« Le voyageur de Rome » : regards croisés autour d’un roman

Gayral (C.), Le voyageur de Rome. – Nantes : Éditions Amalthée, 2016. – 92 p. – ISBN : 978.2.310.02841.7.

voyageur-couv-1

Compte rendu : Marion Bellissime, professeur de latin, au collège Honoré de Balzac, à Vénissieux (69)

À la fin du Ier siècle de notre ère, un jeune patricien, plus attiré par la contemplation des astres que par le mos maiorum, tombe éperdument amoureux d’une jeune et belle et blonde esclave. C’est le point de départ d’une histoire d’amour contrariée entre Ambrosius et Fidélis.

Ce court roman (76 pages de récit) est écrit par une jeune fille de quinze ans, Charlotte Gayral. Certes, on aimerait côtoyer plus souvent des collégiens aussi épris de culture latine et aussi doués pour la rédaction. Mais cela ne suffit pas. L’écriture est lourde, les explications historiques fréquentes et artificiellement insérées. Qui plus est, l’intrigue elle-même, peu réaliste (la jeune et belle esclave reste sublime, malgré plusieurs mois de travail dans une mine et n’a éveillé aucune autre passion que celle du héros) brasse les clichés de la bluette adolescente qui plaît tant… aux adolescents. Oui, mais voilà : ce sont bien les adolescents qui constituent la cible de l’auteure et force est d’admettre que leurs attentes sont comblées.

Les rebondissements – multiples mais jamais fatals – suspendent le cœur des lecteurs. Les mini-exposés sur tel temple, telle fonction politique, tel rituel, de Rome jusqu’en Hispanie, en passant par la Gaule, sont autant de « que sais-je » qui donnent des informations aux élèves désireux d’apprendre. Les élèves voient leur cours sur la vie quotidienne à Rome (l’enseignement, les thermes, les esclaves, les mines, le Subure et les inévitables combats de gladiateurs) prendre vie au fil des pages. Le style enfin a le mérite de briller par sa richesse et sa précision. De ce point de vue, donc, l’auteure a atteint son but : proposer un récit divertissant et instructif, sans erreur grossière (si ce n’est des situations improbables et un système de valeurs anachronique). Riche en informations, le récit perdra par endroit des latinistes débutants, mais il réjouira, par le plaisir de la reconnaissance, des latinistes plus confirmés de 4e ou de 3e. Ainsi, le livre a particulièrement plu à Aya, mais un peu moins à Maïssae, toutes deux latinistes de 4e, au collège Honoré de Balzac, à Vénissieux (69).

Avis de lectrices : Aya et Maïssae, en classe de 4e, au collège Honoré de Balzac, à Vénissieux (69)

Aya – J’ai adoré le livre. Il était bien écrit et bien fait. J’ai trouvé qu’Ambrosius était très courageux d’avoir pris tous ces risques pour suivre Fidélis et que la punition infligée par son père était trop sévère. Écrire ce livre à 14-15 ans, ce n’est pas facile !

Maïssae – C’est un roman court et c’est vrai qu’il se lit très facilement et qu’il est très bien écrit. Je trouve que l’histoire est intéressante, fondée sur l’opposition de deux clans, comme dans Roméo et Juliette. Mais certains passages auraient dû être mieux développés, comme la rencontre en Ambrosius et son amante, qui est complètement irréaliste. Il la voit quelques secondes et, des semaines plus tard, il la retrouve et, sans avoir besoin de dire un mot, ils passent la nuit ensemble !

Aya – Oui, justement, c’est très mignon ! Ils s’aiment et Ambrosius fait tout pour elle.

Maïssae – Mais ils auraient dû mourir ! La fin n’est pas réaliste du tout.

Aya – Pour ma part, j’ai adoré le combat final, parce que ce rebondissement violent était palpitant et qu’à la fin, bien sûr, Ambrosius gagne.

Maïssae – Je ne suis pas d’accord, même si la fin m’a déçue, je pense que c’est tout de même un roman agréable à lire et je n’ai pas été gênée par les passages descriptifs, au contraire, j’ai appris des choses.

Citer cet article comme : Marion Bellissime, « Le voyageur de Rome » : regards croisés autour d’un roman, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 17/11/2016, http://reainfo.hypotheses.org/5972.

Crédits image : première de couverture. © Éditions Amalthée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *