L’Iliade. Tome 1 : La pomme de la discorde

Bruneau (Cl.), Taranzano (P.), L’Iliade, Tome 1 : La pomme de la discorde. – Paris : Glénat, 2016. – 56 p. – (La sagesse des mythes). – ISBN : 978.2.344.00166.0.

Iliade-couverture

En créant la collection « La sagesse des mythes », l’essayiste et ancien professeur de philosophie Luc Ferry, appuyé par les éditions Glénat, avait pour objectif de vulgariser les mythes, et notamment ceux qui nous ont été transmis par les sociétés grecques et romaines. Cette nouvelle collection de bandes dessinées, qui a vu le jour en août 2016, a ainsi pour vocation de rendre accessible cette mythologie à un large public, tout en restant fidèle aux sources historiques et en respectant une certaine exigence universitaire. Détenant aujourd’hui quatre titres au catalogue[1] et deux en parution[2], cette collection a réussi son pari.

« La pomme de la discorde » est le premier tome d’une trilogie qui dépeint la célèbre guerre de Troie. Il se réfère en particulier aux chants I à V de l’Iliade. Le décor est posé dès la première planche : Gaïa, la Terre, se plaint de la surpopulation et supplie Zeus de déclencher une guerre pour réduire cette population d’humains qui la piétine sans aucun remords. Le roi des Dieux consent à sa demande. C’est le début de la guerre de Troie.

Pourtant, l’Iliade ne relate pas le commencement de cette guerre terrible. À peine fait-elle allusion à la demande de Gaïa. En réalité, la supplication de Gaïa apparaît pour la première fois dans les sources textuelles à travers les Chants Cypriens. Homère débute en effet son œuvre majeure une dizaine d’années après le déclenchement de la guerre, sur le conflit qui oppose le valeureux soldat Achille, chef des Myrmidons, au roi de Mycènes Agamemnon. C’est également sur ce conflit que débute l’intrigue de la bande dessinée. À ce moment-là, le camp des Achéens est dévasté par la peste. Lors d’une assemblée des chefs de guerre, le devin Calchas révèle l’origine de la peste. L’épidémie est envoyée par le dieu Apollon froissé par l’impudence d’Agamemnon qui a enlevé Chryséis, la fille de son prêtre. Toutefois, par cupidité, Agamemnon refuse de rendre la jeune fille à son père, à moins qu’il ne reçoive un présent équivalent, comme Briséis, captive d’Achille. C’est ainsi que naît la querelle, qui ne va jamais cesser, entre Achille et Agamemnon.

Si « La pomme de la discorde » retrace fidèlement les cinq premiers chants de l’Iliade, ces derniers sont entrecoupés des mythes fondateurs de la guerre de Troie que l’on retrouve notamment dans une épopée attribuée au poète Stasinos de Chypre et connue sous le nom de Chants Cypriens. C’est ainsi qu’apparaît l’épisode de la pomme de la discorde, vengeance d’Éris que Zeus a omis d’inviter aux noces de Thétis et Pélée[3], pomme qui est elle-même la cause du jugement de Pâris qui va voir s’opposer les trois déesses Héra, Athéna et Aphrodite, et qui est à l’origine de la guerre de Troie.

Pour conclure et enrichir le récit de la bande dessinée, un cahier pédagogique, rédigé par Luc Ferry, relate avec précision les mythes fondateurs de la guerre de Troie : la pomme de la discorde, le jugement de Pâris, la légende de Thétis ou encore l’exposition de Pâris. Le cahier est illustré de tableaux de la Renaissance – Le Jugement de Pâris de Pierre Paul Rubens, Briséis menée à Agamemnon de Giambattista Tiepolo (XVIIIe siècle) –, mais également d’œuvres plus contemporaines – Hélène sur les remparts de Troie de Gustave Moreau ou encore Cassandre, fille de Priam, une gravure de Richard Woodman –, preuve que la guerre de Troie, mais également l’ensemble de la mythologie gréco-romaine, sont encore extrêmement présents dans notre société contemporaine. Nous y retrouvons même des œuvres antiques telles que le buste d’Homère (330-320 avant J.-C.) ou encore le masque d’Agamemnon retrouvé à Mycènes,

Porté par un dessin réaliste et rigoureux – tout est fiable sur le plan historique ; armes, vaisselles, palais, etc… – , « La pomme de la discorde » retrace avec précision le début de l’Iliade en ayant su rester fidèle aux sources. Espérons que les deux prochains tomes se montreront à la hauteur.

Émilie Druilhe

[1] Prométhée et la boîte de Pandore de C.Bruneau et G.Baiquera (septembre 2016), Jason et la Toison d’Or de C. Bruneau et A. Jubran (novembre 2016), Thésée et le Minotaure, C. et M. De Luca (novembre 2016).

[2] Héraclès. La jeunesse du héros, C. Bruneau et Annabel (à paraître en mars 2017), Persée et la Gorgone Méduse, C. Bruneau et G. Lorusso (à paraître en mars 2017).

[3] Les Chants Cypriens font de cette omission une ruse de Zeus pour déclencher la guerre de Troie et répondre ainsi aux supplications de Gaïa.

À lire dans la R.E.A. :

Cosset (E.), « Choix formulaire ou choix sémantique ? La désignation d’Ulysse et de la Lance (εγχος) dans l’Iliade« R.E.A. 85-3, 1983, p. 191-198.

Citer cet article comme : Émilie Druilhe, L’Iliade. Tome 1 : La pomme de la discorde, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 27/03/2017, http://reainfo.hypotheses.org/8031.

Crédits image : première de couverture. © Glénat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *