Valorisation : compte rendu de l’exposition « MADE in Roma. Marchi di produzione e di possesso nella società antica »

L’exposition « MADE in Roma. Marchi di produzione e di possesso nella società antica », développée à l’initiative de l’agence Roma Capitale et de la Sovrintendenza Capitolina ai Beni Culturali, et organisée par le Zètema Progetto Cultura, sous le commissariat de Claudio Parisi Presicce (Surintendant), Lucrezia Ungaro (Responsable Mercati di Traiano, Museo dei Fori Imperiali), Marina Milella et Simone Pastor (Sovrintendenza di Roma Capitale), est consacrée aux « marques, logos, signatures et symboles les plus variés de propriété et d’appartenance » (« marchi, loghi, firme e i più diversi simboli di proprietà e appartenenza », communiqué de presse de l’exposition, 12/03/2016) qui peuplaient la vie quotidienne des habitants du monde romain antique.

Y sont exposés, selon une répartition thématique, les objets et matériaux sur lesquels on est communément amené à trouver ces marques, inscriptions, sceaux, signa, etc. : certains sont bien connus (amphores, lampes, briques…), d’autres plus insolites (pâtes médicamenteuses, balles de fronde, colliers d’esclaves…). Les pièces présentées, originaux ou copies, proviennent en majorité de musées romains et italiens (à l’instar du Museo Archeologico Nazionale d’Aquilée), mais certains musées internationaux ont également contribué à « MADE in Roma » par des prêts : on citera en particulier le Römisch-Germanisches Museum der Stadt Köln (Cologne, Allemagne) et l’Arheološki muzej u Splitu (Split, Croatie).

Comme nous l’explique un panneau introductif placé au début du parcours muséal, au-delà d’une évidente réflexion sur leur importance pour l’étude des réalités économiques, commerciales et sociales de l’Antiquité romaine, l’exposition propose d’envisager ces inscriptions et symboles de production et de propriété en tant que marqueurs d’identité individuelle, mais surtout collective : ce dont témoigneraient ces objets, c’est également d’un sentiment d’appartenance et de contribution à la culture romaine, dans ce cas entendue avant tout comme culture matérielle, qui se diffuserait avec les conquêtes puis l’avènement de la pax romana. Ce phénomène, que les concepteurs de cette exposition ont nommé, de manière provocatrice, la conscience du « Made in Roma », est en fait plus couramment lié à ce que les historiens désignent comme « romanisation » : l’exposition fait toutefois siens les développements récents de cette notion problématique, qui mettent davantage l’accent sur les apports mutuels entre Romains et peuples conquis dans la construction de la communis patria.

Fig. 1. Coupe en verre (IIe s. ap. J.-C. – 1ere moitié du IIIe s. ap. J.-C.). Trouvée dans la nécropole occidentale de Cologne. Conservée au Römisch-Germanisches Museum der Stadt Köln (inv. L667). © Marie-Claire Ferriès.

L’exposition temporaire, qui partage les espaces de l’exposition permanente des Marchés de Trajan, consacrée à l’histoire des Fora impériaux, est organisée en deux sections, réparties entre le hall central de la zone muséale et huit salles du rez-de-chaussée et du premier niveau.

La première section est consacrée aux marques comme témoins de l’organisation de certains secteurs productifs (notamment l’industrie de la brique et ses rapports avec les grands chantiers édilitaires impériaux) ; la seconde se tourne davantage vers le commerce, en particulier maritime. Toutefois, cette structure n’est guère visible muséographiquement : plus opérante et surtout plus perceptible de prime abord par le visiteur nous semble être le second niveau de classement – thématique celui-là – des marques de production, de commercialisation et de propriété par grands types d’objets et de supports, selon la succession suivante : bolli sur briques, marques sur objets en verre, cachets d’apothicaires portés par des préparations médicamenteuses solides, marques sur marbres, sur céramiques (en particulier lampes et sigillées), inscriptions et marques sur contenants (tonneaux, amphores et dolia), qui constituent la catégorie la plus détaillée de l’exposition, marques sur métal (où des objets précieux en bronze et en or côtoient des fistules en plomb), sur balles de fronde, et enfin marques de propriété ou d’identité humaines (essentiellement celles portées par des colliers d’esclaves, même si un encart évoque la question des tatouages, qui dans l’Antiquité romaine constituaient des marques de propriété, d’appartenance ou encore d’infamie portées essentiellement par les esclaves, les criminels et les soldats). L’ensemble se conclut par une réflexion sur la sémantique de ces logos et inscriptions, qui, du signe d’appartenance au marqueur d’identité visuelle, conduisent progressivement à la marque/brand contemporaine.

Au-delà de cette variété thématique, chaque salle est ensuite organisée d’une manière relativement similaire, conférant à l’ensemble de l’exposition une véritable unité. Ce choix muséographique pourra sembler parfois un peu trop systématique : présenter ainsi de la même façon marques d’amphores et de médicaments, deux catégories qui ne présentent aucune échelle commune en termes de masse documentaire et d’enjeux scientifiques, risque d’entraîner une certaine confusion chez le visiteur non spécialiste. Les pièces sont pour la plupart exposées dans des vitrines, sans toutefois que les inscriptions, cachets, signa etc. soient toujours clairement visibles. Des encarts muraux, synthétiques mais relativement réussis, livrent des éléments de contexte historique pour chacun des types de marques et de supports présentés d’une salle à l’autre ; signalons que ces textes peuvent être téléchargés sur le site de l’exposition, de même, d’ailleurs, que les références des objets, une initiative qu’il convient de saluer tout particulièrement. L’ensemble est clair et pédagogique, sans que le visiteur se sente noyé sous un afflux de données et d’artefacts, ce qui constituait le risque premier d’une thématique aussi vaste ; toutefois, le chevauchement avec l’exposition permanente du musée, qui se justifie par exemple lorsqu’il s’agit d’étudier, par les bolli laterizi, le chantier des Marchés de Trajan, peut entraîner quelques ruptures dans la cohérence du propos.

Fig. 2. Sceau de l'opticien Epagathus (Fin Ier s.). Originaire d'Este (Padoue). Copie d'un original conservé au Museo Nazionale Atestino di Este (inv. 1329) ; conservée au Museo della Civiltà Romana (inv. MCR 2943). © Marie-Claire Ferriès.
Fig. 2. Sceau de l’opticien Epagathus (Fin Ier s.). Originaire d’Este (Padoue). Copie d’un original conservé au Museo Nazionale Atestino di Este (inv. 1329) ; conservée au Museo della Civiltà Romana (inv. MCR 2943). © Marie-Claire Ferriès.

On gardera en mémoire certaines pièces particulièrement intéressantes : une copie du sceau de l’opticien Epagathus (Ier s. ap. J.-C.) ; un compte de potier inscrit sur le fond d’un vase, qui décrit les quantités de céramiques cuites par l’atelier un 21 juillet d’une année qui reste inconnue (sans doute entre 60 et 150 ap. J.-C.) ; des marques d’amphores à vin de Calabre figurant la ménorah (IV-VIIe s. ap. J.-C.), indiquant que l’on avait bien affaire à un produit kasher, etc. Dans plusieurs salles, des écrans diffusent des agrandissements de certaines pièces ; des enregistrements audio, diffusés en italien et en anglais, proposent des réinterprétations des inscriptions les plus frappantes.

Tampons encreurs mis à la disposition du public. © Marie-Claire Ferriès
Fig. 3. Tampons encreurs mis à la disposition du public. © Marie-Claire Ferriès

Pour accroître l’interactivité et le caractère ludique de l’exposition, sont installés dans chacune des salles des tampons encreurs qui permettent de reproduire un certain nombre des marques présentées : ce procédé apparaît toutefois trop répétitif et cette dimension du travail muséal aurait sans doute gagnée à être davantage travaillée. Il en va de même pour les fumetti, en italien et en anglais, destinés aux enfants, illustrant par les aventures d’un chat et d’une mouette les réalités exposées : l’ensemble se révèle d’un intérêt quelque peu limité, mais il est vrai que les encarts didactiques, après quelques éclaircissements, sont assez accessibles aux plus jeunes.

Fig. 4. Série de Dressel 20. © Marie-Claire Ferriès.

L’espace le plus complet et le plus réussi reste, en ce sens, celui consacré aux amphores et contenants divers, qui joint à ces différents dispositifs muséaux la projection d’un documentaire consacré aux travaux de H. Dressel.

Enfin, des visites guidées de l’exposition, dont certaines destinées aux non- et malvoyants, sont organisées durant les mois de juin et juillet (calendrier disponible sur le site de l’exposition).

En somme, il s’agit d’une exposition accessible et bien conçue, qui réussit à éviter les écueils d’une thématique aussi riche et complexe que celle des marques de propriété et de production romaines. Il reste que l’ambition scientifique de ses concepteurs était sans doute trop élevée pour l’espace qui leur était alloué : il n’est guère certain, à l’issue de la visite, que la thèse de l’identité partagée ait vraiment été démontrée (l’espace dédié aux amphores constituant de nouveau une louable exception à ce constat général). En dépit de cette réserve, on ne saurait que conseiller, aux visiteurs de passage comme aux spécialistes, une exposition qui traite avec pédagogie et originalité d’une thématique essentielle pour l’histoire et l’archéologie de l’économie et de la société romaines. Enfin, enseignants et chercheurs trouveront dans le catalogue de l’exposition un outil de travail tout à fait bienvenu, notamment grâce aux reproductions photographiques de grande qualité dont il est doté. Signalons pour conclure que « MADE in Roma » quittera à l’hiver prochain les Marchés de Trajan pour le Palazzo Meizlik d’Aquilée, où, enrichie de nouveaux objets, elle connaîtra une seconde vie.

Marie-Adeline Le Guennec et Marie-Claire Ferriès

Marie-Adeline Le Guennec, membre de l’École française de Rome, section Antiquité

Page Academia de Marie-Adeline Le Guennec

Marie-Claire Ferriès, maître de conférences en histoire romaine, Université de Grenoble

Page Academia de Marie-Claire Ferriès

Citer cet article comme : Marie-Adeline Le Guennec et Marie-Claire Ferriès, Valorisation : compte rendu de l’exposition « MADE in Roma. Marchi di produzione e di possesso nella società antica », in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 11/07/2016, http://reainfo.hypotheses.org/4110.

Crédits image : timbre sur amphore Dressel – Musée des Fora impériaux, Rome.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *