien sûr, malgré la très grande culture des auteurs de cette série. Ici, plutôt que des erreurs flagrantes, on pourrait relever des traits forcés, des approximations. Prenons un exemple, celui de la moustache de Vercingétorix, qu’il porte d’abord, avant de l’enlever pour affirmer que les Gaulois se rasaient. Or toute l’iconographie classique montre des Celtes moustachus, certains barbus : c’est l’image classique du barbare, un lieu commun en quelque sorte, mais rien ne permet d’affirmer qu’elle soit fausse à 100 %. À l’inverse, les monnaies d’or arvernes portant le nom de Vercingétorix montrent un visage glabre : mais est-ce un portrait réaliste ou idéalisé ? Il en va de même, d’ailleurs, de pratiquement toutes les espèces monétaires trouvées à Alésia. Or, on le sait, ces émissions sont issues de prototypes remontant aux drachmes hellénistiques ou, pour une autre part, de modèles romains : cherchez donc l’erreur…

Reainfo : Le ton utilisé est parfois familier, voire vulgaire. Est-il nécessaire d’adopter une telle posture pour intéresser un public nouveau et jeune aux sujets historiques ?

Michel Reddé : c’est évidemment affaire de point de vue et de circonstances. La vulgarité n’est jamais nécessaire. La familiarité peut l’être, et pas seulement vis-à-vis d’un public jeune : il ne faut pas oublier que le métier d’historien suppose de changer de ton en fonction de l’auditoire auquel on s’adresse et il peut être contreproductif d’être trop docte pour expliquer la complexité des sources, le regard critique qu’elles supposent, si le public n’est pas formé à cet exercice. La vraie question est plutôt de savoir dans quelles circonstances, dans quelles enceintes ce type de film peut être diffusé. A la télévision, dans un musée ? Mais en va-t-il autrement d’une bande dessinée célèbre consacrée à un petit Gaulois malin, présenté (à tort) comme l’archétype du Français moyen, et dont le succès éditorial a sans doute contribué grandement à la popularité de cet épisode de notre histoire ?

Entretien réalisé par Séverine Garat.

Citer cet article comme : Séverine Garat, Valorisation : à propos de la vidéo « Confessions d’histoire. La Guerre des Gaules ». Entretien avec Michel Reddé, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 04/05/2016, http://reainfo.hypotheses.org/2338.

Pour rebondir :

Une émission de radio : « Sur YouTube, des vulgarisateurs face caméra », publié le 13 mars 2016, sur France Culture.

Crédits image :  © Confessions d’histoire.

2 réflexions au sujet de « Valorisation : à propos de la vidéo « Confessions d’histoire. La Guerre des Gaules ». Entretien avec Michel Reddé »

  1. Bonjour et merci à vous d’avoir pris cet épisode pilote comme base de discussion, et un grand merci à Michel Reddé de s’être prêté au jeu !
    Je me permets d’ajouter deux ou trois petits éléments de réflexion…
    Sur l’absence de moustache de (ou plutôt « du » mais je vais y revenir) Vercingétorix, je me suis basé sur l’hypothèse d’un début d’acculturation romaine chez les élites gauloises, et a fortiori chez quelqu’un qui aurait, à un moment donné, été incorporé au dispositif militaire romain…
    Dans le jeu du vrai/faux, le principal raccourci de cet épisode pilote, consiste en l’utilisation des termes Brennus et Vercingétorix en tant que nom propre alors qu’ils sont aussi interprétables en tant que titres (« le » brenn, le vercingétorix). Ceci dit dans le cas de Vercingétorix (et il n’est pas exclu que ses parents aient juste eu de grande ambitions pour le fiston au moment de le nommer !), il était difficile d’imaginer l’interview d’un illustre inconnu qui n’aurait donné que son titre ! Ces points (et d’autres) sont abordés dans le cadre des « notes historiques » qui accompagnent chaque épisode sur le site : http://www.confessionsdhistoire.fr
    Autre point la prononciation correcte de « veni vidi vici », que j’ai volontairement ignoré (ouini ouidi ouiki) de peur de perdre le spectateur. Mais ce point sera repris (lors d’une référence à la campagne contre le roi du Pont, véritable origine de cette citation comme indiqué par la petite blague « tiens faudra que je la replace celle-là » ) et corrigé dans le prochain épisode (le 4ème donc), qui va porter sur toute la période « D’Alexandrie à Actium ». Cet épisode va non seulement voir revenir (et disparaître) Caesar, mais va aussi beaucoup plus se consacrer à la culture romaine (ainsi que grecque à travers la dernière des lagides)…
    Ah, et juste une dernière remarque : j’ose espérer que si dans Confessions d’Histoire, il y a bel et bien une bonne dose de grossièreté, de vulgarité par contre il n’est point question !
    Encore merci à vous pour ce bel article, et au plaisir d’échanger encore dans l’avenir !
    Ugo Bimar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *