Spartacus : entre le mythe et l’histoire

Teyssier (E.), Spartacus : entre le mythe et l’histoire. – Paris : Perrin, 2017. – 384 p. – (Tempus, ISBN  : 1633.8294 ; 681).  – ISBN : 978.2.262.06971.1.

« Spartacus ! Ce nom claque comme un coup de fouet. » Avec cette « punch line » précise, efficace et juste, en attaque de son ouvrage, Eric Teyssier donne le ton. Cet ouvrage s’inscrit donc dès son introduction dans la lignée de la foule d’œuvres de fiction sur la légende de Spartacus.

Sans rien cacher de la faiblesse des sources à notre disposition qui, dit-il : « en leur total ne doit pas dépasser une trentaine de pages », il va pourtant participer à la diffusion de la légende qu’il veut dénoncer en « inventant » le récit des quelques 340 autres pages… On peut légitimement se demander si on va apprendre des choses sur Spartacus avec ce nouvel opus, et c’est bien là la difficulté que rencontre Eric Teyssier : faire du neuf avec du vu et du revu, du lu et du relu.

La construction de cet ouvrage est assez classique avec un plan linéaire et chronologique en trois parties : les débuts de la révolte (74 pages), le temps des succès (112 pages) et la chute de Spartacus (118 pages). Le ton et le rythme de certaines descriptions sont en revanche très percutants et de facture cinématographique : Eric Teyssier se montre efficace en faisant des choix narratifs très cadencés, comme dans les films ou les séries qu’il prend en référence. En véritable conteur d’histoires, il donne à cette biographie la couleur d’un scénario de film d’action, en particulier dans les descriptions de batailles. On peut le regretter car cela se fait parfois, souvent, au détriment de l’Histoire et de la réalité des rythmes de la guerre antique, mais on peut aussi en reconnaître la qualité de lecture que cela donne à l’ouvrage. Il est facile, agréable à lire et accessible à un large public. Eric Teyssier nous donne donc là sa version de la légende qui entoure Spartacus, sans révolutionner l’Histoire, mais en conférant au personnage une aura encore plus mythique que celle dont il bénéficie déjà.

Dans la première partie, Eric Teyssier décrit la situation politique, militaire et sociale de la République romaine au moment de la révolte de Spartacus. Il dévoile les quelques éléments historiques donnés par les auteurs antiques sur l’évasion. Il tente aussi une description de la gladiature de cette époque avec encore un talent certain de conteur, mais en s’appuyant sur des références historiques ambiguës et très imprécises. L’évasion du ludus de Capoue, décrite par les sources antiques en quelques mots seulement, fait cependant ici l’objet de paragraphes conséquents, sans apporter la preuve d’un Spartacus gladiateur. Il pourrait très bien avoir été condamné à d’autres jeux auxquels les Romains s’adonnaient avec des condamnés. On pourrait s’attendre à mieux d’un « spécialiste » de la gladiature.

Dans la deuxième partie, nous sont contés les premiers temps de cette épopée avec les divers succès de Spartacus ou ses revers à Rome. Une fois encore, ce qui marque c’est avec quel talent et quelle emphase Eric Teyssier nous décrit de façon détaillée des événements pourtant très peu commentés dans les sources antiques. Il arrive très bien aussi à souligner les dissonances des écrits des auteurs antiques, qui encensent Spartacus et le discréditent à la fois. Cependant, son récit tient plus du roman que de l’ouvrage historique, tant les sources sont lacunaires et contradictoires.

La troisième partie met en scène l’arrivée de Crassus et l’apogée de l’ouvrage : les descriptions en miroir des aventures des deux personnages deviennent palpitantes et véritablement cinématographiques. Les faits s’enchaînent à grande vitesse et l’on suit le périple de Spartacus à travers l’Italie, comme s’il se déroulait sous nos yeux sur grand écran. Eric Teyssier réussit à faire oublier les aberrations des textes anciens et la pauvreté des sources en commentant abondamment les faits. Un exemple m’interpelle celui du « fossé » qui a emprisonné Spartacus. Cet épisode est décrit par les sources littéraires en quelques mots seulement et nous n’avons malheureusement pas de preuves archéologiques d’une telle construction. Pourtant Eric Teyssier est très affirmatif sur les dimensions, largeur, profondeur et temps de construction d’un tel ouvrage. Si on prend un peu le temps de la réflexion, on se rend bien compte que ce fossé est totalement invraisemblable. Il est impossible à réaliser dans un temps aussi court, dans une région aussi montagneuse, avec les dimensions évoquées. Alors on peut se poser la question de la raison d’une telle description. Au moins deux raisons à cela : pour les auteurs modernes, provoquer l’adhésion du lecteur par un récit sensationnel et, pour les auteurs antiques, légitimer les actions de la République vis-à-vis des révoltes serviles. La description de ce « rempart » fait partie des éléments vraisemblablement exagérés qui participent à la création de la légende de Spartacus.

En conclusion, cet ouvrage sur Spartacus est à découvrir car il se lit bien et il donnera aux non-spécialistes l’occasion d’aborder l’univers romain et le personnage mythique qu’est Spartacus. Quant aux spécialistes, s’ils ne découvrent rien de nouveau sur le personnage, le livre d’Eric Teyssier leur confirmera combien les sources littéraires qui s’y rapportent sont pauvres et les sources archéologiques inexistantes. Nous devons donc être prudents dans les affirmations qui sont faites ici sur l’histoire de Spartacus. C’est un peu le reproche que je pourrais faire à l’ouvrage : ne pas être suffisamment prudent et rigoureux. La description de faits non avérés ou trop peu par les sources antiques, même si elle est exécutée de façon très rythmée et esthétique, peut induire le lecteur non spécialiste dans l’erreur, lui laissant croire que cette histoire est l’Histoire. Voici donc un ouvrage qui fera une bonne lecture pour l’été à venir en lieu et place d’un roman historique quelconque, mais à ne pas à mettre dans la bibliothèque d’un étudiant ou d’un chercheur voulant approfondir le sujet « Spartacus » !

Brice Lopez

Citer cet article comme : Brice Lopez, Spartacus : entre le mythe et l’histoire, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 24/07/2017, https://reainfo.hypotheses.org/9011.
Crédits image : première de couverture. © Perrin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *