Compte rendu « Mycènes. La gloire des Atrides »

Léo (J.), Mycènes. La gloire des Atrides. – Paris : Hugues de Queyssac Éditions, 2016. – 392 p. – ISBN  : 978.2.36874.106.1.

mycenes-couv-1-318x500

Écrire sur la geste des Atrides relève d’une certaine audace ; d’Eschyle à Cacoyannis, les plus grands s’y sont essayés. Jean Léo fait ici le pari de l’érudition. Comme dans l’Akhénaton de Nagib Mahfouz, le lecteur est entraîné dans une saga renouvelée par les recherches récentes, où apparaissent des personnages sortis des lettres d’Amarna ou des textes hittites. Il s’agit, au fond, d’un projet assez proche de la bande dessinée Âge du Bronze de Eric Shanower, dont plusieurs volumes ont confirmé le succès.

Jean Léo s’est documenté de manière systématique ; on le trouvera rarement en défaut. L’effet de réel est saisissant : noms propres issus des textes du Bronze récent, realia extrêmement précis ; les descriptions des palais de Mycènes et de Hattusa sont très précises, ce qui est attesté par l’archéologie se trouvant habilement complété par des éléments vraisemblables, comme sur les aquarelles de restitution des sites anciens. Une seule réserve : les termes techniques issus du grec mycénien gardent leur orthographe de transcription conventionnelle, tout comme certains termes d’autres langues (Ahhijawa), ce qui donne un certain désordre linguistique. Tant qu’à tenter la reconstitution, on aurait pu les remplacer par leur forme phonétique, même hypothétique, d’autant que la petite musique de ces noms fait certainement partie des effets de réel recherchés.

Le lecteur se trouve donc entraîné dans une saga renouvelée, l’irruption de la complexité de l’Asie mineure étant sans doute ce qu’il y a de plus original et nouveau ici. La guerre de Troie, lointaine et isolée, est remplacée par toute une vaste région complexe et variée, dont le rôle reflète bien les avancées récentes de la recherche. Là où cependant Nagib Mahfouz donnait à son Akhenaton la structure d’un roman policier, Jean

Jean Léo fait le pari d’une fresque romanesque – en rien linéaire, le rythme étant scandé par un retour en arrière de deux générations après une ouverture saisissante – servie par une belle écriture classique. Ce livre ravira les amateurs et les spécialistes, tous ceux qui aiment entendre les vieilles histoires contées sous un jour nouveau.

Julien Zurbach

Maître de conférences en histoire grecque, École Normale Supérieure

Citer cet article comme : Julien Zurbach, Compte rendu « Mycènes. La gloire des Atrides », in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 09/03/2017, http://reainfo.hypotheses.org/5335.

Crédits image : première de couverture. © Hugues de Queyssac Éditions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *