Journal de Livia, fille de Sextius

La sortie du troisième tome du Journal de Livia, Romaine ou Gauloise ? (août 2016) est l’occasion de se plonger dans ce roman de Frédérique Banzet. Le premier volume laisse une impression mitigée. Le prétexte du journal intime, pour commencer, ne tient pas. Très rapidement, les souvenirs quotidiens et les notes prises sur le vif par Livia laissent place à de longs chapitres narratifs, maladroitement rattachés à la structure du journal. Il aurait été tout aussi efficace et plus réaliste de choisir une narration à la première personne. De plus, le cumul d’autres locuteurs, au début du premier volume, distingués notamment par des types de police (copie de lettres envoyées ou reçues, copie d’un récit historiographique…), crée une confusion au début même du roman et rend l’entrée dans la lecture difficile. Le choix d’en faire des annexes dans les volumes suivants semble plus judicieux. L’artificialité du journal est enfin clairement mise en évidence à la fin de chaque tome quand la narratrice prend le temps d’écrire « au secours, je vais me faire capturer » au lieu de se sauver.

Toutefois, si l’on fait abstraction de ces quelques incohérences narratologiques, on se laisse emporter facilement dans un voyage fascinant en Gaule. L’auteur a choisi la Gaule pré-romaine, mais non pas celle, déjà bien présente en littérature, de la conquête de César (voir notamment les nombreuses BD : Astérix, Alix, Alésia et Gergovie, La Guerre des Gaules…). Livia, 11 ans, part de Rome en 123 av. J.-C ., pour retrouver son père à Marseille, après la victoire de celui-ci sur des Gaulois de la région, les Salyens. Les péripéties qu’elle va alors vivre sont autant d’occasions pour l’auteur de nous plonger dans le quotidien gaulois, ou plutôt les quotidiens. Extrêmement bien documentées et bien insérées, les descriptions font la part belle aux différentes tribus gauloises, à leur diversité et à leur richesse. Au fil des tomes, Livia et son lecteur découvrent les tribus et les villes gauloises, en commençant par Glanon, avant de remonter le Rhône et de traverser les Alpes jusqu’à Genève. Chaque ville (Glanon, Genève mais aussi Larina, Avignon ou Martigues) est richement réactivée devant nos yeux, à grand renfort de détails archéologiques précis – ce qui n’est pas étonnant puisque l’auteur s’appuie sur les collections archéologiques de très nombreux musées de la région. Pour les habitants du grand sud-est de la France, cette traversée gauloise est d’autant plus agréable que des liens sont constamment et adroitement tissés entre ce que voit Livia et les vestiges encore présents, jouant ainsi sur le plaisir de la reconnaissance. Les visions de Livia, qui lui permettent de voir les futures villes gallo-romaines, là où ne se trouvent encore que des oppidums ou quelques huttes (Arles, Vienne, Aix-en-Provence, Vaison-la-Romaine), redoublent ce plaisir.

Quant au personnage de Livia, on pourrait le taxer d’anachronisme. Trop parfaite, Livia est bilingue latin et grec (avant d’apprendre aussi le gaulois), douée en médecine, excellente en architecture, fascinée par la lecture, la rédaction et l’historiographie, et excellente cavalière, le tout à 11 ans. Elle maîtrise aussi bien la voltige que les plantes et elle a des visions prophétiques. Elle devient aussi une très belle jeune fille qui attise les convoitises au fil des tomes. Qui plus est encore, elle lutte farouchement pour l’égalité et la fraternité entre les peuples (Romains, Grecs, Gaulois et Carthaginois), le respect des civilisations, l’émancipation des femmes et l’abolition de l’esclavage. En dehors du fait que ces valeurs sont plus proches des nôtres que de celles d’une jeune Romaine, cela fait tout de même beaucoup de qualités pour une héroïne d’une douzaine d’années. Cependant, cette proximité avec notre mode de pensée facilite l’identification d’un lecteur moderne. Très bien écrit, le journal se dévore et l’on attend impatiemment la suite des aventures.

Avis d’élève

Manon, latiniste de 4à Vénissieux, qui avait bien aimé un tome des Mystères romains, a été chargée de donner son avis sur cette série. Conclusion ? Elle a lu les trois tomes en deux semaines et elle « adore ». Elle avait accroché au premier volume, mais ce sont les deux suivants qui l’ont complètement convaincue, car si l’intrigue a mis du temps à se mettre en place dans Le Grand départ pour Massalia, les volumes 2 (Prisonnière des Gaulois !) et 3 (Romaine ou Gauloise ?) offrent « plus d’actions et plus de rebondissements ». « L’identification avec Livia fonctionne mieux » avec ces deux volumes également car elle grandit et son personnage se rapproche des élèves de 4e, avec ses peines, ses doutes et ses élans du cœur. « L’idée du journal intime est excellente pour ressentir toutes ses émotions ». Le personnage a également beaucoup plu à Manon « pour ses idées bien arrêtées et son caractère bien trempé ». Manon a trouvé « passionnant » ce qu’elle a pu « apprendre sur les Gaulois » dans ces trois tomes ; « toutes les dates et tout le vocabulaire ne [l’]ont pas effrayée » car c’était parfaitement intégré au récit. « La réalité de la condition des jeunes filles », qui transparaît malgré tout, notamment avec la nécessité pour Livia de « se marier rapidement à partir de 13 ans », a interpellé Manon, pour qui Livia est non seulement une héroïne aux aventures palpitantes, mais aussi un modèle en termes de valeurs. On oublie donc volontiers les ficelles un peu grosses, comme les développements de l’intrigue amoureuse au troisième tome au sein du trio formé par Livia, Rufus et Drutos.

Pistes d’exploitation en classe

Le livre se prête idéalement à un travail sur l’image des Gaulois, que les élèves appréhendent majoritairement via l’historiographie romaine alors qu’il est possible ici de changer de point de vue, et sur l’impérialisme romain. Plusieurs exploitations en cours sont possibles, selon le niveau et selon le nombre de volumes lus.

  • Les récits de fondation

Classe de 5e, thème du programme : De la légende à l’histoire (Rome et les autres légendes de fondation)

Dans le premier volume, Livia organise un concours de récits de fondation, qui confronte les mythes fondateurs de Rome, de Marseille et de Carthage. Au tour des élèves de se lancer dans ce concours. Le choix de la cité peut être plus ou moins contraint : on peut par exemple demander aux élèves de se cantonner aux villes célèbres de l’Antiquité et de se renseigner en amont sur la légende de fondation de chacune (comme celle de Thèbes ou de Sparte), ou on peut axer l’exercice sur la Gaule et leur demander d’imaginer le mythe fondateur d’une des villes traversées par Livia.

  • Trois destins de femmes vaincues

Classe de 4e, thème du programme : Le monde méditerranéen antique (alliances et conflits entre cités dans le monde antique)

Le premier volume se déroule en grande partie à Marseille et l’auteur présente de façon assez claire la situation politique et administrative de la ville et ses rapports avec Rome. Cette lecture permet plus généralement de mieux comprendre les différentes pierres de l’édifice que sera l’empire romain et les différentes stratégies de conquête, entre alliances et batailles, entre cités grecques, représentées par Marseille ou Sparte, territoires vaincus ou alliés comme Carthage ou le port de Beyrouth, et tribus gauloises autonomes. Si les élèves ont lu la suite des aventures de Livia, il est possible de leur faire découvrir la toile patiemment et pragmatiquement tissée par les Romains en leur demandant de comparer le destin des trois figures maternelles qui entourent Livia : Memmia (la Spartiate devenue esclave en Italie), Anazra (la Carthaginoise mariée à un Romain de Massalia) et la mère de Livia (la prêtresse voconce un temps concubine d’un général romain), trois prises de guerre venues de trois pays différents.

  • On est toujours le barbare d’un autre

Classe de 3e, thème du programme : L’empire romain (l’impérialisme romain)

Dans le premier volume, l’oncle de Livia envoie à celle-ci le récit de la bataille finale entre l’armée de Sextius et les Salyens. Ce récit n’existe pas dans les sources sur la conquête romaine d’Entremont (par exemple Diod., XXXIV. 23 ou Strab., IV.1.15). Dans ce passage, Titus se place du point de vue romain et choisit de présenter les pensées du général. On peut demander aux élèves de réécrire cette bataille du point de vue gaulois. Cette réécriture sera facilitée par la lecture du tome 2, qui donne souvent la parole à Drutos, le prince allobroge, dont l’avis sur les Romains est assez tranché, ce qui permettrait aux élèves de se familiariser avec un point de vue gaulois.

Cet exercice pourrait donner lieu à une réflexion sur la représentation de l’autre, « le barbare », et sur l’impérialisme romain naissant, à l’aide notamment de la bande dessinée et de ses choix de représentation des Gaulois, souvent influencés par les récits romains. Enfin, on pourrait accompagner cette séquence d’un travail de traduction d’un récit de bataille, extrait de La Guerre des Gaules par exemple, associé à l’établissement d’une fiche vocabulaire sur la guerre.

Références :

Banzet (Fr.), Le grand départ pour Massalia. Journal de Livia, fille de Sextius. – Paris : Oskar Éditeur, 2012. – 245 p. – (Histoire et société). – ISBN : 978.2.3500.0955.1.

Banzet (Fr.), Prisonnière des Gaulois ! Journal de Livia, fille de Sextius. – Paris : Oskar Éditeur, 2013. – 225 p. – (Histoire et société). – ISBN : 979.1.0214.0067.2.

Banzet (Fr.), Romaine ou gauloise ? Journal de Livia, fille de Sextius. – Paris : Oskar Éditeur, 2016.  – 208 p. – (Histoire et société). – ISBN : 979.1.02140.494.6.

Marion Bellissime

Professeur de français, Collège Honoré de Balzac (Vénissieux)

À lire dans la R.E.A. :

Reddé (M.), « Grands et petits établissements ruraux dans le nord-est de la Gaule romaine : réflexions critiques »R.E.A. 117-2, 2015, p. 575-612.

Citer cet article comme : Marion Bellissime, Journal de Livia, fille de Sextius, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 24/04/2017, http://reainfo.hypotheses.org/6458.
Crédits image : première de couverture Romaine ou gauloise ? Journal de Livia, fille de Sextus. © Oskar Éditeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *