Recherches : compte-rendu de la journée « Collections muséales en ligne »

Date / Lieu : 15 avril 2016 / Madrid, Museo Arqueológico Nacional

Le 15 avril 2016 s’est tenue à Madrid une journée d’études sur le thème « Colecciones museísticas en línea. El ejemplo de la numismática / Collections muséales en ligne. L’exemple de la numismatique ». Cette manifestation, organisée par le Museo Arqueológico Nacional, la Casa de Velázquez, le Museu de Prehistòria de València et l’Universitat de València nourrissait une double ambition récapitulative et prospective. En partant de l’expérience de différentes institutions espagnoles et européennes impliquées dans des programmes de numérisation et de publication en ligne de leurs collections numismatiques, il s’agissait d’abord de définir collectivement les critères nécessaires au bon déroulement de ce type de projet. Le second objectif était d’en évoquer les perspectives patrimoniales et scientifiques aux échelles nationale et internationale. Cette journée d’étude a réuni environ 80 professionnels des musées et de la médiation culturelle, chercheurs et étudiants. Le programme, assez dense, comptait treize présentations en espagnol, en français et en anglais, réparties en trois sessions.

La première session consistait en un état des lieux des programmes de numérisation et de publication en ligne des collections espagnoles. Reyes Carrasco a présenté les grandes lignes de la politique mise en œuvre par le Ministère espagnol de la Culture (MECD). Depuis les années 2000, la clef de voûte en est la plate-forme en ligne CER.ES, conçue comme un prolongement du système de documentation muséographique Domus, employé en interne par 170 musées espagnols. L’ensemble des ressources hébergées sur CER.ES est également librement consultable sur le portail Europeana. Ces outils mettent ainsi à la disposition du public plus de 20 000 monnaies en mai 2016, avec des contributions importantes d’une variété de musées régionaux. La projection de CER.ES passe également par l’implémentation progressive de fonctions d’exportation suivant le standard URI-RDF. Les trois interventions suivantes ont offert une vision représentative de la diversité des institutions impliquées dans ces programmes. Paloma Otero a présenté le programme de diffusion en ligne des collections du Département de numismatique du Museo Arqueológico Nacional, institution pionnière dans le développement de CER.ES ; Maria Clua et Albert Estrada, celui du Museu Nacional d’Art de Catalunya, employant, comme l’ensemble des institutions culturelles catalanes, un système de gestion distinct (MuseumPlus). Enfin, Rebeca Recio a mis l’accent sur l’intérêt de la numérisation des collections numismatiques de la Casa Museo Cerralbo (Madrid) pour l’accroissement de la visibilité de ce musée et, en son sein, des monnaies peu mises en avant dans l’exposition permanente.

La seconde session était consacrée aux aspects techniques de la gestion de processus et de la publication en ligne des données. Le problème le plus récurrent s’est avéré être l’inadaptation des outils mis à la disposition des conservateurs, dont les institutions de rattachement peuvent être des musées, des bibliothèques ou des archives, pour la conception de notices documentaires adaptées à l’objet monétaire. La résolution de ce problème passe, selon les cas, par un effort de normalisation terminologique, par une modification des formats eux-mêmes ou par une combinaison de ces deux solutions. Ce processus en deux temps a notamment été illustré à travers la présentation par Frédérique Duyrat, Jérôme Jambu et Florence Codine des phases successives de la numérisation du Département des monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France. L’objectif de cette intervention était ainsi de présenter l’expérience de ce Département, tenu de réaliser dans des conditions d’urgence la numérisation des 121 000 monnaies grecques, puis progressivement des autres fonds, dans la perspective des travaux de rénovation du Quadrilatère Richelieu. Les notices conçues dans un premier temps, sommaires et peu harmonisées, sont progressivement remaniées à la faveur d’une adaptation du format de données propriétaire INTERMARC. María Carrillo a dressé le bilan du vaste effort de normalisation terminologique entrepris depuis une vingtaine d’années sous l’égide du MECD. Le principal résultat de ce travail est la publication d’une série de thésaurus documentaires en version papier et en ligne : ainsi le Diccionario de numismática (2009) constitue-t-il le document de référence garantissant l’emploi d’une ontologie harmonisée par l’ensemble des institutions adeptes de Domus et de CER.ES. La gestion de processus mise en œuvre dans le cadre des programmes de numérisation du Museo Arqueológico Nacional, confronté lui aussi à d’importants travaux de rénovation au cours des dernières années, a été évoquée par Virginia Salve. Enfin, Manuel Gozalbes et Alejandro Peña ont présenté le nouveau système de gestion documentaire employé au sein du Museu de Prehistòria de València, basé sur le logiciel Dédalo dont le code-source ouvert fait l’objet d’un dépôt dédié sur Github. Il se présente comme un système intégré, multilingue, couplé à une série de thésaurus externes. Il comporte d’ores et déjà diverses fonctions d’exportation permettant par exemple au Musée de Valence de compter parmi les principaux contributeurs du projet Online Coins of the Roman Empire (OCRE).

De fait, c’est principalement aux bases de données collaboratives et à leur exploitation scientifique qu’a été consacrée la troisième session, ouverte par l’intervention de David Wigg-Wolf. Au cours des dernières années, le projet collaboratif Nomisma.org a permis le développement d’une ontologie unifiée, respectueuse des principes Linked Open Data, employée désormais par une série de portails thématiques interconnectés. À des titres variés, les trois interventions suivantes ont ainsi porté sur des projets de publication de données numismatiques en ligne en relation avec Nomisma.org : Evangeline Markou a présenté le portail Kyprios Character, consacré aux monnayages antiques chypriotes. Pere Pau Ripollès a annoncé la création prochaine d’un portail affilié à Online Greek Coinage (OGC) et Nomisma.org portant sur les monnayages antiques de la péninsule Ibérique, prochainement consultable à l’adresse http://www.monedaiberica.org. Julien Olivier et Frédérique Duyrat ont évoqué les prochaines étapes de la numérisation des collections numismatiques de la Bibliothèque nationale de France et leur intégration progressive aux bases de données mentionnées précédemment. La philosophie qui sous-tend l’ensemble de ces projets – pérennité des données, interopérabilité, accessibilité – a enfin été évoquée sous un jour différent par Ricard Pérez, qui a précisé le cadre législatif espagnol et européen concernant la réutilisation des données issues des secteurs publics, au cœur des nouvelles exigences de transparence émanant des sociétés civiles. S’est ainsi posée la question du positionnement des institutions publiques, entre la volonté de garder la main sur les données mises en ligne et le pari du tout-ouvert.

Au terme de chaque session, les discussions ont été animées, portant tantôt sur des aspects techniques comme les normes photographiques, tantôt sur des questions de médiation culturelle telles que le multilinguisme, enjeu particulièrement crucial en Espagne. Le débat d’idées a plus largement souligné le décalage entre une demande croissante en termes de diffusion en ligne des collections patrimoniales et les difficultés persistantes que représente leur numérisation, reposant sur une main-d’œuvre limitée, difficile à mobiliser et à financer. Sans apporter de solution évidente à ce problème, la journée d’étude n’en a pas moins ouvert quelques pistes, faisant état d’une volonté largement partagée d’intensifier la coopération et le partage de contenus entre institutions.

Charles Parisot-Sillon

Membre de la Casa de Velázquez, section Antiquité

Page Academia de Charles Parisot-Sillon

Accéder au programme de la journée

Accéder à la rediffusion intégrale de la journée sur Youtube :

Citer cet article comme : Charles Parisot-Sillon, Recherches : compte-rendu de la journée « Collections muséales en ligne », in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 08/06/2016, http://reainfo.hypotheses.org/3536.
Crédits image : trishekel hispano-carthaginois, argent, c. 237-227 a.C. Madrid, Museo Arqueológico Nacional, 1993/67/1551, © Raúl Fernández Ruiz.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *