L’acculturation de la vie religieuse en Carie

Spécialiste des questions religieuses en Grèce ancienne, Joy Rivault a récemment soutenu une thèse à l’Université Bordeaux Montaigne dont le thème portait sur l’acculturation de la vie religieuse en Carie, avec l’étude particulière de la figure de Zeus.

Reainfo : Vous venez de soutenir une thèse à l’Université Bordeaux Montaigne en décembre 2016. Sur quoi portent vos recherches ?

Joy Rivault : L’objectif de cette étude était de comprendre le phénomène d’acculturation religieuse et son évolution en Carie, à travers les épiclèses de Zeus ainsi que les cultes et les représentations qui lui sont associés. Cette approche a donc eu pour but de reconstituer le plus objectivement possible la vie religieuse carienne et son paysage religieux, de l’époque archaïque à la fin de l’époque impériale. Je me suis ainsi penchée sur l’interaction entre les pratiques cultuelles dans les sanctuaires de Zeus et les représentations du dieu pour comprendre le lien entre la dimension spatiale des faits religieux et la perception qu’en avaient les anciens. Pour chaque Zeus, il a en effet été nécessaire de déterminer le sens à donner à l’épiclèse et aux représentations qui leur sont associées et de comprendre le contexte cultuel dans lequel ils ont évolué. À travers l’étude de la figure jovienne, dont l’attribut est devenu le symbole du territoire, c’est donc le fonctionnement du système religieux carien dans son ensemble qui est mis en lumière.

Le croisement des diverses données m’a permis par ailleurs d’appréhender le phénomène d’acculturation en Carie, c’est-à-dire de déterminer les contacts continus et directs que des cultures différentes ont eu et les modifications qu’elles ont entraînées dans les modèles culturels initiaux. Il m’a donc paru important de distinguer les permanences et les innovations qui se manifestaient au sein de la vie religieuse en Carie. De nombreux éléments préhelléniques sont ainsi notables dans cette région particulièrement conservatrice, permettant parfois d’identifier des traces de continuité entre les cultes anatoliens et grecs, mais aussi des réadaptations tardives des modèles originaux.

Reainfo : Que permet l’étude des épiclèses dans la compréhension des cultes en Grèce ancienne, et celui de Zeus en particulier ?

Joy Rivault : L’étude de l’ensemble des épiclèses a pour but d’identifier les champs d’intervention d’une divinité et donc de comprendre les pratiques cultuelles qui lui sont associées. Le nom est en effet essentiel dans la compréhension de la construction de l’identité du dieu et du système auquel il est intégré. Une étude étymologique permet ainsi de retrouver une origine signifiante. La dénomination du dieu implique la connaissance d’un code langagier, reposant sur un savoir commun et rendant compte d’une certaine conception du divin au sein de la communauté.

Zeus est par ailleurs le dieu à qui l’on peut attribuer le plus grand nombre d’épiclèses en Carie. Cette grande diversité m’a donné l’occasion de m’interroger sur la cohérence de cette figure divine et l’organisation de son réseau d’épiclèses, qui constitue un objet d’étude utile à la compréhension du fonctionnement du polythéisme grec en général. Les épiclèses occupent un rôle primordial dans la compréhension des cultes. Le plus souvent locales, celles-ci sont là pour concrétiser la fonction divine et individualiser le dieu. Elles instaurent le culte ainsi que tous les rituels propres à cette divinité singulière et permettent de créer un lien entre les hommes et le dieu de manière concrète. Faire appel à Zeus Hypatos implique de penser à Zeus et à sa place dans le panthéon, mais aussi à une de ses fonctions qui intéresse particulièrement le fidèle. En Carie, territoire montagneux, Hypatos est naturellement invoqué en tant que dieu des sommets, un dieu très haut mais aussi très puissant. Le fait de choisir ce Zeus en particulier implique également la nécessité de connaître ses goûts afin de l’honorer au mieux. L’étude des épiclèses d’une figure divine singulière permet ainsi d’en définir les différents aspects et d’en faire un portrait complet.

Les conclusions qui se dégagent d’une telle analyse peuvent concerner plusieurs dieux et nous éclairent sur le fonctionnement du polythéisme grec dans son ensemble. Cette démarche permet ainsi de déceler d’éventuelles différences entre les emplois d’une même épiclèse dont la seule signification linguistique ne peut être prise en compte. Le sens est en effet variable selon l’environnement cultuel, l’identité du fidèle et l’occasion de la demande. Afin d’analyser et de comprendre le système épiclétique de Zeus, il est donc indispensable de le replacer dans le contexte historique, géographique et religieux de la Carie. Les épiclèses ne constituent donc pas à proprement parler l’objet de cette étude, mais sont un moyen permettant de mettre en lumière les différents aspects de la figure jovienne.

Reainfo : Plusieurs personnalités se cachaient ainsi derrière un même dieu ? Existait-t-il alors plusieurs Zeus ?

Joy Rivault : Au sein du panthéon, Zeus est la divinité la mieux implantée en Carie. Dieu des sommets, il trouve aisément une place privilégiée dans cette région et semble être très tôt issu d’un syncrétisme avec le dieu principal du panthéon hittito-louvite, Tarhunt, dieu du tonnerre, porteur de la double hache. L’étude des épiclèses joviennes a ainsi eu pour but de déterminer si l’on avait affaire à une figure divine unique, Zeus, possédant une multitude d’épiclèses, donc de fonctions, ou s’il y avait autant de Zeus, donc de dieux différents que d’épiclèses. On constate que chaque épiclèse renvoie à des pratiques cultuelles bien précises et donc à des cultes bien distincts. Par exemple, Zeus Labraundos et Zeus Osogôs sont les deux grands dieux de la cité de Mylasa. Bien qu’ils se nomment tous les deux Zeus, ils sont presque en tout point différents. Leurs épiclèses ont une signification propre et ils n’ont pas la même identité : le premier semble être un dieu du tonnerre et de la fertilité alors que le second serait céleste et lacustre. Chacun possède son sanctuaire, ses attributs et ses domaines d’intervention particuliers.

Il est alors tout à fait juste de considérer qu’il y a plusieurs Zeus. Mais ce dernier peut également être perçu comme une entité divine unique dans la mesure où il apparaît, essentiellement dans des contextes littéraires et iconographiques, comme la figure archétypale grecque. Sur les monnaies de l’époque d’Alexandre le Grand par exemple, Zeus est systématiquement représenté de la même manière, trônant, vêtu à la grecque, tenant un sceptre et un aigle dans les mains, dans toutes les cités du monde grec. Seul un attribut, situé aux pieds du dieu, permet d’identifier la cité d’émission de ces monnaies. Ces dernières font donc référence à une seule image collective, représentant la figure mythologique de Zeus. Ces deux conceptions ne s’opposent donc pas, bien au contraire. La figure jovienne archétypale n’est pas à proprement parler honorée dans les sanctuaires, mais est une référence commune utilisée comme un code et comme le symbole de l’hellénisation de ces cités. Un certain nombre de Zeus de Carie semblent donc être parfaitement locaux, tandis qu’une bonne partie est incontestablement d’origine grecque.

Reainfo : Votre thèse propose une reconstitution de la vie religieuse en Carie, votre zone d’étude. Y a-t-il des particularités dans la pratique religieuse et du fonctionnement des cultes dans cette région ?

Joy Rivault : Malgré des sources lacunaires, cette enquête a en effet permis de souligner des particularités propres à la « religion carienne ». L’intérêt de ce sujet réside notamment dans l’étude des traces d’un héritage ancien et anatolien afin de comprendre l’hybridation et l’évolution des Zeus de Carie. Il m’a toutefois paru essentiel de ne pas consacrer uniquement mon attention sur ces Zeus locaux mais de tous les prendre en compte, quelle que soit leur origine. D’abord parce qu’il est extrêmement complexe de définir ce qu’est une divinité carienne dans cette région qui a été bercée par de nombreuses influences culturelles. Ainsi, au IVe siècle, la dynastie des Hécatomnides n’hésite pas à promouvoir la culture grecque, tout en mettant en avant les traditions locales et en restant les représentants du pouvoir perse. Zeus Labraundos en est un cas exemplaire : le dieu se nomme Zeus et est vêtu à la grecque mais son épiclèse, Labraundos, est bien locale, tout comme son attribut principal, la double hache. Mais c’est aussi la diversité des Zeus dans la région qui me paraît être la clef de la compréhension de la vie religieuse des Cariens. À Stratonicée, l’étude de Zeus Hélios Mégas Sarapis, divinité originaire d’Égypte, est donc tout aussi intéressante que celle du Zeus Panamaros local, puisqu’elle nous permet d’appréhender les phénomènes d’intégration, d’alliances et de changements géopolitiques sur le territoire, constitutifs de l’identité carienne.

Reainfo : Quel rapport entretenaient les cités de Carie avec les sanctuaires de la région ?

Joy Rivault : Comme en Grèce, chaque cité de Carie avait sa divinité tutélaire et des lieux de culte qu’elle administrait. Les deux plus grands sanctuaires de Zeus dans la région nous sont relativement bien connus grâce à l’importante documentation dont nous bénéficions à leur sujet. Il s’agit des sanctuaires extra-urbains de Zeus Labraundos à Labraunda et de Zeus Panamaros et Héra à Panamara. Lieux du politique et du religieux, ils étaient les lieux d’affichage des décrets officiels des cités, qui frappaient également leurs monnaies à l’effigie de ces dieux protecteurs. L’éloignement géographique de ces deux lieux de culte par rapport à la cité ne les réduit pas à un pôle purement religieux.

Le premier était rattaché administrativement à la cité de Mylasa, ancienne capitale de la Carie, où se sont établis au IVe siècle a.C. une dynastie de satrapes locaux, les Hécatomnides, mais il était surtout un centre politique qui accueillait la Confédération des Cariens. Sous les satrapies des fils d’Hécatomnôs, Mausole et Idrieus, l’hellénisation de la région s’accélère, avec notamment l’adoption du Grec comme langue officielle. Pour autant, la langue carienne se maintient, et les satrapes ont toujours affiché une volonté de mettre en valeur la culture locale. Quoi de plus symbolique dès lors que le sanctuaire de Labraunda, porteur de la mémoire carienne et lieu de rassemblement de la communauté ? L’embellissement et le financement de structures à Labraunda furent aussi l’occasion de promouvoir la dynastie hécatomnide, originaire de Mylasa. Mausole mit ainsi en place un programme iconographique élaboré, diffusant l’image de Zeus Labraundos, représentant de la Carie mais aussi de sa famille. Ainsi, le dynaste proposa une politique visionnaire de restructuration du territoire qui entraîna un renouvellement culturel. L’identité carienne connaît donc une mutation au IVe siècle a.C., une symbiose de différentes influences culturelles fortes, grecque, perse mais aussi indigène. Mausole s’impose comme l’architecte de cette transformation d’une identité carienne “créolisée”.

Les liens entre la cité de Stratonicée et le sanctuaire de Panamara sont encore plus marqués car Zeus Panamaros est un dieu au caractère profondément civique. Il était ainsi également honoré au coeur de la vie politique de la cité, dans le bouleutèrion. Des cérémonies religieuses en l’honneur du dieu avaient donc lieu dans le sanctuaire et dans la cité elle-même. La « naissance » du dieu dans les années 30 a.C. illustre le repositionnement politique de Stratonicée qui met en avant son nouveau dieu protecteur et sauveur de la cité à travers une épiphanie guerrière.

Reainfo : L’approche novatrice de votre étude consiste à une démarche pluridisciplinaire, avec l’apport de l’histoire des religions et l’archéologie des cultes. Qu’apporte l’étude des cultes de Zeus dans la compréhension du système religieux carien et dans le fonctionnement du polythéisme grec ?

Joy Rivault : Les perceptions idéologiques et religieuses sont en perpétuelle évolution bien qu’elles s’attachent à maintenir des éléments locaux de référence. Il s’agit bien souvent de réappropriations identitaires qui n’en définissent pas moins l’identité carienne elle-même. Comprendre le système religieux de la Carie permet ainsi de comprendre le fonctionnement de la société carienne dans son ensemble. L’implantation des cultes est révélatrice de l’intégration de communautés étrangères sur le territoire, de parentés ou d’alliances entre cités, mais aussi des changements géopolitiques, directement liés à l’identité carienne.

Bien que des particularismes locaux soient fortement marqués dans la région, ils s’intègrent et évoluent au sein d’un système religieux grec. Les sanctuaires et la cité dont ils dépendent fonctionnent sur le même modèle que la plupart des lieux de culte du monde grec. Un certain nombre de divinités purement helléniques se sont par ailleurs très bien intégrées au paysage religieux carien et les dieux « indigènes » n’en portent pas moins des noms grecs, tel que Zeus, qui s’accompagnent d’une épiclèse locale. Comprendre le fonctionnement du système religieux carien, c’est donc comprendre un des éléments constitutifs du polythéisme grec dans son ensemble.

Reainfo : Quelle perception avaient les Cariens de la religion ? La Carie apparaît-elle comme une terre d’acculturation au sein de la vie religieuse de cette région ?

Joy Rivault : Tout au long de cette étude, j’ai essayé de comprendre quels étaient les rapports qu’entretenaient les Cariens avec leurs dieux, et en particulier avec Zeus. Les Grecs eux-mêmes se sont interrogés sur leur perception du divin comme en témoigne Xénophon : « N’y a-t-il qu’une Aphrodite, ou y en a-t-il deux, une Ourania et une Pandèmos, je l’ignore, car Zeus, qui semble être unique, possède tant de noms ! mais je sais que chacune d’elles a ses propres autels et temples et que dans les sacrifices à Pandèmos règne le relâchement, dans les sacrifices à Ourania, la pureté ». Seule l’étude du contexte d’intervention du dieu permet donc de répondre à une telle question. Les « Zeus cariens », aux noms et aux attributs helléniques, recouvraient-ils des divinités indigènes assimilées et existait-il des particularités locales proprement cariennes ? Le cas des images de statues archaïques, les xoana, représentées sur les monnaies d’époque impériale, montrant des divinités inspirées du modèle éphésien (Artémis Ephésia) est à ce sujet particulièrement intéressant. Il est cependant difficile de distinguer les éléments véritablement anciens et locaux des éléments reconstruits et adoptés tardivement dans le but de revendiquer des origines “cariennes”. Le terme même de carien n’est pas toujours significatif car il ne s’agit pas d’un héritage bien identifié, qui s’opposerait à celui des Grecs, mais d’éléments, parfois hétérogènes, composants une culture partagée par les populations de la région.

Rappelons également que l’essentiel de nos sources sont grecques et issues des périodes hellénistique et romaine. Celles-ci sont donc un filtre à la compréhension des cultes « indigènes » de la Carie. En effet, les éléments qui semblent être les plus anciens, telles que les représentations des xoana ou les mythes étiologiques, sont le produit de reconstructions tardives de l’époque impériale. L’image du dieu a ainsi été remodelée et adaptée en fonction des besoins des cités. À l ‘époque romaine, les nouveaux types iconographiques des dieux ont donc probablement modifié la signification originelle de leur nature et de leur fonction. Il serait donc plus prudent d’en conclure que nous avons affaire, à ces époques, à une adaptation plutôt qu’à une adoption. L’étude des sources littéraires et iconographiques permettent-elles donc de déceler des traces des origines des Zeus de Carie et des cultes qui leurs sont associés ? Si les données archéologiques semblent être plus à même de répondre à ce type d’interrogation, elles renseignent rarement sur l’identité du dieu, en particulier aux époques les plus anciennes. Textes et images sont donc des sources indispensables mais à interpréter avec la plus grande prudence car elles sont révélatrices d’une mentalité à un moment précis : elles ne nous montrent pas les origines du culte d’une divinité mais l’image que les Cariens ont voulu lui donner à un instant t, afin de refléter leur propre identité. Les fonctions et la personnalité de Zeus ainsi que les rites qui lui sont associés semblent donc être liés à des besoins des communautés cariennes, modelés à partir des conditions géographiques et politiques de la région. Toute cette documentation nous permet de conclure que la religion des Cariens a su conserver de nombreux éléments locaux alors même qu’elle a connu une forte hellénisation. C’est cette « hybridation » qui est l’essence même de ce que l’on nomme la « religion carienne ».

Entretien réalisé par Séverine Garat

À lire dans la R.E.A. :

Kizil (A.), Brun (P.), Capdetrey (L.), Descat (R.), Fröhlich (P.) et Konuk (K.) « Pidasa et Asandros : une nouvelle inscription (321/0) », R.E.A. 117-1, 2015, p. 371-409.

Citer cet article comme : Séverine Garat, L’acculturation de la vie religieuse en Carie, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 19/06/2017, http://reainfo.hypotheses.org/9003.

Crédits image : temple de Zeus Lepsynos, Euromos de Carie, IIe siècle p.C. © Koray Konuk.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *