« On va faire cours. Les archéologues ». Entretien avec Juliette Masson

Docteure en histoire de l’art et archéologie du Moyen Âge, Juliette Masson est archéologue au Centre d’Archéologie Préventive de la communauté urbaine de Bordeaux, Bordeaux Métropole, responsable d’opérations pour les périodes médiévale et moderne. Elle consacre ses recherches à l’implantation des collégiales en Aquitaine, en contexte de réforme du clergé (XIe-XIIe siècles) et aux parties romanes de la cathédrale Saint-André de Bordeaux.

Fabien Campaner propose sur sa chaîne YouTube différentes émissions sur le cinéma dans lesquelles il propose une analyse de films. L’une d’elles, intitulée « On va faire cours », s’intéresse aux clichés véhiculés par le cinéma. Une des vidéos est consacrée à la vision des archéologues à travers les films tels que Indiana Jones ou Tomb Raider.

Reainfo : Cette vidéo se propose de combattre les idées reçues sur les archéologues transmises par le cinéma (figure du héros d’action, chasseur de reliques etc…). La représentation de l’archéologue dans la vidéo donne-t-elle une définition réaliste de la figure de ce scientifique de terrain ?

Juliette Masson : Après avoir énuméré les différentes figures caricaturales offertes dans divers médias, la vidéo présente une définition réaliste de l’archéologue d’aujourd’hui. Comme indiqué, il ou elle doit savoir guider un conducteur de tractopelle qui décape un site archéologique pour atteindre les premiers vestiges enfouis, puis assurer des gestes techniques et physiques pour continuer à sonder soigneusement (pioche, piochons, pelle) et plus finement (truelles de toute taille) avant de nettoyer (brosses de toute taille) pour visualiser clairement les vestiges et ainsi les décrire avec précision, pour tenter au final de les comprendre, voire de les dater. C’est un scientifique, pas seulement un agent de terrain, car cette action n’est pas un simple terrassement ; il faut en effet avancer de façon méthodique, guidée et ciblée pour ne pas détruire des unités stratigraphiques essentielles à la compréhension des vestiges. Il faut aussi avoir un sens aiguisé de l’observation pour repérer tout objet enfoui qui peut souvent être un élément datant de première importance (céramique, mobilier métallique, ossements etc.) et qu’il faut absolument savoir situer de façon sûre et enregistrée clairement au sein du site étudié (relevé topographique, dessin, plan de situation, description etc.). Chaque niveau de sol occupé sur le site est étudié et on ne détruit pas tout un ensemble pour atteindre un objet, comme il est montré dans les divers films justement critiqués dans la vidéo.

Reainfo : Quelle est la réalité du métier d’archéologue aujourd’hui ? Quelles en sont les missions ?

Juliette Masson : La vidéo ne parle que d’un aspect actuel de l’archéologie. Le métier d’archéologue aujourd’hui se décline en réalité en deux domaines qui communiquent entre eux : l’archéologie programmée et l’archéologie préventive. L’archéologie programmée relève de programmes de recherches, menées au sein des universités ou de laboratoires de recherches et concernent des sites non menacés par des travaux d’aménagements. Souvent fouillés en plusieurs campagnes qui s’étalent sur plusieurs années, ces sites sont fouillés entièrement et apportent une documentation riche et variée utile à la compréhension de l’histoire locale ou plus générale.

Ensuite, l’archéologie préventive est née dans les années 1960-1970, suite à l’indignation collective provoquée par la destruction massive de vestiges archéologiques lors d’aménagements urbains d’envergure. L’archéologie préventive est assurée par des opérateurs publics (Inrap, collectivités territoriales) ou privés dont la mission est d’étudier les vestiges qui vont être détruits par les futurs travaux. Si le diagnostic archéologique prescrit par l’État en amont de travaux est positif, une fouille est ensuite prescrite pour étudier les parties du site qui vont être détruites. Sur ce point là, une erreur est faite dans la vidéo quand il est dit qu’après la fouille, le site est entièrement détruit. Il faut bien comprendre que seuls les vestiges menacés sont étudiés (donc prélevés et en quelque sorte détruits par les archéologues), mais le reste du site est préservé : l’envergure du site a été mise en évidence par le diagnostic, mais ensuite seule la partie menacée est fouillée, en surface et en profondeur. Si le diagnostic détermine que les vestiges subsistent jusqu’à 3 m de profondeur, mais que les travaux ne les altèrent que sur 1 m de profondeur, seul 1 m sera fouillé, protégeant les vestiges plus profonds. La mission des archéologues aujourd’hui est donc à la fois de faire avancer les connaissances sur les populations passées, à travers divers axes de recherches, mais aussi de préserver au maximum les vestiges menacés.

Reainfo : Comment se déroule une fouille archéologique ? Avec quels moyens et outils ?

Juliette Masson : Tout d’abord, deux grands types d’opérations archéologiques peuvent êtres prescrits par l’État, le diagnostic (assuré par l’Inrap ou les services agréés de collectivités territoriales) et la fouille (assurée par les mêmes acteurs et aussi dans ce cas par les opérateurs privés). En amont de ces deux types d’opérations, un programme scientifique et technique d’intervention (PSTI) est rédigé mettant en évidence la problématique liée au site concerné, les éléments historiques et archéologiques connus et les moyens matériels et humains à mettre en œuvre pour réaliser cette opération, le tout conformément aux directives du cahier des charges joint à la prescription de l’État. Un responsable d’opération est ensuite nommé pour mener l’opération et encadrer l’équipe sur le terrain. Une communication se met en place entre l’aménageur et l’opérateur pour installer la zone étudiée selon les règlementations d’hygiène et de sécurité requises (base vie pour les archéologues, barrières pour protéger le site et les riverains, signalisation, arrêtés de circulation etc.). Quand l’opération commence, un archéologue guide le conducteur de pelle pour les sondages (diagnostic) ou le décapage de la superficie à étudier (fouille). Ensuite, l’équipe est répartie sur l’ensemble du site, en fonction de la problématique d’approche définie dans le PSTI et adaptée ensuite au gré des découvertes. Les enregistrements sont faits (dessins, topographie, photographie, prélèvements etc.) avec des descriptions précises de chaque élément et des hypothèses d’interprétation. Quand le terrain est terminé, toutes ces données sont numérisées et sont regroupées par le responsable qui rédige le rapport : il ou elle doit décrire chaque élément et ensuite proposer des hypothèses sur la chronologie de l’occupation du site étudié. Il ou elle travaille également avec des spécialistes qui planchent sur des données précises (anthropologues, céramologues, etc.), avec des praticiens des différents méthodes de datation (radiocarbone, dendrochronologie etc.), de détermination (carpologie etc.) et ainsi tirent tout l’enseignement possible des éléments mis au jour, illustrant l’histoire du site. Le rapport final est remis ensuite à l’État et est jugé par une commission scientifique.

Reainfo : Les archéologues ont une image positive dans notre imaginaire collectif et font rêver petits et grands. D’où vient cette fascination pour ce métier ? Comment devient-on archéologue ?

Juliette Masson : Cette fascination vient probablement des personnages décrits dans la vidéo, ces aventuriers à la recherche de trésors qui vivent des histoires extraordinaires, et qui attirent petits et grands par leur prétendu courage, leur ténacité et leur objectif hautement louable car animé par une soif de justice et de sauvegarde de trésors de l’humanité…. Mais ils sont totalement hors de la réalité. C’est peut-être cet aspect irréel, « extra-ordinaire » qui plaît.

De nombreuses universités offrent des parcours de formation à l’archéologie, mais il est souvent nécessaire de compléter ce cursus sur des chantiers de fouille programmée, souvent en tant que bénévole, pour être sensibilisé à tous les types de vestiges.

Reainfo : À combattre les clichés sur les archéologues, cette vidéo en véhicule d’autres, notamment sur le professeur d’université, utilisé ici comme ressort humoristique…

Juliette Masson : Certains professeurs d’universités savent enseigner en utilisant le ressort de l’humour et c’est plutôt positif tant que cela reste efficace ! L’image donnée dans la vidéo précisément ne semble pas caricaturale ni dévalorisante et illustre la nécessité de proposer des cours interactifs où les étudiants participent.

Reainfo : Les vidéos de vulgarisation scientifique se développent sur internet. Qu’apportent-elles à la valorisation des Sciences de l’Antiquité ?

Juliette Masson : Cette vidéo en particulier permet de combattre des clichés sur les archéologues encore fortement ancrés dans les esprits, mais elle ne traite pas tout pour autant. Elle omet de parler des opérations archéologiques programmées, souvent menées à l’étranger, mais aujourd’hui de plus en plus gérées par des équipes internationales, et non plus avec cette image de l’occidental, présenté comme le seul à pouvoir comprendre ces vestiges lointains.

Quant à la valorisation des Sciences de l’Antiquité, cette vidéo offre au moins une évolution sur la gestion qui était faite des sites archéologiques, de la fin du XVIIIe siècle à nos jours. Ainsi, elle met en évidence la prise de conscience croissante de l’approche scientifique et pluridisciplinaire incontournable pour offrir une étude satisfaisante des sites archéologiques mis au jour.

Entretien réalisé par Séverine Garat.

Adresse Academia de Juliette Masson.

Citer cet article comme : Séverine Garat, « On va faire cours. Les archéologues ». Entretien avec Juliette Masson, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 23/11/2016, http://reainfo.hypotheses.org/6425.

Crédits image : © On va faire cours…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *