Ce que nous devons au latin

Bertrand (O.), Ce que nous devons au latin. – Paris : Éditions Garnier, 2017. – 96 p. – (Les Petits Guides de la langue française Le Monde ; 6). – ISBN : 978.2.35184.174.7.

À notre époque où le français est si souvent malmené par nombre de ceux qui l’utilisent, les éditions Garnier, en partenariat avec le journal Le Monde, ont eu la riche idée de publier une série, à prix très doux, intitulée Les petits guides de la langue française, parrainée (avec « enthousiasme », déclare-t-il en dernière de couverture, car « chaque langue est un regard, chaque langue est une pensée.  La langue, c’est la VIE ») par l’académicien Érik Orsenna. On y trouve entre autres fascicules Les difficultés de l’orthographe, La ponctuation, Petit précis de conjugaison, etc. et, en n°6, Ce que nous devons au latin d’Olivier Bertrand.

Ce titre pourrait effrayer un lecteur s’imaginant qu’il va s’agir d’un traité de linguistique et de recherche pointue, plus ou moins incompréhensible pour le profane, et le faire fuir. Pas de panique ! Car dès la première page on s’aperçoit qu’on a affaire à un ouvrage alerte et distrayant, s’adressant à un public de tout âge et de tout niveau, une sorte de « Latinité du français pour les nuls », accessible aussi bien à ceux qui « ont fait du latin » qu’à ceux qui l’ignorent complètement. D’une façon claire et compréhensible, en évitant tout jargon, l’auteur commence par inculquer les données de base : un peu d’histoire événementielle, un peu d’histoire linguistique, quelques règles phonétiques énoncées simplement, etc. Juste ce qu’il faut, sans plus ! Muni de ces outils essentiels, de repères terminologiques et du glossaire final, le lecteur le suit facilement « du latin parlé au protoroman, puis au français », s’intéresse aux « transmissions savantes », au latin chrétien, au latin médiéval et à ce qu’ils ont légué au parler d’aujourd’hui. On se rend compte de ce que l’on doit à chaque siècle et aux différents milieux. « L’histoire de la latinophonie à elle seule mériterait un ouvrage » s’exclame O. Bertrand (p. 13). Un tel ouvrage existe : J. Leonhardt, La grande histoire du latin, Paris 2015 (trad. française de B. Vacher). D’entrée de jeu, après avoir évoqué en quelques lignes la morphologie et la syntaxe, O. Bertrand a indiqué (p. 12) que son cœur de cible serait le lexique ; c’est pourquoi il consacre l’avant-dernier chapitre aux principaux préfixes et suffixes latins qui servent aujourd’hui encore à construire des mots. Il termine par une quinzaine de pages sur l’origine et le sens des « expressions figées d’origine latine ».

Ce volume est d’autant plus facile d’accès qu’abondent schémas, cartes, tableaux, listes, présentations en colonnes pour faciliter les comparaisons. Il est d’autant plus attrayant que l’auteur, forcé d’opérer une sélection puisqu’il ne disposait que de peu d’espace, a choisi bien souvent des exemples cocasses ou curieux, en tout cas qui peuvent surprendre ou frapper, telle l’odyssée de la pintade passée par le Portugal. Il établit une connivence avec son lecteur en allant même jusqu’à employer la deuxième personne à certains moments (p. 43 : « eh bien oui, vous avez bien lu : le mot lavabo vient du latin chrétien. […] Pensez-y en vous lavant ! »).

Un spécialiste grincheux pourrait regretter des raccourcis ou des simplifications qui ne permettent pas de suivre les méandres des évolutions et les interactions à l’œuvre (par exemple, p. 46, pour « salut », l’auteur n’indique pas que jusqu’au XIIIe siècle, on trouve une forme féminine « salu ») ; mais c’est le prix à payer pour que ce fascicule soit lisible par les non-initiés, et la petite bibliographie terminale fournit les moyens d’approfondir. Il faut même admirer O. Bertrand, professeur de linguistique historique et de lexicographie médiévale à l’université de Cergy-Pontoise, dont la valeur universitaire a été reconnue par de nombreuses distinctions, d’avoir su ainsi se mettre à la portée du commun des mortels ! Parfois, cependant, emporté par son élan, il fait trop bonne mesure, comme lorsqu’il place entre deux formules latines, in pectore et in situ (p. 69), et sur le même plan qu’elles, in petto qui est de l’italien. Toujours à la rubrique des regrets : puisqu’il signale p. 77 que quo vadis ? « fut sans doute dit en araméen et non en latin », il aurait pu faire de même pour Tu quoque mi fili, cette apostrophe ayant été selon Suétone, Divus Iulius, 82, 3, adressée par le dictateur à Brutus en grec : kai su teknon. (Ce « faux » a été toutefois largement utilisé pour faire retenir à des générations d’élèves deux vocatifs irréguliers d’un coup !). Quelques étourderies seront facilement corrigées par le lecteur, comme p. 55 « inverti » en tant qu’exemple de mot formé avec le préfixe latin intro- (c’est, bien entendu, « introverti » qu’on attend).

La synthèse finale montre que ce que nous devons au latin, c’est environ 87 % de notre vocabulaire et grosso modo la structure de notre langue issue de l’évolution de la morphologie et de la syntaxe latines. Or, comme le rappelle la déclaration d’É. Orsenna, c’est la langue qui nous permet d’exprimer nos idées et notre façon de penser suit ses structures ; elle influence notre forme d’esprit et conditionne nos modes de raisonnement. Ce que nous devons au latin, nous francophones, c’est donc une grande partie de nous-mêmes. Ainsi, si modeste soit-il, ce livre nous fait « réfléchir » à tous les sens du terme : il nous amène à nous regarder au miroir de la latinité et nous « voir dans la glace », et il nous conduit à méditer sur ce que nous sommes.

Cet opuscule intéressera petits et grands, — et même les passionnera ! —, car il s’apparente à une véritable chasse aux trésors avec traque des indices parfois difficiles à déceler et parcours de pistes quelquefois bien sinueuses. On pourra l’offrir à des jeunes — d’autant plus qu’il est joliment agrémenté de belles reproductions en couleur de manuscrits ou de tableaux, et de deux dessins humoristiques — ; il leur donnera l’envie de découvrir davantage le latin et les origines du vocabulaire dont ils auront eu des échantillons par ces lignes, et peut-être suscitera-t-il des vocations de linguistes. Il plaira également aux adultes : aux plus curieux, il fournira des explications ; aux plus mondains, il permettra de briller en société. Prosit, (« grand bien vous fasse »), comme on dit en Alsace d’un bon vin !

Lucienne Deschamps

Professeure émérite en Langue et littératures latines, Université Bordeaux Montaigne

À lire dans la R.E.A. :

Deschamps (L.), « Starting To Teach Latin »R.E.A. en ligne.

Citer cet article comme : Lucienne Deschamps, Ce que nous devons au latin, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 26/06/2017, http://reainfo.hypotheses.org/9404.

Crédits image : première de couverture . © Éditions Garnier, Le Monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *