Compte rendu de l’ouvrage « Les secrets de la Rome antique »

Teyssier (É.), Les secrets de la Rome antique. – Paris : Perrin, 2015. – 350 p. – ISBN : 978.2.262.05129.7.

secrets-rome

Lecteurs, qui pensez lorgner les dessous croquignolets de la sévère Roma, passez votre chemin ! Le livre d’Éric Teyssier a une ambition plus noble, celle de dévoiler au lecteur les arcana imperii selon la célèbre expression de Tacite, les secrets de l’empire (c’est-à-dire du pouvoir) entendus ici comme les ressorts sous-jacents, non pas cachés, mais inaperçus du profane, de la réussite de Rome. C’est, du reste, au profane (cultivé) que s’adresse ce plaisant ouvrage.

Il balaye en onze chapitres une dizaine de siècles de l’histoire, allant de la fondation jusqu’à la fin du premier siècle de notre ère (le règne de Domitien). Le fil directeur en est le récit positif d’une construction originale à l’intérieur de laquelle l’auteur a choisi, par raison ou par goût, des étapes jugées significatives. Aussi alternent des chapitres centrés autour d’un événement — la fondation, la prise de Rome par les Gaulois, la première guerre punique, la victoire sur les Teutons, l’expédition de César en (Grande) Bretagne, les Ides de Mars, la défaite de Varus — et des chapitres plus thématiques — le glaive et les sesterces, les jeux, ciment de l’empire — portant sur les moteurs de l’expansion méditerranéenne de Rome, l’intégration des provinciaux et les divertissements collectifs. Toutefois, la différence entre les deux types d’exposés reste superficielle car les événements retenus ne sont pas compris comme une fin en soit, mais comme le point de départ d’une analyse qu’ils sont destinés à illustrer. De fait, de manière très vivante, les chapitres sont souvent introduits par un « tableau » : les Gaulois occupant la plaine du forum, les carcasses du champ de bataille d’Aquae Sextiae, les légionnaires de Germanicus rendus nerveux par le calme trompeur de la forêt, avant de développer en flash-back le processus qui a conduit à ce moment et ses développements ultérieurs. Le soin de la composition allège un propos qui pourrait être la pesante démonstration du cercle vertueux qui a conféré à Rome sa puissance.

Le parti pris de l’auteur est de mettre à portée d’un esprit curieux l’histoire romaine en adoptant une approche concrète, d’une part, et en proposant une réflexion historique générale, d’autre part. Il ne faut donc pas aborder ce livre comme un manuel ou comme un ouvrage scientifique. Il a pourtant parfois les aspects d’un cours, notamment dans le chapitre intitulé le glaive et les sesterces qui traite des mécanismes financiers liés à la conquête et donc à la captation par Rome des flux économiques à son profit. Le souci pédagogique n’est pas absent non plus des annexes qui comportent un lexique des termes latins, une chronologie et une double bibliographie, celle des sources antiques classées par chapitre et une bibliographie générale regroupant de l’historiographie moderne.

Le répertoire des sources n’a pas un statut bien clair : on ne sait s’il s’agit des documents qui ont été suivis pour la rédaction ou s’il s’agit d’une incitation pour le lecteur à aller plus loin. S’il s’agit des fondements du chapitre, on peut s’étonner qu’il n’y ait de sources que littéraires puisque l’on utilise largement (outre l’archéologie) les ressources de l’épigraphie et de la numismatique pour écrire l’histoire de Rome. Par ailleurs, parmi les documents retenus, il y a des absences surprenantes, par exemple, pour la mort de César, on ne trouve aucun texte de Cicéron. Ce dernier est d’ailleurs totalement absent des auteurs. Or la diversité des objets qu’il a traités devrait lui donner au moins une petite place dans un catalogue de documents. Plus gênant d’un point de vue méthodologique, aucune édition n’est précisée. Or les textes ne sont pas des données brutes : ils nous sont parvenus au travers des siècles par le biais d’une traduction manuscrite parfois bien complexe, il a fallu rétablir le texte au plus près de ce que l’on suppose être le document originel et, de plus, ces textes ont été traduits (et on sait que leur compréhension n’est pas univoque). Même si Éric Teyssier est parti du texte en grec ou en latin, il lui faudrait indiquer au lecteur la version qu’il a retenue et où ce dernier peut trouver, s’il éprouve la curiosité de lire ces sources, une traduction qu’Éric Teyssier juge satisfaisante. La bibliographie moderne pose d’autres problèmes. Il a fallu faire des choix puisque le propos embrasse une large portion de l’histoire de Rome et il ne s’agit justement que d’orientations bibliographiques, mais certains ouvrages pertinents manquent, sans doute parce qu’ils ont été jugés trop techniques pour une publication de vulgarisation. Cependant, auprès de l’Armée romaine de Yvan Le Bohec (mentionné uniquement ici dans une réédition), on aurait attendu le manuel de Pierre Cosme sur le même thème, qui complète cet ouvrage de référence sur les dimensions sociologiques et pratiques de cette institution. Sur la question de la compétence militaire des sénateurs (abordée brièvement dans le chapitre sur Agricola), Pierre Cosme a également écrit un excellent article que l’on penserait voir cité. Enfin, les terrains d’élection d’Éric Teyssier en matière d’archéologie expérimentale lui ont donné à connaître de nombreux travaux contemporains portant sur les champs de bataille et l’équipement militaire dont on ne trouve pas trace dans les indications bibliographiques. Par exemple, dans le chapitre sur la conquête avortée de la Germanie, il mentionne Waldgirmes, la ville préfabriquée que les Romains ont livrée clefs en main au milieu de la forêt, mais ne mentionne aucun des articles qui ont porté sur cette question.

Selon les chapitres, la vision de Rome qui est présentée dans cet ouvrage est plus ou moins conforme à celle que les historiens de l’Antiquité adoptent aujourd’hui. La « réforme » de Marius, sanctifiée par Éric Teyssier, a été considérablement relativisée, de même que le mythe du centurion issu du rang a vécu, ou encore, l’analyse qui est faite des pouvoirs et de la politique de César est issue d’une vision largement dépassée des structures du politique à la fin de la République. La volonté d’écrire une histoire positive de Rome a conduit l’auteur à minorer certains aspects déplaisants de cette expansion, pour n’en citer qu’un, la politique systématique de violence et de cruauté à l’égard des civils comme arme de dissuasion, notamment dans les campagnes de Germanicus, personnage dont l’historiographie contemporaine a bien mis en évidence les zones d’ombre, parmi lesquelles un usage imprudent du potentiel militaire romain. L’auteur cependant ne ferme pas les yeux sur les carnages volontaires pratiqués sur les champs de bataille. Par ailleurs, par endroits, résonnent des affirmations péremptoires qui semblent bien imprudentes comme p. 83 : « Impérialisme, capitalisme, économie mondialisée » autant de termes qui nous semblent l’apanage de la société contemporaine. Pourtant, même si les Romains n’ont pas théorisé ces concepts, leur conjonction constitue le secret de l’expansion romaine au IIe s. avant J.-C. ». Il faudrait s’entendre au préalable sur ce que l’on entend par ces trois termes, qui ne sont pas du tout équivalents, autant on peut parler d’hégémonie et d’impérialisme (politique) de concentration des finances et de la propriété (mais plus relative et progressive qu’on ne l’a dit) et de la constitution d’un marché à l’échelle de la méditerranée, autant les conditions premières de la création du capitalisme et d’une économie mondialisée ne sont pas réunies faute d’un décollage technique et en raison de l’ampleur d’un vaste domaine non monétarisé de l’économie.

En conclusion, le livre d’Éric Teyssier n’est pas destiné à ses collègues ni à des étudiants, mais à un public qui demande à être initié à l’histoire de Rome et qui, grâce à des narrations vivantes et des analyses souvent limpides, y puisera le goût d’aller plus loin, quitte à corriger ultérieurement certains traits par des lectures plus spécialisées.

Marie-Claire Ferriès

Maître de conférences en Histoire romaine, Université de Grenoble

Page Academia de Marie-Claire Ferriès.

Citer cet article comme : Marie-Claire Ferriès, Compte rendu de l’ouvrage « Les secrets de la Rome antique », in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 01/12/2016, https://reainfo.hypotheses.org/5600.

Crédits image : première de couverture. © Perrin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *