Néron l’incendiaire

Merle (C.), Canepa (J.), Néron l’incendiaire. – Paris : Bulles de savon, 2016. – 201 p. : carte, index. – (Les détectives de l’histoire). – ISBN : 979.10.90597.53.2.  Neron-couverture

Encore une fiction autour de l’incendie de Rome sous Néron, est-on tenté de se dire, en ouvrant Néron l’incendiaire, un polar historique écrit par Claude Merle. Depuis Quo Vadis (1895), on ne compte plus les œuvres que cet épisode a inspirées, alimentées par les recherches toujours plus prolifiques autour d’un personnage hautement dramatique, qui semble fait pour nourrir la fiction (entre autres Murena, de J. Dufaux et P. Delaby, puis Theo, série en cours, ou L’incendie de Rome, de J.-F. Nahmias, 2006). La figure de Néron est depuis quelques années réhabilitée par les chercheurs (en témoigne encore le très récent documentaire diffusé par ARTE fin 2016, « Plaidoyer pour un monstre », de M. Papirowski) et l’image caricaturale s’adoucit peu à peu. Le roman de Claude Merle s’inscrit parfaitement dans cette nouvelle vague, qui enquête sur les causes de l’incendie de Rome d’un point de vue technique et sans monter un dossier à charge.

Été 64, le vent venu du Sahara souffle traîtreusement sur Rome. Le préfet des vigiles, Maximus Sérénus, est inquiet, l’incendie guette. En choisissant le point de vue interne du préfet, C. Merle entraîne le lecteur dans le monde des vigiles, ce qui présente un double intérêt. D’une part, les explications et les descriptions sont particulièrement bien amenées, rendant les index presque inutiles. Très concrètes, elles permettent par exemple de voir les pompes à eau ou les balistes en action, ou de se représenter les encombrants et malodorants uniformes des vigiles, décrits ici et là avec une touche d’humour par ceux qui devaient les porter. Qui plus est, elles sont réalistes, et la panique du peuple ou les charniers sont bien représentés, sans tomber pour autant dans le voyeurisme ou le sensationnel. D’autre part, le point de vue d’un tel enquêteur est validé par le lecteur, qui lui accorde sa confiance car il a les compétences techniques nécessaires et l’expérience. Mais C. Merle en fait aussi un personnage attachant, dont la fidélité, éprouvée par les événements mais aussi par son sens moral, suscite l’admiration et la compassion. C. Merle a particulièrement soigné et réussi son personnage principal, que l’on prend plaisir à suivre et avec qui l’on souffre – jusqu’aux dernières lignes.

La cause première de l’incendie – un accident par une nuit de canicule – est identifiée ; les raisons de l’ampleur sont peu à peu révélées, au gré de l’enquête de Maximus, des plus évidentes (le vent et l’entassement de l’habitat) aux plus troublantes (la main de l’homme dans un complot qui remonte jusqu’aux plus hautes sphères du pouvoir, et qui sait ?, jusqu’à Néron lui-même). Le lecteur suit Maximus dans les rues de Rome et dans les palais impériaux et, bien calé sur son épaule, découvre avec lui les personnages les plus noirs de la période néronienne. La réunion de crise entre Néron, ses conseillers et les préfets au deuxième jour de l’incendie, donne à voir l’administration impériale en action, sans qu’on ait l’impression de lire un cours d’histoire. Loin d’être caricatural, C. Merle ne tombe pas non plus dans l’excès de naïveté inverse : les atrocités de Néron et sa mégalomanie ne sont pas minimisées. Le châtiment infligé à Vissinius est un exemple de ce dosage mesuré de crainte et d’horreur, qui accroche le lecteur sans le repousser. Et l’on comprend alors les raisons de la conspiration qui se met en place, sous les yeux de Maximus, impuissant à sauver ceux qu’il aime et respecte. L’épisode du grand incendie amène celui des persécutions des chrétiens et de la conspiration de Pison, mais le rythme n’est jamais lassant. Les rebondissements sont placés là où il faut et le récit sait accélérer, pour conclure comme il a commencé, sur une note plus amère que douce, sans fausse naïveté : on sort convaincu de cette lecture, qui, sous ces allures de roman, permet de comprendre simplement et clairement l’état de la recherche actuelle sur ces deux années du règne de Néron.

À cela s’ajoute un art du récit et du suspense, ainsi qu’un style fluide mais relevé (il y a au moins un subjonctif imparfait !), qui font de ce roman un livre que l’on dévore rapidement. Accompagné ou non d’un questionnaire ou bien de recherches préliminaires, ce roman peut être donné à lire pour le seul plaisir de la lecture en fin de 4e, en amont du programme de 3e consacré à l’Empire.

Marion Bellissime

Professeur de français, Collège Honoré de Balzac (Vénissieux)
À lire dans la R.E.A. :

Pipitone (M. D.), « Sulle nozze di Nerone con Pitagora/Dorifore : nota a Suet. Nero 29 »R.E.A. 117-1, 2015, p. 77-85.

Citer cet article comme : Marion Bellissime, Néron l’incendiaire, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 22/05/2017, http://reainfo.hypotheses.org/6450.

Crédits image : première de couverture. © Bulle de savon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *