Valorisation : à propos de la chaîne « C’est une autre histoire ». Entretien avec Geneviève Hoffmann

Professeure à la retraite de l’Université Jules Verne d’Amiens, Geneviève Hoffmann est l’auteur notamment de « La culture grecque » Ellipses, Paris, 2002, « La jeune fille, le pouvoir et la mort dans l’Athènes classique » De Boccard, Paris, 1992 et « Le châtiment des amants dans la Grèce classique » De Boccard, Paris, 1990.

La chaîne « C’est une autre histoire », diffusée sur YouTube, s’intéresse à la réception de l’histoire, en l’occurrence de la mythologie gréco-romaine. Les trois premières vidéos concernent Zeus, Athéna et Aphrodite.

Reainfo : L’auteur des vidéos, qui se présente sous le nom de Manon Bril, est doctorante. Sa formation transparaît-elle dans sa présentation ?

Geneviève Hoffmann : Manon Bril est en effet historienne et son intérêt pour l’étude de la réception s’explique sans aucun doute par l’enseignement qu’elle a reçu à l’Université de Toulouse-2-Jean Jaurès et par son sujet de thèse. Pour la présentation de chacune des divinités, elle procède avec méthode en présentant successivement naissance, attributs et domaines d’intervention. Elle relève les codes iconographiques, cite ses sources et donne quelques références bibliographiques pour aller plus loin. On ne peut pas être plus classique. On regrettera cependant que sa perspective n’intègre pas la dimension historique. Étant donné la brièveté de ses vidéos, les divinités se réduisent à une image et à une histoire qu’elle raconte avec un certain talent en s’appuyant essentiellement sur Hésiode. Elles ne sont pas associées aux cultes qui les honorent et à la société qui les a créées.

Reainfo : Quelle forme a choisie l’auteur pour faire passer son message ?

Geneviève Hoffmann : La forme du discours est indissociable du cadre. Dans une rue de Toulouse ou en lisière de la ville, Manon Bril, sur la musique d’Otam et filmée par Bart, est debout devant un mur tagué qui renvoie à la culture urbaine. Cet espace, ouvert à tous les vents, froid l’hiver, chaud l’été, est à l’opposé des lieux confinés que sont la salle de classe, la bibliothèque et le musée. On voit une voiture, des passants dans le champ de la caméra. C’est évident : les dieux grecs sont descendus dans la rue. Au fur et à mesure de son exposé, Marion Bril scotche leur fragile effigie de papier sur le mur tagué, puis les œuvres qu’elle a retenues pour illustrer son propos sur leur réception. À un espace ouvert sur la banalité du quotidien correspond une histoire décalée. Les vidéos ont la forme d’un clip bref et attractif, car le but premier est de parler d’histoire autrement. Manon Bril se veut ludique. Par sa gestuelle, elle se rapproche du slam, mais elle fait également songer aux rappeurs, en répétant des phrases, pour imposer quelques idées fortes.

Reainfo : Le franc-parler de Manon Bril justifie-t-il le succès de ses vidéos ?

Geneviève Hoffmann : Il est vrai que l’auteur se démarque du langage académique par un langage familier, émaillé de fautes, de gros-mots et de vulgarités. Ainsi on apprend qu’« Athéna, il ne faut pas la faire chier », tandis que « Phidias n’est pas la moitié d’une couille » sous prétexte qu’il est l’auteur, en plus de l’Athéna Parthenos, du Zeus d’Olympie. Quant à Aphrodite, « c’est une histoire d’amour, de cul et de violence » ! Manon Bril a de réels talents de comédienne pour faire vivre son rapport à la mythologie. Par des mimiques expressives, elle montre son enthousiasme, son étonnement ou son dégoût. Elle fait beaucoup d’efforts pour rendre son sujet attractif en se rendant sympathique. Périodiquement, elle brandit une pancarte qui porte en guise de slogan : « La mythologie, c’est sympa ». Elle veut se faire aimer pour faire aimer son sujet. Elle interpelle les spectateurs, elle leur adresse des « poutous » et les encourage à lui laisser des commentaires sur la toile.

Reainfo : Et quel est le résultat de cette mise en scène ? Ses vidéos permettent-elles de lier le présent au passé comme le souhaite leur auteur ?

Geneviève Hoffmann : La proximité que recherche Manon Bril avec son public par son niveau de langage et ses mimiques, est totalement annihilée, par la rapidité de son débit et la densité de son exposé. Dans le temps bref qu’elle s’est imposé, le spectateur subit une avalanche de notions qu’il ne peut pas assimiler. Elle s’excuse d’ailleurs d’introduire des mots savants comme « omnipotent », « théonyme », « parthénogénèse », « chryséléphantine » », mais elle les utilise tout de même en se justifiant par la formule : « Si tu veux te la péter dans les soirées ».

Cette histoire de la réception a l’ambition de traverser les siècles ou presque, la période médiévale étant passée sous silence (elle s’en excuse auprès de ses potes médiévistes). Pour illustrer son propos, Manon Bril a choisi des œuvres très diverses qui ont peu de chance d’être connues de son public. Ainsi pour Zeus, elle juxtapose des tableaux (Le Corrège, James Barry, Ingres), une comédie lyrique de Rameau (Platée), le symbole de l’aigle pour les empires, un peplum américain (Immortels, 2011) et un dessin animé japonais (Sailor Moon) ! Ce discours éclaté illustre la récupération des divinités tous azimuts, sans interroger les contextes qui leur donnent sens.

Reainfo : Le ton est familier, mais les connaissances sont pointues. Il y a là un divorce préjudiciable au but recherché. Quel public peut tirer profit de ce genre de produit ?

Geneviève Hoffmann : À l’évidence, Manon Bril ne s’adresse pas aux historiens. Elle l’affirme d’emblée : elle ne se met pas en scène pour eux et elle craint qu’à l’écouter, « ils ne tombent dans les pommes ». Qu’elle se rassure, je ne me suis pas évanouie. Parfois irritée par son rythme endiablé, j’ai fini par être amusée par ce numéro clownesque, mais je ne vois pas l’apport intellectuel de ces vidéos en termes de savoirs (trop de mots et de notions en peu de temps). Quel public recherche donc Manon Bril ? Elle dit s’adresser à « ceux qui n’en ont rien à taper de l’histoire », peut-être ses futurs élèves, dont certains seront réfractaires à cette discipline, mais qui se réjouiront d’avoir une enseignante si dynamique et au vocabulaire si imagé. En attendant, je crois que son but premier est moins d’intéresser les spectateurs à l’histoire de la réception que de cartonner et de faire du buzz sur le net…

Pour regarder les vidéos de la chaîne « C’est une autre histoire » :

Zeus et le relooking mythologique ;
Athéna et le relooking mythologique ;
Aphrodite et le relooking mythologique.

Citer cet article comme : Séverine Garat, Valorisation : à propos de la chaîne « C’est une autre histoire ». Entretien avec Geneviève Hoffmann, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 21/06/2016, https://reainfo.hypotheses.org/3672.

Crédits image : © « C’est une autre histoire ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *