Compte rendu « Cavalcades romaines »

Levraud (M.), Cavalcades romaines. – Paris : Julliard, 2015. – 166 p. – ISBN : 978.2.260.02404.1.

Cavalcades-couverture

Tout commence en Illyrie (l’actuelle Albanie) vers le milieu du Ier siècle av. J.-C. lorsque l’esclave Uti le Dace, vilicus (régisseur) d’un grand domaine rural tout confort, fait l’acquisition au marché, pour le compte de son maître le vétéran C. Clocius Calcolus, d’un lot d’esclaves venus des quatre coins de l’empire romain : pour cinquante as, deux Gauloises intrépides, un Grec savant et dépressif, qui refuse de lâcher sa tablette à écrire, un timide savetier Gaulois (ou du moins le croit-on au départ) et un Germain peu loquace. C’est cette petite troupe disparate, parlant le latin (l’auteur écrit, sans doute à dessein, « le romain ») avec des accents variés, qu’Uti s’échine à transformer en travailleurs agricoles employés à la culture de l’orge, offrant au passage au lecteur une vision relativement inédite de la villa schiavistica !

D’ailleurs, puisque nous ne sommes pas dans une étude d’histoire économique sur le modèle agricole romain (voir naturellement A. Carandini éd., Settefinestre : una villa schiavistica nell’Etruria romana, Modène, Panini, 1985) mais dans un roman, l’amour et l’aventure ne sont jamais loin : l’amour, c’est celui, guère payé de retour, que ressent Uti pour la farouche Burbuja, capturée sur un champ de bataille par les Romains, qui se rêve en femme de guerrier gaulois ; et le surgissement de l’aventure, c’est lorsque la destruction du domaine par un tremblement de terre offre à nos esclaves une liberté inattendue et somme toute relativement agitée. De coups de théâtre en coups de tonnerre, en passant par les péripéties les plus rocambolesques, on les voit ainsi prendre la mer, échapper aux pirates, se perdre, se retrouver, pour finalement remonter la Via Appia et gagner Rome, où tout s’achève (et naturellement tout finit bien) lors de Saturnales échevelées sur la colline de l’Aventin.

Telle est la trame, qu’on ne dévoilera pas davantage, de Cavalcades romaines de Murielle Levraud, paru en 2015 aux éditions Julliard. Un titre qui convient parfaitement à ce court et énergique roman dont on se demande comment il arrive à réunir tant d’actions, de déplacements, de personnages en à peine plus de 150 pages, même si le qualificatif d’« odyssée hilarante » choisi par l’éditeur semble quelque peu forcé à la lecture. On n’y marche pas, on y court, et pour un peu, la Via Appia se ferait autoroute, et la frêle barge sur l’Adriatique, hors-bord. Certes, ce n’est pas pour déplaire au lecteur, qui lira d’une traite et sans avoir le temps de s’essouffler cette course-poursuite à travers les voies romaines et les rues de Rome ; mais tout va justement un peu trop vite et le sentiment de vertige et de réjouissante légèreté cède progressivement le pas à une indéniable impression de superficialité, tant historique (même si le livre témoigne, de la part de Murielle Levraud, d’une bonne connaissance des réalités romaines et sans doute de recherches préalables solides, on soulignera en particulier d’agaçantes erreurs de latin, tant pour l’onomastique que pour les noms communs, la différence entre singulier et pluriel étant ainsi systématiquement négligée) que, plus fâcheusement, narrative et stylistique. D’heureuses trouvailles d’écriture, qui auraient pu constituer des running-gag efficaces à l’échelle du roman, disparaissent rapidement sous la plume de l’auteure : on regrette notamment les anachronismes lexicaux incongrus du début du livre, qui venaient redonner leur épaisseur historique à des automatismes surannés du langage, comme lorsque Uti tente, sans succès, de charmer Burbuja et que se remémorant ses techniques de séduction, il se fait à lui-même les réflexions suivantes :

C’était pourtant facile, il aurait pu dire, simplement : « Vois-tu, je suis un homme intrépide et audacieux », et laissant le mystère s’installer, il aurait repris : « Je peux t’en parler plus avant, as-tu le temps de prendre un café ? » Une approche classique, qui ne manque pas de galette. Mais non, il avait dit : « Les montagnes, je les mets à genoux. » (p. 12).

On n’est alors pas si loin des facéties stylistiques du regretté Terry Pratchett, créateur inoubliable du loufoque Disque-Monde, dont on retrouve comme le faible écho dans les aventures empreintes de nonsense qui s’abattent sans relâche sur la tête des héros de Cavalcades romaines. Le procédé tourne toutefois rapidement court au profit d’une écriture plus convenue qui s’impose à l’échelle de l’ensemble du roman.

La trame narrative n’est pour sa part pas d’une originalité renversante, sinon en ce qu’elle se situe dans le cadre de la Rome antique : on a ainsi affaire à une histoire chorale classique, qui réunit des personnages disparates, que rien n’aurait a priori dû associer, mais que le hasard lie à un même destin et à même quête, avec pour fil rouge une bluette sentimentale relativement téléphonée entre le vilicus romanisé et la guerrière indomptable. En revanche, l’auteure se révèle particulièrement habile à construire en quelques phrases, sans jamais s’aventurer trop avant et donc en évitant d’irrémédiables erreurs historiques, le décor, l’arrière-plan de l’histoire, dans un style très visuel : ainsi les côtes de l’Illyrie, la via Appia, ses pavés et ses tombeaux, les rues bruyantes et poussiéreuses de l’Emporium de Rome, ses bains publics, ses ateliers, ses domus huppées, celles des vrais aristocrates en haut des collines et celles des « nouveaux riches » en bas etc. La perception des rapports sociaux et surtout la compréhension de l’hétérogénéité des statuts (au sein même de la classe servile et entre les esclaves et le reste de la société) est moins bien rendue, mais sans doute n’y a-t-il rien de plus difficile, pour l’historien et a fortiori pour l’auteur de fiction, que de traduire par la narration et le dialogue des mentalités romaines qui nous sont finalement bien plus étrangères et exotiques que les realia concrets de ce contexte historique.

En somme, si Murielle Levraud contourne plutôt habilement les écueils rencontrés par tout roman historique qui tenterait, sans doute en vain, de toujours rendre fidèlement la réalité d’une période, sur un plan cette fois purement narratif, Cavalcades romaines n’en laisse pas moins au lecteur une impression de trop peu, ou plutôt de trop vite, trop vite lu, trop vite oublié.

Marie-Adeline Le Guennec

Membre de l’École française de Rome, section Antiquité

Page Academia de Marie-Adeline Le Guennec.

À lire dans la R.E.A. :

Cels Saint-Hilaire (J.), « Citoyens romains, esclaves et affranchis : problèmes de démographie »R.E.A. 103-3, 2001, p. 443-479.

Citer cet article comme : Marie-Adeline Le Guennec, Compte rendu « Cavalcades romaines », in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 06/02/2017, http://reainfo.hypotheses.org/4797.

Crédits image : première de couverture. © Julliard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *