Compte rendu « Gloria Victis »

Fernandez (J.), Guerrero (M.), Montes (J.), Gloria victis. Série en cours. – Paris : Le Lombard, 2016. – 48 p. – tome 1, ISBN : 978.2.8036.3388.3 ; tome 2 : ISBN : 978.2.8306.3497.2 ; tome 3, ISBN : 978.2.8036.3505.4.

Gloria Victis est une bande dessinée en plusieurs tomes dont le scénario a été rédigé par Juanra Fernández. Mateo Guerrero a réalisé les dessins et Javi Montes les couleurs. Trois tomes ont déjà été publiés et la parution d’un quatrième opus est annoncée pour l’été 2017.

L’histoire commence en 156 après J.-C. à Ilici en Hispania Citerior, aujourd’hui la ville d’Elche en Espagne. Nous sommes à quelques heures des courses de chars qui doivent avoir lieu dans le cirque d’Ilici, à l’occasion des Equirria, une fête en l’honneur du dieu Mars. Hermeros, cocher de la faction rouge, est l’un des concurrents. Alors qu’il prépare ses chevaux dans les écuries avec son fils Aelio, encore enfant, le célèbre cocher Dioclès vient le saluer. Ce dernier est de retour en Hispania Citerior, province présentée comme sa terre natale (tome 1, p. 4), après une brillante carrière qui l’a conduit jusqu’au Circus Maximus de Rome. Nous apprenons également qu’Hermeros a été le disciple de Dioclès. Ces deux derniers doivent s’affronter dans le cirque d’Ilici avec deux autres concurrents : Victor, le cocher de la faction blanche, un homme réputé arrogant et fourbe, ainsi que son fils, lui aussi cocher, qui court pour les Bleus. Fidèle à sa réputation, Victor provoque sciemment le renversement du quadrige d’Hermeros durant la course. Victor est lui aussi éjecté de son char tandis que son fils, qui arrive derrière lui, ne peut l’éviter. Victor est grièvement blessé, quant à Hermeros, il meurt sur la piste devant Aelio, son jeune fils, qui assistait à la course depuis les gradins.

Nous faisons ensuite un bond de douze années dans le temps. Nous voici en 168 après J.-C. à Valeria, toujours en Hispania Citerior. Aelio est devenu adulte et il est un esclave public. Alors qu’il opère des travaux sur un toit, il vient en aide à Horacia, l’épouse du riche Caius Gratius Nigrinus, et à son esclave Fabia, toutes deux juchées sur un char lancé à pleine vitesse par un cheval qu’elles ne parviennent pas à maîtriser. Aelio saute depuis le toit sur le cheval et arrive à calmer l’animal avant que l’attelage ne finisse sa course dans un précipice. Afin de le remercier, Horacia invite Aelio à l’accompagner jusqu’à sa demeure. Aelio y rencontre Caius Gratius Nigrinus, membre de l’ordo decurionum de Valeria et propriétaire d’un élevage de chevaux destinés aux courses de chars. Caius Gratius Nigrinus a été témoin douze ans auparavant de la mort du père d’Aelio, Hermeros, dans le cirque d’Ilici. Découvrant rapidement l’identité d’Aelio et ses dons particuliers pour le dressage des chevaux, il décide de l’attacher à son service et de l’affranchir. C’est le début pour Aelio d’une série d’aventures qui devraient le conduire jusqu’à Rome dans le prochain tome 4.

Comme le précise Juanra Fernández à la fin du premier tome, « ce récit ne débute pas dans l’arène d’un cirque romain, mais par une visite au Musée archéologique de Cuenca. Dans une salle réunissant les trésors, récipients et autres ustensiles d’un passé exhumé, une stèle funéraire portait jalousement une inscription en l’honneur d’un aurige : Aelio Hermeros. C’est ainsi qu’est née cette histoire, qui s’attache à ressusciter ce héros de Valeria, en relatant les aventures de son fils, un personnage plausible quoiqu’imaginaire. » Le dessinateur a même reproduit le monument funéraire en question à la fin du tome 1 et à la page 10 du tome 2 (Fig. 1), d’après un dessin extrait d’un ouvrage du XVIIIe siècle[1]. Signalons en outre que cette inscription se trouve dans le Corpus des Inscriptions Latines[2].

Fig. 1. Le monument funéraire d’Aelius Hermeros (tome 2, p. 10).
Fig. 1. Le monument funéraire d’Aelius Hermeros (tome 2, p. 10). Fernández, Guerrero © Le Lombard (Dargaud-Lombard s.a.), 2017.

L’idée de départ est séduisante. Il est néanmoins regrettable que la traduction de l’épitaphe à la fin du premier tome comporte de multiples erreurs. Tout d’abord, il aurait été préférable que le nom du héros, dans la traduction comme dans la bande dessinée, soit au nominatif plutôt qu’au datif. Aelio Hermeros aurait donc dû s’appeler Aelius Hermeros. Ensuite, selon cette inscription, Aelius Hermeros est mort à 23 ans et non à 33 ans. En outre, comme l’historien John Humphrey l’avait déjà fait remarquer[3], rien n’indique dans cette épitaphe que cet aurige soit mort lors d’une course de chars à Ilici. Cette hypothèse paraît d’autant plus improbable que nous n’avons aucune trace archéologique d’un cirque à Ilici[4]. Par ailleurs, l’inscription antique ne précise nullement si Aelius Hermeros avait un fils lorsqu’il est mort. Il est seulement question de son père, Hermia, un esclave de la res publica de Valeria, qui a fait ériger ce monument en l’honneur de son « fils incomparable ». Par ailleurs, nous avons relevé plusieurs fautes de latin dans les trois tomes que nous nous permettons de signaler. Le cheval favori de Lucius Verus s’appelait Volucer (nominatif) et non Volucris, comme cela est écrit à la page 36 du tome 3. En outre, Juanra Fernández emploie plusieurs fois le terme naufragia au singulier (tome 1, p. 11 – p. 14 et tome 3, p. 40), alors que la forme correcte au nominatif singulier est naufragium. À la page 26 du tome 1, Caius Gratius Nigrinus explique à Aelio/Aelius qu’il fut un fervent admirateur de son père et que c’est en le voyant courir qu’il a décidé de fonder “ma propre stabula equorum”, alors que la forme correcte serait soit “mon propre stabulum equorum”, soit « mes propres stabula equorum ». Enfin, Juanra Fernández a utilisé le mot spina pour désigner la barrière centrale du cirque (tome 1, p. 11), alors qu’euripus, ou euripe en français, serait un terme plus approprié.

Bien évidemment, il n’est pas dans notre intention de reprocher au scénariste Juanra Fernández, au dessinateur Mateo Guerrero et au coloriste Javi Montes, de ne pas être en plus des latinistes et des épigraphistes. Hormis la traduction fallacieuse de l’épitaphe et ces quelques erreurs grammaticales, Juanra Fernández, Mateo Guerrero et Javi Montes ont su restituer le monde des courses, mais aussi la vie quotidienne dans les cités provinciales d’une façon assez soignée. Nous avons apprécié notamment la très bonne reconstitution de l’ambiance qui devait régner dans les rues des cités provinciales, mais aussi à Rome, la veille des courses, puis dans les gradins durant les jeux : les discussions animées entre les parieurs, l’enthousiasme des partisans des factions, la présence des diseurs de bonne aventure et de prostituées qui proposaient leurs services aux abords du cirque, la foule impatiente qui se bouscule ou encore les réactions et les émotions des spectateurs dans les gradins. On notera que les auteurs proposent une vision impitoyable de l’univers des courses de chars, où règne une compétition acharnée entre les concurrents et où des fortunes se constituent aussi rapidement qu’elles ne s’effondrent à la suite de paris malheureux. Cette image à la Dallas, digne d’un feuilleton américain des temps modernes, n’est sans doute pas si éloignée de la réalité historique, même si les sources, tant littéraires qu’épigraphiques, ne donnent aucune information précise sur l’organisation des paris ou sur leur montant.

En suivant les aventures d’Aelio/Aelius, le lecteur croise d’autres stars du cirque romain qui ont réellement existé, comme Fuscus ou encore Dioclès[5]. La carrière de Caius Appuleius Dioclès nous est bien connue par une longue inscription[6]. Originaire de Lusitanie, et non d’Hispania Citerior comme dans Gloria Victis (tome 1, p. 4), il commença sa carrière dans la faction blanche en 122 après J.-C., faction avec laquelle il remporta sa première victoire en 124, puis il passa chez les Verts en 128, avant un « transfert » chez les Rouges en 132, pour lesquels il courut jusqu’à la fin de sa carrière. Certes, on pourrait reprocher aux auteurs de Gloria Victis de s’être éloignés de la réalité historique sur ce point puisque le Dioclès de Gloria Victis, alors qu’il est présenté comme un cocher en fin de carrière, porte la tunique verte. De même, la carrière de Dioclès, le vrai, a duré 24 ans selon l’inscription antique. Elle s’est donc achevée vers 146 après J.-C. Par conséquent, en 156 après J.-C., date à laquelle débute l’intrigue de la bande dessinée Gloria Victis, le vrai Dioclès avait cessé de concourir depuis près de dix ans. Parmi les autres fantaisies que nous avons relevées dans Gloria Victis, nous nous permettons de signaler également les tenues peu « académiques » des cochers Victor dans le tome 1 et El Ishat dans le tome 3. Enfin, non seulement le cirque d’Ilici n’a probablement jamais existé comme nous l’avons déjà précisé, mais il comporte en outre des éléments architecturaux, notamment d’étranges statues sur des colonnes devant les gradins, dont nous n’avons connaissance pour aucun cirque dans le monde romain (Fig. 2) :

Fig. 2. Le cirque d’Ilici (tome 1, p. 8-9).
Fig. 2. Le cirque d’Ilici (tome 1, p. 8-9). Fernández, Guerrero © Le Lombard (Dargaud-Lombard s.a.), 2017.

Il ne s’agit néanmoins que de détails et comme Gloria Victis n’a pas la prétention d’être une bande dessinée historique à proprement parler, les auteurs avaient le droit de laisser libre court à leur imagination. En outre, à travers le récit des aventures d’Aelio sont évoqués également les conditions de vie des esclaves, leurs rapports avec leurs maîtres et plus largement différents aspects de la vie quotidienne dans les cités provinciales de l’Empire romain. D’une façon générale, la reconstitution historique est soignée et témoigne d’une bonne connaissance de la civilisation romaine et même de la littérature latine. Par exemple, dans la première page du premier volume (tome 1, p. 3), le jeune Aelio/Aelius récite avec son père des vers qui auraient été composés par l’empereur Hadrien peu de temps avant sa mort et qui sont extraits de l’Histoire Auguste (SHA, Hadr., 25.9). De même, le personnage d’Horacia, de par son tempérament irascible, autoritaire et sa nymphomanie, n’est pas sans évoquer les portraits acerbes de plusieurs femmes de l’aristocratie romaine esquissés par Juvénal dans sa sixième satire. La sortie du tome 4 est attendue pour l’été 2017. Notre héros Aelio/Aelius devrait se produire dans le Circus Maximus de Rome. Reconnaissons qu’après avoir lu les trois premiers tomes, nous attendons avec une impatience égale à celle des parieurs et des partisans des factions du cirque d’assister à ces prochaines courses dans le plus grand des cirques du monde romain, reconstitué par Juanra Fernández, Mateo Guerrero et Javi Montes.

Sylvain Forichon

UMR 5607 Ausonius (CNRS-Université Bordeaux Montaigne)

[1] E. Flórez, España Sagrada. Teatro geográfico-histórico de la Iglesia de España, t. VIII, Madrid 1749, p. 196-211.

[2] CIL, II, 3181 : D(is) M(anibus) s(acrum). ǀ Ael(io) Hermeǀroti aurige,ǀ defuncto ǀ [Ili]ci ann(orum) XXIII. ǀ Hermia s(ervus) ǀ r(ei) p(ublicae) Val(eriensis) ǀ [fili]o inǀconparaǀbili. S(it) t(ibi) t(erra) l(euis). ǀ Frequens uiator ǀ saepe qui transis lege. ǀ Natus pro te sum.

[3] J. H. Humphrey, Roman Circuses. Arenas for Chariot Racing, Berkeley-Los Angeles 1986, p. 350.

[4] Voir la carte des cirques romains de la péninsule ibérique dans T. Nogales Basarrate, « Circos romanos de Hispania. Novedades y perspectivas arqueológicas », in : J. Nelis-Clément et J.-M. Roddaz éd. (2008), Le cirque romain et son image, Mémoires 20, Bordeaux, 161-202, p. 163.

[5] Sur les factions et les cochers, voir par exemple les articles en français de : J. Nelis-Clément, « Les métiers du cirque, de Rome à Byzance : entre texte et image », Cahiers du Centre G. Glotz, 13, 2002, p. 265-309 ; J.-P. Thuillier, « L’organisation des ludi circenses : les quatre factions (République, Haut-Empire) », in : K. Coleman et J. Nelis-Clément éd., L’organisation des spectacles dans le monde romain, Entretiens sur l’Antiquité classique 58, Genève 2012, p. 173-220 ; J.-P. Thuillier : “Circensia 2. De toutes les couleursˮ, REA, 117-1, 2015, p. 109-128 et enfin J.-P. Thuillier, « Factions du cirque et propriétaires de haras dans l’Espagne romaine », Nikephoros, 26, 2013, p. 207-225.

[6] CIL, VI, 10 048. Sur cette inscription, voir les commentaires de R. Sablayrolles, “Un ‘pro’ chez les Rouges : le fabuleux destin du cocher Dioclès”, in : A. Bouet éd., D’Orient et d’Occident. Mélanges offerts à Pierre Aupert, Bordeaux 2008, p. 295-304.

NB : les couvertures et les illustrations sont protégées par le droit d’auteur. Elles ne peuvent être utilisées sans l’autorisation des Éditions Le Lombard et toute reproduction ou utilisation non autorisée est constitutive de contrefaçon et passible de poursuites pénales.

Autorisation de reproduction accordée par les Éditions Le Lombard  pour les trois figures ci-dessous et les couvertures des différents tomes de la bande dessinée Gloria Victis.

Citer cet article comme : Sylvain Forichon, Compte rendu « Gloria Victis », in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 28/02/2017, http://reainfo.hypotheses.org/6663.

Crédits image : première de couverture du tome 3. Fernández, Guerrero © Le Lombard (Dargaud-Lombard s.a.), 2017.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *