Manga Romae (3/3) : « Pline »

Yamazaki (M.), Miki (T.), Pline, série en cours. – Paris : Casterman, tomes I et II parus en 2017 pour la traduction française. – 200 p. – (Sakka). tome I, ISBN : 978.2.203.13243.6 ; tome II, ISBN : 978.2.203.11070.0. 

Pline-couvertures 1 et 2

L’auteure de Thermae Romae, Mari Yamazaki, revient avec un nouveau manga dont Rome est l’héroïne. Cette fois, on nous promet un manga consacré à Pline, « le plus grand naturaliste de l’Histoire » et l’« incarn[ation de] l’âme romaine » (tome 1, p. 4). De prime abord, on peut être circonspect à l’idée d’une telle initiative et on peut s’interroger sur l’intérêt d’un manga biographique doublé d’une leçon d’histoire des sciences. Heureusement, l’âme romaine promet d’être, selon les mots de l’auteur, « ouverture, érudition et action » (tome I, p. 4).

D’une certaine façon, on pourrait, une fois la lecture des deux premiers tomes parus achevée, taxer l’auteur de publicité mensongère. En effet ce beau programme est surtout rendu possible par une intrigue parallèle au récit des aventures de Pline, qui tend même à reléguer celles-ci au second plan, centrée sur ce personnage familier des fictions impériales, j’ai nommé Néron. On retrouve donc le sombre Néron, dans toute sa noire splendeur. Sa première apparition est extrêmement travaillée du point de vue dramatique, à la hauteur de sa réputation. Tout commence par un plan monumental de Rome, qui contraste avec les ruines de l’Etna quittées juste avant. Puis un personnage apparaît de dos avant qu’on lui fasse face pour mieux le craindre d’emblée : Néron. D’une certaine manière, ce personnage fascinant pour les écrivains permet à l’intrigue de se parer de couleurs plus vives, aussi vives que l’écarlate du sang. Mais on sert ici malheureusement parfois au lecteur un manga psychologisant, glosant sur les rapports entre Néron et Agrippine. Le personnage de Poppée apporte une touche moins souvent abordée. La place donnée à ses sentiments et ses réflexions donne à voir la complexité, l’ambition, les calculs d’un personnage au visage d’ange. En dépit de cet aspect un tant soit peu cliché et peu mis en avant dans la promotion du manga, les épisodes s’enchaînent facilement et à un rythme agréable. Un triple fil construit l’intrigue, dans une narration très bien tenue, mais plus sentimentale que scientifique, pour le plus grand bonheur des lecteurs finalement, qui pouvaient craindre, comme on le signalait plus haut, un manga encyclopédiste. L’histoire de Pline sert en effet de base sur laquelle se greffent deux histoires parallèles et plus proches que prévu, celle de Néron et Poppée et celle d’Euclès, le narrateur et scribe de Pline, et Plautina, une jeune Bretonne prostituée. Tous les niveaux sociaux se mêlent mais finalement tout revient à Pline, même dans le deuxième tome où sa maladie le laisse un peu dans l’ombre des autres.

Le récit est également très bien porté par les dessins de Tori Miki. Les pages d’ouverture du tome 1 sont à couper le souffle, au sens propre comme au figuré. En couleur, ces pages dévoilent le champignon de l’éruption du Vésuve à la manière d’une bande-dessinée de science-fiction, et donnent une impression post-apocalyptique très moderne. Le traitement pictural de la catastrophe de 79 parvient à en retranscrire l’atrocité avec une décente délicatesse, à la fois horrible et superbe. En effet, après l’éruption vue du ciel, mélange de pourpre et d’ardoise, on repasse au noir et blanc, et on contemple les conséquences humaines, avec des plans de plus en plus rapprochés sur les hommes et sur les rues. On s’éloigne ensuite à nouveau, comme pour mettre la distance nécessaire avec la mort qui va fatalement toucher tous ces gens en train de fuir. La vue aérienne qui suit fait disparaître la ville de la carte. Dans un tout autre genre, les scènes de rue à Rome sont joliment vivantes et elles rendent Rome tout proche de nous, avec son bruit et sa fureur. Enfin, on ne peut manquer de faire un parallèle entre certaines cases et des représentations antiques, comme la scène de la toilette de Poppée, qui pourrait rappeler notamment la scène de la coiffure dans la fresque de la villa des Mystères à Pompéi.

Terminons sur le personnage de Pline, qui est tout de même le héros de ce manga. Présenté d’abord comme un malotru dépourvu d’empathie, il devient au fil des pages un personnage attachant, en particulier par la multiplication des points de vue narratifs. Chacun – Euclès, ses serviteurs et autres scribes, son médecin, ses amis, Néron lui-même – permet de découvrir l’homme derrière le naturaliste, ou du moins ce que l’auteur a voulu nous faire découvrir. Ainsi, nous voyons d’abord Pline à travers le regard d’Euclès, qui assure les réactions attendues du lecteur, de la colère, face à sa froideur affichée et son mépris parfois, à l’admiration pour son intelligence et sa connaissance de l’âme humaine. Les analepses, les descriptions de Pline en action ou in absentia, tout cela contribue à mettre en scène le savant sous son meilleur angle. Les planches qui illustrent sa maison, arpentée pour la première fois par le lecteur en même temps que le narrateur, nous renseignent également d’une autre façon encore sur l’homme. Le personnage pourrait faire siens les propos de Montaigne tant il devise « à sauts et à gambades » parfois, guidé par une soif inextinguible d’apprendre et de transmettre la richesse de la vie. D’une certaine manière, en mettant Néron en scène, l’auteur parle encore de Pline : Néron est le faire-valoir de Pline, son antithèse parfaite. L’un incarne la raison, l’autre la déraison ; l’un la science, l’autre l’incohérence ; l’un la causalité, l’autre l’imprévisibilité. Encore une fois, tout se tient finalement et les trois fils cités plus haut se referment sur Pline.

Les cours de sciences naturelles finalement sont facilement intégrés au récit, dans des dialogues maître-élève entre Pline et Euclès. Présents sans qu’ils alourdissent la progression du récit (surtout dans le tome II), ils sont, d’une certaine façon à l’image des chapitres de l’Histoire naturelle, brefs et variés, presque divertissants. Ce manga, riche de plusieurs aspects, ne peut être donné à lire en classe de collège, en raison des nombreuses scènes de nu, à caractère sexuel, parfois même sadique. Certes, des extraits de leçons de Pline peuvent être mis en regard du texte latin de l’Histoire naturelle, pour aider à le traduire ou pour analyser le travail d’un écrivain sur ses sources (voir une liste non exhaustive ci-dessous), mais ce serait dégrader cette œuvre que de la réserver à cet usage strictement utilitaire. On a en effet hâte de lire la suite (Pline va-t-il quitter Rome ? Que va-t-il advenir de Plautina ? et bien d’autres questions) tout simplement pour les talents de conteur de M. Yamazaki et les belles planches de T. Miki. Troisième tome à paraître fin juin 2017 !

Annexe pour une utilisation ponctuelle en cours. Liste non exhaustive des passages de l’Histoire naturelle présents dans le manga (tomes I et II) :
  • À propos de la foudre : H.N., 2.18 ; 2.48 ; 2.52
  • À propos du miel : H.N., 11.13-14
  • À propos du thon : H.N., 9.17-18
  • À propos de l’orque : H.N., 9.5
  • À propos des Néréides : H.N., 9.4
  • À propos des canalisations d’eau : H.N., 31.31
  • À propos du béchion : H.N., 27.16-17.

Marion Bellissime

Professeur de français, Collège Honoré de Balzac (Vénissieux)
À lire dans la R.E.A. :

Ferraces Rodríguez (A.), « Mayhoff Tenía Razón : cinis e capite soricis (Plin., Nat., 29, 118) »R.E.A. 114-1, 2012, p. 73-81.

Citer cet article comme : Marion Bellissime, Manga Romae (3/3) : « Pline », in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 01/06/2017, http://reainfo.hypotheses.org/7698.
Crédits image : © Casterman.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *