Libérez le Romain qui est en vous

Toner (J), Libérez le Romain qui est en vous, par Marcus Sidonius Falx. – Paris : PUF, 2017. – 272 p. – ISBN : 978.2130788942.

Marcus Sidonius Falx est de retour ! Cette fois pour nous apprendre à réveiller le Romain qui est en nous. Fellow et directeur d’études au Churchill College de Cambridge, Jerry Toner (désormais JT) renoue avec la fiction de son ouvrage L’art de gouverner ses esclaves, paru lui aussi aux Presse Universitaires de France en 2013, en se faisant le passeur et le commentateur des conseils dispensés par son informateur romain fictif, le sénateur Falx. D’emblée, la préface annonce cette approche originale en rappelant l’anachronisme amusant liant l’auteur à son correspondant antique : présenté comme un « professeur dans l’une de nos misérables provinces septentrionales » par Falx dans son précédent ouvrage, JT est désormais « la preuve vivante des limites du développement personnel car il n’a tout bonnement pas de Romain en lui à libérer » (p. 10).

Car c’est bien de développement personnel qu’il s’agit ici : après avoir fourni un véritable manuel à l’attention des propriétaires d’esclaves, Marcus Sidonius Falx propose ici un ouvrage organisé en neuf chapitres qui, de l’étude des mœurs romaines (chapitre I) à la quête du bonheur et de l’épanouissement (chapitre VI) et aux recommandations médicales (chapitre VII), entendent « dévoiler les secrets de la réussite à la romaine » (p. 9) à un lectorat jugé barbare, mais toujours susceptible d’intégrer les traits constitutifs de l’excellence romaine.

Désireux de « modérer ses vantardises les plus exagérées et son épouvantable autocélébration » (p. 13), JT reprend la parole à la fin de chaque chapitre pour éclaircir et replacer dans leur contexte les propos de Falx, en révélant notamment les sources utilisées pour construire son récit fictif. À l’issue du chapitre VII par exemple (« Un esprit sain dans un corps sain »), on apprend que les conseils médicaux prêtés à Falx sont tout à la fois tirés d’Hippocrate, de Caton, de Pline l’Ancien et de Jean Chrysostome ; une compilation à la chronologie très étendue, qui permet de faire du témoignage du sénateur une somme d’informations sur de très nombreux aspects de la culture des Romains.

Cette volonté transparaît également dans l’intitulé des chapitres, dont les titres très généraux permettent à l’auteur d’aborder des thèmes extrêmement diversifiés et d’offrir au lecteur une vue générale de la vie quotidienne dans la Rome antique. Ainsi, le chapitre III, « Grimpez tous les échelons » (p. 63-92) est l’occasion à la fois pour Falx de s’ériger en parangon de la réussite à la romaine, énonçant avec clairvoyance les diverses voies par lesquelles il est possible de s’élever dans la société, et pour JT d’introduire le lecteur aux clés de l’ascension sociale dans l’Antiquité romaine. Successivement, le sénateur évoque les métiers que l’homme de bien doit se garder d’exercer pour tenir son rang, la nécessité pour les gens ordinaires d’acquérir un savoir-faire, mais aussi la vulgarité du petit commerce et la noblesse du travail agricole. Il en vient ensuite à conseiller le lecteur sur la manière doit il doit gérer son patrimoine en illustrant son propos – non sans admiration – avec les exemples de Caton l’Ancien et de Marcus Licinius Crassus, avant de l’aviser sur les risques encourus par l’investissement foncier et par le prêt d’argent. Les conseils de Marcus Sidonius Falx pour faire fortune et s’élever socialement sont encore l’occasion d’évoquer la gladiature et les courses de char comme clés de la réussite (accompagnées de détails sur les combats et les jeux du cirque), de fournir des détails sur le fonctionnement du Sénat et d’insister sur la nécessité de montrer sa richesse en fournissant des informations aussi diverses que les méthodes de blanchiment des toges, l’entretien de la villa et des réseaux de clientèles, ou encore l’organisation de dîners extravagants (p. 84), en illustrant les dangers des excès commis dans ce domaine par l’excentrique Trimalcion.

Tous les chapitres de l’ouvrage adoptent le même schéma : sous couvert de recommandations insolites, les digressions de l’informateur romain tirées des sources antiques sont l’occasion de découvrir de manière ludique la vie culturelle et les modes de pensée des Romains.

Si la fiction de l’ouvrage place Falx et JT dans leurs rôles respectifs d’auteur et de commentateur, il arrive toutefois de voir poindre, derrière les mots du sénateur, la présence de l’historien contemporain, qui joue volontairement sur l’écart entre les époques. Le résultat prête alors à sourire, en particulier dans le cinquième chapitre, où l’effacement des indices chronologiques et contextuels donne lieu à des préconisations en apparence atemporelles (« l’éducation doit avant tout apprendre à l’enfant à dire la vérité et à éviter les mensonges », p. 137), mais qui ne font que mieux souligner l’irrationalité apparente des propos du citoyen romain (« Naturellement, vous n’aurez pas envie de garder tous les enfants auxquels votre femme donnera naissance », p. 133).

Cette entreprise originale peine toutefois à convaincre, et ce pour plusieurs raisons. Le projet initial, séduisant, d’offrir au lecteur un ouvrage de développement personnel « à la romaine », qui conditionne sa construction, n’est qu’un prétexte assumé pour faire découvrir au lecteur de très nombreux aspect de la culture des Romains, sous la forme d’un patchwork d’anecdotes. Ainsi, la logique du récit est passe rapidement au second plan, et les réflexions du sénateur sur le développement personnel perdent en cohérence et en intérêt. Au sein d’un même chapitre, les tableaux s’enchainent sans véritable transition. C’est notamment le cas au chapitre II, Maîtrisez vos émotions, où Falx, après le récit assez long d’une famine dont il aurait été témoin en Cappadoce, enchaîne de manière abrupte sur le danger représenté par les femmes au sein du foyer (p. 47).

Lorsqu’il prévient le lecteur des aspects parfois surprenants de la « mentalité impériale » de Falx (p. 12), JT annonce un double projet, somme toute assez commun aux ouvrages de vulgarisation portant sur la Rome antique : celui de montrer en quoi les coutumes et les mentalités des Romains sont à la fois proches et éloignées des nôtres. Mais JT, qui ne parvient pas à trouver le ton ni la mesure, propose à son lecteur un étalage de coutumes romaines enveloppées d’un exotisme souvent démesuré et des similarités parfois feintes et grossières. Le discours de l’avatar romain de l’auteur s’enfonce ainsi parfois dans la caricature, comme lorsqu’il énumère les remèdes pendant quatre longues pages (p. 211-214), là où deux ou trois exemples auraient suffi. Si les recettes absurdes et peu ragoutantes font d’abord sourire, leur accumulation, plus racoleuse que pédagogique, peut agacer. Or cet effet de liste, présent à nouveau au chapitre VIII à propos des différentes manières de prier les dieux, finit par lasser un lecteur qui s’attendait à trouver, dans un tel ouvrage, de la légèreté plutôt que de longues litanies sans grand intérêt.

Ces choix de construction affectent malheureusement le sentiment du lecteur à l’égard de Marcus Sidonius Falx. Plein de morgue, donneur de leçons, pétri de stéréotypes et de préjugés, il est indéniablement romain, mais un Romain peu sympathique et profondément cynique. Ainsi, s’il décrit les ravages de la famine au chapitre II, il n’hésite pas, plus loin, à encourager son lecteur à profiter des pénuries alimentaires pour accorder des prêts à court terme à un taux d’intérêt proprement délirant (p. 72). Rien de très étonnant de la part d’un aristocrate romain (un spéculateur comme Crassus en aurait été capable), mais le lecteur est contraint de côtoyer, pendant les 273 pages que compte l’ouvrage, un personnage qui lui déplaît de plus en plus. Dans le cadre d’un ouvrage de vulgarisation, on pouvait attendre, comme dans le récent recueil d’E. Cantarella, Le cheese-cake de Caton[2], de la légèreté et de l’humour. Mais dans la bouche de Falx alternent trop souvent exposés pontifiants et complaisance pour le sordide sur à peu près tous les sujets : le sexe, les jeux, la médecine, etc. Qui faut-il blâmer ? L’auteur ou son double ? On pourrait objecter, comme JT le suggère dans sa préface, qu’il s’agit de restituer au plus près le discours qu’un aristocrate romain aurait été à même de tenir, une recherche de réalisme en quelque sorte (« […] les opinions exprimées dans ces pages ne sont pas les miennes et c’est avec quelque appréhension que je les communique à un lectorat non romain. », p. 12).

Mais ce réalisme paraît être à géométrie variable et porter sur la forme plus que sur le fond. Comment justifier les références à Trimalcion comme s’il était un personnage réel, au risque de tromper un lecteur peu averti ? Comment expliquer la chronologie floue dans laquelle évolue le personnage de Falx ? Si l’auteur reste volontairement évasif au sujet de l’époque où aurait vécu son héros, en le situant « aux premier et deuxième siècles de notre ère » (p.12), feignant une lacune de la source antique, c’est avant tout pour pouvoir élargir le champ chronologique, de manière à couvrir une portion de l’histoire romaine la plus large possible et à pouvoir utiliser les sources qui y sont attachées. Mais l’expérience personnelle du sénateur perd quelque peu de sa crédibilité lorsque l’on découvre que JT mélange, pour composer le discours de son personnage, des sources historiques, philosophiques et satiriques, et pour parler d’un même sujet, des œuvres d’auteurs parfois distants de plusieurs siècles. Ainsi, le supposé vrai et la caricature s’entremêlent sans souci de cohérence chronologique, pour aboutir à une vision de Rome qui ne saurait finalement refléter aucune réalité historique, et qui tend parfois à donner de l’histoire des mœurs romaines un tableau immobile et faussé. Falx, qui devait apparaître comme un témoin de première main de la Rome impériale, ne constitue finalement qu’un construit peu crédible évoluant dans une Rome de caricature et servant de prétexte à une histoire déformée.

Ce voyage dans une Rome fantasmée n’est finalement pas sans intérêt, pour son approche ludique et les éclaircissements sur les sources fournies par l’auteur dans ses commentaires et sa bibliographie commentée. Toutefois, nous conseillerons au lecteur soucieux de libérer le Romain qui est en lui de délaisser les passeurs trompeurs et de puiser directement à la source les possibles enseignements des Anciens.

Romain Millot et Jérémie Bondoux

Romain Millot, doctorant en Histoire romaine, Université Paris 7 Diderot

Jérémie Bondoux

Jérémie Bondoux, professeur d’histoire géographie dans le secondaire

[1] L’ouvrage a d’abord paru en 2016 sous le titre original Release your inner Roman.

[2] http://reainfo.hypotheses.org/7511

À lire dans la R.E.A. :

Ratti (St.), « La civilitis et la iustitia dans le Bréviaire d’Eutrope : des qualités de famille ? »R.E.A. 98-1, 1996, p. 197-205.

Citer cet article comme : Romain Millot et Jérémie Bondoux, Libérez le Romain qui est en vous, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 17/07/2017, http://reainfo.hypotheses.org/8627.

Crédits image : première de couverture. © PUF.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *