Valorisation : à propos de la vidéo « Horror Humanum Est. Les animaux du cirque ». Entretien avec Sylvain Forichon

Post-doctorant CNRS, Sylvain Forichon consacre ses recherches aux spectacles de la Rome antique et a soutenu une thèse consacrée au cirque romain et à ses spectateurs.

Web-série d’animation, Horror Humanum Est a pour objectif de remettre en mémoire quelques jalons sanglants de l’Histoire humaine, commis au nom de logiques sociales et culturelles dont la bizarrerie et l’horreur ne se révèlent qu’à la mesure des valeurs actuelles. Ici est commentée une de ces vidéos qui traite du massacre des animaux à l’époque romaine.

Reainfo : Les quelques minutes de cette vidéo évoquent les chasses d’animaux lors des spectacles de la Rome ancienne. Où se déroulaient-elles et à quelles occasions étaient-elles organisées ? 

Sylvain Forichon : Selon Pline l’Ancien, la première chasse d’animaux lors des spectacles à Rome aurait eu lieu au milieu du IIIe siècle av. J.-C. Des éléphants, capturés en Sicile lors de la victoire de Lucius Caecilius Metellus sur les Carthaginois en 250 av. J.-C., furent présentés au public dans le Circus Maximus, puis tués à coups de javelot. D’autres sources prétendent que les pachydermes auraient été épargnés à l’issue du spectacle. Quoi qu’il en soit, les chasses, ou uenationes en latin, constituaient un supplément facultatif aux jeux réguliers jusqu’à la fin de la République et elles se déroulaient généralement au cirque.

Les choses évoluèrent avec Auguste, le premier empereur de Rome. Dans les Res Gestae, il est précisé que l’empereur aurait donné des chasses au cirque, mais aussi sur le Forum et dans des amphithéâtres. Par ailleurs, il fut vraisemblablement l’un des premiers editores à organiser des uenationes sans qu’elles soient accompagnées d’un autre spectacle. À partir du Ier siècle apr. J.-C., la uenatio a été progressivement associée aux combats de gladiateurs. Dans ce cas, les chasses prenaient place dans un amphithéâtre qui devint progressivement au Ier siècle apr. J-.C. le cadre privilégié de ces spectacles. Néanmoins, des chasses sont encore attestées dans le Grand Cirque à Rome durant toute l’époque impériale.

Reainfo : Les massacres d’animaux étaient particulièrement appréciés des Romains. Cette caractéristique en fait-il un peuple « barbare » ?

Sylvain Forichon : Dans ce cas, le terme barbare doit être entendu dans son acception moderne, mais il est toujours délicat de juger les sociétés du passé à l’aune de nos propres valeurs. Les notions de bien-être animal ou encore de sauvegarde des espèces sauvages étaient étrangères aux Romains, ce qui ne signifie pas pour autant que la souffrance animale les laissait totalement indifférents. Nous savons par les témoignages de Pline l’Ancien et de Cicéron que des spectateurs auraient versé des larmes face à des éléphants paniqués et blessés qui cherchaient à s’échapper du cirque lors d’une uenatio donnée par Pompée en 55 av. J.-C. Au IIe siècle apr. J.-C., Plutarque a fait part de son indignation et de sa compassion pour les animaux lors d’une uenatio. Il n’est donc pas certain que tous les Romains aient apprécié ce genre de spectacle, même s’il est vrai que plusieurs textes anciens évoquent l’émerveillement et l’effroi des spectateurs lors de ces chasses, ce qui laisse supposer que ces divertissements étaient appréciés, du moins par une partie du public.

Il faut aussi rappeler la dimension symbolique des uenationes. Elles mettaient en scène le plus souvent des animaux en provenance de contrées lointaines et soumises à Rome, je pense par exemple aux crocodiles et aux hippopotames d’Égypte. La capture de ces animaux sauvages et dangereux, puis leur acheminement jusqu’à Rome et enfin leur mise à mort dans l’arène démontraient la toute-puissance de Rome et sa capacité à soumettre la faune des provinces nouvellement conquises. Le massacre de ces animaux féroces symbolisait la domination du monde civilisé, incarné par Rome, sur le monde sauvage et barbare justement.

Reainfo : De quand datent les premiers amphithéâtres et quels autres types de spectacles y étaient-ils organisés ?

Sylvain Forichon : Les premiers amphithéâtres ont été construits en Campanie vers la fin du IIe siècle av. J.-C. À Rome, le premier amphithéâtre érigé avec des matériaux pérennes ne date que de 29 av. J.-C. Il s’agit de l’amphithéâtre de Statilius Taurus sur le Champ de Mars. Quant à l’Amphithéâtre Flavien, plus connu aujourd’hui sous le nom de Colisée, il ne fut inauguré qu’en 80 apr. J-C. Les amphithéâtres étaient principalement destinés à accueillir les combats de gladiateurs ainsi que les chasses qui pouvaient prendre des formes diverses : combats entre différentes espèces animales, affrontements entre des hommes et des bêtes sauvages… Les amphithéâtres pouvaient être utilisés également pour les exécutions capitales, les condamnés étant le plus souvent livrés aux fauves. De façon beaucoup plus exceptionnelle, certains amphithéâtres, comme celui de Néron à Rome par exemple, ont été le cadre de naumachies, c’est-à-dire des mises en scène de batailles navales.

Reainfo : Justement, à propos des naumachies, avaient-elles lieu uniquement dans les amphithéâtres ? D’autres édifices pouvaient-ils être utilisés pour la mise en scène de ces batailles navales ?

Sylvain Forichon : Oui, en effet, différents monuments ont été utilisés pour l’organisation de ces spectacles, mais les textes et les données archéologiques à ce sujet font souvent défaut ou sont ambigus. Certaines naumachies se sont déroulées dans des sites naturels. Par exemple, au Ier siècle apr. J.-C., Claude organisa une bataille navale fictive sur le lac Fucin, situé à l’Est de Rome, dans les Abruzzes. Toutefois, la plupart de ces grandes naumachies ont eu lieu à Rome, souvent dans des structures spécialement aménagées à cet effet. Par exemple, la naumachie présentée par Jules César en 46 av. J.-C. eut pour cadre un bassin qui avait été construit pour cette occasion dans le quartier du Champ de Mars. Auguste fit creuser un autre bassin pour les naumachies sur la rive droite du Tibre. Domitien aurait également ordonné la création d’un plan d’eau pour un combat naval en 89 apr. J.-C. Ces bassins sont fréquemment désignés dans les textes anciens par le terme même de naumachia et ils ne sont attestés que dans la capitale de l’Empire. La dernière « naumachie » érigée à Rome fut celle de Trajan.

Des batailles navales fictives ont effectivement eu lieu dans des amphithéâtres. En 57 apr. J.-C., Néron aurait organisé une naumachie dans un amphithéâtre de bois dans le quartier du Champ de Mars à Rome. Cassius Dion mentionne une naumachie donnée par Titus au Colisée lors de son inauguration en 80 apr. J.-C. Domitien aurait également utilisé le Colisée pour une autre naumachie, probablement au milieu des années 80 apr. J.-C. Néanmoins, l’aménagement d’un important réseau de souterrains maçonnés dans le Colisée sous le règne de cet empereur rendit ce bâtiment inadapté à ce genre de spectacle. Peu de naumachies ont donc eu lieu au Colisée. En outre, l’arène ne mesurait que 79,35 × 47 m environ, ce qui est bien inférieur par exemple aux dimensions du bassin aménagé par Auguste (533 m × 354 m environ). De fait, les naumachies organisées au Colisée ou dans un autre amphithéâtre n’avait pas la même ampleur que dans des bassins spécialement conçus à cet effet, sans compter les problèmes techniques posés par l’adduction et l’évacuation de l’eau.

Comme Jean-Claude Golvin l’a démontré dans ses travaux, peu d’amphithéâtres dans le monde romain étaient adaptés à la mise en scène de ces batailles navales, à quelques exceptions, comme l’amphithéâtre de Mérida en Espagne ou celui de Vérone en Italie. Parmi les amphithéâtres de la capitale, seuls l’amphithéâtre de Néron et le Colisée auraient accueilli des naumachies. En revanche, ce genre de spectacle ne pouvait avoir lieu dans le Grand Cirque, car l’inondation de la piste aurait nécessité une quantité d’eau considérable. En outre, l’évolution des navires aurait été entravée par les différents monuments présents sur la spina/euripe, l’obélisque principalement.

Reainfo : Vous venez d’évoquer le cirque, à quoi ressemblait cet édifice ?

Sylvain Forichon : Le cirque romain a une forme tout à fait caractéristique en lien direct avec les courses de chars qui s’y déroulaient. Pour simplifier, ce monument avait la forme d’un long rectangle, avec une extrémité curviligne d’un côté et, à l’opposé, des stalles de départ pour les chars, dites carceres en latin. Le plus grand et le plus emblématique de tous les cirques du monde romain était le Grand Cirque, ou Circus Maximus, à Rome. Il se situait entre la colline du Palatin et celle de l’Aventin, près du Tibre. Malheureusement, il ne subsiste qu’une infime partie de cet édifice.

Après s’être élancés des carceres, les chars faisaient généralement sept fois le tour d’une barrière centrale, trop souvent appelée spina par les historiens modernes, alors que le terme d’euripe serait plus approprié. Elle était ornée de différents monuments (compte-tours, obélisques, statues…) et à chaque extrémité se trouvaient des bornes, ornées de trois cônes, dits metae en latin, que les chars devaient contourner quatorze fois durant la course. C’était le moment le plus excitant de la course, car chaque char risquait de se renverser dans ce virage à 180°. La course était terminée dès que le premier char avait franchi la ligne d’arrivée à l’issue des sept tours de piste. Chaque course durait en moyenne quinze/vingt minutes, mais plusieurs courses s’enchaînaient au cours d’une même journée.

Si des courses de chars eurent lieu sur le site du Grand Cirque pratiquement dès l’époque des rois de Rome, le Circus Maximus ne fut réellement monumentalisé qu’au Ier siècle av. J-.C. sous l’action de Jules César, puis d’Auguste. Cet édifice est donc bien plus ancien que le Colisée. Selon Denys d’Halicarnasse, le Grand Cirque pouvait accueillir 150 000 spectateurs au Ier siècle av. J.-C., Pline l’Ancien parle de 250 000 spectateurs au Ier siècle apr. J.-C. Une source du IVe siècle apr. J.-C. évoque même le nombre de 385 000 spectateurs. Ces estimations sont aujourd’hui débattues et même contestées par plusieurs historiens et archéologues. Il est certain en revanche que le Grand Cirque était le plus grand cirque de Rome et de tout l’Empire romain, mais il était aussi le plus vaste édifice de spectacles du monde romain. Il est d’ailleurs admis par la plupart des chercheurs que le Circus Maximus aurait servi de modèle architectural à la plupart des autres cirques de l’Empire romain.

Quoi qu’il en soit, les cirques ne doivent en aucun cas être confondus avec les amphithéâtres qui ont généralement une forme elliptique, assez similaire à celle de nos stades de football actuels. Ce sont deux monuments totalement différents d’un point de vue architectural. Par exemple, l’Amphithéâtre Flavien, plus connu aujourd’hui sous le nom de Colisée, était un amphithéâtre, et non un cirque, qui ne pouvait accueillir « que » 50 000 spectateurs.

 Reainfo : Et pourtant, à l’écran, un amphithéâtre est représenté à la place du cirque. D’où vient cette confusion entre l’amphithéâtre et le cirque romain selon vous ?

Sylvain Forichon : Personnellement, je l’ignore. Je suppose que cette confusion est due au fait que la forme circulaire de l’amphithéâtre antique rappelle celle de nos cirques modernes, d’où cette assimilation de l’amphithéâtre au cirque romain, et par extension cette association erronée et si fréquente malheureusement des combats de gladiateurs au cirque. Les combats de gladiateurs pouvaient difficilement avoir lieu dans un cirque, et encore moins dans le Grand Cirque de Rome. Ce monument était beaucoup trop vaste et la très grande majorité du public aurait été dans l’incapacité de voir deux gladiateurs en train de se battre au milieu de la piste. Le spectacle aurait donc perdu de son intérêt. Inversement, l’amphithéâtre, de par sa forme elliptique et son arène circulaire au centre, offrait aux spectateurs une vision optimale du combat. De plus, l’arène était totalement dégagée, aucun élément ne risquait d’entraver les déplacements des gladiateurs pendant le combat. En revanche, il aurait été impossible d’organiser une course de chars dans un amphithéâtre, car l’arène, de par sa forme et ses dimensions, ne se prêtait pas à ce type de spectacle. Il est vrai, en revanche, que les chasses pouvaient avoir lieu dans les deux édifices : cirque et amphithéâtre. Cependant, le Grand Cirque était plus vaste que le Colisée. Sa piste avait une longueur de près de 580 m et une largeur d’environ 79 m, au IIe siècle apr. J.-C. Il offrait donc la possibilité de mettre en scène un nombre bien supérieur d’animaux et en présence de spectateurs plus nombreux, ce qui d’ailleurs ne faisait qu’accroître la dimension spectaculaire de la uenatio.

Reainfo : Les vidéos ayant pour thème l’histoire se multiplient sur Internet. En quoi ces nouveaux médias participent-ils à la valorisation des études anciennes ?

Sylvain Forichon : De par leur aspect ludique et didactique, ces vidéos peuvent éveiller la curiosité de ceux qui les regardent et les inciter à se documenter sur le sujet afin d’en savoir davantage. De ce point de vue, et en tant qu’historien de formation, je ne peux que me réjouir de cet intérêt collectif pour l’Histoire. Bien évidemment, on pourra reprocher à l’auteur de la vidéo « Animaux du cirque » la confusion – si fréquente hélas – entre cirque romain et amphithéâtre. Néanmoins, ce petit film, comme les autres de la série Horror Humanum Est, a au moins le mérite de nous faire réfléchir à la violence et à la cruauté humaines à travers différentes époques historiques, y compris la nôtre me semble-t-il.

Entretien réalisé par Séverine Garat.

Bibliographie à télécharger.

Pour rebondir :

Un article : J.-P. Thuillier « Vingt ans au cirque », Theatra et spectacula, Les grands monuments des jeux dans l’Antiquité, Études de Lettres, 2011, 1-2, p. 325-340.

Citer cet article comme : Séverine Garat, Valorisation : à propos de la vidéo « Horror Humanum Est. Les animaux du cirque ». Entretien avec Sylvain Forichon, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 28/09/2016, http://reainfo.hypotheses.org/4855.

Crédits image : © Horror Humanum Est.

Une réflexion sur « Valorisation : à propos de la vidéo « Horror Humanum Est. Les animaux du cirque ». Entretien avec Sylvain Forichon »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *