Le choc des champions… Dans la peau d’un gladiateur

Deny (M.), Surcourf (E.), Le choc des champions… Dans la peau d’un gladiateur. – Paris : Nathan, 2016. – 64 p. – (Tu es le héros !). – ISBN : 978.2.09.256447.9. 

En janvier 2016 est sortie la nouvelle édition de l’ouvrage C’est pas sorcier d’être … un gladiateur, initialement publié par les Éditions Nathan en 2007. La seconde version, désormais dépourvue du partenariat avec l’émission vulgarisatrice de Fred et Jamy, conserve en revanche les textes de Madeleine Deny et les illustrations d’Erwann Surcouf. Très active dans le domaine des documentaires pour la jeunesse, l’a. invite ici le lecteur à se glisser « dans la peau du héros pour devenir un gladiateur de légende ! », comme elle le propose dans la même collection pour d’autres périodes historiques (aux temps des pharaons, des Vikings, des chevaliers ou des corsaires). Le principe de l’ouvrage dont « Tu es le héros ! », à mi-chemin entre fiction et documentaire, est fondé sur la possibilité offerte au lecteur d’incarner Martial, un jeune esclave envoyé de force à l’école des gladiateurs sous le règne de Caligula, pour s’entraîner et affronter le moment venu les périlleux combats dans l’amphithéâtre. Au fil de l’aventure, le lecteur devra s’identifier au jeune homme et, pesant le pour et le contre, faire les bons choix pour survivre dans ce monde impitoyable[1].

À l’observer, la magnifique illustration de couverture ne peut qu’inciter les enfants de 8-11 ans à qui est destinée cette collection à entrer pleins d’enthousiasme dans l’amphithéâtre de Rome. Après une double-page introductive qui présente efficacement le héros de l’histoire et le contexte chronologique, les quarante-neuf pages dédiées à la narration sont réparties en 43 numéros correspondant chacun à l’une des étapes des nombreuses aventures possibles. En effet, après un lancement unique, le lecteur est rapidement invité à choisir la suite de son parcours, selon les indications de la narratrice et de manière non linéaire dans le livre. La carrière du jeune gladiateur va donc se dérouler de manière différente selon les options choisies tout au long des pages.

Cent-treize versions sont ainsi proposées, laissant la liberté au lecteur de recommencer l’aventure à de multiples reprises sans se lasser ou avoir une impression de « déjà vu ». La version la plus courte intègre huit numéros (neuf pages) et se lit finalement assez rapidement ; la plus longue propose quant à elle dix-sept étapes au lecteur. L’intérêt de cette collection, qui évoque ici pour l’époque romaine le monde de la gladiature et de l’amphithéâtre, est sans doute la multiplicité des fins possibles. Martial, dont le cursus – on l’aura bien compris – suivra des chemins sinueux, pourra ainsi effectuer une carrière de gladiateur exceptionnelle pendant trois longues années et parvenir jusqu’à l’heure de la retraite afin d’entraîner les nouvelles recrues dans la caserne qu’il avait fréquentée. Dans « une autre vie », il bénéficiera de la grâce de l’organisateur des jeux par l’entremise de Valeria, une matrone romaine qui ayant succombé à ses attraits virils l’affranchira. Au sommet de sa gloire, il triomphera également comme bestiaire d’un lion féroce ou obtiendra sa liberté en sauvant courageusement un patricien lors de l’effondrement d’une tribune de l’amphithéâtre. Mais la fin de l’histoire ne sera pas toujours aussi glorieuse puisque près d’un quart des aventures possibles se termine par la mort de Martial, qui se décline en quatre versions différentes : une défaite injuste face au secutor Triumphus, un suicide choisi pour refuser le combat à mort imposé par le laniste, une condamnation aux lions pour n’avoir pas respecté les règles du combat ou pour s’être déclaré comme chrétien.

Les très nombreuses illustrations d’Erwann Surcouf, qui vient du monde de la bande dessinée, constituent un complément appréciable au texte de Madeleine Deny et placent le lecteur au cœur de l’intrigue, facilitant parfois l’insertion dans ce monde antique difficile à appréhender pour de jeunes enfants. Il faut noter au passage le souci du détail manifesté par Erwann Surcouf, notamment dans les représentations des différentes catégories de gladiateurs. Ceux-ci sont bien évidemment clairement identifiés dans l’ouvrage, qui présente tour à tour le mirmillon, le secutor, le rétiaire, le thrace et même le venator. Les lieux de la gladiature font également partie des aventures puisque celles-ci se déroulent alternativement au sein du ludus, la caserne où vivent et s’entraînent les gladiateurs, et de l’amphithéâtre, appelé malheureusement trop souvent « arène » dans l’ouvrage. L’a. présente aussi de manière claire la réalité des combats entre gladiateurs mais aussi face aux bêtes féroces. En outre, M. Deny n’oublie pas d’introduire au cours des aventures que vit Martial les différents membres de la société romaine qui gravitaient autour des gladiateurs : sont ainsi intégrés à l’histoire les lanistes Aquila et Lucius, les sénateurs Milvius et Clemens, le munerarius ou organisateur de jeux Drusus, sans oublier le princeps lui-même, Caligula, puisque l’intrigue se déroule à Rome. Enfin, les sentiments inspirés par ces jeux sont bien traités par l’a. qui aborde dans les différents scénarios les réactions et les préférences du public lors des affrontements mais aussi l’attirance éprouvée par de nombreuses femmes de la haute société romaine, impressionnées par des champions qu’elles n’hésitaient pas à aborder.

De manière générale, l’atmosphère des jeux de l’amphithéâtre est bien rendue et le lecteur-acteur n’est pas épargné par un suspense et des retournements de situation qui contribuent évidemment à la réussite de l’entreprise éditoriale. En revanche, il faut inévitablement souligner parfois quelques invraisemblances (dues aux choix scénaristiques de l’a.) ou approximations, comme l’épisode du pouce retourné (le pollice verso de Jean-Léon Gérôme) pour signifier la mise à mort du gladiateur vaincu.

L’intérêt de cette collection réside aussi dans l’apport documentaire important offert au lecteur soucieux de s’identifier au jeune gladiateur mais également de connaître le mieux possible le monde dans lequel le héros évolue. Dans ce but, deux rubriques récurrentes figurent en bas de page dans la partie narrative. La première, un quiz en douze questions à choix multiples, permet au lecteur de vérifier s’il sait ce que sont par exemple un ludus, un rétiaire, un sesterce, un munus, un patricien ou un palus. Les réponses sont données à la fin du livre, dans une section qui regroupe également un vrai/faux bienvenu. La seconde, appelée C’est bon à savoir !, apporte un complément d’informations sur le monde de la gladiature. En fin d’ouvrage, en additionnant les points recueillis au fil des indices de l’histoire ou en répondant aux questions, le lecteur pourra savoir s’il est une graine de champion, un gladiateur d’exception ou un vrai champion de l’arène. Pourtant, cette comptabilité finale semble superflue et le mécanisme narratif se suffit à lui-même pour convier les enfants, au prix de multiples essais, à donner à Martial une sortie digne et héroïque.

Pour conclure, nous conseillons cet ouvrage attractif et réussi qui saura plaire aux plus jeunes tout en les instruisant sur l’univers des gladiateurs. Ce livre constitue une alternative intéressante à d’autres genres littéraires traitant des jeux à Rome et destinés également à des enfants de cet âge[2]. Enfin, modernité oblige, signalons que ces aventures sont également disponibles en numérique, téléchargeables au format e-pub sur le site de l’éditeur.

Bibliographie complémentaire :

  • Kazek (K.), Gladiateurs et chasseurs en Gaule. Au temps de l’arène triomphante, Ier-IIIe siècle après J.-C.– Rennes : PUR, 2012.
  • Golvin (J.-Cl.), L’amphithéâtre romain et les jeux du cirque dans le monde antique, Lacapelle-Marival : Ed. Archéologie Nouvelle, 2012.
  • Gilbert (Fr.), Gladiateurs, chasseurs et condamnés à mort. Le spectacle du sang dans l’amphithéâtre, Lacapelle-Marival : Ed. Archéologie Nouvelle, 2013.

Philippe Mauget

Docteur en histoire romaine, professeur des écoles à l’école primaire de Lugon-et-l’Ile-du-Carney

[1] Un feuilletage du livre, bien appréciable avant de procéder à l’achat, est proposé sur le site de l’éditeur : http://www.nathan.fr/feuilletage/?isbn=9782092564479.

[2] De manière non exhaustive, citons l’album Octavius et le gladiateur, d’Emmanuel Cerisier (coll. Archimède, Ed. L’école des loisirs, 2012), ou le documentaire récent Les gladiateurs et les jeux du cirque, aux Editions Fleurus (février 2017), sans oublier l’incontournable Astérix gladiateur de R. Goscinny et A. Uderzo.

À lire dans la R.E.A. :

Piganiol (A.), « Les Trinci gaulois. Gladiateurs consacrés »R.E.A. 22-4, 1920, p. 283-290.

Citer cet article comme : Philippe Mauget, Le choc des champions… Dans la peau d’un gladiateur, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 06/11/2017, http://reainfo.hypotheses.org/8574.

Crédits image : première de couverture. © Nathan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *