Politique et religion(s) dans l’espace urbain

Dans le cadre de la formation scientifique offerte par l’École doctorale Montaigne Humanités, une journée d’étude a été organisée mercredi 29 mars 2017 à l’Université Bordeaux Montaigne sur le thème « Politique et religion(s) dans l’espace urbain de l’Antiquité à nos jours ». L’objectif des deux organisatrices, Julie Bernini[1] et Marine Garcia[2], doctorantes respectivement en histoire grecque et en archéologie grecque, était d’inviter plusieurs spécialistes à discuter de leur manière d’appréhender l’espace urbain et la place que politique et religion(s) y tiennent. Le présent texte rend compte des interventions de la matinée, consacrée à l’Antiquité.

La première communication traite d’une nouvelle approche des cultes domestiques aux époques classique et hellénistique (Marine Garcia). En effet, les études existantes sur le sujet se fondent presque exclusivement sur les sources textuelles – et dans une moindre mesure, les sources iconographiques – négligeant complètement les données archéologiques et créant un déséquilibre préjudiciable pour la compréhension globale des phénomènes religieux à l’œuvre dans la maison grecque. L’objectif était donc de présenter les principales réflexions méthodologiques nécessaires au développement d’une étude archéologique sur les cultes domestiques grecs. D’abord, un premier travail de définition s’impose pour dépasser la confusion engendrée par l’emploi – successif ou simultané – de religion « populaire », « privée », « familiale », « individuelle », « personnelle », etc. Il a été proposé de définir les cultes domestiques comme les cultes pratiqués dans la maison ou dans ses alentours immédiats – près des portes en particulier – et qui ont pour objet la protection de l’espace domestique, de ses habitants et des biens qu’il contient. Cette définition inclut donc les gestes cultuels quotidiens et ceux relatifs aux rites de passage mais exclut les pratiques émanant de fêtes civiques en l’honneur de souverains hellénistiques, par exemple. Sur le plan archéologique, il est possible d’identifier et de localiser – en fonction de la précision des publications – des marqueurs susceptibles d’indiquer une activité cultuelle : autels, foyers, thymiatéria, loutéria, vases en céramique et métalliques, piliers hermaïques, écofacts, etc. Les dépôts rituels ne sont pas oubliés. Analysés ensembles, ils permettent de rassembler un faisceau d’indices concordants et de mener des réflexions chrono-typologiques, des réflexions sur la répartition spatiale des vestiges et, avec l’aide de toutes les sources, sur leur fonction et les circonstances de leur utilisation. Les résultats préliminaires conduisent ainsi à nuancer plusieurs points d’une vision trop systématique que l’archéologie ne corrobore pas.

La deuxième communication (Julie Bernini), intitulée « De centre politique à centre religieux, évolution de la fonction primaire du bouleutèrion des cités grecques à l’époque hellénistique » a eu pour objet les premiers résultats d’une recherche sur les lieux du politique dans les cités d’Ionie et de Carie à l’époque hellénistique. Après avoir établi qu’au début de l’époque hellénistique, la fonction primaire du bouleutèrion était d’accueillir les délibérations, l’évolution de la forme architecturale de ce bâtiment a été mise en évidence. Alors que le bâtiment était auparavant seulement constitué d’une salle de réunion, plusieurs cités se dotent de bouleutèria à cour et/ou à portiques aux alentours du IIe siècle av. J.-C. Les cas de Milet et Héraclée du Latmos ont été plus particulièrement présentés. Les sources épigraphiques apportent des éléments d’explication à cette évolution. C’est en effet aussi l’époque au cours de laquelle les bouleutèria accueillent de nouvelles activités religieuses (banquets, cultes, rites etc.). Le cas du bouleutèrion de Stratonicée en Carie, d’époque impériale, a offert un bon exemple de la mutation de ce type de bâtiment : la salle de réunion domine une vaste cour bordée de portiques dans laquelle se trouvent autel, naos et statues de culte et où se déroulent sacrifices et processions divers. Le bouleutèrion n’est donc plus seulement un centre politique, mais aussi un centre religieux majeur. L’ultime question posée était celle d’expliquer cet intérêt pour le bouleutèrion. Pourquoi est-ce ce bâtiment qui a fait l’objet de ces mutations, et non un autre, comme le prytanée ? Les recherches sur l’idéologie civique et son évolution à la basse époque hellénistique montre que le principal usager de ce bâtiment, le Conseil de la cité, a pris une place prépondérante dans la représentation que les cités donnaient de leur démocratie et s’est transformé en un corps bénéficiant de libéralité et de privilèges. La synchronie de ces évolutions, celle de la nature du Conseil, de la forme du bouleutèrion et des activités qu’on y menait, a été soulignée. Mais, s’il est donc tentant de lier toutes ces éléments autour du bouleutèrion et du Conseil à la basse époque hellénistique, la seule certitude sur laquelle il est possible de conclure est la force des mutations à l’œuvre au IIe siècle av. J.-C., mutations qui créent sans aucun doute un monde différent de celui de la haute époque hellénistique.

À partir d’une étude de synthèse sur la portraiture des notables locaux dans l’espace public des cités grecques d’Asie Mineure occidentale, la troisième présentation de la matinée (Martin Szewczyk [3]) souhaitait analyser tour à tour différentes dimensions de cette pratique de célébration monumentale afin de répondre à la question suivante : le portrait est-il, à cette époque, un lieu du politique ?

La première dimension abordée le fut grâce à un survol rapide des tendances institutionnelles de cette portraiture. On peut ainsi constater, grâce à une étude approfondie des monuments eux-mêmes, une perte d’importance de la statue d’initiative privée, élevée par un citoyen ou par plusieurs en l’honneur d’un notable, au profit de la statue honorifique publique décernée par la collectivité. À titre provisoire, on peut donc estimer que l’on passe progressivement, dans l’espace public des cités, d’un espace de compétition à un espace monopolisé par une classe sociale. Il faut bien entendu nuancer cette vision : la compétition entre notables est toujours une réalité de premier plan dans la cité grecque d’époque impériale, et les statues honorifiques sont elles aussi l’objet, parfois, d’une confrontation. En second lieu, on se pencha sur les textes portés sur les piédestaux et plus particulièrement sur les caractères de l’éloge. On a remarqué d’abord la prégnance de l’éloge des dispositions en tant qu’inclinaison permanente à un certain style d’action : l’expression adverbiale, qui est fréquente, en témoigne bien. Ces dispositions (on loue le dévouement, le zèle, l’empressement, la libéralité, l’intégrité et non la richesse, la force, l’intelligence, c’est-à-dire que l’on estime plutôt les dispositions à agir que les potentialités) composent une arétè politikè, une vertu civique. Articulé à cet éloge moral, le second aspect important du répertoire encomiastique statuaire est le poids qu’acquière progressivement le thème de l’eugénéia, de la noblesse. La possession des qualités légitimes est considérée comme indépendante de ces véritables processus d’acquisition : en articulant cette tendance avec la prépondérance des honneurs publics, on a tenté d’expliquer les usages du portrait honorifique à l’aide du concept sociologique de rite d’institution. On se dirige ensuite vers la troisième dimension considérée : l’iconographie. Malgré les difficultés de cette étude, on peut dégager des caractères bien marqués de l’iconographie des notables locaux à l’époque impériale. En tâchant de décortiquer le motif le plus répandu, on peut mettre en évidence, grâce à sa longue histoire, sa connivence avec un certain style de relations sociales et, partant, on peut comprendre cette manière de se comporter comme l’image d’une incorporation d’une forme politique, d’une certaine pratique politique. C’est maintenant le corps qui se fait le lieu de la politique, au sens de l’incorporation d’une manière de se comporter dans la cité. La portraiture des notables se fait lieu du politique selon des modalités distinctes. Lieu d’une sociodicée qui emprunte ses voies à la tradition des honneurs publics, avec tous les profits d’universalisation que cela implique, le portrait présente néanmoins le notable comme citoyen actif, respectueux de la forme politique. Si l’on ne peut le comprendre en dehors de la politique comme culture civique, le portrait peut aussi nous apparaître comme une expression monopolistique de la domination et comme un des véhicules de sa reproduction sociale.

Julie Bernini, Marine Garcia et Martin Szewczyk

[1] Thèse en cours « Les lieux du politique dans les cités d’Ionie et de Carie à l’époque hellénistique », sous la direction de Pierre Fröhlich et de Jean-Charles Moretti.

[2] Thèse en cours « Recherches sur les cultes domestiques dans les cités grecques à l’époque classique et hellénistique », sous la direction de Jacques des Courtils et de Sandrine Huber.

[3] Thèse en cours « Portraits de notables dans l’espace public des cités d’Asie Mineure occidentale, aux époques hellénistique et romaine (IIIe siècle av. J.-C. – IIIe siècle apr. J.-C. » sous la direction de François Queyrel.

À lire dans la R.E.A. :

Chapouthier (F.), « La Maison grecque à Olynthe »R.E.A. 51-3, 1953, p. 318-323.

Citer cet article comme : Julie Bernini, Marine Garcia et Martin Szewczyk, Politique et religion(s) dans l’espace urbain, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 15/05/2017, https://reainfo.hypotheses.org/9481.

Crédits image : restitution de la ville d’Héraclée du Latmos au IIe s. av. J.-C., par F. Krischen en 1922.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *