L’héroïsme au féminin. Réflexions autour du mythe d’Atalante. Entretien avec Émilie Druilhe

Émilie Druilhe, historienne de formation à l’Université Paris 1 – Sorbonne et jeune libraire, publie aux Presses Universitaires de Rennes, Farouche Atalante, portrait d’une héroïne grecque[1].

Cet ouvrage est le fruit des travaux de recherche de Master 2, récompensé par le Prix Mnémosyne, en 2014. Décerné au mois de janvier de chaque année, le prix Mnémosyne, créé par Mnémosyne association, a la particularité de récompenser les recherches en Master. Le montant du prix s’élève à 800 euros, le chèque étant remis en échange du manuscrit revu. Le ou la lauréat-e s’engage alors à retravailler son mémoire pour publication aux Presses Universitaires de Rennes, avec l’accompagnement de l’association. Les meilleurs mémoires présentés au prix sont récompensés par un article publié sur le site de la revue de l’association Mnémosyne, Genre & Histoire.

Reainfo : Votre mémoire de Master 2, dirigé par Violaine Sebillotte Cuchet, vient d’être publié aux Presses Universitaires de Rennes, en récompense du Prix Mnémosyne 2014, de l’association du même nom. En quoi l’obtention d’un prix est-elle importante pour un étudiant en Master ?

Émilie Druilhe : L’obtention de ce prix est très importante pour moi, car il valide deux ans de recherches intensives et est une reconnaissance de mon travail. Dans une société où le débat sur la question du genre est encore très présent, la publication de mon mémoire me permet de rajouter ma modeste pierre à l’édifice des défenseurs de cette question qu’est le genre. C’est pourquoi je tiens à remercier chaleureusement toutes les personnes qui m’ont permis de réaliser cette publication. En premier lieu, l’association Mnémosyne et son jury qui ont récompensé mon travail. En second lieu, Violaine Sebillotte-Cuchet, qui a été l’instigatrice de ce mémoire et qui a patiemment relu et corrigé sans cesse mon travail. Enfin, Sophie Lalanne et Nikolina Kei, qui ont accepté de le relire et m’ont conseillé dans la fastidieuse étape de la publication.

Reainfo : Comment étudie-t-on les mythes aujourd’hui ? La question du genre participe-t-elle au renouveau des études sur la mythologie grecque ?

Émilie Druilhe : Chaque époque analyse les mythes grecs en fonction de ses propres grilles de lecture. Aujourd’hui, nous en avons de nouvelles dont la question du genre. Il y a quelques décennies, par exemple, certains historiens considéraient que l’héroïsme féminin était impossible, les femmes qui apparaissent dans la mythologie grecque étant soit des déesses, soit des mères de héros, mais pas des héroïnes elles-mêmes, je veux dire capables d’une action héroïque. Depuis l’introduction de la question du genre dans l’étude de la mythologie et de l’héroïsme, notamment depuis les études de Jennifer Larson en 1995 et Deborah Lyons en 1997, l’héroïsme féminin est apparu comme ayant été tout à fait concevable pour les Grecs. L’héroïsme peut tout à fait s’incarner dans une femme, pas seulement dans un homme. En outre, les études historiques tendent de plus en plus à lire les mythes dans leur contexte historique de production, tant social, que politique et religieux. Cette approche pragmatique des mythes, dans la lignée de l’approche développée en anthropologie historique, ne voit plus la mythologie comme un ensemble seulement divertissant, mais aussi comme un accès aux structures de pensée des sociétés étudiées.

Reainfo : Dans quelle mesure le mythe d’Atalante nous renseigne-t-il sur les femmes en Grèce ancienne ?

Émilie Druilhe : Atalante est une héroïne[2]. Elle n’a jamais existé. Pourtant, son mythe a traversé l’Antiquité et était connu de tous. À notre époque, Atalante apparaît d’abord comme une femme à contre genre. Nous avons du mal à envisager qu’une société qui laissait si peu de place aux femmes puisse concevoir une héroïne aussi indépendante et farouche qu’Atalante. Cette dernière refuse toutes les tâches traditionnellement assignées aux femmes, en premier lieu le mariage, pour se consacrer à la chasse, la lutte ou encore la course, qui sont des activités habituellement considérées comme masculines. Cependant, aucun jugement négatif n’est jamais porté sur Atalante, ni dans les sources textuelles, ni dans les sources iconographiques. Elle n’est jamais considérée comme un être nuisible ou dangereux, ni même comme un être qui transgresserait les rôles sexués. Du fait de sa jeunesse, mais également du fait de son inscription dans le monde des héros, Atalante peut se permettre d’aller chasser en compagnie de héros masculins ou même de lutter toute seule contre un homme, dans une tenue pour le moins légère.

Son exemple illustre deux choses sur la place des femmes dans la société grecque. D’une part, qu’une femme non mariée, une jeune femme, une parthénos, est placée du côté du sauvage (au sens non civilisée par le mariage) et peut se comporter comme Atalante. Dans l’Antiquité grecque, certaines jeunes filles participent à des courses, et toujours lors de rituels notamment, elles peuvent porter des vêtements inattendus ou être court vêtues.

Le mythe d’Atalante nous montre également que la société grecque était capable de penser une pluralité de féminités – et de masculinités – selon le contexte social, mythologique, familial, mais également selon l’âge ou l’identité de l’individu – dieu, déesse, héros, héroïne, citoyen, femme de citoyen, etc…

Reainfo : Atalante est restée célèbre pour son refus du mariage. Les femmes grecques en avaient-elles la possibilité ? Quelle était leur place au sein de la de la société grecque (contexte politique, religieux et familial) ?

Émilie Druilhe : Dans la mythologie grecque, nombreuses sont les femmes qui refusaient le mariage. Je pense à Cyrène, qui refusait le mariage et les activités féminines, et préférait lutter à mains nues contre les animaux sauvages ou encore aux Amazones, ce peuple de femmes qui refusait les activités traditionnellement assignées à leur sexe et leur préférait la guerre.

Dans la société civique, en revanche, les femmes n’avaient pas leur mot à dire. Le mariage était le passage d’un tuteur, le père de la mariée, à un autre, son mari, sans que cette dernière ne puisse, dit-on, décider quoi que ce soit. En réalité, l’exemple de la mère de Démosthène, Cléoboulè, montre que si l’épouse est riche et influente, elle peut s’opposer à une décision de son mari ou des tuteurs affectés à la gestion de ses biens et de ceux de ses enfants. Elle n’a pas les mêmes armes que les hommes de sa famille, certes, en particulier parce qu’elle ne participe pas aux assemblées civiques. Les femmes libres des maisons citoyennes étaient pourtant citoyennes ; elles sont nommées ainsi dans les textes. Les citoyennes participent à la vie religieuse en tant que fidèles, dédicantes ou prêtresses des cultes, ce qui est la première forme de participation à la vie politique dans les cités grecques.

C’est au sein de la famille que la citoyenne trouvait sa place, son rôle principal étant d’enfanter des enfants qui deviendraient à leur tour citoyen. Cependant, il faut noter qu’il en est de même pour les hommes : les citoyens doivent également se marier pour enfanter des citoyens, transmettre les biens et le statut de la lignée. Ce n’est pas une obligation réservée aux femmes. Que les jeunes, hommes ou femmes, n’aient pas toujours désiré cette situation, c’est une chose que les mythes mettent en scène aussi bien celui d’Atalante que ceux concernant des héros, comme Hippolyte par exemple.

 Reainfo : Et en matière de divorce ?

Émilie Druilhe : Les Grecs avaient souvent plusieurs unions simultanées (avec des femmes de statut inférieur par exemple) ou successives. On ne connait pas vraiment la part que prenait le divorce dans ses unions et séparations. Quelques documents montrent que, soit l’épouse pouvait en avoir l’initiative (c’est le cas de l’épouse d’Alcibiade qui va chercher l’archonte pour demander le divorce), soit que l’époux cherchait à s’assurer de son accord (dans le discours d’un orateur attique, un homme âgé ne parvient pas à avoir d’enfants avec sa femme et les frères de la jeune épouse suggèrent un divorce à l’amiable). Il est probable que sur cette question, bien des situations nous échappent.

Reainfo : Atalante est présentée comme une athlète aux performances physiques exceptionnelles. Pendant l’Antiquité, les femmes avaient-elles le droit de pratiquer une activité physique ? Avaient-elles des interdits ?

Émilie Druilhe : Atalante est une héroïne et c’est pourquoi, dans la mesure où les héros évoluent dans un univers affranchi de nombre de normes sociales, il est tout à fait possible de la rencontrer dans un gymnase ou un stade. Dans la société grecque, en revanche, il est a priori impossible de rencontrer une femme au gymnase. Les athlètes sont des hommes. Il existait, cependant, des courses destinées aux femmes, comme les courses des jeunes ourses de Brauron, des jeunes filles de Hèraia ou encore des parthenoi spartiates. Il est toutefois à remarquer que ces courses semblent avoir toujours été exclusivement destinées aux jeunes filles non mariées, aux parthenoi. Dans l’état actuel de nos connaissances, la femme mariée – ou gunè – ne court pas, ne pratique pas de sport, du moins dans un cadre institutionnel.

Reainfo : Atalante, parce qu’elle est une femme, est-elle une héroïne atypique ?

Émilie Druilhe : Non, Atalante n’est pas une héroïne atypique. C’est ce que nous pourrions penser aux premiers abords, parce qu’elle refuse les activités traditionnellement assignées aux femmes et qu’elle accomplit des exploits seule ou en compagnie de héros masculins. Bien sûr, les héroïnes de la mythologie grecque que nous connaissons le plus sont des héroïnes violentées, des Andromède, des Thétis ou encore des Cassandre, ou bien des femmes d’une violence extrême telle que Médée. Toutefois, il existe une pluralité d’héroïnes qui suivent le même chemin qu’Atalante. Ce sont Cyrène ou les Amazones que j’ai déjà évoquées, mais également les Danaïdes par exemple, ces cinquante filles de Danaos qui refusent le mariage et finissent même par assassiner leurs maris lors de leurs nuits de noce. Il existe même des héros masculins qui empruntent la même voie qu’Atalante, comme Hippolyte ou encore Mélanion, tous deux refusant le mariage et préférant s’adonner à la chasse dans les montagnes et les lieux isolés. C’est justement parce qu’elle vit à un âge héroïque où dieux, héros et mortels se côtoient, et surtout parce qu’elle est jeune qu’Atalante peut se permettre d’agir de telle sorte.

En somme, la société grecque pensait une pluralité d’héroïsmes qui convenaient aussi bien aux femmes qu’aux hommes, et dans cette pluralité, c’est la jeunesse qui est la caractéristique la plus commune. Cette caractéristique fait d’Atalante une héroïne plutôt banale. Elle est une femme atypique parce qu’elle reste dans sa jeunesse en refusant le mariage, tout comme les héros – Achille, Ulysse, Oreste – sont des hommes atypiques : un super guerrier, un aventurier extraordinaire, un matricide.

[1] Pour en savoir plus sur le mythe d’Atalante, Druilhe (É.), Farouche Atalante. Portrait d’une héroïne grecque. – Rennes : P.U.R., 2016. – (Mnémonsyne, ISSN : 1962.1418). – 200 p. : bibliogr., index, fig. – ISBN : 978.2.7535.5054.4.

[2] Atalante est une héroïne grecque qui refuse les activités traditionnellement assignées aux femmes, et notamment le mariage. Elle préfère aller chasser, lutter et courir et participe à des exploits mythologiques célèbres comme le voyage des Argonautes pour aller chercher la Toison d’Or ou encore la chasse au sanglier de Calydon, en compagnie de héros masculins illustres tels Jason, Thésée, Hercule ou encore Castor et Pollux. Parmi les autres exploits de la jeune fille, il faut également retenir sa lutte à mains nues contre le héros Pélée ou encore la course qu’elle organise pour se choisir un époux, et qu’elle perd face à Hippoménès et ses trois pommes d’or données par la déesse Aphrodite. Enfin, Atalante est aussi la mère d’un autre héros glorieux, Parthénopée, qui a participé à la guerre des Sept contre Thèbes opposant Étéloce et Polynice, les fils maudits d’Œdipe.

Pour aller plus loin :

Violaine Sebillotte Cuchet organise une séance de présentation du livre, avec Émilie Druilhe et en présence de Sophie Lalanne et Nikolina Kei, le mardi 13 décembre 2016, au cours de son séminaire, de 17h à 19h en salle Pereisc, INHA (2 rue Vivienne 6 rue des petits-Champs, 75002).

Pour rebondir :

Une émission de radio : entretien avec Émilie Druilhe dans la rubrique « Actualités des parutions », en deuxième partie de l’émission de la Fabrique de l’Histoire, sur France Culture, animée par Emmanuel Laurentin et diffusée le 23 septembre 2016 (à partir de 41e51 minute de l’émission).

Une interview filmée : entretien avec Émilie Druilhe dans la rubrique « Les interviews du prix Mnémosyne »

Crédits image : coupe laconienne à figures noires, représentant la chasse au sanglier de Calydon. Conservée à Paris, musée du Louvre. © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Hervé Lewandowski.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *