Actualités : colloque « Un dieu peut-il mourir ? Enquête sur la fin des cultes dans l’Antiquité gréco-romaine »

Date / lieu : 6-7 octobre / Besançon, UFR SLHS (Salon Préclin)

Si les introductions et apparitions de cultes nouveaux dans le monde gréco-romain sont bien renseignées et souvent étudiées, les disparitions ou abandons de cultes sont en revanche presque totalement délaissés, sauf dans les cas très particuliers de destructions violentes de cités ou autres communautés.

Pourtant, la vie religieuse antique n’a pu être qu’un phénomène dynamique d’apparition/disparition de cultes, sauf à admettre l’idée d’une accumulation permanente de cultes sur des siècles, voire des millénaires durant : est-il cependant concevable que la vie cultuelle d’un Romain ou d’un Grec ait été quantitativement beaucoup plus riche que celle de son lointain ancêtre, simplement parce que quelques siècles d’accumulation les séparaient ? À mille ans de distance, les journées continuaient à n’avoir que 24h, ce qui limitait nécessairement l’élasticité du temps religieux quotidien : l’introduction au fil du temps de nouveautés a donc impérativement correspondu en parallèle à l’effacement ou à l’abandon de cultes plus anciens.

On sait que dans l’Antiquité un culte liait une communauté et une figure religieuse (divinité ou héros), alors pourquoi et comment ces liens s’effaçaient-ils ? Avec quelles conséquences pour la communauté humaine ? Ce sont ces questions que notre rencontre cherchera à explorer.

Télécharger le programme.

Crédits image : mort de Talos, cratère du Ve siècle av. J.-C. Artiste anonyme. Museo Archeologico Nazionale Jatta.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *