Super-héros en pyjama. Entre mythe et réalité – Tome II

Crevat (G.), Super-héros en pyjama. Entre mythe et réalité – Tome II. – Paris : Les Éditions Persée, 2017. – 146 p. : fig.- (L’arbre du savoir). – ISBN : 978.2.8231.1835.3.

Nous vivons une époque stressante dans bien des domaines et beaucoup d’entre nous ressentent un certain mal-être. Face à ce problème se multiplient les coaches de tout poil, — au point que le journal télévisé leur consacre même des reportages (par exemple le samedi 24 juin 2017) ­— et il n’est pas besoin de chercher beaucoup pour voir dans des salles (il y en a une en face de chez moi dont les fenêtres sont toujours ouvertes !), sur la plage, dans des entreprises durant les pauses, bref n’importe où — et même sur internet, mais en face de leur écran privé, ces gens sont moins visibles — des personnes, les yeux fermés, écoutant une voix douce leur susurrant des phrases de ce type : « Pensez à un beau paysage ; laissez-vous envahir par lui, etc. etc. », le but étant de faire « lâcher prise », selon l’expression consacrée, d’écarter les pensées négatives et les soucis qui obsèdent afin que l’être retrouve la paix et se concentre sur soi ainsi que sur son potentiel.

Géraldine Crevat estime que pour ce faire la pensée des Anciens pourrait être d’un grand secours : ce livre, Super-héros en pyjama, second volume de sa série intitulée Entre mythe et réalité, propose, en partant de légendes mythologiques et en s’appuyant sur certaines doctrines philosophiques grecques, des exercices pour apprendre à se connaître et à mener sa vie vers l’épanouissement. Au passage, sont évoqués ici et là des mots issus du grec et du latin dont l’utilisation, si on leur redonne leur valeur sémantique étymologique, se révèlera énergisante. « Vous trouverez dans cet ouvrage de véritables outils de développement personnel adaptés de la Grèce Antique », dit la quatrième de couverture. Nous est ainsi offerte une belle démonstration de l’actualité de l’Antiquité. (Du coup, les premiers à se sentir des « super-héros » seront tous les antiquisants que déprime la sempiternelle question : « À quoi sert de nos jours l’étude des lettres classiques ? »).

La structure du livre est originale. Ce que l’auteure nomme « roman » (p. 10) se présente comme un récit autobiographique, donc à la première personne, racontant l’évolution intellectuelle d’une petite fille — dont on pourrait croire que c’est Géraldine Crevat — depuis son plus jeune âge baignant dans les contes de princes, princesses et super-héros pour enfants, sa rencontre avec les mythologies de divers peuples anciens et enfin son apprentissage de la philosophie hellénique et latine, tout cela avec ses découvertes, ses ravissements, ses doutes, ses questionnements et son approche progressive de la solution à ses problèmes. Il s’agit, en quelque sorte de l’itinéraire qui a conduit à la conception de cette méthode. Dans ce cadre, nous sont narrées plusieurs sagas, comme celles d’Achille, d’Ulysse, du mésopotamien Gilgamesh, de Persée. Après chacune d’elles, le roman s’interrompt. S’ouvrent des pages « d’activités » dans lesquelles le lecteur doit classer des mots, répondre à des questions sur ses héros, sur ses « super-pouvoirs » personnels, où lui sont proposées des « pistes de réflexion pour [l’] aider à [se] mettre en mouvement », etc. — l’idée étant qu’à l’image d’Ulysse s’attardant auprès de Calypso, d’une certaine façon il est en léthargie et doit se réveiller, se prendre en main et retrouver le super-héros qui est en lui en même temps qu’il activera ses super-pouvoirs (d’où le titre Super-héros en pyjama, — avec le pyjama comme symbole de cette vie somnolente —, et l’illustration humoristique du dernier feuillet). Les intitulés de ces pages « d’activités » sont en rouge, alors que ceux des pages du « roman » sont en noir, de sorte que le lecteur peut nettement les distinguer et a la possibilité, au choix, soit de lire l’ouvrage continûment de la première à la dernière ligne, soit de ne parcourir que l’histoire, soit de ne s’intéresser qu’aux exercices. La langue de toutes ces parties est vraiment simple et accessible à tous même lorsqu’il est question de philosophie ; il est vrai que les doctrines évoquées sont présentées d’une façon très simplificatrice et sous forme de quelques traits ; mais il faut garder à l’esprit que le but de Géraldine Crevat n’était pas d’écrire une thèse universitaire ; il s’agit pour elle de faire naître des pensées positives dans l’esprit de gens appartenant au grand public. L’écrivaine s’adresse à son lecteur à la deuxième personne, elle le prend à témoin en multipliant les interrogations, en terminant la plupart de ses affirmations par « n’est-ce pas ? » Les dessins pleins d’humour qui émaillent ce livre témoignent de cette même volonté d’établir une sorte de complicité, ne fût-ce que dans le sourire pour commencer.

La clarté de ce volume est due aux planches, aux cartes, au jeu des couleurs et des caractères ; y contribuent les trois glossaires aux définitions limpides et succinctes. Une bibliographie qualifiée « d’inspirée » termine cet écrit : elle est destinée à proposer des pistes pour ceux qui auraient envie d’en savoir plus sur tel ou tel sujet.

Pourquoi cette méthode de développement personnel est-elle susceptible de « marcher » ? Hasard du calendrier, est paru en avril 2017 (et, donc, Géraldine Crevat n’a pas pu le consulter !) le livre intitulé Les mythes gréco-romains ou la force de l’imaginaire. Les récits de la construction de soi et du monde de l’universitaire grand spécialiste de l’imaginaire qu’est Joël Thomas (Louvain la Neuve, Academia-L’Harmattan, 2017). Dans la préface qu’il a rédigée pour cette œuvre, Paul-Augustin Deproost définit ainsi les mythes, p. 7 : « pour vivre sa vie, l’homme, qui n’est ni ange ni bête, a tout simplement besoin d’images et de vision qui humanisent l’instinct en désir, qui donnent chair à sa pensée […] Ces images et cette vision, les hommes les ont structurées en récits au cours des âges, pour en partager et en enrichir la mémoire dans leurs communautés ; ce sont les mythes qui résonnent comme “le chant profond” de l’humanité, selon la belle expression du poète Federico Garcia Lorca, afin de faire advenir à la conscience ce qui n’est plus ou n’est pas encore et qui doit expliquer les enjeux de ce qui est ». Or Joël Thomas indique, p. 17 : « La neuro-imagerie cérébrale a d’abord permis de constater que voir et imaginer activent les mêmes zones du cerveau. Ce sont les mêmes zones du cortex cérébral qui traitent les aspects sémantiques de l’image, mais aussi de l’image rétinienne. Pour le dire autrement, que mon chat soit devant moi, en chair et en os, c’est-à-dire dans la réalité extérieure, ou qu’il apparaisse dans ma mémoire comme un souvenir, dans les deux cas, pour mon cerveau, il n’y a aucune différence ! […] Traitée comme le réel par nos neurones, l’imagination a bien une réelle présence dans notre psyché. En particulier, on s’explique mieux que, dans toutes les sociétés, les mythes aient eu cette présence » et p. 26-27 : « De ces récits se dégage une force de mimétisme, pour celui qui les écoute. D’où la place importante qu’ils occupaient dans l’enseignement élémentaire en Grèce […] Ils imprègnent notre psyché en profondeur, et y laissent une marque indélébile, alors que leur écoute a été particulièrement ludique […] Le mythe […] donne à voir ; il met son lecteur ou son auditeur dans une position de mimétisme et d’empathie, qui lui permettent d’être lui-même le héros ». Voilà qui justifie l’entreprise de Géraldine Crevat, qui, dans sa langue de tous les jours et ses références à notre vécu quotidien, ne dit pas autre chose que ces scientifiques !

En fait, l’auteure ne fait que suivre un procédé déjà utilisé par les Anciens ! Pour ne pas allonger, je ne citerai que la fin du premier chapitre du livre II des Mémorables (2, 1, 21-34) ; Xénophon y montre Socrate s’adressant à Aristippe qu’il « coache » en quelque sorte : « Tu feras bien, Aristippe, de te les mettre dans la tête, de faire un effort et de songer à la conduite que tu dois tenir pendant le reste de ta vie » (traduction de P. Chambry, Paris, Garnier, 1935) ; le pronom « les » renvoie aux réflexions concernant le récit mythologique qu’il vient de rapporter, l’apologue de Prodicos racontant l’histoire du jeune Héraklès ayant à choisir entre deux routes, le chemin de l’existence facile et celui de la vertu. La première voie est recommandée par une femme à qui le héros demande son nom ; « Mes amis m’appellent la Félicité (Eudaimonia dans le texte grec), et mes ennemis me donnent par dénigrement le nom de Mollesse (Kakia dans le texte grec) » (traduction de P. Chambry). C’est aux leçons de Vertu que vont les préférences du narrateur.

Signe des temps peut-être, Géraldine Crevat (qui n’évoque pas cet épisode) ne prône pas, elle, la quête de la grandeur, mais loue plutôt en général l’eudaimonia, terme qu’elle traduit, page 77 par « le bien-être, le bonheur, la vie bonne », et page 139 par « bonheur, bien-être, épanouissement » !

Lucienne Deschamps

Professeure émérite en Langue et littératures latines, Université Bordeaux Montaigne

Citer cet article comme : Lucienne Deschamps, Super-héros en pyjama. Entre mythe et réalité – Tome II, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 14/08/2017, http://reainfo.hypotheses.org/9888.
Crédits image : première de couverture . © Les Éditions Persée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *