Compte rendu « Atlantide, la cité disparue »

Beuzelin (J.-M.), Atlantide, la cité disparue. L’enquête. – Paris : Anfortas Éditions, 2016. – 145 p. – ISBN : 978.2.37522.000.9.

rectoatlantide_pw

Un ouvrage de plus sur l’Atlantide… Le livre de Jean-Marie Beuzelin, comme l’immense majorité des autres, ne s’intéresse qu’à une question : la localisation de l’île disparue. Négligeant totalement la plupart des problèmes que posent les textes de Platon, il fait comme si ces textes exposaient des faits historiques, simplement nimbés d’un peu de mystère : dès lors, l’enquête n’a plus pour objet que de comparer les diverses localisations qui ont déjà été proposées ou qui sont envisageables. Celle qui a les faveurs de l’auteur est la région des Canaries. Rien de bien nouveau là-dedans.

Les sources utilisées, en dehors des textes du Timée et du Critias, fidèlement reproduits, sont essentiellement Wikipedia d’un côté, des sites touristiques espagnols et des journaux de l’autre. La recherche contemporaine sur Platon est ignorée ; Pierre Vidal-Naquet est disqualifié en deux lignes et renvoyé à « un rationalisme toujours dépassé » (p. 140). Les historiens sont absents.

Médecin et chroniqueur, spécialiste des questions ésotériques, l’auteur ne craint pas de prendre les textes de Platon à la lettre et de traduire en chiffres les indications du philosophe, en se justifiant en dernier recours par les incertitudes de la science. Il énumère ainsi les localisations qui ont été proposées, il les examine en détail et fait montre, sur ce point, de connaissances relativement complètes et à jour. On peut donc trouver, dans ce livre, des exposés bien documentés sur les différentes hypothèses qui ont été proposées à l’époque contemporaine (les périodes antérieures étant ignorées) : Théra, la Sardaigne, Tartessos, les Açores, Madère, les Canaries, les îles du Cap-Vert, les Bermudes…

Le raisonnement historique, en revanche, est absent. Chaque localisation proposée est directement confrontée aux écrits de Platon, comme s’il s’agissait de textes historiques. La localisation aux Canaries est la plus argumentée et les Guanches sont mis en scène comme la population originelle de l’Atlantide.

Il n’y a donc guère à attendre d’un tel ouvrage. Seule l’information sur les recherches les plus récentes peut intéresser le lecteur : le problème central, en revanche, est traité de façon totalement superficielle et n’apporte rien à la science, même si celle-ci est, comme le dit l’auteur, perfectible…

René Treuil

Pour rebondir :

Une conférence filmée : « L’Atlantide, mythe et réalités », mai 2016 au lycée Le Corbusier, à Aubervilliers.

Un article : Lagrange (P.), Les controverses sur l’Atlantide (1925-1940), L’archéologie entre vraie et fausse science, in : Imaginaires archéologiques, Claudie Voisenat dir., Paris : Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2008, p. 263-264.

Citer cet article comme : René Treuil, Compte rendu « Atlantide, la cité disparue », in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 19/12/2016, http://reainfo.hypotheses.org/6964.

Crédits image : première de couverture. © Anfortas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *