Du monument à la ville

La journée Du monument à la ville s’est tenue le 23 juin 2017 à Lyon au sein de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée. Organisée par l’Institut de Recherche sur l’Architecture Antique (USR 3155), elle était dédiée à la présentation de travaux menés sur des monuments et des villes antiques du monde méditerranéen par des doctorants dirigés ou co-dirigés par un membre du laboratoire. La matinée était consacrée au monde grec et l’après-midi au monde romain.

La journée s’est ouverte par une intervention de Stéphane Lamouille (Université Toulouse Jean-Jaurès)[1] sur les charpentes des temples périptères. Cette communication présentait un travail en cours sur la toiture du temple d’Apollon de Delphes qui a été reconstruit au cours du IVe siècle. Ce cas d’étude s’inscrit dans un travail plus large qu’il mène sur le bois et les charpentes dans les temples périptères en Grèce ancienne du VIe au IIIe siècle avant J.-C. Aucun élément de la charpente originelle n’étant conservé, une revue des sources – archéologiques, épigraphiques, littéraires et iconographiques – permettant l’étude de la toiture constitue un préalable indispensable qui a d’abord été présenté. À la suite d’un historique et d’un descriptif architectural et structurel du temple, trois dossiers ont été plus spécifiquement abordés : la question de l’hypéthrie, la nature des tuiles – de marbre ou de terre cuite – et une discussion autour du type de charpente envisageable pour un tel édifice. Enfin, une nouvelle reconstitution de la charpente du temple avec une structure à fermes et pannes a été proposée et commentée (fig. 1).

Fig. 1. Reconstitution de la charpente du temple d'Apollon de Delphes par St. Lamouille
Fig. 1. Reconstitution de la charpente du temple d’Apollon de Delphes par St. Lamouille

Jeanne Capelle (Université Lumière Lyon 2 – ENS Ulm)[2] a ensuite présenté quelques inscriptions inédites du théâtre de Milet et leur apport à l’étude du monument et de ses usages. Elle a appuyé sa démonstration sur plus de 200 inscriptions, inédites pour les deux tiers, qu’elle a relevées en 2016 avec I. Boyer et parfois lues au RTI sur les gradins, qu’ils soient in situ, remontés par les fouilleurs ou les restaurateurs au début et à la fin du XXe siècle ou errants (hormis ceux qu’elle réattribue au stade). Replacés dans leur contexte architectural, ces fragments, sur le siège, l’ovolo, la doucine, le listel ou le repose-pied, permettent une synthèse (fig. 2). Les inscriptions présentées, des marques de maçon, des inscriptions topiques et des graffiti ont apporté divers éclairages sur le monument. Des lettres d’assemblage sur les joints des rangs inférieurs ainsi que des lettres et des mortaises sur le marche-pied attestent ainsi un remontage partiel du koilon hellénistique lors de l’agrandissement du théâtre au IIe siècle après J.-C. Les inscriptions topiques, auxquelles elle associe des groupes de deux lettres, gravées entre le IIIe siècle et le Ve siècle, peu avant l’abandon du théâtre, témoignent quant à elles du dernier état des réservations, structurées en groupes de supporters dévoués à l’Empereur, divisés en Bleus à l’ouest et Verts à l’est tandis que certaines réservations d’une à vingt places au nom d’un individu échappent peut-être à cette nouvelle logique politique sans être pour autant des graffiti.

Fig. 2. Exemples d'inscriptions du théâtre de Milet (photo : J. Capelle)
Fig. 2. Exemples d’inscriptions du théâtre de Milet (photo : J. Capelle)

La matinée s’est achevée avec une communication de Julie Bernini (Université Bordeaux Montaigne – Ecole française d’Athènes)[3] sur les prytanées dont l’objectif était de savoir s’il était possible de les classer dans les lieux du politique d’une cité hellénistique car, contrairement aux bouleutèria, dont le nom même (« lieux pour délibérer ») évoque la fonction politique, celle du prytanée n’est pas évidente. À partir de l’étude des cas de Priène et de Magnésie du Méandre, élargie à une réflexion sur les autres prytanées du monde grec, elle a montré qu’une dualité apparaissait car les prytanées étaient d’une part l’abri du foyer commun, la maison symbolique du magistrat éponyme, et d’autre part le local des principaux magistrats, où ceux-ci prenaient leurs repas aux frais de la communauté et où étaient conservées les archives des principales institutions, émanations du corps civique. Julie Bernini a montré qu’en ce sens, le prytanée était la marque de l’abstraction mise en place par la démocratie, le lieu de l’égalité de tous mais qu’il était aussi le lieu de l’agôn entre citoyens, car c’est là qu’étaient reçus par l’éponyme les « meilleurs » d’entre eux. Ainsi, le prytanée révèle la tension caractéristique des démocraties hellénistiques et semble donc être le lieu du politique par excellence de ces cités.

L’après-midi s’est ouverte avec une intervention de Dorothée Neyme (Université de ProvenceAix-Marseille I / Università degli Studi di Napoli « L’Orientale »)[4] sur les peintures murales de l’enclos funéraire A42 dans la nécropole romaine de Cumes (Campanie, Italie) (fig. 3). Elle visait à présenter, au-delà de l’étude de cas, la méthode d’analyse qui a été appliquée lors des fouilles programmées de la nécropole romaine de la porte médiane de Cumes du Centre Jean Bérard. De manière plus large, elle voulait également illustrer l’apport de l’étude de la peinture murale (et des décors en général), même fragmentaire, à la connaissance de l’histoire des hommes tant au niveau social que culturel. Son étude s’insère dans un travail de doctorat qu’elle mène sur le décor et l’architecture funéraire de la fin du Ier siècle de notre ère à la fin du IIIe siècle à Cumes et en Campanie, une période encore mal connue en raison notamment de l’état fragmentaire de ses vestiges mais aussi du peu d’intérêt qu’elle a suscité face aux découvertes vésuviennes et aux catacombes paléochrétiennes qui ont monopolisé pendant longtemps l’attention des chercheurs.

Fig. 3. Détail d'une peinture de l'enclos funéraire A42 de la nécropole de Cumes (photo : D. Neyme)
Fig. 3. Détail d’une peinture de l’enclos funéraire A42 de la nécropole de Cumes (photo : D. Neyme)

Elsa Roux (Université de Provence-Aix-Marseille I)[5] s’est ensuite attachée à montrer ce que l’étude des traces techniques des placages de marbre pouvait apporter à la restitution d’un monument du forum de Vaison-la-Romaine. L’étude des traces techniques ne consiste en effet pas seulement à faire une liste exhaustive des les outils et des traces qu’ils laissent, mais vise à caractériser le type de décor et à préciser le positionnement des revêtements. Elle a montré que les indications ainsi recueillies peuvent compenser dans une certaine mesure l’absence de décor ou de traces de décor in situ et fournir suffisamment d’indications pour proposer une restitution. L’étude qu’elle a réalisée sur le massif 343 du forum de Vaison, combinée aux relevés des traces techniques, a ainsi permis non seulement de restituer les dimensions du monument avec son décor d’appliques, mais aussi d’identifier sa fonction, celle d’une base de statue dédiée à Titius Lustricus Bruttianus (fig. 4).

Fig. 4. Vue du massif 343 entre les colonnes du portique ouest du forum de Vaison-la-Romaine (cliché SADV J.M. Mignon)
Fig. 4. Vue du massif 343 entre les colonnes du portique ouest du forum de Vaison-la-Romaine (cliché SADV J.M. Mignon)

Caroline Lefebvre (Université Lumière Lyon 2)[6] a présenté par la suite un état de la recherche de l’étude architecturale et ornementale du forum de Vaison-la-Romaine. La localisation de ce forum mis au jour en 2011 et fouillé de 2013 à 2015 avait été suggérée dès 1934 par le chanoine J. Sautel lors de dégagements de vestiges situés plus au nord. L’ensemble des découvertes permet aujourd’hui d’entrevoir l’étendue, l’organisation et la chronologie de ce complexe monumental vraisemblablement érigé au Ier siècle (fig. 5). Organisé sur deux terrasses, il comprend en partie basse une esplanade probablement cernée de trois portiques et fermée au nord par le socle de la terrasse haute. Cette dernière présente un vaste espace qui invite Caroline Lefebvre à restituer une hypothétique basilique fermée au nord par le regroupement de trois salles dont la destination de caractère public suggère d’y reconnaître les organes administratifs de la cité tels qu’une curie, un tabularium, un tribunal, etc. L’étude architecturale et ornementale du forum qui a été présentée s’insère dans le travail qu’elle mène sur l’architecture monumentale et son décor à Vaison-la-Romaine (Vasio Vocontiorum) du Ier siècle avant J.-C. au IIIe siècle après J.-C. dans le cadre d’un doctorat.

Fig. 5. Plan du forum de Vaison-la-Romaine (cartographie : D. Biscarrat ; plan : J.-M. Mignon)
Fig. 5. Plan du forum de Vaison-la-Romaine (cartographie : D. Biscarrat ; plan : J.-M. Mignon)

Une intervention d’Emmanuelle Dumas (Université Lumière Lyon 2)[7] sur la ville de Lugdunum est venue clore la journée (fig. 6). Elle y a présenté un bilan historiographique d’une question qui divise les historiens et les archéologues depuis le XVIe siècle, celle de l’étendue de son assiette urbaine. En l’absence de tracé d’enceinte connu, il s’agit en effet d’un sujet difficile à appréhender, les tombes restant alors le seul marqueur du statut non urbain d’un secteur. La seconde difficulté est due à la topographie qui est restituée à l’actuelle presqu’île pour l’Antiquité. Ainsi, si tous s’accordent, peu ou proue, à localiser la ville antique de Lyon sur la colline de Fourvière, la presqu’île a tantôt été considérée comme un secteur urbain tantôt comme suburbaine suivant qu’une presqu’île ou des îles aient été restituées à son emplacement pour l’Antiquité. La seconde partie de la communication était consacrée à un autre dossier qui divise les historiens et les archéologues, celui de l’enceinte lyonnaise. Un bilan des sources historiques mises à contribution pour attester son existence ainsi que des différents tracés proposés depuis le XIXe siècle a été dressé puis les différents éléments qui peuvent être portés au dossier ont été présentés. A l’issue de cette communication, des restitutions de l’emprise urbaine et d’un tracé d’enceinte plausible en l’état de la documentation ont été proposées à titre d’hypothèse.

Fig. 6. Plan de Lugdunum au IIe siècle (DAO : E. Dumas d'après un plan de l'atlas topographique de Lyon ; fond de plan du Grand Lyon)
Fig. 6. Plan de Lugdunum au IIe siècle (DAO : E. Dumas d’après un plan de l’atlas topographique de Lyon ; fond de plan du Grand Lyon)

Les résumés des communications ont été rédigés par leurs auteurs respectifs.

Emmanuelle Dumas

Doctorante en histoire romaine, Université de Lyon

[1] Thèse en cours « Bois et charpente en Grèce ancienne dans les temples périptères (VIe-IIIe siècles avant J.-C.) : mise en œuvre, structures, enjeux », sous la direction de Jean-Marc Luce et Jean-Charles Moretti.

[2] Thèse en cours « Le théâtre en Ionie : les monuments et leurs usages, de la fin de l’époque classique à l’antiquité tardive », sous la direction de Jean-Charles Moretti.

[3] Thèse en cours « Les lieux du politique dans les cités d’Ionie et de Carie à l’époque hellénistique », sous la direction de Jean-Charles Moretti et Pierre Fröhlich.

[4] Thèse en cours « L’architecture et la décoration des monuments funéraires des IIe et IIIe siècles en Campanie (sud de l’Italie) », sous la direction de Renaud Robert et Irène Bragantini.

[5] Thèse en cours « Les placages de marbre à Vaison-la-romaine », sous la direction de Xavier Lafon.

[6] Thèse en cours « L’architecture monumentale et son décor à Vaison-la-romaine (Vasio Vocontiorum) du Ier siècle avant J.-C. au IIIe siècle après J.-C. », sous la direction de Jean-Charles Moretti.

[7] Thèse en cours « Le suburbium de Lugdunum dans l’Antiquité », sous la direction de Jean-Charles Moretti.

À lire dans la R.E.A. :

Bresson (A.), « Cnide à l’époque classique »R.E.A. 101-1, 1999, p. 83-114.

 

Citer cet article comme : Emmanuelle Dumas, Du monument à la ville, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 21/09/2017, http://reainfo.hypotheses.org/9928.
Crédits image : Plan de Lugdunum au IIe siècle (DAO : E. Dumas d’après un plan de l’atlas topographique de Lyon ; fond de plan du Grand Lyon).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *