Mangae Romae (1/3) : « Ad Astra »

Kagano M., Ad Astra. – Scipion l’Africain et Hannibal Barca, 10 volumes parus, série en cours. – Paris : Ki-oon, depuis 2014 pour la traduction française.

Lire et étudier des bandes dessinées sur l’Antiquité est aisé tant le choix est vaste. Si l’on s’en tient dans cet article à la seule Antiquité romaine, on sera loin du compte si l’on cite seulement Alix et Alix Senator (compte rendu du tome 5 sur notre carnet de recherches), Arelate, Astérix, Cassio, Les Aigles de Rome, MurenaPour l’Empire et Roma. Il faut également ajouter des mangas, dont certains connaissent ces dernières années un succès florissant.

Tout aussi bien renseignés que des séries franco-belges, trois mangas se détachent du lot par leur précision historique : Thermae Romae, Ad Astra et Pline. C’est justement à l’occasion de la sortie du premier volume de cette nouvelle série, consacrée « au plus grand savant de l’antiquité » (janvier 2017), que nous nous arrêtons sur cette nouvelle génération de mangas centrés sur l’Antiquité romaine. D’autres mangas se déroulant à Rome avaient déjà vu le jour bien avant et ces trois-là ne sont pas les seuls mangas récents inspirés de l’Antiquité romaine – on pourrait citer Bestiarius ou Virtus, récents eux aussi mais violents, voire très violents. Mais Pline, Thermae Romae et Ad Astra sont des œuvres d’une grande qualité à la fois historique et narrative. Le premier de cette série de comptes rendus est consacré à Ad Astra, dont le nouveau tome (tome X) vient justement de sortir  (mars 2017). Suivront ensuite les comptes rendus Thermae Romae et de Pline.

Ad Astra : contenu des volumes parus

  1. De la fin de 1ere guerre punique à la bataille du Tessin (- 218)
  2. La bataille de la Trébie et la bataille du lac Trasimène (- 218)
  3. À travers la Campanie (- 217)
  4. La bataille de Gerunium (- 217)
  5. La bataille de Cannes (- 216)
  6. La bataille de Cannes (suite) et ses conséquences (- 216)
  7. La bataille de Nola et l’intervention macédonienne (- 216)
  8. La bataille de Nola (- 215 et – 214)
  9. La prise de Syracuse (- 212) et la prise de Carthagène (- 209)
  10. La mort de Marcellus (- 209), Scipion en Espagne, et la bataille du Métaure (- 207)
  11. À paraître en septembre 2017

Compte rendu

Ad Astra est un manga consacré à la deuxième guerre punique. Série en cours, cette œuvre fait tout commencer à la naissance d’Hannibal, fléau du dieu Baal. Les plus grandes batailles de cette longue guerre rythment les tomes. En dix tomes déjà parus en traduction, une douzaine d’années s’est désormais écoulée. Les premières de couverture ou les jaquettes, mises bout à bout, donnent le ton (fig. 1). Le manga choisit de mettre en scène un duel à distance entre deux jeunes hommes (tome I), dont l’un, Hannibal, va servir de maître à l’autre, Scipion. Le visage de ce dernier a mûri quand il entre enfin dans l’action (tome VI), alors que dans le même temps Scipion devient symboliquement le héros d’une vanité (tome VI). Et quand les choses commencent à s’inverser, Scipion est représenté en Jupiter à la mode Art Nouveau (tome VII).

Fig. 1. Premières de couverture des tomes I et VI, quatrièmes de couverture des tomes VI et VII, Ki-oon, 2014.
Fig. 1. Jaquettes  de couverture des tomes I et VI, premières  de couverture des tomes VI et VII. AD ASTRA PUBLIUS CORNELIUS SCIPIO AFRICANUS MAJOR & HANNIBAL BARCA © 2011 by Mihachi Kagano / SHUEISHA Inc

On l’aura compris, Ad Astra n’est pas le simple récit de la deuxième guerre punique : c’est avant tout le récit de deux destins croisés, celui d’Hannibal et celui de Scipion, porté par un superbe dessin qui puise à différentes sources d’inspiration. L’antithèse entre les deux personnages semble si essentielle entre Hannibal le brun aux sourcils toujours froncés, et Scipion le blond au regard curieux, qu’on pourrait s’en tenir là et opposer le sombre génie du mal à la lumineuse incarnation de la juste cause. Il n’en est rien. Hannibal et Scipion, son double si ce n’est son disciple, sont au début de l’histoire deux personnalités glaçantes, deux brillants stratèges dépourvus d’empathie, dont la part d’humanité peut disparaître à tout moment derrière une intelligence inouïe. Du génie au démon il n’y a qu’un pas et la fantasy prend quelquefois le relais pour faire du duel entre ces deux hommes le combat de deux forces surnaturelles, par pions humains interposés.

L’accent est mis sur la stratégie, du moins au début. Le premier tome présente de nombreux points communs avec le film sorti peu avant (Hannibal, film réalisé par E. Bazalgette, 2005, BBC). Les traits de plusieurs personnages ainsi que la mise en scène de quelques passages célèbres rappellent fortement le film. Mais le manga s’en détache rapidement. L’aspect particulièrement cinématographique de certaines planches, notamment dans les phases de combat, rend bien le mouvement et la violence des armes. La guerre est esthétisée : certaines cases la magnifient sans en amoindrir l’horreur. Ainsi, l’arrivée des éléphants sur le champ de bataille (II, p. 74-75), la vue en contre-plongée de l’armée carthaginoise (II, p. 108-109) ou encore le rendu de la bataille de Syracuse (VIII, p. 124-125). La part de fantasy, qui joue à plein dans la « scène des Minotaures » (III, p. 140-141) allège cette atmosphère sinistre, en insufflant une part d’imaginaire qui filtre une réalité historique sanglante (fig. 2).

Fig. 2. Kagano, Ad Astra (III, p. 140-141). © Ki-oon, 2014.
Fig. 2. Kagano, Ad Astra (III, p. 140-141). AD ASTRA PUBLIUS CORNELIUS SCIPIO AFRICANUS MAJOR & HANNIBAL BARCA © 2011 by Mihachi Kagano / SHUEISHA Inc.

Car la réalité historique est bien là. L’histoire de la deuxième guerre punique, même traitée comme l’histoire de deux hommes, est une histoire d’hécatombes. Les effusions de sang ne manquent jamais et la violence des combats n’est jamais atténuée par le trait réaliste de M. Kagano : en témoignent les plans rapprochés sur les coups de glaive en mouvement ou sur les blessures béantes, et les gros plans sur les yeux terrifiés de ceux qui voient la mort venir. Le tome IV est de loin le plus atroce, le plus dur à lire et à regarder. Il y a d’abord le duel à mort entre Giscon et Minucius. Toute l’horreur de la guerre éclate dans la débauche d’éclaboussures de sang. La mort est là aussi sous la forme de pictogrammes semblables à des corbeaux, couvrant lentement les pages. Suivent des scènes de pillages, de meurtres et de viols, de cruauté gratuite infligée aux victimes collatérales, avec lesquelles l’auteur venait tout juste de nous faire sympathiser, grâce à Caius, l’ami de Scipion, notre alter ego. Le dessin n’est pas la seule arme de M. Kagano pour nous rappeler le dur visage d’une guerre dont l’horreur s’est effacée derrière la légende. Au tome VIII, c’est au travers d’une discussion philosophique entre Scipion et Archimède que se pose la question des conséquences de la guerre mais aussi du rôle de la science dans la puissance destructrice de l’homme. Et l’on garde longtemps en mémoire la phrase si atemporelle d’Archimède (VIII, p. 166) : « Le meurtre, même pour une raison légitime, engendre la haine. Moi qui ne suis qu’un savant, cette haine, suis-je prêt à l’assumer ? ».

Progressivement, le manga s’élève en effet à un niveau de réflexion très intéressant. Aux premiers tomes centrés sur la stratégie et l’analyse de l’âme humaine (plans rapprochés sur les visages, très crayonnés, très expressifs, très réalistes) ont succédé des tomes qui tournent autour des questions de politique intérieure et des valeurs comme l’honneur, la fidélité, le respect de la hiérarchie. Le tome III en particulier est émaillé de nombreuses citations philosophiques sur le sujet : « Je préfère encore une défaite honorable à une lâche victoire » dira ainsi Minucius, citant Sophocle (p. 86). Cette dimension de philosophie politique s’accroit dans les derniers tomes parus : une part importante de l’intrigue est consacrée à une réflexion de Realpolitik, avec notamment la question des alliances. L’histoire devient alors un réservoir d’exempla, entre Hiéron II de Syracuse, qui s’appuyait sur la connaissance précise des forces en puissance et pratiquait une politique réaliste ou le fantôme de Pyrrhus dont la victorieuse défaite revient inlassablement comme un contre-modèle. Les Massinissa et Philippe V de Macédoine, qui apparaissent désormais dans l’intrigue, sont loin d’avoir appris leurs leçons, au contraire de Scipion et Hannibal.

Si l’on accroche autant à une histoire dont on connait pourtant la fin, c’est en raison de la richesse de la construction narrative et du plaisir de retrouver sous un dessin vivant et parfois extrêmement beau (comme les scènes de nuit du tome III, p. 121) des personnages rendus attachants. La construction narrative varie en effet pour ne jamais entrainer de sentiment de lassitude, pour ce qui est d’abord l’histoire de tactiques militaires. Dans les premiers tomes, le lecteur suit les analyses de Scipion, qui comprend toujours trop tard, à chaud, la stratégie d’Hannibal. Une forme d’ironie tragique accompagne la lecture, en particulier dans le tome II. Les tomes III et IV respectent une alternance entre les deux camps, dont on voit les préparatifs réciproques. On comprend l’échec romain et l’intelligence d’Hannibal au fur et à mesure que se construit la bataille. Dans le tome V, c’est une voix off qui fait lentement monter la tension avant la bataille de Cannes. Des croquis et des schémas permettent au lecteur de comprendre efficacement les stratégies à l’œuvre, avant d’entrer dans le massacre. Le tempo du tome VII est plus lent, comme pour coller à l’attente d’Hannibal. Quant aux personnages, en particulier les deux héros, ils s’humanisent au fil des tomes, notamment au contact de leurs amis, comme Caius et Maharbal, véritable touche comique dans ces pages sombres (fig. 3).

Fig. 3. Kagano, Ad Astra (IV, p. 153). © Ki-oon, 2014.
Fig. 3. Kagano, Ad Astra (IV, p. 153). © AD ASTRA PUBLIUS CORNELIUS SCIPIO AFRICANUS MAJOR & HANNIBAL BARCA © 2011 by Mihachi Kagano / SHUEISHA Inc

Une réflexion sur l’amitié s’est ouverte au tome IV et se poursuit ensuite, côté romain aussi bien que côté carthaginois. Ad Astra peut aussi se lire comme un roman d’apprentissage, dont Scipion serait le héros. Hannibal, loin d’être le méchant de l’histoire, est d’une certaine façon son mentor in absentia, à la fois fascinant et dangereux à imiter en tout point, comme dans le tome IV, qui le compare successivement à un admirable sculpteur et une perfide araignée. Les deux héros s’humanisent aussi dans les défaites et face à des opposants viles (aux traits bien moins fins que ceux des héros, Varron par exemple), qui rehaussent leur intelligence mais aussi leur dignité. Héros, ils n’en restent pas moins des hommes dans un monde d’hommes : si l’on sait comment s’achève leur histoire trop humaine, on n’en attend pas moins avec impatience de voir comment Ad Astra conclura.

L’avis d’une collégienne

Laura, latiniste de 4e, est une grande amatrice de mangas. Elle suit des séries bien connues comme One Piece, Dragon Ball Z ou Fairy Tail, et elle a rapidement dévoré le premier tome de Thermae Romae et celui d’Ad Astra. Elle y a retrouvé ce qu’elle apprécie dans ses mangas favoris : « de l’action et des éléments magiques ou fantastiques ». Elle a préféré Ad Astra, et son rythme plus prononcé, à Thermae Romae, plus contemplatif. Dans Ad Astra, elle a apprécié le transfert de l’univers manga, et la représentation d’un « Hannibal démoniaque », mais hissé, pour une confrontation équilibrée et intense avec Scipion, « au rang de héros en tant qu’élu des dieux », Baal plus précisément. Elle le « recommande chaudement à tous les lecteurs », qu’ils connaissent, comme elle, l’histoire d’Hannibal, ici complètement re-scénarisée, ou qu’ils ne soient pas latinistes, car ce manga ouvre « une porte d’entrée facile sur l’Antiquité ». Elle a hâte de lire la suite. Quant à Thermae Romae, elle reste sur une impression mitigée car elle trouve l’histoire « bizarre » en raison des allers et retours temporels. Elle en a cependant apprécié l’humour second degré et elle y voit aussi une voie d’accès inédite pour elle sur l’Antiquité. Pour en savoir plus sur Thermae Romae, rendez-vous au prochain compte rendu !

Marion Bellissime

Professeure de français, Collège Honoré de Balzac (Vénissieux)

À lire dans la R.E.A. :

Roddaz (J.-M.), « Les Scipions et l’Hispanie »R.E.A. 100-1/2, 1998, p. 341-358.

Citer cet article comme : Marion Bellissime, Mangae Romae (1/3) : « Ad Astra », in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 30/05/2017, http://reainfo.hypotheses.org/7064.

Crédits image : première de couverture. © Éditions Ki-oon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *