Graffites et société en Gaule Lyonnaise

Spécialiste en céramologie, Morgane Andrieu a récemment publié sa thèse aux éditions Monique Mergoil.

Reainfo : Vous venez de publier votre thèse sur les graffites en Gaule Lyonnaise aux éditions Monique Mergoil, qui a reçu les honneurs du Prix Jacques-Gabriel Bulliot[1]. Quelles marques étaient inscrites sur la vaisselle céramique romaine, votre sujet d’étude ?

Morgane Andrieu : Les marques que l’on trouve sur la vaisselle en céramique romaine sont variées. Il faut d’abord faire la distinction entre les marques manuscrites – directement gravées sur la vaisselle – et celles qui sont imprimées en série à l’aide d’un sceau comme les estampilles et les timbres (marques de potiers ou d’ateliers de potiers que l’on trouve sur la vaisselle en sigillée, les amphores et les mortiers par exemple). Pour ma part, j’ai étudié les graffites sur céramique qui sont des marques manuscrites et ne sont donc pas faites en série comme les timbres et les estampilles.

Fig 1. Sélection de graffites sur vaisselle céramique trouvés à Chartres, Autun et Sens (Dessins : M. ANDRIEU)
Fig 1. Sélection de graffites sur vaisselle céramique trouvés à Chartres, Autun et Sens. Dessins : M. ANDRIEU.

Reainfo : Existe t-il une définition universelle de ce qu’est un graffite ?

Morgane Andrieu : À ma grande surprise, il n’existait aucune définition adoptée par l’ensemble de la communauté scientifique. Chaque étude proposait une définition plus ou moins différente avec ses propres subtilités. Cela tient au fait que la « graffitologie » est une discipline toute jeune qui n’attire l’attention des chercheurs que depuis une dizaine d’années. Il a fallut croiser l’ensemble des définitions existantes pour proposer une définition claire qui pourrait désormais être reprise par tous. On peut ainsi dire qu’ »un graffite est une marque gravée qui tire son origine d’un geste anthropique spontané et fonctionnel qui s’inscrit dans le cadre de la vie quotidienne quel que soit son contexte (domestique, cultuel, commercial ou militaire)« .

Reainfo : Peut-on déterminer à quel moment de l’utilisation des céramiques (graffiti après cuisson, graffiti avant cuisson) celles-ci étaient signées et par qui ?

Morgane Andrieu : On peut déterminer – souvent, sans trop de difficultés – si l’inscription a été gravée avant ou après la cuisson du vase. Lorsqu’elles sont gravées avant la cuisson des vases, elles le sont dans l’atelier de production. Il s’agit alors surtout de signatures de potiers, mais la plupart des graffites que j’ai trouvés ont été gravés après la cuisson des vases, en contexte de consommation. On trouve une majorité de noms que l’on interprète comme étant ceux des propriétaires des vases. On trouve aussi parfois des dessins, des indications chiffrées (volume, poids, prix, etc), des sentences et parfois même des insultes !

Fig. 2 : CERIA, marque d'appartenance abrégée pour l'anthroponyme Cerialis (?), gravée après-cuisson sous le fond d'une assiette en terre sigillée importée du Sud de la Gaule. L'estampille BASSVS permet de dater la production de cette assiette entre 45 et 70 de notre ère. (Photo : M. ANDRIEU)
Fig. 2 : CERIA, marque d’appartenance abrégée pour l’anthroponyme Cerialis (?), gravée après-cuisson sous le fond d’une assiette en terre sigillée importée du Sud de la Gaule. L’estampille BASSVS permet de dater la production de cette assiette entre 45 et 70 de notre ère. Photo : M. ANDRIEU.

Reainfo : Quels types de céramique et quels types de vaisselle servaient de support à l’écriture ? Quelles parties étaient ainsi marquées et dans quel but ?

Morgane Andrieu : C’est sur la vaisselle en sigillée que j’ai retrouvé le plus de noms gravés. Il semblerait que cette vaisselle – d’abord importée d’Italie, puis du sud de la Gaule – ait eu une valeur marchande légèrement supérieure à celle des productions locales ce qui aurait incité les propriétaires à graver leur vaisselle. C’est du moins ce que l’on observe dans les premiers temps de sa commercialisation et de sa diffusion dans l’Empire. Les propriétaires prennent généralement soin de graver leur nom sur une partie non visible du récipient, généralement sous le fond des vases pour ne pas abîmer l’objet.

Reainfo : Sur l’ensemble du corpus étudié, y a t’il de nombreuses inscriptions – messages verbaux et marques de propriétés ? Sont-elles gravées en lettres capitales ou en cursive ? Quels alphabets étaient alors employés ?

Morgane Andrieu : Dans le corpus que j’ai étudié – qui prend en compte 700 graffites de Chartres, d’Autun et de Sens (trois capitales de la province de Gaule Lyonnaise) – les messages verbaux sont rares. On trouve surtout des marques de propriété qui sont très souvent abrégées. Les inscriptions sur céramique sont souvent très courtes, non seulement parce que la céramique est un matériau relativement fragile et il est difficile de trouver une inscription complète, mais aussi parce qu’il n’était pas facile d’écrire sur céramique. La terre cuite est difficile à inciser et – pour avoir tenté l’expérience moi-même – il est parfois très difficile d’y graver quoi que ce soit. Il ne faut pas oublier que ce n’était pas le support privilégié pour l’écriture. À tout cela s’ajoute le fait que les marques de propriété se devaient d’être discrètes pour ne pas abîmer l’objet (la taille des lettres dépasse rarement 3 cm). Gravées sous les fonds des vases, la place réservée à l’écriture était donc limitée et on trouve surtout des noms écrits sous forme abrégée ou à l’aide de lettres ligaturées, c’est-à-dire des lettres imbriquées l’une dans l’autre pour gagner de la place.

La majorité des inscriptions sont gravées en lettres que l’on appelle « capitales cursives », ces lettres capitales présentent un style « relâché » par rapport aux véritables lettres capitales qui s’applique aux lettres avec empattements. On trouve quelques exemples d’écriture cursive mais ils sont incisés sur l’argile crue – sur argile cuite, la main peine à exécuter le mouvement nécessaire à tracer une écriture cursive.

Les graffites que j’ai étudiés sont presque tous écrits en alphabet latin, quelques rares inscriptions emploient l’alphabet grec.

Reainfo : Que nous apprennent-elles sur les Gallo-romains : noms, degré de romanisation et composition de la société gallo-romaine ?

Morgane Andrieu : Les graffites sur céramique permettent de compléter le répertoire onomastique des villes étudiées : on trouve des noms latins, gaulois et grecs qui complètent ceux trouvés sur les stèles funéraires. Ces deux supports offrent un parallèle intéressant entre l’épigraphie des morts et l’épigraphie des vivants.

Pour le degré de romanisation et la composition de la société gallo-romaine, il faudra continuer les recherches et multiplier les indices et les parallèles avec les autres types d’inscriptions pour nous permettre d’obtenir une conclusion satisfaisante.

Fig. 3. Graffite exceptionnel CAMMA ou CAMAMA sur coupe en sigillée Drag. 37, trouvée sur le site du Lycée militaire, Autun. Photo : M. ANDRIEU.
Fig. 3. Graffite exceptionnel CAMMA ou CAMAMA sur coupe en sigillée Drag. 37, trouvée sur le site du Lycée militaire, Autun. Photo : M. ANDRIEU.

Reainfo : Que révèlent ces graffites sur les pratiques épigraphiques en Gaule Lyonnaise ? Des différences sont-elles attestées entre les trois cités étudiées, Autun, Chartres et Sens ? Et à l’échelle de l’Empire ?

Morgane Andrieu : Les premiers résultats montrent que les graffites sur céramique, retrouvés en contexte urbain et plus particulièrement de capitale de cité, proviennent de zones dédiées à l’habitat et à la production artisanale. D’une manière générale, les ateliers de potiers ne fournissent pas plus de graffites sur céramique, voire même moins que les autres sites fouillés. Du point de vue de la chronologie, il apparaît que la plupart des graffites sont retrouvés sur de la céramique datée du Ier siècle de notre ère. Aucune différence majeure n’est attestée entre les trois capitales si ce n’est le nombre de graffites trouvé dans chaque ville qui est dépendant de l’état des recherches archéologiques.

La mise en parallèle des différents corpus étudiés dans l’Empire montre que les graffites sur céramique gallo-romaine respectent rigoureusement des codes épigraphiques et anépigraphes semblables en contexte urbain : majorité de graffites après-cuisson, multiplicité des anthroponymes, récurrence des mêmes motifs anépigraphes (croix, étoiles, roues, palmes, etc.), peu de variation dans la taille des lettres et dans les options de présentation, utilisation des mêmes formules et des mêmes unités de mesure. En somme, la pratique graphique sur céramique s’autorise peu d’originalité à travers l’Empire. Les graffites issus de contexte urbain présentent des caractéristiques identiques répondant à des codes graphiques bien définis particulièrement perceptibles à travers l’emploi de formules et de motifs anépigraphes identiques. Il semblerait que les codes varient en fonction des contextes.

Reainfo : Comment nous renseignent-ils sur la vie quotidienne des Gallo-romains ?

Morgane Andrieu : Bien qu’ils soient relativement rares, les graffites sur céramique attestent de la présence d’une écriture sur les objets du quotidien. Cette présence de l’écriture au sein de la vie quotidienne et au cœur de la population gallo-romaine montre qu’elle n’était pas l’apanage des classes favorisées. L’écriture est présente partout dans la ville, y compris dans les zones liées aux activités artisanales. Il faut aussi garder en tête l’idée que les graffites sur céramique nous parviennent car ils sont gravés sur un matériau non périssable, mais c’est probablement tout un univers épigraphique qui a aujourd’hui disparu et qui devait accompagner la vie des Gallo-romains (cuir, tissu, bois, etc.). Les graffites sur céramique constituent plusieurs sources d’informations : certaines inscriptions sont des indications de contenu et nous renseignent sur ce que renfermait un pot ou une cruche par exemple (vin, miel, etc.). Les indications de contenant nous renseignent sur le nom qui était donné à tel ou tel récipient. On trouve également des unités de volume, des prix et des exercices d’écriture. Chaque graffite est une potentielle source d’informations sur la vie quotidienne des Gallo-romains.

Reainfo : Les graffites sont-ils une source pour l’histoire économique, culturelle et religieuse des cités de Gaule Lyonnaise ?

Morgane Andrieu : On doit se servir des graffites pour étudier des sujets aussi complets et complexes que l’histoire économique, culturelle et religieuse des cités. L’archéologie est une science qui trouve sa richesse dans la transdisciplinarité et le chercheur ne peut se contenter d’une seule source d’informations pour la pratiquer. À mon sens, on ne peut étudier et comprendre une population qu’en multipliant et croisant les différentes sources d’information. À l’inverse, il serait totalement illusoire de vouloir étudier ces axes de recherche en ne s’appuyant que sur les graffites.

[1] Mis entre parenthèses depuis quelques années, le Prix Jacques-Gabriel Bulliot, qui récompense le travail d’étudiants en archéologie intervenant sur Autun, est réhabilité en cette année 2017.

À lire dans la R.E.A. :

Metzger (H.), « Sur la date du graffite de la « coupe de Nestor » (Pl. XVI et XVII) », R.E.A. 67-3, 1965, p. 301-305.

Citer cet article comme : Séverine Garat, Graffites et société en Gaule Lyonnaise, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 05/10/2017, http://reainfo.hypotheses.org/9662.
Crédits image : graffite exceptionnel CAMMA ou CAMAMA sur coupe en sigillée Drag. 37, trouvée sur le site du Lycée militaire, Autun. © Morgane Andrieu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *