« Le glaive de Burdigala ». Compte rendu et exploitation en classe

Borras (A.), Menaut (M.-H.), Teilletche (G.), Burdigalensis Gladius. Le glaive de Burdigala. – Illustré par Ström. – Bordeaux : Dadoclem Éditions, 2014. – 43 p. : ill. – (La marmite-o-langues, ISSN : 2109.8840). – ISBN : 978.2.916637.36.5.

glaive_moy

Le Glaive de Burdigala est une courte bande dessinée aux traits sympathiques et au rythme trépidant. On suit la folle journée de Lucius et Occelio dans les rues de Burdigala, en mission pour sauver le père de Lucius. Si la trame narrative n’est pas des plus originales, l’intérêt réside dans le bilinguisme de l’ouvrage. Les auteurs permettent de faire du « petit latin », en suivant les aventures de personnages aux visages expressifs. Et certaines répliques, parfois bien senties, peuvent nous sembler très actuelles !

Écrite par des professeurs de Lettres classiques qui connaissent parfaitement les élèves (A. Borras, M.-H. Menaut, G. Teilletche), cette bande dessinée est faite pour les collégiens. Les phrases, en latin classique, sont simples mais donnent rarement l’impression d’artificialité. Un autre atout de cette bande dessinée est qu’il s’agit d’un livre augmenté : via le site de l’éditeur ou une application, il est possible d’entendre les répliques lues en latin. L’apport du Musée d’Aquitaine, qui promet des « documents surprise », en revanche est décevant : on aurait aimé davantage de liens vers les œuvres ou vers des vestiges du Bordeaux actuel, d’autant que le travail d’étude archéologique fait par les auteurs en amont semble très sérieux. Le dessin de Ström enfin est une réussite : le trait rond et moderne rend la lecture agréable et attirante pour un jeune public, qui peut facilement s’identifier aux héros.

Le programme de la classe de 3e, en particulier tout ce qui concerne l’Empire, incite à utiliser davantage cet ouvrage en classe de 3e. Mais le texte peut être accessible dès la 4e, ce qui permet d’aborder les caractéristiques d’une ville à la romaine à travers le support d’une BD.

Exemple d’utilisation en classe de 4e ou 3e

Objectifs :

  • Prononcer le latin en le comprenant
  • Voir ou revoir l’interrogation directe
  • Caractériser une ville romaine

1re séance

  1. Découverte du texte, lecture en classe, en français.
  2. Prise en main du récit via le tracé du trajet des héros sur la carte de la ville antique ; repérage des lieux essentiels d’une ville romaine.

Liste des lieux clés cités dans la BD : le cardo, le port, le forum et son temple (avec la statue d’Hercule), les Piliers de Tutelle, l’amphithéâtre. Ce travail s’accompagne de recherches en classe ou à la maison sur les principaux bâtiments d’une ville à la romaine.

À repérer sur une carte de Bordeaux antique (ici, le plan présent dans la BD)

plan

Pour aller plus loin : construire sa cité romaine sur francetvéducation.

2e séance

  1. Répartition du texte entre les élèves, travail de groupe.

Le texte peut se décomposer en cinq séquences narratives de longueur équivalente, et au nombre de personnages parlants similaire (en général 5, sauf pour la 4e séquence).

1re séquence : du début jusqu’au cardo (9 pages).

2e séquence : de la rencontre avec Cicurina jusqu’au repérage des voleurs (8 pages).

3e séquence : de la tractation en grec jusqu’à la séparation avec Cicurina (7 pages).

4e séquence : de la course poursuite sur le pont jusqu’aux retrouvailles avec le laniste (9 pages).

5e séquence : du combat entre les lanistes jusqu’à la dédicace (10 pages).

Chaque groupe s’efforce de traduire au plus près du texte les répliques latines, en s’appuyant sur la traduction donnée. L’objectif est que les élèves comprennent ce qu’ils disent exactement.

  1. Leçon sur l’interrogation directe.

Chaque groupe recense les questions présentes dans sa séquence et fait une liste des mots interrogatifs, accompagnés des exemples du texte. On trouvera à la fois des particules, des pronoms, des adjectifs et des adverbes interrogatifs.

3e séance

Les élèves se répartissent les rôles et apprennent leurs répliques. Ils peuvent travailler leur prononciation en écoutant les phrases lues par les étudiants de Lettres classiques de l’Université de Pau.

À la fin de la séance, ou lors de la séance suivante, les groupes se relaient de manière à jouer la BD entière. Un travail sur la gestuelle ou sur les accessoires ne peut qu’améliorer l’expérience.

S’il n’y pas assez d’élèves, on peut distribuer autrement les rôles (un personnage = un ou deux élèves) ou bien ne jouer qu’une partie du récit.

Marion Bellissime

Professeur de français, Collège Honoré de Balzac (Vénissieux)

Citer cet article comme : Marion Bellissime, « Le glaive de Burdigala ». Compte rendu et exploitation en classe, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 24/10/2016, https://reainfo.hypotheses.org/6185.

Crédits image : planche 37 de la bande dessinée Burdigalensis Gladius. Le glaive de Burdigala. © Dadoclem Éditions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *