Tous les articles par Marion Bellissime

Néron l’incendiaire

Merle (C.), Canepa (J.), Néron l’incendiaire. – Paris : Bulles de savon, 2016. – 201 p. : carte, index. – (Les détectives de l’histoire). – ISBN : 979.10.90597.53.2.  Neron-couverture

Encore une fiction autour de l’incendie de Rome sous Néron, est-on tenté de se dire, en ouvrant Néron l’incendiaire, un polar historique écrit par Claude Merle. Depuis Quo Vadis (1895), on ne compte plus les œuvres que cet épisode a inspirées, alimentées par les recherches toujours plus prolifiques autour d’un personnage hautement dramatique, qui semble fait pour nourrir la fiction (entre autres ou Murena, de J. Dufaux et P. Delaby, puis Theo, série en cours, ou L’incendie de Rome, de J.-F. Nahmias, 2006). La figure de Néron est depuis quelques années réhabilitée par les chercheurs (en témoigne encore le très récent documentaire diffusé par ARTE fin 2016, « Plaidoyer pour un monstre », de M. Papirowski) et l’image caricaturale s’adoucit peu à peu. Le roman de Claude Merle s’inscrit parfaitement dans cette nouvelle vague, qui enquête sur les causes de l’incendie de Rome d’un point de vue technique et sans monter un dossier à charge.

Continuer la lecture de Néron l’incendiaire

Journal de Livia, fille de Sextius

La sortie du troisième tome du Journal de Livia, Romaine ou Gauloise ? (août 2016) est l’occasion de se plonger dans ce roman de Frédérique Banzet. Le premier volume laisse une impression mitigée. Le prétexte du journal intime, pour commencer, ne tient pas. Très rapidement, les souvenirs quotidiens et les notes prises sur le vif par Livia laissent place à de longs chapitres narratifs, maladroitement rattachés à la structure du journal. Il aurait été tout aussi efficace et plus réaliste de choisir une narration à la première personne. De plus, le cumul d’autres locuteurs, au début du premier volume, distingués notamment par des types de police (copie de lettres envoyées ou reçues, copie d’un récit historiographique…), crée une confusion au début même du roman et rend l’entrée dans la lecture difficile. Le choix d’en faire des annexes dans les volumes suivants semble plus judicieux. L’artificialité du journal est enfin clairement mise en évidence à la fin de chaque tome quand la narratrice prend le temps d’écrire « au secours, je vais me faire capturer » au lieu de se sauver.

Continuer la lecture de Journal de Livia, fille de Sextius

« Le voyageur de Rome » : regards croisés autour d’un roman

Gayral (C.), Le voyageur de Rome. – Nantes : Éditions Amalthée, 2016. – 92 p. – ISBN : 978.2.310.02841.7.

voyageur-couv-1

Compte rendu : Marion Bellissime, professeur de latin, au collège Honoré de Balzac, à Vénissieux (69)

À la fin du Ier siècle de notre ère, un jeune patricien, plus attiré par la contemplation des astres que par le mos maiorum, tombe éperdument amoureux d’une jeune et belle et blonde esclave. C’est le point de départ d’une histoire d’amour contrariée entre Ambrosius et Fidélis.

Continuer la lecture de « Le voyageur de Rome » : regards croisés autour d’un roman

« Le glaive de Burdigala ». Compte rendu et exploitation en classe

Borras (A.), Menaut (M.-H.), Teilletche (G.), Burdigalensis Gladius. Le glaive de Burdigala. – Illustré par Ström. – Bordeaux : Dadoclem Éditions, 2014. – 43 p. : ill. – (La marmite-o-langues, ISSN : 2109.8840). – ISBN : 978.2.916637.36.5.

glaive_moy

Le Glaive de Burdigala est une courte bande dessinée aux traits sympathiques et au rythme trépidant. On suit la folle journée de Lucius et Occelio dans les rues de Burdigala, en mission pour sauver le père de Lucius. Si la trame narrative n’est pas des plus originales, l’intérêt réside dans le bilinguisme de l’ouvrage. Les auteurs permettent de faire du « petit latin », en suivant les aventures de personnages aux visages expressifs. Et certaines répliques, parfois bien senties, peuvent nous sembler très actuelles !

Continuer la lecture de « Le glaive de Burdigala ». Compte rendu et exploitation en classe