Alex et Ani, tomes 1 et 2

Legendre (N.), Speca (S.), Alex & Ani. Tome 1 : Le secret d’Héraclès. – Aix-en-Provence : Cerises & Coquelicots, 2016. – 48 p. – ISBN : 978.2.914880.17.6.

Legendre (N.), Speca (S.), Alex & Ani. Tome 2 : L’épreuve d’Hadès. – Aix-en-Provence : Cerises & Coquelicots, 2017. – 46 p. – ISBN : 978.2.914880.23.7.

Depuis quelques années, les bandes dessinées sur la mythologie grecque fleurissent de plus en plus dans les rayons de nos librairies[1]. Aussi, plongeons dans l’une d’elles, au scénario aussi étrange que prometteur : suivre les aventures non pas d’Héraclès mais de ses enfants. Ceux que le grand héros a eu avec la déesse de la jeunesse, Hébé, une fois sur l’Olympe : Alexiarès et Anicétus ou pour faire plus court, Alex et Ani. Ils mènent alors une adolescence studieuse parmi les dieux et monstres hybrides du Mont Olympe.

Le premier tome a un départ tonitruant, résumant les exploits du grand héros dans un très beau style graphique. Puis on se laisse difficilement prendre par l’élément perturbateur, peu crédible car minime : par suite d’une simple chamaillerie avec le fils d’Arès, Alex et Ani sont envoyés sur Terre. Zeus leur impose d’accomplir douze nouveaux travaux, aussi difficiles et héroïques que ceux de leur père (pour qui il s’agissait d’une punition après le meurtre de sa famille). Mais très vite va se dessiner une idée beaucoup plus riche : et si Héraclès n’avait pas réalisé ces fameuses tâches ? Ce serait donc à ses deux enfants de les (re)faire ? Comment alors juger de la culpabilité de cette icône mythologique ? À partir de cette idée brillante, les deux tomes de la bande dessinée sont assez inégaux. Si le premier tente de répondre, assez adroitement à cette question, le second opte pour une quête beaucoup plus traditionnelle : à la suite de multiples péripéties, les deux jumeaux doivent sortir des terribles Enfers.

L’inégalité des tomes est regrettable, mais n’enlève rien à la sérieuse connaissance mythologique des auteurs. Ainsi des personnages de second plan comme Hébé ou Pandore sont assez conformes à ce qu’en disent les auteurs antiques et la tradition artistique. L’humour est aussi très présent et à différents degrés. Il peut être visuel avec les représentations assez décapantes de Sisyphe ou Héphaïstos, mais aussi par le jeu des astérisques comme celle sur les « vœux d’austérité du peuple grec ». Ces dernières se veulent aussi didactiques et donnent des informations salutaires aux lecteurs. Dans le même temps, certains choix visuels et scénaristiques nous paraissent étranges : Pourquoi par Zeus, faire un lion de Némée tout… bleu ? Et que fait sur l’Olympe, Nessus, centaure tué par Héraclès[2], comme conseiller de Zeus et du fils d’Arès ? De plus, certains stéréotypes ont parfois la vie dure, et c’est bien dommage. Ainsi en est-il du dieu Hadès, méchant officiel des péplums mythologiques depuis le dessin animé Hercule de Disney. Il est donc représenté avec une tête mort, forcément méchant, et toujours à tenter de renverser son frère Zeus.

Le dessin quant à lui est plutôt plaisant et très coloré, avec des univers très bien rendus : le royaume des dieux, la campagne du Péloponnèse, le domaine des Danaïdes… Cela est supplanté de temps en temps par les textes, parfois trop longs et compliquant inutilement l’intrigue, notamment dans le second tome.

Ainsi, il semble qu’Éole souffle plusieurs vents contraires sur cette bande dessinée. L’univers est très plaisant et de nombreuses bonnes idées didactiques et références contemporaines émaillent les pages, rendant ainsi la mythologie accessible aux enfants comme aux parents autour de ce même médium. Cependant, après un premier tome prometteur, les pistes les plus intéressantes sont abandonnées pour tomber dans une histoire assez banale et inutilement complexe. Attendons alors le troisième tome, en espérant que les deux jumeaux vivent des aventures à la hauteur de leurs (de nos) espérances.

Cyrille Ballaguy

Doctorant en muséologie, Université Lille 3

[1] Claude Aziza, Guide de l’antiquité imaginaire: roman, cinéma, bande dessinée, 2eme édition, Paris, Belles lettres, 2016, 299 p., p. 177.

[2] Apollodore, Bibliothèque, II, 7, 6.

À lire dans la R.E.A. :

Pouilloux (J.), « L’Héraclès thasien »R.E.A. 76-3/4, 1974, p. 305-318.

 

Citer cet article comme : Cyrille Ballaguy, Alex et Ani, tomes 1 et 2, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 09/10/2017, http://reainfo.hypotheses.org/9379.

Crédits image : première de couverture du tome 2. © Cerises & Coquelicots.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *