Recherche : compte rendu « Citoyennetés », Clio. Femmes, Genre, Histoire 43, 2016

Clio. Femmes, Genre, Histoire. Numéro 43, 2016. – Paris : Belin, 2016. – 336 p. – (ISSN : 1252.7017). – ISBN : 978.2.7011.9852.1.

9852_couv_clio43_couv_seule-small480

Dans sa dernière livraison, la revue Clio. Femmes, Genre, Histoire (n°43, 2016) propose notamment un dossier consacré aux « Citoyennetés ». Celui-ci comporte un article consacré à l’histoire romaine (Aude Chatelard, « Minorité juridique et citoyenneté des femmes dans la Rome républicaine », p. 23-46). Il est complété par une contribution dans la rubrique « Regards complémentaires » (Diego Paiaro, « Éros et politique dans l’Athènes démocratique. À propos des tyrannicides », p. 139-150), une étude de documents épigraphiques (Philippe Akar, « Des militantes à Pompéi », p. 165-173) dans « Documents » et une synthèse historiographique (Violaine Sebillotte Cuchet, « Ces citoyennes qui reconfigurent le politique. Trente ans de travaux sur l’Antiquité grecque », p. 185-215) dans « Actualité de la recherche ». L’Antiquité occupe donc une place non négligeable dans ce numéro consacré aux citoyennetés.

Comme l’indiquent Pascale Barthélémy et Violaine Sebillotte Cuchet dans leur introduction, « Sous la citoyenneté, le genre » (p. 7-22), la définition de la citoyenneté a été profondément modifiée par les études de genre. Celle-ci « ne renvoie plus seulement à un statut, à un ensemble de droits accordés à des ‘nationaux’ juridiquement reconnus comme tel par un État, mais à des usages, des pratiques, des sentiments d’appartenances variables en fonction des contextes, des pays et des communautés concernées » (p. 7). Les deux auteures ajoutent : « Elle implique parfois le fait de participer à la vie de la cité au sens large, même en l’absence de droits légaux » (p. 7-8). Dans ce dossier, il s’agit donc de tenir compte de cette nouvelle conception de la citoyenneté en intégrant la perspective du genre. Pendant longtemps, il s’est en effet agi d’envisager la citoyenneté dans une continuité chronologique, allant de l’Antiquité à nos jours. La trame générale, dont une variante venait du libéralisme (cf. par exemple Benjamin Constant, notamment dans deux textes « De l’esprit de conquête et de l’usurpation dans leurs rapports avec la civilisation européenne » [1814] et « De la liberté des anciens comparée à celle des modernes » [1819]), était celle d’un lent progrès, constituant le monde contemporain comme un aboutissement, une fin de l’histoire. Dès lors, cette histoire se réduisait à une lente extension de la citoyenneté, d’une minorité à l’ensemble des résident-e-s stables d’un territoire donné, sur fond d’une ouverture progressive aux femmes. Ainsi s’écrivait l’histoire de la fin d’une longue exclusion, celle des femmes. Elle avait pour origine la cité grecque qui, selon la vulgate ne connaissait pas de citoyennes et que résume une formule de Pierre Vidal-Naquet selon laquelle celle-ci était un « club d’hommes », un « club de citoyens », sur fond d’une double exclusion, celle des esclaves et celle des femmes.

Une contribution de Philippe Akar (« Des militantes à Pompéi », p. 165-173) témoigne pourtant d’une réalité bien différente à Pompéi. Les fouilles y ont révélé depuis longtemps des inscriptions peintes sur les murs concernant les élections locales. Ces courts textes promouvaient tel personnage pour une fonction élective. Sur les plus de 2500 qui ont été retrouvés, 400 mentionnent le nom de leur auteur, dont une soixantaine émanait d’une ou, plus rarement, plusieurs femmes en lien, ou non, avec des hommes. Leurs motivations ne sont pas connues le plus souvent, mais il ne semble pas possible d’identifier des raisons spécifiquement féminines qui auraient présidé à leur démarche. Autrement dit, la logique des relations de clientèle était déterminante. Plus généralement, Philippe Akar considère que « ces femmes […] participaient à l’expression d’une forme de consensus de toute la cité autour d’un candidat, ce qui renforçait son prestige » (p. 172). Ainsi, alors que la thèse de l’exclusion des femmes de la politique a été longtemps privilégiée, ces inscriptions invitent à envisager une participation féminine à la vie politique, sur laquelle il faut espérer la découverte de nouveaux documents.

En refusant de réduire la citoyenneté à l’exercice de droits politiques, c’est-à-dire d’en restreindre la définition à la seule dimension juridique, il est possible de faire apparaître des citoyennetés sociales, « l’expression renvoyant à l’acquisition de droits sociaux, mais aussi à des engagements, des mobilisations, des formes de résistance, des ‘arts de faire’ » (p. 13). La contribution d’Aude Chatelard, « Minorité juridique et citoyenneté des femmes dans la Rome républicaine » (p. 23-46), est de ce point de vue exemplaire. Celle-ci rappelle au préalable les certitudes véhiculées par les juristes romains. Ulpien affirme ainsi : « Les femmes sont tenues à l’écart des fonctions publiques et civiques » (cité et traduit p. 23). Il est vrai que les femmes ne peuvent être mobilisées à l’armée, ni participer aux opérations électorales. Mais il semble que la tutelle juridique qui pèse sur les femmes, même mariées, ne cesse de voir son poids diminuer au cours du temps. En outre, elles ont le droit d’ester en justice, de se représenter elles-mêmes. À la différence des hommes, elles ne peuvent représenter autrui. Toutefois, la citoyenneté des enfants mâles dépend aussi de celle de leur mère, considérée de ce point de vue comme citoyenne. De même, si la fiscalité est considérée comme une obligation pesant sur les citoyens, certaines taxes sont spécifiques aux femmes, aux veuves qui participent notamment ainsi au financement de l’armée. Dans certaines occasions particulières, les citoyennes romaines n’hésitent pas à manifester, ce qu’elles font en 195 av. J.-C. pour protester contre une loi somptuaire les visant particulièrement. Au cours de cette manifestation, les femmes investissent des espaces politiques traditionnellement masculins comme le Forum ou les assemblées préparatoires (contiones) qui rassemblaient les hommes. La présence féminine – ces citoyennes appartenaient le plus souvent aux couches supérieures de la société romaine – aux contiones ne semble pas exceptionnelle du reste. Il est à souligner qu’elles peuvent y parler, même si leur parole est rare. L’intervention traditionnelle des femmes consiste néanmoins à faire part de leurs doléances aux épouses de magistrats, chargées de les transmettre à leur époux. Finalement, dans sa contribution, Aude Chatelard invite à reconsidérer la définition de la citoyenneté, mais aussi à ne pas exagérer le degré de participation des hommes. Nombre d’entre eux étaient réduits au silence, y compris aux contiones, alors même qu’ils sont considérés par les historiens comme des citoyens à part entière. Concernant les femmes, il semble préférable de réfléchir aux différentes modalités d’intervention dans la vie publique auxquelles elles recouraient, plutôt que d’en rester à leur exclusion de la vie politique.

Il n’en demeure pas moins qu’à Athènes, la politique tend à se confondre avec la masculinité, comme le rappelle Diego Paiaro (« Éros et politique dans l’Athènes démocratique. À propos des tyrannicides », p. 139-150). Homme, anêr en grec, est synonyme de citoyen. L’andreia, ordinairement « courage », qui provient d’anêr, désigne les qualités associées à la citoyenneté. L’auteur de l’article propose néanmoins de faire apparaître une dimension érotique, en récusant l’opposition entre politique et érotique, une opposition construite à partir du meurtre d’Hipparque (514 av. J.-C.), tyran d’Athènes avec son frère Hippias. L’homme athénien, le citoyen donc, est pris dans des relations de philia (amitié) qui doivent respecter le modèle traditionnel, liant un éraste (celui qui aime, le plus âgé) à un éromène (celui qui est aimé, le plus jeune). De ce point de vue, l’éros est une dimension de la politique athénienne et ne constitue pas un élément de distinction entre le privé et le public.

L’historiographie a toutefois profondément renouvelé la question de la citoyenneté antique. Le bilan dressé par Violaine Sebillotte Cuchet, principalement consacré à l’histoire grecque, est à cet égard exemplaire. D’abord, les sources révèlent que les Athéniens pouvaient considérer des femmes libres comme des citoyennes. Une telle considération requiert de ne pas restreindre la citoyenneté aux seules fonctions délibératives et judiciaires comme pouvait y inviter Aristote (Politique, 3.1275b17-20). Les documents confirment une telle extension : les femmes participaient à de très nombreux domaines de la vie publique, économique, intellectuel et religieux. Dans la définition de la citoyenneté antique, c’est bien la participation qui apparaît comme déterminante. Or, celle-ci semble se développer avec le temps, comme en témoigne la documentation pour les époques hellénistique et romaine.

Ce dossier de la revue Clio. Femmes, Genre, Histoire apporte donc des informations précieuses sur les citoyennetés antiques. Il permet de souligner en creux les limites d’un modèle trop souvent pensé en terme d’exclusion (cf. l’analyse de P. Bourdieu et L.J.D. Wacquant, « Sur les ruses de la raison impérialiste », Actes de la recherche en sciences sociales 121-122, 1998, p. 109-118, notamment p. 115-116). Ce dernier était caractérisé par une indéniable dimension idéologique. En décrivant la lente inclusion des femmes dans la citoyenneté, ce qui supposait de faire de la définition masculine – tout autant que juridique – du citoyen un horizon indépassable, il imposait une certaine conception de la démocratie, représentative et libérale, comme un régime aussi souhaitable qu’indépassable. Pour ce faire, il fallait constituer, sur le papier et non dans la réalité sociale étudiée, un groupe hétéroclite rassemblant toutes celles et tous ceux qui n’étaient pas citoyens mais qui allaient le devenir dans un futur plus ou moins proche, et dont l’existence théorique validait la thèse des limites de la démocratie ancienne et son corollaire, l’excellence de la démocratie contemporaine. Sans surprise, les études de genre démontrent leur fonction éminemment critique en dynamitant ce modèle idéologique, et pour tout dire libéral. En incluant les femmes dans la citoyenneté antique, elles invitent à modifier radicalement nos manières d’envisager les sociétés anciennes, ne serait-ce que parce que les femmes ne peuvent être considérées autrement que comme des « exclues de l’intérieur » pour reprendre une expression de Pierre Bourdieu et Patrick Champagne (« Les exclus de l’intérieur », Actes de la recherche en sciences sociales 91-92, 1992, p. 71-75). Ce n’est pas le moindre intérêt de ce dossier que de contribuer à un tel renouvellement.

Christophe Pébarthe

Maître de conférences H.D.R. en histoire grecque, Université Bordeaux Montaigne

Page Academia de Christophe Pébarthe

Citer cet article comme : Christophe Pébarthe, Recherche : compte rendu « Citoyennetés », Clio. Femmes, Genre, Histoire 43, 2016, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 01/09/2016, https://reainfo.hypotheses.org/4772.

Crédits image : © Clio. Femmes, Genre, Histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *