Compte rendu « Usurpateurs. Tome 1 »

Leconte (M.), Usurpateurs. Tome 1 : Vindicte en Hispania Tarraconensis. – Paris : RROYZZ Éditions, 2016. – 305 p. – ISBN : 978.2.36372.060.3. usurpateurs-couv

Premier volet d’une série dont le nombre de tomes n’est pas annoncé, Usurpateurs apparaît également comme le premier ouvrage d’un nouvel auteur. Ce livre est publié et imprimé chez Rroyz éditions, « un petit éditeur situé à Yutz, en Moselle, et intégré au sein de l’imprimerie Repro2000 depuis juin 2013 », qui compte à ce jour une quarantaine d’ouvrages à son catalogue, principalement axés sur la littérature de genre. La belle couverture aux couleurs pastel, réalisée par Jérémie Guneau, convie d’emblée le jeune (?) lecteur à embarquer avec les trois héros de l’histoire : le légionnaire Gallus, le médecin Pelagus et le jeune adorateur de Mithra, Nicias. L’étonnant trio est chargé par le sénateur Fabricus, protecteur du jeune empereur de Rome (Cassius Maximus), d’enquêter discrètement sur un mystérieux trafic de poudre explosive, normalement destinée aux arsenaux militaires. Leurs pérégrinations nous feront voyager entre Rome, Ostie et l’Espagne.

Une courte introduction informe le lecteur que le temps « historique » s’est arrêté deux ans plus tôt en 244 après J.-C., au cours de la campagne militaire de l’empereur Gordien III (238-244) en Mésopotamie (242-244). Cette brève toile de fond historique trahit d’emblée la nature approximative de l’information mobilisée par l’auteur : Rome n’affronte alors plus les Parthes mais les Perses (Sassanides), Gordien subit une défaite à Mèsichè (connue par l’inscription trilingue monumentale érigée pour Shapur Ier) et non à Singara, et même en lui accordant un sursis fictif de deux ans de règne, le jeune empereur décèderait à l’âge de 21 ans au lieu des 24 comptés par l’auteur. Passées ces imprécisions marginales, on prend acte que « ce livre n’est ni un roman historique, ni un récit de fantasy. Il s’agit d’une uchronie légère, où aucun des protagonistes n’est réel, où le collège de Mithra est devenu une secte digne des Francs-Maçons, où la poudre résonne sur les champs de bataille, mais dans laquelle l’ambiance antique reste réaliste. »

La volonté d’immersion du lecteur dans l’antiquité romaine est effectivement une constante tout au long du récit, à commencer par une datation de chaque chapitre ab Vrbe condita. La mobilisation occasionnelle de dénominations latines dans les descriptions témoigne d’une même volonté de patiner le décor. Mais on regrettera l’extrême liberté de l’auteur, qui s’affranchit des cas les plus élémentaires de grammaire latine. Par exemple, domus est féminin (p. 13, 20), le camp de Lépide devrait être rebaptisé au pluriel (Castra Aurea) dans ses nombreuses occurrences et le pluriel d’aureus est aurei (p. 93). Les choix d’employer le latin plutôt que les traductions françaises apparaissent alors d’autant plus discutables, de même que le petit nombre des notes définissant les termes techniques, par ailleurs utiles (la définition des licteurs apparaît ainsi p. 124, après leur première occurrence p. 122 ; définir le prétoire comme synonyme de garde prétorienne, etc…). Signalons également la mention à deux reprises d’un Circus Flavianus inconnu à Rome, qui désigne sans doute le Colisée, l’amphitheatrum (Flavium) ? La patine antique est donc appliquée avec une maladresse regrettable mais son objectif d’immersion sera malgré cela atteint pour le plaisir du plus grand nombre. Ces quelques erreurs se trouvent malheureusement additionnées aux fréquentes coquilles typographiques et erreurs de conjugaison, laissant une impression de relecture superficielle de l’ouvrage dans son ensemble. Paradoxalement, c’est du côté des personnages et de l’intrigue que l’on trouvera des parallèles intéressants et réussis avec ce qu’était la situation politique de l’Empire.

Les personnages secondaires dévoilent ainsi l’imbrication des carrières et des réseaux familiaux, à l’image de ce qu’était l’aristocratie dirigeante, et l’on perçoit au fur et à mesure du récit l’émergence d’une « aristocratie militaire » (p. 82) qui trouve un certain écho avec l’évolution historique des carrières équestres au IIIe siècle. Plus intéressantes encore sont les figures fictives du jeune empereur Cassius Maximus et de son « tuteur » Fabricus, à l’image de ce que fut le fonctionnement des chancelleries impériales sous le règne de plusieurs empereurs enfants du IIIe siècle, où s’exerce la prééminence plus ou moins bienveillante du préfet du prétoire, juste au-dessous du prince (Timésithée sous Gordien III par exemple). Mais cette tutelle informelle échoue ici à un sénateur sans charge officielle, ce qui ne fut jamais le cas. La valeur universellement reconnue à la continuité dynastique du pouvoir, au besoin par l’adoption est quant à elle heureusement prise en compte et pleinement intégrée aux ressorts de l’intrigue. On relèvera un dernier rapprochement – volontaire ? – entre la séance sénatoriale destinée à arbitrer la question de l’usurpateur (chapitre XII) et celle qui conduisit l’empereur Philippe, successeur historique de Gordien III, à désigner en séance un sénateur contre son adversaire, créant par la même occasion un usurpateur potentiel, le futur empereur Trajan Dèce, que l’on soupçonne avoir exercé un gouvernement en Tarraconaise auparavant. Ceci nous amène à examiner le choix de centrer l’action d’Usurpateurs en Espagne.

Si cette province fut effectivement le point de départ de l’usurpation de Galba contre Néron au Ier siècle, elle ne présenta jamais au IIIe siècle le terreau propice aux pronunciamientos militaires : l’unique légion stationnée dans la province (la VII Gemina effectivement mise en scène dans le récit) et la position sécurisée de la région ne permettaient ni d’assurer un ralliement militaire d’envergure, ni de légitimer une action défensive contre des incursions venues du limes. Il est par ailleurs peu probable que « l’or des Asturies » dont il est fait mention dans le récit ait pu constituer un levier plausible pour le financement d’une usurpation. Les recherches menées sur les mines d’Espagne attestent en effet d’une cessation de l’activité des mines du nord de la péninsule dès le début du siècle au profit d’autres secteurs de l’empire.

Les secteurs balkanique et oriental de l’empire furent ainsi les véritables points chauds susceptibles de voir s’ériger à la pourpre des officiers, conduisant les historiens à parler de la seconde moitié du IIIe siècle comme de celle des empereurs Illyriens. À la période de notre récit, tous les empereurs authentiques furent d’abord au moins soupçonnés d’usurpation et proclamés sur l’un de ces « fronts » menacés et fortement dotés en troupes : Philippe en 244, Trajan Dèce en 249, Trébonien Galle en 251, et Émilien puis Valérien en 253. Ce fut également le cas de tous les usurpateurs qui ne reçurent jamais l’adhésion du Sénat à Rome (Jotapien, Pacatien, Valens, Mariadès/Cyriadès, Silbannacus et Uranius Antonin), à l’exceptions des deux proclamations africaines à Carthage (les Gordiens en 238, Sabinianus en 239 ou 240). Mais le récit d’Usurpateurs n’est pas achevé et le réveil de la menace perse conserve un suspens augurant de nouveaux voyages à venir…

Les principaux atouts du récit résident finalement dans ses positions les plus affranchies de toute vraisemblance, et l’intervention de la poudre explosive (baptisée pulvis expugno) et des enjeux qui gravitent autour de son contrôle est une réussite de ce point de vue. Cette poudre n’est pas sans rappeler l’une des plus spectaculaires aventures en bandes dessinées d’Alix. Dans L’île maudite (1969), Jacques Martin exploite plusieurs inventions « attribuées à Archimède » mais perfectionnées à usage militaire, et parmi elle figure une « baliste de la mort » projetant des traits explosifs. De telles propriétés explosives apparaissent de nouveau dans l’œuvre de Jacques Martin, mais cette fois-ci attribuées à un métal provenant d’une météorite (Le spectre de Carthage, 1976). On pourrait simplement regretter que l’auteur n’ait pas souhaité faire évoluer « la Légion » au prisme de ce progrès technique, privilégiant les éternelles manœuvres de murs de boucliers. De la même manière, cette fascination transparente pour l’armée qui l’amène jusqu’à décrire les equites singulares Augusti et même les antiques machimoi aurait tout aussi bien pu l’amener à mettre en scène le véritable « corps » intéressant le renseignement politique et militaire, celui des frumentarii, par exemple.

Seconde réussite scénaristique à mettre au compte de l’invention libre, le mystère entourant les adorateurs de Mithra, dont le culte se développe effectivement au IIIe siècle. Une fois oubliée l’invraisemblance historique d’une telle récupération, on renoue une fois encore avec le formidable potentiel mystique des religions païennes incarnant la préservation d’une Rome Éternelle, ainsi que le fit Gilles Chaillet dans chaque volume de La Dernière Prophétie (un temple de Mithra sert de porte d’accès à la Sybille dans le premier tome, Voyage aux Enfers, 2002).

Laissons donc de côté la vaine critique historienne d’un ouvrage sans prétention historique. Le véritable intérêt de ces premiers chapitres réside dans la conduite de l’intrigue et du récit, où l’on suit avec plaisir les pas de nos trois héros, à un rythme croissant particulièrement agréable. Les personnalités et l’implication individuelle des trois comparses, sur lesquels le voile se lève progressivement, confèrent une réelle saveur à la lecture, non moins que les relations ambiguës qu’entretient chaque membre de cet improbable trio avec les autres. Nous lirons avec plaisir la suite de leurs aventures, en espérant un peu plus de rigueur dans la mise en scène de « l’ambiance réaliste ».

Thomas Bardin

Doctorant, Université Lumière Lyon 2 – UMR 5189 (HiSoMA : Histoire et Sources des Mondes Antiques)

Citer cet article comme : Thomas Bardin, Compte rendu « Usurpateurs. Tome 1 », in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 26/01/2017, http://reainfo.hypotheses.org/6434.

Crédits image : première de couverture. © RROYZZ Éditions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *