L’aigle et le lion. Tome 1 : L’appel du destin

Borie (B.), L’aigle et le lion. Tome 1 : L’appel du destin. – Paris : Hugues de Queyssac Éditions, 2009.  – 335 p. : fig., cartes. – (ISSN : 1951.5278). – ISBN : 978.2.35291.044.2. 

l-aigle-et-le-lion-t1-l-appel-du-destinL’appel du destin est le premier tome de la tétralogie que consacre Bertrand Borie à l’affrontement entre Rome (L’aigle) et Hannibal (Le Lion). Ce roman historique débute en 238 avant J.-C. par la victoire d’Amilcar Barca sur les Mercenaires qui se révoltèrent après la première défaite des Carthaginois contre Rome. Contemplant les cadavres, le général souhaite restaurer la grandeur de Carthage et une idée lui vint soudainement : conquérir l’Ibérie ! Deux ans plus tard, il met son projet à exécution et emmène avec lui son fils, le futur général Hannibal, seulement âgé d’une dizaine d’année. Bertrand Borie narre alors pendant près de 300 pages la transformation du jeune Hannibal, au côté de son père puis de son beau-frère Hasdrubal, en redoutable chef de guerre. Avec une écriture passionnée, l’auteur nous offre le portrait d’un homme marqué par les rêves de vengeance de son père, les exploits d’Alexandre le Grand, instruits par son précepteur grec Sosylos et les batailles qu’il observe, puis mène sur le sol ibérique. Parallèlement, l’auteur porte son regard sur Rome où les Scipions s’inquiètent de la montée en puissance du Carthaginois alors que le Sénat se préoccupe essentiellement de la situation politique en Illyrie. Le premier tome s’achève 18 ans plus tard par le départ des troupes d’Hannibal vers Sagonte où leur victoire, en 218 avant J.-C., sera l’élément déclencheur de la deuxième guerre punique.

À la lecture du roman, on ne relève aucune erreur historique flagrante. Aucun doute, Bertrand Borie, ancien professeur de lettres classiques, connaît les sources et les utilise avec habilité pour nous faire partager sa passion et nous emmener à travers les siècles à la rencontre des deux grandes puissances de l’époque : Rome et Carthage. Si ses excellentes connaissances sur le sujet sont un atout majeur, il est aussi son talon d’Achille, notamment à la page 33 du prologue. En effet, l’auteur, comme tout bon professeur, souhaite mentionner ses sources, les Histoires de Polybe qui, avec les livres XXI à XXX de l’Histoire romaine de Tite-Live, sont les principaux écrits antiques qui traitent de ce conflit. Polybe, auteur postérieur au conflit, s’est notamment appuyé sur la correspondance de deux contemporains, Marcus Valerius Messala et Timothéos d’Athènes. Bertand Borie intègre donc ces deux personnages dans le prologue par la technique du flashforward car en 238 avant J.-C. ils n’étaient encore que deux enfants. Cet aller-retour entre passé et futur n’est pas aisé et pour nous aider, l’auteur nous propose des clés de lecture (informations sur le système du calendrier romain ou encore les dates de naissance des auteurs). Si cette attention est tout à fait louable, elle n’a malheureusement pas l’effet escompté et embrouille encore plus le lecteur. Toujours dans le même but, le livre débute avec deux cartes et la liste des personnages. Il aurait peut-être été plus judicieux de les placer à la fin de l’ouvrage avec le lexique, l’index des noms géographiques, les arbres généalogiques et les diverses remarques (sur les noms des personnages, des lieux et des peuples) pour trouver toutes ces informations complémentaires au même endroit et pour éviter aux futures lecteurs de prendre peur à la lecture des cinq pages de noms impossible à retenir. Le lexique, comme les autres données, est un bon outil pour ceux qui souhaitent en savoir plus mais il est regrettable que certains mots y aient été oubliés (comme rostres à la page 41), que d’autres n’y apparaissent pas (pourquoi y mettre légat et préteur mais pas consul ?) et que les astérisques soient associés aux mots tout au long de la narration.

Ces petites remarques tatillonnes ne doivent toutefois pas rebuter les lecteurs car, s’il est un peu difficile de rentrer dans le roman jusqu’à la page 35, passé ce cap, Bertrand Borie arrive sans aucune difficulté à nous captiver et, arrivé au point final, on souhaite poursuivre la lecture des aventures d’Hannibal même si l’on connaît déjà la fin de l’Histoire (avec un grand H) !

Solenn de Larminat

Membre associée, Centre Camille Jullian

Page Academia de Solenn de Larminat

À lire dans la R.E.A. :

Berthelot (A.), « Questions hannibaliques : les éléphants d’Hannibal au Mont Cenis », R.E.A. 38-1, 1936, p. 35-38.

Citer cet article comme : Solenn de Larminat, L’aigle et le lion. Tome 1 : L’appel du destin, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 25/09/2017, https://reainfo.hypotheses.org/6983.
Crédits image : première de couverture. © Hugues de Queyssac Éditions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *