Mangae Romae (2/3) : « Thermae Romae »

Yamazaki M., Thermae Romae, 6 volumes parus, série terminée. Paris : Casterman, 2012-2013 pour la traduction française.

Dans ce deuxième manga de notre série sur les mangas et Rome, le héros est un architecte romain, nommé Lucius Modestus. Lucius comme la lumière qui lui vient miraculeusement … du pays du soleil levant, Modestus à l’image de sa… modestie. Lucius est un architecte classique, trop classique pour la Rome d’Hadrien. Qu’à cela ne tienne, l’auteure l’envoie trouver l’inspiration au XXIe siècle au Japon.

Le ton est explicitement décalé, à l’image des premières de couverture : sur chaque volume figure un personnage représenté à l’antique, empruntant à la statuaire classique, portant un accessoire de bain anachronique, d’une couleur tranchant sur le noir et blanc du personnage (fig. 1).

Fig. 1. Premières de couverture des tomes 1 et 4
Fig. 1. Premières de couverture des tomes 1 et 4. © Casterman 2012.

Passant d’un monde à l’autre par les canalisations de bains (à l’aller) ou en buvant un breuvage (au retour), Lucius rapporte à Rome des idées forcément nouvelles pour moderniser les thermes et gagne une notoriété dont sa conscience l’empêche de profiter. Le côté drôle, parfois absurde, des situations engendrées, rend le manga très léger et agréable à lire : ce ne sont pas les clins d’œil qui manquent. Ainsi Lucius en pleine observation d’un bain au Japon est comparé à une statue grecque. Le ton choisi n’est pas toujours très fin : sur la même page, un Japonais à l’arrière-plan est en train de se curer le nez. Le décalage est aussi sensible dans le dessin, qui fait entrer en collision deux mondes : les Romains sont dessinés à l’antique, les Japonais ont des visages peu réalistes, en particulier les jeunes femmes au visage de poupée.

Cependant, le schéma hyper répétitif des chapitres du tome I est quelque peu lassant, et sans doute mieux adapté au format feuilleton. On se demande donc rapidement si la forme narrative va changer dans les tomes suivants et si l’auteur va savoir se réinventer. Lucius va-t-il cesser d’alterner entre cet air concentré, sous ses sourcils froncés, et cet air de benêt, yeux écarquillés et bouche ouverte ? Le cliffhanger en fin de tome I laisse un petit espoir.

Un manga sur le bain ? Comment ? En fait, c’est plus qu’un manga sur le bain. Sous couvert d’un thème léger, les plaisirs du bain, l’auteure aborde un autre aspect fondamental de la civilisation romaine : l’impérialisme. La politique de conquête sert d’arrière-plan au récit puisque Hadrien est en pleine campagne de Judée – Lucius devient d’ailleurs un instrument de la victoire finale. Mais l’impérialisme est présent à chaque immersion de Lucius au Japon.

Perclus de préjugés, Lucius méprise les Japonais, ce « peuple de visages plats », qui ne peut être qu’un peuple d’esclaves. Lucius est très sûr de la supériorité de Rome, dont la gloire passe avant tout, y compris son épouse, même si sa certitude est progressivement ébranlée. L’admiration le gagne au fur et à mesure qu’il découvre des avancées technologiques. Son orgueil de Romain est entamé et la peur le gagne que ce peuple si brillant vienne à bout de Rome. Dans cette histoire-fiction (et si le Japon envahissait Rome ?), Lucius hésite entre l’admiration du savant qui est en lui et la fierté du conquérant qui réside en tout bon Romain. Ici, le manga force un peu le trait. Toutefois, on espère qu’au contact des Japonais, Lucius, qui est déjà un personnage attachant parce qu’il n’a pas choisi ce qui lui arrive, va gagner en subtilité, tout comme le récit. Le charme de Thermae Romae réside dans le fait qu’il se lit facilement tout en ouvrant de nombreux questionnements. Pour une utilisation en classe, on recommande toutefois de s’en tenir à un chapitre, car chacun fonctionne parfaitement comme une unité complète.

Dans le dernier article de cette série sur les Mangae Romae, on retrouvera l’auteure de Thermae Romae, Mari Yamazaki et son projet le plus récent, le manga Pline, tout juste paru en France.

Marion Bellissime

Professeure de français, Collège Honoré de Balzac (Vénissieux)

À lire dans la R.E.A. :

Vassileiou (A.), « Sur la date des thermes de Néron »R.E.A. 74-1, 1972, p. 289-287.

Citer cet article comme : Marion Bellissime, Mangae Romae (2/3) : « Thermae Romae », in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 31/05/2017, http://reainfo.hypotheses.org/8231.

Crédits image : Thermae Romae. © Casterman.

Une réflexion sur « Mangae Romae (2/3) : « Thermae Romae » »

  1. Bonjour,
    merci pour cette série d’articles sur des mangas au thème romain. Pour Thermae Romae, vous avez raison de souligner le thème de l’impérialisme. La série est aussi, je pense, une réflexion sur les rapports du Japon avec ses immigrés. J’ai essayé de montrer dans un article comment il est possible d’identifier Lucius avec différentes parties de la population immigrée ou des étrangers de passage au Japon: Américains (ce qui rejoint le thème de l’impérialisme), Philippins ou Indonésiens, Russes.
    Voir http://www.academia.edu/16623669/Thermae_Romae_de_quoi_Lucius_est-il_la_traduction_ pour les détails de la publication
    Meilleures salutations

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *