Le cheese-cake de Caton et autres histoires romaines

Cantarella (E.), Le cheese-cake de Caton et autres histoires romaines. – Traduit de l’italien par P. Sirignano. – Paris : Éditions Albin Michel, 2016. – 244 p. : bibibliogr. – ISBN : 978.2.226.31501.4. 

Cheese-cake-couverture

Avec Le Cheese-cake de Caton et autres histoires romaines, Eva Cantarella (désormais EC), spécialiste italienne du droit, de la famille et de la sexualité dans les mondes grec et romain, propose son troisième ouvrage pour le grand public consacré à la vie des Anciens. Quels sont les ingrédients de ce Cheese-cake ?

Dans ce que l’auteure nomme son « livre lego », le lecteur découvre un millefeuille de cent cinquante anecdotes (en 238 pages), composé à partir de billets publiés pendant deux ans (2012-2013) dans une rubrique hebdomadaire du Corriere della Sera. Selon les mots mêmes d’EC, sont proposés « histoires brèves, épisodes plus ou moins insolites, contes mythiques, bref, une sorte d’anthologie a minima de fragments de vie dans l’Antiquité ». Car au-delà de quatorze parties vaguement thématiques, il ne faut pas attendre de cette recette – dont la légèreté et la construction éclectique ne sont pas sans rappeler celles de L’art d’aimer d’Ovide – un cadre d’organisation plus complexe. Les historiettes s’enchaînent sans souci logique ni chronologique : mythes et Histoire se confondent, les dieux côtoient les hommes, les Grecs se mélangent allègrement aux Romains et quelques auteurs byzantins viennent même s’incorporer à la pâte. C’est donc un ouvrage pointilliste, une mosaïque destinée au moins autant à amuser le lecteur qu’à compléter sa connaissance de la culture antique.

Le Cheese-cake de Caton, qui témoigne à chaque page de la grande érudition de son auteure et de sa maîtrise de sources très diverses, est tout sauf un ouvrage scientifique. On y apprend plutôt à faire du sport en récitant Homère, à se moquer des Cumains ou des habitants d’Abdère (en Thrace) – équivalent antique de nos « Belges » – à manger proprement ses champignons au miel, ou à se tartiner le visage de diverses fientes d’animaux pour garder son teint d’un blanc éclatant. Mais surtout, on y découvre la fameuse recette du gâteau au fromage proposée par l’austère Caton l’Ancien, à mi-chemin entre la flaune aveyronnaise et le baklava grec.

Héros et plus particulièrement héroïnes ont aussi la part belle. EC se délecte de faire un pied de nez à la misogynie des Anciens en dressant plusieurs portraits de femmes rebelles, scandaleuses, ou dont la liberté a choqué leurs contemporains. C’est ainsi que l’on voit la riche hétaïre Phryné reconstruire Thèbes dévastée par Alexandre, ou la rusée Phyllis chevaucher Aristote pour le punir de ses coupables appétits. Témoin invisible, parfois voyeur, le lecteur épie les Romains dans leur intimité, leurs pratiques et même leurs soucis sexuels (chaque émission de sperme est-elle préjudiciable à la bonne santé, comme le prétend le médecin Soranos d’Alexandrie ?). Il assiste aussi, en spectateur impuissant, aux inévitables divertissements violents et aux sinistres exactions d’empereurs cruels, image d’Épinal pour toujours associée à l’Antiquité, et qui ne pouvait que trouver sa place dans la recette.

Si ce n’est quelques stéréotypes redéployés parfois avec trop peu de nuances (les derniers mots de César), ou quelques à-peu-près, comme faire de Messaline une héroïne romantique morte par amour sans mentionner ses intrigues politiques (p. 87), il n’y a pas grand-chose à reprocher à cet ouvrage très ludique. Peut-être la rubrique « référence des œuvres citées », qui ne prend en compte qu’une cinquantaine d’épisodes, aurait gagné à être plus complète. Mais ces quelques froncements de sourcils sont rapidement balayés lorsque EC nous invite à imaginer les Romains chasser l’année passée à coups de bâton, ou chanter des chansons aux portes dans l’espoir de les ouvrir.

Le Cheese-cake de Caton apparaît donc comme un savoureux recueil d’anecdotes, à servir aux étudiants entre deux chapitres d’un cours magistral, ou à des amis, entre la langue de flamant rose et la mamelle de truie à la sauce au thon.

Romain Millot

Doctorant en Histoire romaine, Université Paris 7 Diderot

Page institutionnelle de Romain Millot

À lire dans la R.E.A. :

Gras (M.), « De la céramique à la cuisine. Le mangeur d’Olbia »R.E.A. 91-3/4, 1989, p. 65-71.

Citer cet article comme : Romain Millot, Le cheese-cake de Caton et autres histoires romaines, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 10/04/2017, http://reainfo.hypotheses.org/7511.

Crédits image : première de couverture. © Albin Michel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *