Conte-moi Pompéi

Barbet (A.), Conte-moi Pompéi. – Bordeaux : Ausonius, 2013. – 110 p. : fig. – (Ausonius junior, ISSN : 1778.3062). – ISBN : 978.2.35613.094.5.

Présentation de l’ouvrage

« Conte moi Pompéi » est un ouvrage pour enfant, dont le contenu est dense, tant dans la quantité de texte que par les documents proposés.  Peu de petits dessins colorés et accrocheurs pour attirer les enfants mais des photos presque exclusivement et quelques dessins de reconstitution. Ainsi, l’enfant lecteur est pris au sérieux : on lui donne matière à réfléchir, à découvrir, à entrer dans la démarche historique en lui fournissant les sources. La variété et la qualité des photographies proposées me semblent le principal atout de cet ouvrage. Il satisfera également les adultes curieux ou en visite à Pompéi, à la recherche d’une lecture plaisante et facilement accessible. La lecture intégrale de l’ouvrage demande environ une heure et demie à un lecteur adulte.

Après une préface et un chapitre d’introduction, différentes thématiques sont visitées à raison d’une par jour de la semaine : mardi la nourriture, mercredi la mode et la publicité, jeudi le sport et les spectacles, vendredi l’école, samedi jeux et métiers, dimanche dieux et héros. En parallèle des documents, l’ouvrage se présente sous la forme d’un dialogue entre l’auteur et ses petits-enfants. Et l’auteur n’est autre qu’Alix Barbet, archéologue spécialiste de Pompéi et des peintures murales. Elle s’implique à part entière en tant que personnage dans son ouvrage : elle répond aux questions de ses petits-enfants mais elle raconte aussi brièvement avec émotion ses souvenirs d’étudiante qui découvre Pompéi. On peut voir une petite photographie d’Alix Barbet allongée sur un lit de banquet à Herculanum dans le chapitre sur la nourriture. On met ainsi un visage sur l’auteure, alors que cela reste souvent pour des enfants une personne abstraite. L’auteure est en « tenue d’archéologue », ce qui donne encore une crédibilité supplémentaire au propos.

J’ai proposé une séquence sur Pompéi à une classe de CE1-CE2 à partir de cet ouvrage. Les enfants y ont été très sensibles, ils ont eu conscience qu’une vraie spécialiste s’adressait à eux.

Utilisation en classe de CE1-CE2

La séquence était axée sur le domaine intitulé dans les programmes « Questionner le monde », qui a pour objectif de commencer à étudier « quelques évènements, personnages et modes de vie caractéristiques des principales périodes de l’histoire du monde occidental » tout en développant la capacité à raisonner.

Constatant la quantité de textes et d’éléments à expliquer à de jeunes enfants, des choix s’imposent. Trois séances de trois quarts d’heure, réparties sur trois semaines, étaient dédiées à la séquence, ce qui constitue un projet conséquent. Seulement quelques passages ont été retenus, pour des questions de temps : la préface et le premier chapitre pour comprendre le contexte général puis une exploitation partielle des chapitres sur la nourriture et sur les sports. Ces choix ont été guidés par les centres d’intérêt de l’enseignante mais aussi par la quantité et la variété des supports proposés dans ces chapitres.

L’ouvrage est conseillé à partir de 6 ans. Cependant, pour un lecteur ordinaire, jusqu’à neuf ans environ, la médiation d’un adulte semble indispensable. L’exploitation en classe a été menée avec des élèves de 7 à 9 ans, qui pour certains sont à peine lecteurs. Le projet était ambitieux, d’autant que le vocabulaire utilisé est complexe, même s’il est repris dans un lexique à chaque page. Cette séquence est prise comme un pari et le projet est exposé aux élèves en même temps que les doutes de l’enseignante : « J’ai un livre intéressant à proposer sur l’Antiquité mais j’estime qu’il est un peu compliqué pour des CE1-CE2, que ça aurait été plus adapté pour des CM ». Piqués au vif de manière non intentionnelle, les voilà plus motivés que jamais ! Les élèves se voient proposer « un truc de grands », un livre sérieux.

Dès la première séance, les enfants sont passionnés : le volcan, l’éruption, la ville ensevelie et sa découverte captivent l’auditoire. Il faut bien avouer que ces thématiques ont un fort pouvoir de fascination.

Les séances se sont déroulées ainsi : alternance entre analyse des documents projetés au tableau et lecture par le maître. Il est important de bien préparer à l’avance l’articulation entre le récit sous forme de questions-réponses et le commentaire des documents car le lien n’est pas toujours évident.

Pour chaque document proposé, les élèves travaillent dans un premier temps par binôme à l’oral. Ils échangent d’après le schéma suivant :

1- Qu’est-ce que c’est ?

2- Qu’est-ce qu’on voit ?

3- Qu’est-ce que ça nous apprend (sur la vie dans l’Antiquité) ?

Ce temps de questions est limité à deux ou trois minutes mais permet de mettre tout le monde en action, en observation et en réflexion. Les élèves les plus en difficultés sont actifs aussi, parce qu’ils peuvent tous au moins décrire. Ils peuvent ensuite s’appuyer sur ce qui a été dit par leur camarade pour retransmettre lors de la mise en commun. Cette démarche semble intéressante car elle place les élèves dans la posture de l’archéologue qui fait une découverte, se demande ce que c’est et décrit avant de l’inclure dans une réflexion générale.

À la fin de la séance est fabriquée collectivement la trace écrite, qui sera collée dans le cahier (quel document on choisit, quel commentaire on écrit). Avec des plus grands, une plus grande place pourrait être laissée à la lecture comme à l’écrit, pour le commentaire des documents. Avec les CE, la lecture par le (la) professeur(e) des écoles puis la dictée à l’adulte semblent plus adaptées.

En fin de séquence, une évaluation a permis de voir les acquis de chacun. Elle était composée de sept images tirées du livre, à commenter, sous une forme très libre. Les élèves qui ne maîtrisent pas suffisamment l’écrit ont pu dicter leur commentaire.

Le bilan de la séquence est très positif, qui peut être mesuré tout d’abord par l’enthousiasme des élèves. Quelques signes ne trompent pas. Par exemple, un exemplaire du livre a été acheté pour la bibliothèque. Le parti a été de l’exposer soigneusement en présentoir en milieu de séquence. Les élèves s’y rendent avec une collègue et se précipitent sur l’ouvrage. De même, des parents d’élèves ont rapporté l’intérêt de leurs enfants. Ils parlent de Pompéi à la maison (et pas forcément dans les familles dans lesquelles on peut s’y attendre).

De manière générale, l’impact de la séance peut être mesuré à la qualité de l’attention, de concentration, de participation de l’ensemble des élèves. Ensuite, certaines réflexions ont marqué par leur pertinence, leur regard critique. Dans le dialogue entre l’auteure et ses petits-enfants, ces derniers demandent parfois « Comment tu le sais ? ». Alix Barbet fait souvent référence aux sources pour appuyer son propos « Nous avons des témoignages écrits… » (p 57), « Nous savons par un cuisinier qui a laissé un livre de recettes… » (p 40), « On le sait parce qu’on a retrouvé… » (p 59). Le fait de renvoyer les élèves aux sources les conduit à prendre l’habitude de se demander comment on apprend les choses. Certains ont pu exprimer un questionnement par rapport à des éléments moins matériels, décrits dans le livre. À un moment, une élève s’est écriée à son tour « mais comment on peut savoir ça ? On n’a rien pu retrouver ! », exactement comme le font dans l’ouvrage les petits-enfants mis en scène. L’occasion a été toute trouvée pour rappeler l’importance des sources écrites. Même si elles sont bien présentes dans l’ouvrage – les élèves ont été marqués dès l’introduction par l’histoire de Pline -, comme il n’y a pas de photographie de ces sources, les élèves ont moins bien intégré leur existence et leur apport. On pourrait donc compléter la séquence par la lecture de textes anciens ou par des photographies de documents épigraphiques.

Pour conclure, malgré quelques doutes a priori sur l’utilisation pour une classe de CE1-CE2, les élèves se sont révélés passionnés, curieux, observateurs et pour certains déjà dans la réflexion critique. Des contenus exigeants peuvent être proposés à de jeunes élèves. Petite remarque de mes élèves, je leur ai promis de transmettre : ils ont adoré le petit jeu de lecture du nom écrit en miroir sur la canalisation. Ils auraient apprécié d’autres activités de ce style.

Mariel Pucel

À lire dans la R.E.A. :

Andreau (J.), « Pompéi : mais où sont les vétérans de Sylla »R.E.A. 82-3, 1980, p. 183-199.

Citer cet article comme : Marielle Pucel, Conte-moi Pompéi, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 14/09/2017, http://reainfo.hypotheses.org/9575.
Crédits image : première de couverture. © Ausonius éditions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *