Une étrange rencontre. Juifs, Grecs et Romains

Cohen (N.), Une étrange rencontre. Juifs, Grecs et Romains. – Paris : Les éditions du Cerf, 2017. – 174 p. – ISBN : 978.2.204.11418.9.

L’idée était séduisante : partir de l’itinéraire personnel d’une jeune Juive d’une famille de « rapatriés » (comme on disait alors) d’Afrique du Nord pour aborder l’Antiquité sous l’angle du regard qu’ont porté Grecs et Romains sur les Juifs et le judaïsme. Certes, d’autres Juifs, qui, eux, vécurent en Algérie, en Tunisie ou – plus rarement – au Maroc, se sont intéressés aux rapports – complexes – qu’entretinrent les civilisations antiques avec un peuple aux coutumes si étranges. Certains même ont consacré leur étude aux deux écrivains juifs de langue grecque, Philon et Flavius-Josèphe.

Mais NC aborde avec une fraîcheur nouvelle et une ingénuité parfois désarmante un sujet à la fois lointain et proche, qui non seulement renvoie au judaïsme antique mais encore a des retombées contemporaines : l’État d’Israël ne se réclame-t-il pas – et à juste titre – de son passé antique ? Au fond, comme le dit fort bien NC (p. 15-16), qui a fait des études de lettres classiques : « Faire des langues anciennes, c’était se dispenser d’aborder le contemporain… ».

Mais le désir de secouer la pesanteur de l’érudition a amené chez l’auteur – au-delà de fautes, dont on s’étonne qu’elles n’aient pas été corrigées (p. 15, il faut lire le SNES et non le SNESS ; p. 17 et p. 101, le Colisée et non le Colysée ; p. 77, chez mon frère et non à chez mon frère ; p. 85, à vau-l’eau et non a volo), au-delà donc de ces fautes factuelles, on trouve de curieuses expressions. Que signifie, p. 17, « des légions romaines déjà bigarrées » ? Que ces légions employaient dans leurs rangs des populations diverses ? Mais pourquoi « déjà » ? L’expression : «  Les Romains (p. 69) qui commencent à traîner dans la région. » me semble mal s’accorder avec les habitudes romaines. Traiter, p. 86, Caligula de « fou qui rigole » est-il bien juste ? D’autant plus que le récit que fait – d’après l’ambassade de Philon à Rome – NC termine par une erreur : si Caligula renonce à son projet de 38, à savoir placer sa statue (et non « de superbes statues ») dans le temple de Jérusalem, ce n’est pas parce que les Juifs le font rire mais bien parce qu’il meurt en 41[1].

Et c’est là on l’on voit que le désir – séduisant – de NC de parler légèrement de choses graves, sans donner les références qui justifient ses dires, l’amène à des approximations, voire à des erreurs et elles sont nombreuses. Certes, des Grecs comme Théophraste et Cléarque de Soli considèrent les Juifs comme « une race de philosophes » qui descendent des « philosophes de l’Inde », mais de là à les « rattacher au tronc commun de la sagesse orientale » (p. 20)… Certes, les Juifs exercent tous les métiers, comme il est dit p. 29, sauf un : banquier, qui doit être retiré de la liste car il n’y pas a un seul exemple dans les textes d’un Juif banquier ! Quel paradoxe… Pourquoi ne pas dire dès la p. 30 que Tiberius Julius Alexander est le neveu de Philon et que, Juif apostat, il commande aux côtés de Titus, après avoir été préfet de Judée de 46 à 48, puis d’Égypte en 69 ? S’il est judicieux de rappeler, surtout aujourd’hui, en pp. 60-61, que c’est Hadrien qui revient, en 135, à l’ancien nom – à l’origine géographique – de Palestine, la comparaison entre Astérix – ce petit Gaulois de papier – et Bar Cochba, dont le nom « fils de l’étoile » fut parfois transformé en « fils du mensonge », est-elle bien pertinente ? Dire (p. 96) de Josèphe qu’il est « devenu je ne sais quoi pour le compte de l’ennemi, assiégeant Jérusalem et suppliant son peuple de se rendre. » est à la fois la preuve d’une mauvaise lecture de Vidal-Naquet, pourtant cité p. 94 et de l’ignorance du fait que Josèphe a ses parents bloqués dans Jérusalem dont les habitants meurent de faim. De même, p. 84 (voir aussi p. 128) dire qu’« après l’intervention de Pompée en 63 av. J.-C. le titre de roi n’est plus donné aux dirigeants de la Judée » est une erreur : Hérode a été nommé roi, en 40 av. J.-C., par le Sénat romain, Agrippa le sera par Claude de 41 à 44 de notre ère. Et ce ne sera pas un « roitelet », ainsi qu’il est dit p. 128. Quant à parler, p. 98, de deux trahisons de Josèphe, c’est une mauvaise lecture des textes pour la seconde. Si Josèphe nous a été conservé, c’est certes grâce aux Pères de l’Église. Mais ce n’est pas pour « nourrir l’idée que Dieu nous a abandonnés », mais parce qu’on trouvait chez lui la seule mention historique du caractère messianique de Jésus. En fait, on sait maintenant qu’il s’agit d’un texte interpolé et que là où on lisait « C’était le Messie », il faut lire : « On disait que c’était le Messie ».

Par ailleurs, on ne sait pas si la cause de la seconde grande révolte juive sous Hadrien fut l’interdiction de la circoncision ou, au contraire, sa conséquence. Il faudrait donc nuancer les affirmations de la page 111. On cherchera, dans ce même conflit, l’affirmation de la page 112 : « Et toujours cette image des flots de sang que l’on retrouve chez Dion Cassius (69, 13-14). » Dion Cassius (en fait l’Épitomé de Xiphilin) dans les paragraphes cités, n’a nulle part employé cette image. Il déclare simplement que « la Judée tout entière, ou peu s’en faut, devint un désert. ». Quant à l’affirmation, dont on aimerait bien que soit citée la source, que « dorénavant l’appartenance à ce peuple (i.e. les Juifs) se transmettra par la mère » (p. 112), est-on certain qu’elle soit la conséquence du conflit ? C’est un raccourci inexact que d’affirmer, p. 131, que pour maîtriser la révolte des Juifs de Cyrène, sans doute en 116-117, Trajan avait envoyé « son général spécial Blitzkrieg : Marcus Turbo, comme son nom l’indique, qui détruit, massacre et confisque les terres des Juifs ». J’imagine que l’anachronique « Blitzkrieg » a un rapport avec le mot « Turbo » comme s’il s’agissait d’une voiture de sport. En fait Quintus Marcius (et non Marcus) Turbo « soumet » (c’est le terme de Dion Cassius, qui raconte l’histoire[2] les Juifs, avec d’autres généraux, dont nous ne connaissons pas les noms. A l’exception d’un seul, Lusius Quietus, un prince maure, dont la conduite fut si barbare que la « Guerre de Quietus » est restée célèbre dans la tradition rabbinique. C’est lui qu’il aurait fallu citer en priorité. La rébellion de ce même Quietus contre Rome fut écrasée par ce même Marcius Turbo.

D’autres affirmations sont tout aussi sujettes à caution. Ainsi, dire, p. 136, que « le repos chabbatique (on dit : sabbatique) est suffisamment connu des Romains pour être considéré comme propice à la drague ! » est une mauvaise lecture des textes. La citation d’Ovide donnée p. 136 et 137, sans indiquer qu’il s’agit de la traduction de Théodore Reinach, ne parle pas de repos mais des cérémonies du sabbat. Il s’agit du sermon qui se faisait en latin, devant les synagogues, à la sortie de l’office du samedi. La citation de Tibulle, donnée p. 137 et qui reprend, là encore, sans l’indiquer, la traduction de Reinach, n’a rien à voir avec « la drague ». Le sabbat est nommé le Jour de Saturne parce que l’absence de plats chauds ce jour-là renvoie au dieu « froid » qu’est Saturne. Quant à l’affirmation, toujours p. 137, que les Romains nomment le sabbat « le jour de Jupiter Sabazius », elle provient de Valère Maxime, lequel ne dit pas cela du tout. Il ne parle pas de sabbat et déclare simplement[3] que les Juifs avaient tenté de corrompre les Romains par le culte de Jupiter Sabazius. Lequel Sabazius est d’ailleurs un dieu phrygien, assimilé plutôt à Bacchus.

Je suis tout à fait d’accord avec NC lorsqu’elle condamne la traduction par Reinach du « sordidus » de Tacite[4] pour qualifier, associé à « absurdus », la « Iudaeorum mos ». Reinach traduit « sordidus » par « morose ». Il vaudrait mieux le traduire, comme le fait NC, par « sale », ou, mieux encore, à cause du contexte, par « méprisable ». Quant à savoir pourquoi Reinach emploie le mot « morose », ce n’est pas, comme le dit NC, pour laver « le grand Tacite » d’une accusation d’antijudaïsme qui « donnerait du grain à moudre aux antidreyfusards » (p. 144) ! Car tout au long des textes de Tacite cités par Reinach le mépris des Juifs et du judaïsme éclate à chaque ligne ! Aucune preuve de cela. Certes Théodore Reinach, tout comme ses deux frères, Salomon et Joseph, est un militant de la cause juive et un défenseur de Dreyfus, certes La France juive de Drumont a paru neuf ans, en 1886, avant le recueil de textes de Reinach qui date de 1895, mais l’erreur de Reinach est plus à chercher dans les textes latins qui parlent de la tristesse et de la morosité des fêtes juives et dans une lecture un peu trop rapide du texte de Tacite, que dans une volontaire censure. Du moins, me semble-t-il.

La conclusion du livre déborde sur les débuts du christianisme et, plus particulièrement, sur le rôle essentiel de Paul. Sur ce point, on donnera totalement raison à NC : certains, comme Alain Badiou, qu’elle cite, sans donner plus de précisions, se réjouiront de voir, grâce (ou : à cause de) à Paul, le judaïsme se fondre parmi les Nations. On aurait aimé une condamnation plus vigoureuse de tels propos contemporains où le mépris et le rejet du judaïsme rejoignent ceux de Tacite ! Quant à savoir si ce sont les auteurs des Évangiles ou Paul, comme il est dit p. 160, qui ont fait le plus de mal, c’est une fausse question. Qu’on ne peut la régler en quelques phrases.

On ne condamnera jamais assez, du moins à mes yeux, le détournement fait par Paul du message de Jésus, pas plus que le mal fait, par l’Évangile de Jean surtout, aux Juifs de tous les temps. Mais c’est là un autre débat qu’il semble inutile d’introduire à la fin d’un livre dont les bases scientifiques restent un peu minces, surtout en ce qui concerne les rapports entre les Romains et les Juifs, mais dont la conviction est indéniable.

C’est d’ailleurs là que pourrait résider l’intérêt de l’ouvrage. Mais anachronismes, expressions à l’emporte-pièce, affirmations erratiques, relecture approximative, rédaction parfois hâtive, gênent, par-delà la facilité de la lecture, le lecteur, qui voudrait avoir parfois des références plus précises et des bases plus solides. Ce livre reste un essai léger, une sorte de brouillon sympathique d’un texte qui reste à écrire. Ou à réécrire. Dommage.

Claude Aziza

Maître de conférence honoraire de langue et littérature latines à la Sorbonne Nouvelle (Paris III)

[1] Tacite, Histoires, V, 9.

[2] Épitomé de Xiphilin, LXVIII, 32.

[3] Valère Maxime I, 3, 3.

[4] Histoires, V, 5.

À lire dans la R.E.A. :

Laperrousaz (E.-M.), « Un historien juif interroge la vie de Jésus »R.E.A. 76-3, 1974, p. 317-318.

Citer cet article comme : Claude Aziza, Une étrange rencontre. Juifs, Grecs et Romains, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 11/09/2017, http://reainfo.hypotheses.org/9592.

Crédits image : arc de Titus à Rome.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *