Recherches : Prix Européen d’Archéologie Joseph Déchelette 2016. Entretien avec Eneko Hiriart

Le Prix Européen d’Archéologie Joseph Déchelette a été décerné le 17 juin 2016 à Eneko Hiriart pour son projet de recherche sur les débuts du monnayage dans le monde celtique. Ce prix vise à mettre en avant les travaux d’un jeune archéologue, en le soutenant au moment critique de la carrière d’un chercheur, celui qui suit la soutenance de sa thèse de doctorat. Eneko Hiriart a soutenu en 2014, à l’Université Bordeaux Montaigne, une thèse portant sur les pratiques économiques et monétaires entre l’Èbre et la Charente (Ve s. – Ier s. av. J.-C.) (sous la direction de Katherine Gruel et Francis Tassaux).

Reainfo : Le prix européen d’Archéologie Joseph Déchelette vient de vous être décerné. Félicitations ! En quoi l’obtention d’un prix est-elle importante pour un chercheur, au delà de l’aspect honorifique et financier ?

Eneko Hiriart J’ai été particulièrement honoré de recevoir cette distinction de niveau européen qui porte le nom de l’archéologue Joseph Déchelette (1862-1914) en hommage aux travaux de cette figure de l’archéologie française et européenne. Ce prix est décerné par un jury composé d’éminents chercheurs et compte de nombreux partenaires nationaux et internationaux, comme le Ministère de la Culture, le Centre archéologique européen de Bibracte, le Römisch-germanisches Zentralmuseum de Mayence, le Laténium de Neuchâtel, la ville de Roanne, la société des Amis du musée et la Médiathèque de Roanne (A2MR), l’association de recherche sur l’âge de bronze (A.P.R.A.B.), l’association pour l’étude de l’âge de Fer (A.F.E.A.F.), ainsi que l’European Association of Archaeolgist (E.A.A.).

Recevoir cette distinction signifie une reconnaissance pour la trajectoire menée jusqu’à présent. Il ne peut que conforter le chercheur que je suis dans sa voie. Il s’agit sans aucun doute d’un encouragement pour un post-doctorant qui se trouve, de fait, dans la phase délicate de « l’après thèse ».

Reainfo : Ce prix s’ajoute à un autre obtenu en 2015, le Prix de thèse Gustave de Claussade, décerné par la Société Archéologique du Midi de la France, avec la Médaille d’argent de la Société Archéologique du Midi de la France. Quelle est la différence entre ces prix en matière de promotion scientifique ?

Eneko Hiriart : Le prix Gustave de Claussade m’a été décerné pour ma thèse de doctorat. J’étudiais alors en tant que doctorant d’Ausonius, et dans le cadre d’un contrat doctoral à l’Université Bordeaux Montaigne, l’économie monétaire des populations du sud de la Gaule et du nord de la Péninsule Ibérique au cours des cinq derniers siècles avant notre ère (500 av. J.-C. – 0). Je suis très reconnaissant à la S.A.M.F. d’avoir crédité mon travail d’étudiant chercheur. Quant au prix européen d’archéologie Joseph Déchelette, il récompense l’élargissement des recherches entreprises depuis deux ans, soit depuis la fin de mon doctorat soutenu en septembre 2014. Désormais, l’espace que j’observe s’est étendu à l’Europe car pendant l’âge du Fer, des phénomènes similaires s’opèrent de part et d’autre du continent européen, de l’Atlantique aux Carpates, dans l’ensemble des territoires autrefois occupés par des populations celtiques.

Reainfo : L’attribution de telles récompenses permet-elle une visibilité nouvelle de la recherche scientifique aux yeux d’un plus large public ?

Eneko Hiriart Sans aucun doute. La constitution de tels prix, dont les jurys comptent des spécialistes reconnus qui sont portés par diverses institutions partenaires et parfois soutenus par l’État via le Ministère de la Culture, marque la volonté de « socialiser » les travaux universitaires, notamment ceux des doctorants ou post-doctorants. Il s’agit d’un point particulièrement important, d’autant que les jeunes chercheurs sont en tout début de carrière, dans des positions professionnelles non encore assises. Par ailleurs, l’impact communicationnel et social de telles récompenses axées sur la recherche scientifique est évident. Elles contribuent indubitablement à valoriser et à divulguer la recherche universitaire en sciences humaines.

La diffusion auprès d’un large public répond à une réelle nécessité. Il s’agit d’un devoir auquel je suis très attaché. J’essaie d’y répondre le plus souvent possible en participant notamment à des expositions, des émissions de radio, des revues de vulgarisation, des conférences, etc. C’est une tâche qu’il faut impérativement poursuivre et intensifier car il incombe aussi au chercheur universitaire de nouer des liens avec le public et d’être à l’initiative du partage des connaissances. Il est vrai que le public peut se sentir déconnecté par des recherches qui peuvent lui paraître trop spécifiques, trop ciblées, et que la communication s’avère parfois difficile. Au chercheur à trouver les mots, à être le passeur d’une culture scientifique qui doit être partagée et transmise au plus grand nombre. Il est donc essentiel de communiquer pour faire comprendre l’intérêt général des travaux que l’on mène en sciences humaines. Notre connaissance de l’Histoire, de la Culture et du monde qui nous entoure est en construction permanente. Dans cet édifice où chaque pierre a son importance, nos disciplines contribuent incontestablement à faire avancer les savoirs. Malgré une situation générale et un contexte difficiles, l’Histoire et la Culture sont des repères essentiels qui peuvent également transmettre une part de rêve, notamment aux jeunes générations.

Reainfo : Vous avez soutenu une thèse en 2014 ; vous venez de terminer un post-doctorat à l’université de Marseille (Labex OT-MED, Centre Camille Jullian) et débute en septembre un post-doctorat à la Casa de Velázquez. Les distinctions sont-elles de sérieux atouts à l’obtention d’un poste à l’université ou au CNRS ?

Eneko Hiriart : Entre le doctorat qui, en sciences humaines, dure généralement plus de trois ans, et les contrats post-doctoraux, l’obtention d’un poste représente un cheminement au long cours, une course d’obstacles où il faut démontrer que l’on est apte à développer des recherches et à mener des projets durant toute une carrière, au sein d’institutions scientifiques telles que le CNRS ou l’Université. En ce sens, les distinctions constituent certainement un plus, car elles démontrent que le travail mené a été jugé et estimé par une large communauté scientifique. Il serait néanmoins prématuré d’affirmer qu’ils sont de réels atouts. En ce qui me concerne, je vais poursuivre ma voie et me présenter aux concours, en vue de bénéficier d’un cadre scientifique idéal pour développer mes recherches sur le long terme.

Reainfo : Le prix européen d’Archéologie Joseph Déchelette prime vos recherches actuelles. Sur quoi portent vos travaux ?

Eneko Hiriart Je travaille actuellement sur l’apparition de la monnaie en Europe, en particulier chez les populations celtes et ibériques. Comme l’agriculture ou l’écriture, l’apparition de la monnaie fait partie des innovations majeures de l’Histoire. Il est vrai que dans les sociétés contemporaines la monnaie apparaît avec la force d’une évidence. Elle fait partie du paysage quotidien de tout un chacun, elle définit la valeur de toute chose et structure non seulement les échanges mais également les rapports sociaux. Néanmoins si la monnaie est devenue incontournable aujourd’hui, il n’en a pas toujours été ainsi.

Je m’intéresse aux racines européennes de ce phénomène qui va bouleverser les mécanismes humains. Il est essentiel d’appréhender le contexte socio-économique au sein duquel la monnaie apparaît, et les changements qu’elle entraîne.

Reainfo : Ce prix récompense en particulier votre approche renouvelée en matière de numismatique. En quoi consiste-t-elle ?

Eneko Hiriart La numismatique traditionnelle s’est souvent focalisée sur l’objet (la monnaie), à travers des considérations iconographiques ou esthétiques. Si les classifications et les études typologiques sont utiles et nécessaires, il paraît de plus en plus essentiel de prendre en considération l’environnement archéologique où chaque exemplaire est découvert. La monnaie est un mobilier archéologique parmi d’autres (céramique, parure, ossement, etc.). À ce titre, les fouilles et les contextes de découverte nous donnent de nombreux éléments qui permettent de reconnecter la monnaie à son environnement humain. On peut en saisir les usages, comprendre les contextes dans lequel la monnaie s’utilise, en fixer des chronologies, etc.

Les séminaires suivis à l’institut Ausonius et les enseignements de mes directeurs de Master, Anne Colin et Francis Tassaux, m’ont beaucoup aidé à développer cette sensibilité archéologique et historique. Ce sont ensuite les formations suivies à l’E.N.S., au laboratoire AOROC, ainsi qu’à Bibracte auprès de ma directrice Katherine Gruel qui m’ont formé à cette approche renouvelée de la numismatique qui s’oriente autour de trois notions-clés : l’archéologie, l’interdisciplinarité et les outils numériques.

Outre l’archéologie, je sollicite de nombreuses autres sources : littéraires, épigraphiques, économiques, ethnologiques, métallographiques, statistiques, etc. La rencontre de ces différentes disciplines permet d’élargir les perspectives de recherche et d’enrichir nos connaissances sur ces périodes.

Enfin, je suis amené au cours de mes travaux à travailler sur des dizaines de milliers de données. Pour traiter cette documentation et pour ouvrir des pistes de recherche inédites, il me semble fondamental de puiser dans les méthodes les plus avancées. Ma démarche se fonde donc sur l’utilisation de nombreux outils numériques, comme les S.I.G. (système d’information géographique), les bases de données, les analyses multivariées, la modélisation, etc. J’ai moi-même développé de nouvelles méthodes d’analyses spatiales qui m’ont permis d’aller plus loin dans la caractérisation des dynamiques sociales.

Il est important de poursuivre dans cette voie car seule une approche transversale de la monnaie pourra nous permettre de l’appréhender dans l’ensemble de ses manifestations culturelles.

Reainfo : Qu’apporte l’étude de la monnaie dans notre connaissance des peuples celtiques ?

Eneko Hiriart Il convient de rappeler au préalable que les populations celtiques ne disposent pas, sauf exception notable, de l’écriture. Ce que l’on connaît a été rapporté par les écrivains gréco-romains. Parallèlement aux autres disciplines archéologiques, la numismatique constitue donc un moyen d’interprétation formidable pour éclairer ces réalités passées.

À la fin de la Protohistoire, l’Europe est constituée d’une mosaïque de peuples et de cités que l’on connaît peu. Comme aujourd’hui, la monnaie est déjà un support identitaire. Chaque monnaie exprime, à travers son iconographie, l’affirmation de ces multiples pouvoirs politiques. Elle représente donc l’un des révélateurs les plus fiables pour dévoiler l’existence et l’évolution des peuples celtiques. De plus, la monnaie est un bien qui passe de main en main, qui circule et se diffuse. Elle représente un traceur pertinent des réseaux économiques, des flux commerciaux, des identités et des influences. L’étude de la monnaie nous permet de découvrir tout cela et davantage.

Reainfo : Quand on se représente la monnaie antique, le numéraire en or apparaît dans notre imaginaire. L’or est-il le plus fréquent des métaux utilisés pour la frappe monétaire celtique ?

Eneko Hiriart D’hier à aujourd’hui, l’or a joué un rôle économique prépondérant au sein des civilisations. Les Celtes ne dérogent pas à la règle. Toutefois, l’or n’est pas le seul métal à avoir été employé par les Celtes. Certaines régions, comme l’Aquitaine par exemple, n’ont même jamais utilisé l’or, l’étalon de référence étant l’argent. L’usage de tel ou tel métal varie suivant les régions et les peuples. Certains, comme les Arvernes (peuple ayant donné son nom à l’Auvergne), ont par exemple développé un système monétaire trimétalique or/argent/bronze.

Il est important de préciser que les Celtes adoptent très tôt un système fiduciaire, avec une valeur faciale de la monnaie qui est supérieure à celle du métal qu’elle contient. Dans une grande partie de la Gaule, on utilise ainsi des pièces que l’on appelle « potins », qui sont constituées d’un alliage de plomb, d’étain et de cuivre.

Page Academia d’Eneko Hiriart.

Entretien réalisé par Séverine Garat.

Citer cet article comme : Séverine Garat, Recherches : Prix Européen d’Archéologie Joseph Déchelette 2016. Entretien avec Eneko Hiriart, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 22/08/2016, http://reainfo.hypotheses.org/4508.

Crédits image : Eneko Hiriart avec Katherine Gruel, lors de la remise du prix Joseph Déchelette.  © A. Arcocha.

4 réflexions sur « Recherches : Prix Européen d’Archéologie Joseph Déchelette 2016. Entretien avec Eneko Hiriart »

  1. Il est tout à fait faux de dire que les Celtes ne disposaient pas de l’écriture ; il semble que les Celtibères ne sont pas pris en considération. Ces derniers utilisaient l’écriture ibérique qui ne doit rien aux Romains, mais qui a une relation assez étroite avec des écritures (non-grecques) de l’Égée.

    1. Cher Monsieur,

      Je vous remercie pour votre remarque.
      En avançant que les Celtes ne disposent pas de l’écriture, je dressais un constat volontairement général et englobant, qui s’accorde à la grande majorité des populations celtiques d’Europe. Toutefois, si l’on regarde de plus près, c’est une affirmation qu’il convient effectivement de nuancer car, comme vous le suggérez, plusieurs contre-exemples existent. Le concept de « Celte » recouvre un ensemble très hétérogène et englobe de multiples populations ayant chacune sa spécificité.

      Vous mentionnez fort justement les Celtibères, dont l’archéologie révèle l’usage fréquent d’une écriture empruntée à leur voisins ibères pour noter leur langue celtique. C’est ce qu’on nomme l’écriture celtibère. L’écriture ibérique levantine qui leur a servi de modèle se retrouve par ailleurs au nord des Pyrénées et a été utilisée dans le Sud de la Gaule pour noter les noms d’individus celtes (par exemple à Ensérune). On pourrait également mentionner la Provence où des inscriptions en langue celte utilisant l’alphabet grec sont documentées (c’est ce qu’on nomme le gallo-grec). Enfin, il n’est pas rare que des monnaies celtiques affichent des légendes en caractères grecs ou latins, sans pour autant que l’utilisation de l’écriture ne semble avoir été profondément ancrée dans ces sociétés.

      Les Celtes entretiennent de nombreux contacts avec leurs voisins grecs, romains, ibères ou étrusques. Ces populations échangent, communiquent et interagissent. Les innovations elles-aussi se diffusent. Toutefois, les sociétés celtiques se révèlent généralement (hormis plusieurs exceptions, dont certaines mentionnées à l’instant) étrangères à l’adoption de l’écriture.

      Vous avez raison de pointer l’existence de singularités et d’exceptions. En sciences humaines, il est fondamental de mettre en avant l’existence de ces nuances, qui prouvent que les sociétés passées (à l’instar de la nôtre) se composent de réalités polymorphes, complexes et métissées.

      1. Mon commentaire était motivé par le fait que les Celtes d’Ibérie (non seulement les Celtibères) sont souvent perdus de vue quand ont parle des Celtes en général, probablement dû à l’héritage persistant d’une époque où l’on considérait que les Celtes venaient de Hallstatt/La Tène à une époque tardive, et, plus tard, que la présence de Celtes en Ibérie se devait à une invasion dés le Nord – dont il n’existe aucune trace – malgré le fait que le celtique ibérique est manifestement plus ancien (Q- vs. P-). En réalité (malgré la résistance des traditionalistes), nous savons (depuis J. Koch et B. Cunliffe, p.ex.) que les Celtes ont leur origine en Ibérie, leur langue étant une dérivée d’une variété italique (dont le lusitanien est le descendant), transformée sous l’influence de l’ancien basque/ibère (p.ex. la perte prévocalique de la /p/, la syllabisation des sonantes r et l & amp; gt ; ri, li, les tendances ergatives,..) et des langues afroasiatiques de l’extrême sud (p.ex. l’ordre VSO fréquent). [voir aussi ma publication sur http://www.academia.edu : ‘Celtic and Adriatic’]. Il est dès lors logique de se centrer sur les Celtes de la péninsule (avec de petites extensions peut-être au Rousillon, une région mixte), et de traiter le reste du monde celtique comme une expansion et une évolution ultérieure (par exemple, la palatalisation (kw &amp ; g t; p).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *