Tous les articles par Lucienne Deschamps

3 min pour comprendre les 50 faits les plus marquants

Nicholls (M.), 3 minutes pour comprendre les 50 faits les plus marquants de la Rome antique. – Paris : Le Courrier du Livre, 2014.- 160 p. : index. – ISBN : 978.2.7029.1114.3.


C’est un truisme de dire que Rome a laissé des traces perceptibles encore de nos jours dans toutes les régions qui ont fait partie de l’Imperium Romanum. Des monuments le prouvent, qu’il s’agisse de restes anciens authentiques ou de constructions plus récentes influencées par le modèle romain ; en témoignent également certaines manières de penser et d’agir, principalement chez les peuples dont la langue est issue du latin (ce qui a façonné leur façon de raisonner). Les étrangers désireux de faire des affaires avec les Occidentaux l’ont bien senti ; je pense par exemple à ces nombreux Chinois qui cherchent à tout prix à comprendre notre « mode de fonctionnement » pour mieux asseoir une coopération commerciale. L’histoire, la civilisation, la littérature de la Ville Éternelle intéressent également les descendants mêmes des membres de l’Empire romain, curieux de connaître l’origine de certains de leurs monuments, de certaines de leurs institutions, de certaines de leurs expressions. Mais voilà : les années de scolarité sont loin ! Chacun a suivi sa voie et s’est spécialisé dans son domaine, et les connaissances sur Rome ont été un peu oubliées. Que faire ? Avoir recours à des ouvrages savants ? Il faudrait en lire beaucoup car chacun traite d’un sujet précis. En outre, ce sont en général de « gros pavés », assez indigestes pour qui n’en maîtrise pas le « jargon ». Et puis, on n’a pas le temps : ces gens, pourtant désireux de s’instruire, ont autre chose à faire dans la vie que de se consacrer à l’Antiquité : ils ont leurs occupations qui leur prennent l’essentiel de leurs journées.

Continuer la lecture de 3 min pour comprendre les 50 faits les plus marquants

Super-héros en pyjama. Entre mythe et réalité – Tome II

Crevat (G.), Super-héros en pyjama. Entre mythe et réalité – Tome II. – Paris : Les Éditions Persée, 2017. – 146 p. : fig.- (L’arbre du savoir). – ISBN : 978.2.8231.1835.3.

Nous vivons une époque stressante dans bien des domaines et beaucoup d’entre nous ressentent un certain mal-être. Face à ce problème se multiplient les coaches de tout poil, — au point que le journal télévisé leur consacre même des reportages (par exemple le samedi 24 juin 2017) ­— et il n’est pas besoin de chercher beaucoup pour voir dans des salles (il y en a une en face de chez moi dont les fenêtres sont toujours ouvertes !), sur la plage, dans des entreprises durant les pauses, bref n’importe où — et même sur internet, mais en face de leur écran privé, ces gens sont moins visibles — des personnes, les yeux fermés, écoutant une voix douce leur susurrant des phrases de ce type : « Pensez à un beau paysage ; laissez-vous envahir par lui, etc. etc. », le but étant de faire « lâcher prise », selon l’expression consacrée, d’écarter les pensées négatives et les soucis qui obsèdent afin que l’être retrouve la paix et se concentre sur soi ainsi que sur son potentiel.

Continuer la lecture de Super-héros en pyjama. Entre mythe et réalité – Tome II

Ce que nous devons au latin

Bertrand (O.), Ce que nous devons au latin. – Paris : Éditions Garnier, 2017. – 96 p. – (Les Petits Guides de la langue française Le Monde ; 6). – ISBN : 978.2.35184.174.7.

À notre époque où le français est si souvent malmené par nombre de ceux qui l’utilisent, les éditions Garnier, en partenariat avec le journal Le Monde, ont eu la riche idée de publier une série, à prix très doux, intitulée Les petits guides de la langue française, parrainée (avec « enthousiasme », déclare-t-il en dernière de couverture, car « chaque langue est un regard, chaque langue est une pensée.  La langue, c’est la VIE ») par l’académicien Érik Orsenna. On y trouve entre autres fascicules Les difficultés de l’orthographe, La ponctuation, Petit précis de conjugaison, etc. et, en n°6, Ce que nous devons au latin d’Olivier Bertrand.

Continuer la lecture de Ce que nous devons au latin

Compte rendu « Grand écart »

Plantive (J.-P.), Grand écart. Des textes antiques au XXIe siècle. – Paris : Les Belles Lettres / La Vie des Classiques, 2017. – 222 p. – (Exclusivités Vie des Classiques ; 4).

Couverture "Grand écart"

En janvier 2017 est paru sur le site « La Vie des Classiques » des Belles Lettres, un petit essai qui intéressera beaucoup de monde. Dans son avant-propos, l’auteur, Jean-Paul Plantive, non sans humour, nous explique la genèse de cet ouvrage. Sur un ton enjoué, il raconte une scène qu’il a plusieurs fois vécue : le professeur de lettres classiques qu’il est a souvent été confronté au regard d’interlocuteurs qui lorsqu’ils apprennent son métier, le dévisagent avec un mélange de « vague admiration » et de « légère commisération ».

Continuer la lecture de Compte rendu « Grand écart »

Valorisation : fictions antiques « Les yeux coupables » de Marie Goudot

Goudot (M.), Les yeux coupables. – Paris : Espaces & Signes, 2016. – 125 p. – ISBN : 979.1.0941.7616.0.

Yeux coupables Couv-1

« Je n’ai rien fait de mal ; seuls mes yeux ont vu quelque chose qu’ils ne devaient pas voir », ressasse en substance au fil des vers qu’il écrit dans ces contrées lointaines, P. Ovidius Naso, puni par Auguste d’une relégation sur les bords inhospitaliers du Pont Euxin. D’où le titre de Marie Goudot : Les Yeux coupables.

« Encore un roman sur Ovide! » s’exclamera peut-être le lecteur. Il est vrai qu’à ne pas dire précisément les raisons de son châtiment, le poète a fait couler beaucoup d’encre depuis plus de deux mille ans tant chez les chercheurs que chez les romanciers. Mais ce livre-ci est particulier pour le fond comme pour la forme. Le point de départ est ténu : Ovide envoya un bref poème (Pontiques, 4, 11) à un de ses amis, un certain Gallio, qui venait de perdre sa femme. Ce monsieur n’est nommé qu’à cet endroit par l’écrivain qui ne dit rien d’autre de lui et ne fournit que son cognomen. Beaucoup de savants ont émis l’hypothèse qu’il pourrait s’agir de Iunius Gallio, né vraisemblablement en 33 avant notre ère (Ovide était né en 43 av. J.-C.), auteur d’un traité de rhétorique, homme dont parle souvent Sénèque le père, et qui adopta le frère aîné de Sénèque le philosophe, L. Annaeus Novatus (consul probablement vers 58 ap. J.-C.), qui, du coup, reçut lui aussi le surnom Gallio.

Continuer la lecture de Valorisation : fictions antiques « Les yeux coupables » de Marie Goudot