Les agents secrets de l’Olympe. Tome 7 : La conquête de la Toison d’or

Surget (A.), Les agents secrets de l’Olympe. Tome 7 : La conquête de la Toison d’or. – J. Faulques ill., Paris : Flammarion Jeunesse, 2016. – (Castor Poche 1ers romans). – ISBN : 978.2.0813.6514.8. 

« La conquête de la Toison d’or » est le septième tome d’une série de romans, « Les agents secrets de l’Olympe », écrits par Alain Surget à l’attention des enfants de huit ans et plus[1]. Dans cette série, nous suivons les aventures de l’intrépide et attentionnée Léa, fille de Zeus et d’une caresse de vent, et de son fidèle ami Lithios, un demi-dieu qui possède les propriétés de la pierre. À travers les aventures de ses deux jeunes héros, Alain Surget revisite les mythes grecs d’une manière ludique et distrayante pour les enfants.

« La conquête de la Toison d’or » nous plonge au cœur de l’Olympe, alors que Zeus couche sur papier les aventures de Jason. Fils d’Éson, roi d’Iolcos, Jason s’est vu ravir son trône par son oncle Pélias. Pour reconquérir son statut de roi, il doit s’embarquer sur l’Argos avec cinquante autres héros – dont Héraclès, Castor et Pollux ou encore Orphée – à la recherche de la célèbre Toison d’or. Après avoir débarqué sur l’île de Lemnos, habitée seulement par des femmes, et après avoir massacré accidentellement les Diodones en accostant de nuit, les Argonautes continuent leur quête. Seulement, Zeus a perdu leur trace et il ne peut donc pas finir d’écrire le mythe de Jason. Qu’à cela ne tienne, sa fidèle et dévouée fille, Léa, part à la recherche des Argonautes. Grâce à son aide, ces derniers parviennent à libérer le roi-devin Phinée des Harpies qui mangent et souillent toute sa nourriture, ils réussissent l’exploit de passer entre les Roches bleues, mouvantes et terriblement dangereuses pour les navires, et ils arrivent enfin en Colchide, terre de la Toison d’or. C’est également grâce à Léa, et avec l’aide de la magicienne Médée qui tombe amoureuse du héros, que Jason réussit les épreuves imposées par le roi Aeétès pour récupérer la Toison d’or – mettre sous le joug les taureaux aux sabots d’airain qui crachent le feu, labourer la terre et planter les dents du dragon d’Arès de Thèbes[2], massacrer les soldats d’argile qui sont nés des dents du dragon, endormir le dragon qui garde la Toison d’or et la récupérer. Cependant, Léa est un agent secret et son aide doit passer inaperçue, c’est pourquoi Zeus remplace toutes ses apparitions dans ses textes.

Alain Surget est un écrivain pour enfants mais également un professeur d’histoire, aujourd’hui retraité. Il a rédigé une quarantaine de livres à l’attention de la jeunesse dont la majorité ont pour toile de fond l’Antiquité, sa plus célèbre série, Tirya[3], se déroulant en Égypte ancienne. Il se sert de nombreux ouvrages historiques de référence pour étoffer le contexte de ses histoires et c’est pourquoi la série « Les agents de l’Olympe » est idéale pour faire découvrir aux enfants l’Antiquité grecque et sa mythologie. Si les deux personnages que sont Léa et Lithios sont des inventions de l’auteur, les mythes grecs sont, quant à eux, traités avec beaucoup de précision. Ainsi, si l’aide qu’apporte Léa aux héros est toujours fictive, jamais présente dans les mythes grecs, le Zeus d’Alain Surget la remplace toujours, dans les récits qu’il écrit, par les épisodes qui nous ont été transmis par les artistes et les auteurs antiques.

« La conquête de la Toison d’or » retrace le mythe de Jason et des Argonautes tel qu’il est raconté par Apollonios de Rhodes dans son épopée, Argonautiques[4], exception faite des apparitions de Léa et Lithios et de leur aide. Les notes de bas de page, ainsi que la carte de la Grèce antique et la généalogie qui se situent à la fin de l’ouvrage, permettent à l’enfant d’assimiler des mots ou des concepts compliqués ou de pouvoir plus facilement situer un lieu mentionné dans le récit. De plus, Alain Surget fait allusion, tout au long de l’histoire, à certaines pratiques courantes de l’Antiquité tel que le banquet – Léa retrouve en effet les Argonautes en plein milieu d’un banquet partagé avec le roi-devin Phinée –, les techniques antiques d’écriture – Zeus écrit le mythe de Jason sur un parchemin, aidé d’une plume – ou encore l’habillement – le dieu Hermès n’arrive jamais à lacer ses sandales. Ces évocations, accompagnées des illustrations colorées, égayantes et instructives de Julie Faulques, permettent à l’enfant de découvrir la vie pendant la Grèce antique, que ce soit les vêtements que portaient les Grecs – toge et sandales –, les bâtiments qu’ils habitaient et les navires qu’ils fabriquaient, ou encore les symboles associés aux dieux et aux héros antiques – la lance d’Athéna, l’arc d’Éros, les sandales d’Hermès, l’aigle de Zeus, la peau de panthère portée par Jason. L’enfant peut également retenir plus facilement les attributs et les fonctions des dieux grecs car ces derniers sont chacun affublés de caractéristiques amusantes – Athéna s’endort toujours sur sa lance, Éros veut rendre Léa amoureuse en lui envoyant sans cesse des flèches avec son arc, Hermès a du mal à mettre ses lacets et ne peut plus transmettre de messages.

Le récit se déroule sur quatre-vingt dix pages, avec une mise en page aérée, illustrée et une taille de caractère plus grande que la normale, ce qui en fait un livre idéal pour un premier roman, pour des enfants âgés de huit à dix ans. Toutefois, il présente une petite fausse note : le texte est très riche et le vocabulaire souvent complexe n’est pas suffisamment expliqué. Ainsi, des termes tels que « rémige », « se hérisser », « escarbille » ou « laiteux » sont utilisés sans qu’aucune explication ne soit donnée.

En conclusion, « La conquête de la Toison d’or » est un ouvrage idéal pour un enfant, entre huit et dix ans, comme premier roman – exception faite du vocabulaire un peu trop riche qui devra être expliqué par les parents ou les professeurs –, mais également comme une manière ludique et plaisante d’ouvrir l’enfant à l’Antiquité et notamment au mythe de Jason.

Emilie Druilhe

[1] Série en cours : tome 1 : La pomme d’or ; tome 2 : Le cheval de Troie ; tome 3 : Dans l’antre du Cyclope ; tome 4 : Ulysse, prisonnier de Circé ; tome 5 : Héraclès au royaume des ombres et tome 6 : Thésée et le Minotaure.

[2] Arès possédait une source gardée par un dragon à Thèbes. Un jour, le héros Cadmos, pour accomplir un sacrifice, voulut puiser l’eau à cette source et tua le dragon. Pour expier ce meurtre, il dut servir Arès pendant huit années, et Athéna confia elle-même les dents du dragon au roi Aeétès.

[3] Série de sept romans parus en 2005 : tome 1 : Le complot du Nil ; tome 2 : Le pharaon de l’ombre  ; tome 3 : Le Trône d’Isis ; tome 4 : La fille d’Anubis ; tome 5 : Le Loup des sept collines ; tome 6 : La vengeance de la déesse et tome 7 : Le triomphe des lionnes.

[4] Apollonios de Rhodes, Argonautiques, E. Delage trad., Paris, 2002.

À lire dans la R.E.A. :

Vian (Fr.), « Notes critiques au chant I des « Argonautiques d’Apollonios » de Rhodes »R.E.A. 72-1, 1970, p. 80-96.

Citer cet article comme : Émilie Druilhe, Les agents secrets de l’Olympe. Tome 7 : La conquête de la Toison d’or, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 09/05/2017, http://reainfo.hypotheses.org/8438.

Crédits image : première de couverture. © Flammarion jeunesse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *