Maurice Sartre, l’Antiquité et l’Histoire

Sartre (M.), Empires et cités dans la Méditerranée antique (1). – Paris : Tallandier, 2017. – (Texto). – 352 p. – ISBN : 979.1.0210.2358.1.

Sartre (M.), Cultures, savoirs et sociétés dans l’Antiquité (2). – Paris, Tallandier, 2017. – (Texto). – 384 p. – ISBN : 979.1.0210.2723.7.

Dans l’avant-propos d’un recueil d’articles rédigés par Maurice Sartre et réunis en son honneur par Patrice Brun[1], ce dernier évoque un savant « internationalement reconnu comme le spécialiste du ‘Levant’, mais sans doute bien plus encore ». Ce « bien plus encore » trouve une parfaite illustration dans les deux volumes que Maurice Sartre (dorénavant MS) vient de publier chez Tallandier. Le diptyque, paru entre février et juin 2017, réunit plus de 700 pages d’articles écrites pour la revue L’Histoire depuis trente ans et témoigne de la variété des sujets auxquels s’est intéressé l’auteur autant que de son implication dans la diffusion du savoir historique auprès du public cultivé[2]. Il n’est évidemment pas question de résumer ici le contenu des 66 articles proposés (30 dans le tome I, 36 dans le tome II), mais plutôt de souligner que l’effet d’éparpillement que l’on pourrait légitimement craindre de ce genre d’exercice se voit, non sans paradoxe, limité par le choix de traiter de l’intégralité d’un monde antique, pensé au miroir du présent et éclairé d’une plume toujours adaptée aux lecteurs non-spécialistes.

Histoires d’un monde antique

De la synthèse au compte rendu d’ouvrage, les contributions réunies dans ces volumes traitent du Proche-Orient, des mondes grec et romain, du judaïsme antique et des débuts du christianisme depuis le IIIe millénaire avant J.-C. jusqu’au Ve siècle. L’armée, l’économie et la religion ne font pas l’objet d’articles spécifiques (MS s’en explique dans sa préface : I, p. 11), mais l’intérêt de l’auteur pour les sujets politiques (tome 1) et sociaux (rapports genrés, imaginaires, mythes : tome 2) assure une relative homogénéité à ces recueils, sans toujours éviter les répétitions. S’il échappe en partie au risque de la dispersion, ce parcours volontairement impressionniste ne tombe pas non plus dans le piège du survol généralisant, notamment parce que, plutôt que d’organiser le propos par date de parution des articles, MS alterne, selon un agencement chronologique (tome 1) ou thématique (tome 2), études générales et contributions plus ciblées. Exemplaire est, à cet égard, le premier volume, où le long article sur Athènes (p. 37-59) est suivi de sept travaux sur des points précis de la société athénienne, tels la démagogie (p. 67-70), l’amnistie (p. 79-86) ou le mythe politique de l’Atlantide (p. 87-91 : cet article est, en bonne partie, une reprise adaptée de Pierre Vidal-Naquet[3]). Dans les pages consacrées au monde romain, les études d’événements précis (le beau texte sur le massacre de marchands romains en 88 avant J.-C. : p. 149-153 ; la bataille d’Actium de 31 avant J.-C. : p. 189-203) côtoient les portraits de personnages (Cléopâtre : p. 165-184 ; Hérode : p. 185-188) et les réflexions générales sur Rome comme Empire modèle (p. 215-224), sur la citoyenneté romaine (p. 287-299) ou sur la « chute » de l’Empire romain (p. 307-315).

Parce que L’Histoire lui a offert « de lire beaucoup, et dans tous les domaines » (II, p. 11) et qu’il favorise une approche analogue dans ses articles spécialisés, MS s’affranchit des traditionnelles coupures académiques (chronologiques et géographiques) afin de peindre, touche après touche, un monde antique marqué par l’interpénétration culturelle et sans cesse pensé au miroir de notre présent.

Actuelle Antiquité

Les sujets traités dans le second tome ont une nette résonnance avec notre société contemporaine. Ainsi en va-t-il de la déconstruction des clichés autour de l’homosexualité grecque (p. 53-73), du racisme antique (p. 135-140), de la prostitution (p. 109-121) ou du problème des martyrs chrétiens et musulmans (p. 311-316). Au-delà de thèmes dont l’actualité demeure inchangée et qui peuvent toucher un vaste lectorat, la sortie d’un ouvrage ou la nécessité de se positionner dans le débat public viennent aussi alimenter les contributions. Le lecteur lira ainsi avec profit le féroce – mais nécessaire – plaidoyer pour la localisation bourguignonne du site d’Alésia, seule étude spécifiquement consacrée à l’Occident (I, p. 155-163). L’article sur le potentiel racisme des Anciens réunit les deux critères de l’actualité de la recherche et de l’ancrage dans le présent, puisqu’il fut publié à l’occasion de la sortie du livre de Benjamin Isaac[4] et à la suite des discussions parlementaires sur l’interdiction des signes religieux en France, tenues au printemps 2004. Les pages consacrées aux splendeurs perdues des cités d’Antioche, de Pétra, de Gaza ou d’Alexandrie (II, p. 169-208 puis 223-227) font également écho aux récentes interventions de l’« historien public » MS, à propos de la destruction du patrimoine antique d’Orient, ce dont témoigne le livre Palmyre. Vérités et légendes[5], écrit avec Annie Sartre-Fauriat, sous forme de réponse au livre de très peu antérieur, proposé par Paul Veyne sur la cité syrienne. Enfin, l’attention à l’Antiquité se prolonge jusqu’à l’étude de la « réception de l’Antiquité » chez les Modernes : la partie « Découvrir » (II, p. 323-353), regroupe cinq articles sur la pratique de l’archéologie moderne, qui sont autant d’utiles synthèses sur l’actualité des découvertes d’Égypte, de Syrie ou d’Afghanistan.

Sans jamais oublier que l’Antiquité est un « territoire des écarts »[6], MS prend donc soin de relier les Anciens au présent et veille à toujours adapter son propos aux lecteurs de la revue L’Histoire.

L’histoire ancienne dans la revue L’Histoire

L’un des grands défis des auteurs de L’Histoire est de bâtir un pont entre le monde des spécialistes et le grand public cultivé, au risque de ne satisfaire aucune des deux parties. MS, rompu à l’exercice, conduit ses lecteurs dans les méandres des enquêtes historiques et n’hésite pas à alterner, au sein d’un même texte, les remarques nuancées et les formules plus courtes, voire tranchantes. Partisan d’une méthode rigoureuse en faveur de laquelle il milite dans ces pages, l’auteur illustre ses assertions de références constantes aux textes antiques, fonde ses analyses sur des dates précises et discute de l’apport des historiens modernes avec un surplomb précieux : autant d’attendus de la littérature spécialisée qu’il est difficile de transmettre avec clarté et vivacité à un public de non-spécialistes. Si on relève une unité de méthode et de ton remarquables dans ces études étalées sur plus de trente années, c’est aussi parce que l’auteur a pu retoucher la forme des articles pour cette publication et qu’il a rédigé toutes ses contributions pour une seule et même revue (I, p. 10). Les travaux dont les conclusions sont depuis devenues obsolètes ou qui ont fait l’objet de recherches postérieures aux textes originaux sont suivies d’un post-scriptum de l’auteur (qu’on aurait parfois souhaité plus long), qui indique des références bibliographiques plus récentes et souligne d’éventuelles évolutions historiographiques, sans s’interdire des remarques personnelles (I, p. 163 sur les attaques violentes subies par l’auteur à l’occasion de ses articles sur la question d’Alésia). Originellement paru en 1998, l’article sur l’existence historique de Jésus (II, p. 249-263) est même suivi d’un article d’actualité historiographique de 2008 dans lequel MS distingue avec force les différents enjeux relatifs aux approches de l’historien et du théologien (p. 265-270). Cet usage salutaire du bilan de connaissances et du post-scriptum vient rappeler le paradoxe voulant que l’histoire ancienne est une période où les questionnements et certitudes peuvent être profondément bouleversés par la découverte d’un seul nouveau document ou par la sortie d’un seul livre.

La maîtrise des méthodes de l’historien, des sources et des débats historiographiques fait de ces recueils, écrits d’une plume alerte et adaptée, de précieux outils pour les étudiants comme pour les enseignants qui souhaiteraient travailler sur l’Antiquité avec leur classe. La présence d’un index et d’un lexique situés à la fin de chacun des volumes est, à ce titre, plus que bienvenue. Un regret, toutefois, pour terminer : dans l’optique d’exploiter ces études dans un contexte pédagogique, il est dommage que n’aient pas été reproduites par l’éditeur (sans doute pour des raisons de copyright) quelques-unes des illustrations et cartes qui parsemaient les articles originaux. Ces documents pédagogiques contribuent en effet au beau succès de la revue L’Histoire, auquel MS participe activement depuis plus de trente ans et dont ces deux livres sont une parlante illustration.

Pascal Montlahuc, membre de l’École française de Rome, section Antiquité

[1] M. Sartre, P. Brun, Maurice Sartre. L’historien et ses territoires. Choix d’articles, Bordeaux 2014.

[2] « Entretien : Maurice Sartre et le métier d’historien », Anabases, 13, 2011 [en ligne].

[3] P. Vidal-Naquet, L’Atlantide. Petite histoire d’un mythe platonicien, Paris 2005.

[4] B. Isaac, The Invention of Racism in Classical Antiquity, Princeton 2004.

[5] M. Sartre, A. Sartre-Fauriat, Palmyre. Vérités et légendes, Paris 2016.

[6] F. Dupont, L’Antiquité. Territoire des écarts, Paris 2013.

Citer cet article comme : Pascal Montlahuc, Maurice Sartre, l’Antiquité et l’Histoire, in : Actualités des études anciennes, ISSN format électronique : 2492.864X, 07/08/2017, http://reainfo.hypotheses.org/9971.

Crédits image : première de couverture. © Tallandier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *