Compte rendu « Atalante Tome 9 : Le secret d’Héraclès »

Crisse, Atalante, Tome 9 : Le secret d’Héraclès. – Paris : Soleil, 2016. – 48 p. – ISBN : 978.2.918823.14.8.

atalante-t9-1

 « De Iasos et de Clyméné, fille de Minyos, naquit Atalante. Son père, qui désirait des enfants mâles, l’exposa. Mais une ourse vint régulièrement lui donner la mamelle, jusqu’au jour où des chasseurs la découvrirent et l’élevèrent parmi eux »[1]. C’est par ces mots que le Pseudo-Apollodore débute le récit du mythe de l’héroïne Atalante au Ier ou IIe siècle après Jésus-Christ, et c’est également comme cela que commence le premier tome de la série Atalante en bande dessinée, réalisée par Crisse.

À sa naissance, Atalante est abandonnée par son père à cause de son sexe. Prise en pitié par deux déesses majeures de l’Olympe, Artémis et Aphrodite, ainsi que par la déesse Hécate, elle reçoit des trois déesses des présents : la beauté, le courage, la capacité d’être la meilleure à la course, ainsi qu’un poignard qui rejoint toujours son fourreau. Si cet épisode n’apparaît nulle part dans les versions antiques du mythe d’Atalante – Aphrodite n’est d’ailleurs jamais présentée comme une protectrice de l’héroïne, mais plutôt comme son ennemie majeure, celle qui fomente sa perte –, elle fait néanmoins penser à une scène très connue de nos mythes contemporains : celle du conte La belle au bois dormant où des fées font présent à la princesse de dons qui lui serviront dans ses aventures ultérieures. Les trois déesses protectrices abandonnent la jeune Atalante qui est recueillie par des faunes et des habitants de la forêt du Pélion, une forêt magique sous la protection d’Artémis. L’héroïne passe une enfance tranquille, remplie de jeux et de courses qu’elle gagne à chaque fois. C’est sans compter sur les chasseurs qui abattent sa mère adoptive, une ourse, et enlèvent la jeune enfant. Atalante grandit alors parmi eux et devient une habile chasseresse et une farouche jeune fille qui n’a qu’un rêve en tête : rejoindre les Amazones, qu’elle admire pour leur courage, leur force et leur beauté. Pour se faire, elle embarque sur le navire des Argonautes, à la recherche de la Toison d’Or, quête qui la rapprochera du pays des Amazones, la Cappadoce.

Au fil des neuf tomes qui composent la série en bande dessinée, les Argonautes accomplissent divers exploits. Certains sont effectivement contés dans les mythes antiques décrivant la quête de la Toison d’Or – l’union des Argonautes aux femmes de l’île de Lemnos, l’initiation aux mystères de Samothrace, la bataille contre les Harpyes au pays de Phinée. D’autres, au contraire, ont été inventés ou détournés par Crisse. C’est le cas de la rencontre avec le Sphinx – qui s’inspire de la rencontre d’Œdipe avec cette créature mythique –, ou encore de l’aller-retour d’Atalante et de son compagnon Héraclès (plus connu sous le nom d’Hercule) au royaume d’Hadès – si Héraclès a bel et bien dû se rendre aux Enfers pour accomplir le dernier de ses douze travaux, capturer Cerbère, le chien à trois têtes, ce n’est pas le cas d’Atalante.

Finalement, les Argonautes arrivent enfin en Colchide où le roi Éétès a suspendu la Toison d’Or à un chêne et la fait garder par un immense dragon. Hostile aux Argonautes, le roi leur ordonne d’accomplir deux travaux qui leur permettront, s’ils réussissent, de récupérer la Toison d’Or. Les héros doivent d’abord mettre sous le joug les taureaux aux sabots d’airain, cracheurs de feu et dévoreurs de chair humaine. Grâce à eux, ils doivent ensuite labourer la terre dans laquelle ils devront planter les dents du terrible dragon.

Le neuvième tome de la série commence alors qu’Atalante tente d’endormir le dragon protecteur. Elle est aidée pour se faire par la magicienne Médée. Grâce à son courage, et à celui d’Héraclès qui a réussi à mater les taureaux aux sabots d’airain, les Argonautes réussissent à récupérer la Toison d’Or, après un combat contre des soldats d’argile, nés des dents du dragon que les héros ont planté. C’est la fin de l’aventure pour les Argonautes. Ils ont réussi leur mission et rentrent victorieux chez eux. C’est l’occasion pour notre héroïne de se tourner vers une nouvelle aventure et son objectif premier : la recherche des Amazones. Elle est accompagnée dans cette quête par Héraclès, son ami le satyre Pyros et de la chèvre parlante Niké de Samothrace (en référence à la célèbre statue la Victoire de Samothrace, exposée à ce jour au musée du Louvre).

Si certaines versions antiques du mythe d’Atalante font bien de l’héroïne l’une des Argonautes et la seule femme à participer à ce voyage célèbre[2], cette aventure reste un épisode mineur de son mythe, tandis qu’elle devient le centre du récit dans la série de bande dessinée. Au contraire, cette dernière fait l’impasse sur les épisodes les plus célèbres du mythe d’Atalante : la course des pommes d’or, la chasse du sanglier de Calydon, la lutte à main nue contre le héros Pélée. De même, si la représentation de l’héroïne dans la série est certainement inspirée des sources iconographiques antiques – elle est souvent figurée en tunique et armée d’un arc et de flèches –, la bande dessinée se centre surtout sur le voyage des Argonautes et non sur le mythe d’Atalante lui-même. Beaucoup d’épisodes de la série sont d’ailleurs enjolivés, repris à d’autres mythes, voire inventés. Ainsi, lorsque les Argonautes récupèrent la Toison d’Or, c’est Jason, et non Héraclès, qui vainc les taureaux aux sabots d’airain, et c’est également lui qui combat les hommes d’argile nés des dents du dragon. De même, alors que dans la bande dessinée le dessein d’Atalante est de rallier les Amazones, il n’existe aucune mention de proximité entre l’héroïne et cette tribu mythique de femmes guerrières dans les sources antiques. L’association, voire la confusion et l’amalgame entre ces deux mythes sont d’ailleurs courants dans les récits contemporains de tout genre (littérature jeunesse, bande dessinées, comics, etc…[3]).

Toutefois, si la série Atalante offre une certaine vision biaisée du mythe d’Atalante – vision d’ailleurs habituelle à notre époque –, elle n’en reste pas moins une série riche en rebondissements et en références mythologiques antiques. Le lecteur aura plaisir à suivre la belle, fière et rusée Atalante dans toutes ses aventures, qu’elles soient inspirées de la mythologie antique, ou tout simplement inventées. De même que les auteurs et artistes antiques nous présentent leur propre vision du mythe d’Atalante, de même Crisse s’est approprié le mythe en nous en offrant une nouvelle version, inspirée de notre propre mode de pensée contemporain, et dans lequel une jeune femme peut même surpasser un héros ultime comme Héraclès, tant par sa force, que par son courage ou sa ruse.

Émilie Druilhe

[1] Cf Appollodore, La Bibliothèque, livre III, 9, 105.

[2] Cf Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, tome 1, XLII et Appollodore, La Bibliothèque, livre I, 112.

[3] Cf Moore Steve, Wijaya Admira, Hercules : Les Guerres thraces, Radical Comics, 2008 et SILVESTRE Anne-Sophie, Atalante, t. 1 : La fille de la déesse ; Atalante, t. 2 : Le galop des Amazones ; Atalante, t. 3 : La quête de la Toison d’or ; Atalante, t. 4 : Le secret du labyrinthe, Paris, Flammarion, 2002-2003.

Citer cet article comme : Émilie Druilhe, Compte rendu « Atalante Tome 9 : Le secret d’Héraclès », in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 30/01/2017, http://reainfo.hypotheses.org/6475.
Crédits image : première de couverture d’Atalante tome 9 : Le secret d’Héraklès. © Soleil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *