La mort des Césars

Schmidt (J.), La mort des Césars. – Paris : Perrin, 2016. – 334 p. : bibliogr. – ISBN : 978.2.262.05046.7. 

9782262050467Dans la culture populaire, l’image des empereurs romains est souvent associée à un exercice du pouvoir personnel parfois tyrannique. Les clichés sur la « folie sanguinaire » ou la dépravation sont pléthoriques. Cet ouvrage s’en fait largement écho, puisque la mort des Césars permet à la fois d’entreprendre une vaste rétrospective des règnes et de mettre l’accent sur un moment particulier souvent synonyme d’assassinat ou de mort violente.

Joël Schmidt est un auteur très prolifique, puisqu’il a publié une cinquantaine d’ouvrages, dont certains furent consacrés au monde romain. Le récit couvre une période très vaste, allant de César à Romulus Augustule. La présence de César peut de prime abord étonner, mais ce choix est d’emblée justifié pour s’inscrire dans la continuité suétonienne. L’auteur fait également le choix de ne pas tenir compte des usurpateurs.

Le parti-pris de l’auteur est de ne pas forcément respecter la forme de la biographie historique. En effet, certains Césars sont traités sous une forme plus romanesque : certains rêvent, se lamentent sur leur sort ; tandis que d’autres rédigent des lettres. L’auteur invente leurs réflexions, mais celles-ci sont parfois absurdes et anachroniques… Quoi qu’il en soit, le but n’est pas d’écrire un ouvrage historique, puisque l’auteur n’hésite pas à faire rêver les empereurs « afin de les rendre vivants et personnels » (p. 8). Pourtant, il insiste sur le fait qu’en tant qu’historien, il n’a pas voulu inventer, ce qui est clairement contradictoire et d’ailleurs les biographies notamment des empereurs du Ve siècle laissent beaucoup de place à l’imagination…

Certaines approches sont moralisatrices, en mettant en exergue les exemples de courage ou de lâcheté face à la mort. En outre, l’auteur reprend tous les poncifs sur le « despotisme sanguinaire », la dépravation et la cruauté de certains empereurs. Les propos ne sont donc pas nuancés. Citons quelques exemples : J. Schmidt reprend allégrement l’historiographie sénatoriale pour les Julio-Claudiens ou utilise les auteurs chrétiens qui stigmatisent le comportement des grands persécuteurs comme Galère. Titus est en outre présenté comme un empereur modèle à plusieurs reprises, tandis que Héliogabale est perçu comme un empereur incompris, victime de la xénophobie des Romains et des élites conservatrices adeptes de « divinités démodées ». Gallien est uniquement présenté sous les traits d’un tyran sanguinaire s’adonnant à tous les plaisirs, sans évoquer évidemment ses réformes.

Chaque chapitre se lit néanmoins comme un roman. Même si la lecture est très agréable, cela n’enlève rien au problème récurrent des très nombreuses fautes. Des erreurs factuelles se retrouvent par exemple à toutes les pages pour le chapitre consacré à César. Il serait trop long et fastidieux de relever toutes les fautes, mais j’en présente toutefois quelques-unes, afin que vous puissiez vous forger une opinion sur la qualité scientifique de l’ouvrage : Enée est le fondateur de Rome, le sac de Rome par les Gaulois aurait eu lieu en 489 av. J.-C., Brutus est le fils adoptif de César, César est consul à vie, Britannicus est le fils de Livie adopté par Auguste, Germanicus meurt en 14, Héliogabale serait le seul empereur jeté dans le Tibre, Maxence aurait restauré le temple de Mars et de Vénus à Rome et serait le dernier empereur païen… Je pourrais citer des dizaines d’autres exemples. Même si ce livre s’adresse au grand public, toutes ces erreurs sont dommageables.

Les inexactitudes sont également nombreuses. Ainsi, César aurait-il été assassiné dans la curie du forum, alors qu’il meurt dans la Curie de Pompée sur le Champ de Mars. Agrippa est présenté comme le petit-fils d’Auguste, alors qu’il s’agit d’Agrippa Postumus. Cette imprécision pourrait induire le lecteur en erreur.

Des passages entiers de sources antiques sont recopiés sans jamais les citer. Citons seulement deux exemples : l’événement de la sortie du palais lorsque Néron est acclamé empereur est donné par Tacite dans les Annales et les détails sur la mort atroce de Galère sont des reprises de passages entiers issus des écrits de Lactance (De la mort des persécuteurs). Comme l’ouvrage ne présente aucune note, cela rendait difficile de signifier l’emprunt à tel ou tel auteur.

Chaque biographie est assortie d’une bibliographie généralement organisée en trois parties : sources, biographies et ouvrages généraux. Cette répartition n’empêche pas des erreurs (la biographie de Pierre Cosme, consacrée à Auguste, se trouve dans les ouvrages généraux par exemple). Aucune référence précise aux sources n’est donnée. Par exemple, l’auteur ne donne que l’ouvrage principal (Dion Cassius, Histoire romaine). À partir du règne d’Honorius, les sources ne sont plus citées dans la bibliographie.

La bibliographie est très succincte et souvent dépassée. C’est notamment visible dans les ouvrages généraux recommandés et qui laissent parfois perplexe (surtout quand il y a un ou deux titres) : M. Besnier, Le Bas-Empire. L’Empire romain de l’avènement des Sévères au concile de Nicée, Paris, 1937, L. Homo, Le Haut-Empire, Paris, 1933 et P. Petit, Histoire générale de l’Empire romain, Paris, 1974.

Pour conclure, cet ouvrage a le mérite de s’intéresser à un moment-clé du règne des Césars. Les morts violentes permettent également de mettre en lumière le difficile exercice du pouvoir. Cependant, même si la lecture est fluide et très agréable, les trop nombreuses erreurs et approximations risquent de lasser rapidement le public averti et d’induire en erreur le grand public.

Cyrielle Landrea

Docteure en histoire romaine, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Page Academia de Cyrielle Landrea

À lire dans la R.E.A. :

Cizek (E.), « La mort de Vitellius dans « Vie des Douze Césars » de Suétone »R.E.A. 77-1, 1975, p. 125-130.

Citer cet article comme : Cyrielle Landrea, La mort des Césars, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 28/08/2017, http://reainfo.hypotheses.org/8045.

Crédits image : première de couverture. © Perrin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *